Sur Google Maps, il y a des panneaux contestataires et un Transformer près de l’Elysée

Les internautes peuvent créer ou importer des photos à 360 degrés avec l’application Street View. Récemment, les utilisateurs du service en ligne de Google ont bien été surpris de découvrir des photos trafiquées aux alentours du Palais de l’Élysée en utilisant l’option de vue à 360 degrés. Quelqu’un a notamment modifié les photos de sorte que les policiers brandissent des pancartes sur lesquelles étaient inscrites des phrases comme « Évasion fiscale = Tensions sociales ».

Comme il s’agissait d’une simple manipulation, personne n’a cherché à porter plainte contre l’auteur de l’image à 360 degrés. En revanche, Google France a annoncé qu’il avait supprimé les photos parce qu’elles allaient à l’encontre de ses conditions d’utilisation.

Notons que ce n’est pas la première fois que des internautes trafiquent les photos de l’Élysée. En 2015, un utilisateur a notamment eu l’idée de remplacer le nom du Palais par celui d’un bâtiment Al-Qaida sur Google Maps.

Des photos à 360 degrés trafiquées

La semaine dernière, rapporte BFM TV, les utilisateurs de Google Maps ont bien été surpris de découvrir des photos trafiquées de la façade du Palais de l’Élysée, l’ancien hôtel parisien qui est désormais le siège de la présidence de la République française et la résidence officielle du président de la République depuis la IIe République.

En utilisant l’option de vue 360 degrés, ces derniers ont notamment trouvé deux policiers portant des écriteaux sur lesquels étaient inscrits : « Moins de strass & paillettes » et « Évasion fiscale = Tensions sociales ». En outre, une troisième pancarte était aussi posée au sol avec l’inscription « Plus de ZAD & baguettes ».

Mais ce n’est pas tout, un personnage de la saga Transformers a également été placé dans l’image et l’enseigne d’une boutique a été changée en « Rosa Bernard ? » au lieu de « Rosa Clara ».

Google a supprimé les photos

Selon les informations indiquées sur Google Maps, l’image aurait été importée par le compte « Occupy Street View » au mois de décembre 2018. Puisqu’il s’agit d’une simple manipulation, personne n’a porté plainte contre l’auteur.

En revanche, Google France a annoncé qu’il a été obligé de supprimer les images parce qu’elles allaient à l’encontre de ses conditions d’utilisation. Ces dernières indiquent notamment que toute contribution à Google Maps doit représenter exactement le lieu concerné.

 

Mots-clés googlegoogle maps