Clicky

Sur Google Maps, une école s’est transformée en « enfer sur Terre »

Google Maps sert aussi à faire passer des messages et nous venons une nouvelle fois d’en avoir la preuve.

Comme le rapporte la BBC, une école britannique s’est en effet temporairement transformée en « enfer sur Terre » suite à une action vraisemblablement entreprise par l’un de ses étudiants. Il s’agissait bien entendu d’une simple plaisanterie, mais elle ne semble pas avoir été particulièrement appréciée de l’équipe enseignante.

Facepalm

L’école visée était Hornsea School and Language College, un établissement situé dans l’est du Yorkshire.

Quand une école devient « l’enfer sur Terre »

Construite à la fin des années 50, elle a subi plusieurs transformations au fil de ces dernières décennies et elle est désormais en mesure d’accueillir plus de mille deux cents élèves. Des élèves âgés de onze et dix-huit ans.

Relativement cotée, l’école détient le prix Healthy Schools Award, mais il semblerait que tous ses élèves ne s’y sentent pas tout à fait à leur aise.

Plus tôt dans la semaine, un élève scolarisé dans l’établissement a en effet réussi à changer le nom de l’établissement et à le transformer en « Hornsea Prison & Hell on Earth ».

Tous les détails de l’affaire ne sont pas connus, mais la BBC pense que cet étudiant a simplement utilisé le formulaire de soumission de modifications mis en place par Google pour commettre son méfait.

En effet, Google Maps a été pensé comme un service collaboratif et les internautes ont donc la possibilité de soumettre des modifications sur les fiches des établissements. Ces dernières peuvent porter sur leur nom, bien sûr, mais aussi sur leur adresse, leurs horaires ou même leur numéro de téléphone de contact.

Les limites du collaboratif

Normalement, ces modifications ne sont pas appliquées sans l’accord de l’établissement, mais il arrive parfois que tout ne se passe pas exactement comme prévu.

En novembre, The Hindu a d’ailleurs révélé que des personnes mal intentionnées utilisaient le service pour organiser des arnaques, en modifiant par exemple le numéro de téléphone des banques afin de pouvoir récupérer les informations des clients cherchant à les contacter.

Google, de son côté, avait alors expliqué qu’il arrivait parfois que des changements soient faits sans le consentement des propriétaires des établissements, tout en expliquant que ses équipes intervenaient très vite lorsqu’un problème de ce type se posait.

Ce qui semble être le cas ici puisque l’école visée par le farceur a très rapidement retrouvé son nom. L’équipe enseignante a d’ailleurs indiqué qu’elle connaissait l’identité de l’étudiant à l’origine de cette modification, sans préciser toutefois le sort qui lui a été réservé.

Mots-clés googlegoogle maps