Sur Instagram, la vente de crânes humains marche fort

Avant 2016 lorsque vous vouliez vous procurer des ossements humains, pour je ne sais quoi, c’est sur eBay qu’il fallait aller. En effet à partir de 2016, le site a interdit la vente de parties du corps humain (à l’exception des poils du cuir chevelu).

Mais cela n’a pas pour autant enterré le commerce d’ossement humain sur la toile, car aujourd’hui c’est Instagram qui semble avoir pris le relais d’eBay.

Crédits Pixabay

Le commerce de crânes humains a le vent en poupe sur Instagram

Il y a sept ans, Henry Scragg, un jardinier de 28 ans qui vit dans l’Essex, au Royaume-Uni, est tombé par hasard sur une étrange collection de 12 crânes humains et un squelette d’hyène alors qu’il naviguait sur eBay. L’homme, qui collectionnait et accumulait d’autres objets étranges depuis un certain nombre d’années déjà, a alors décidé de faire une offre pour le lot, et il l’a remporté.

Une fois qu’il a reçu son colis macabre, Scragg a arrangé les crânes, pris des photos et les a téléchargées sur Instagram, en ajoutant les hashtags : #skull #skeleton #curiosity. Bientôt, il fut inondé de messages de personnes proposant d’acheter les restes macabres. Il a réussi à vendre quelques crânes au cours des mois suivants, et avec l’argent qu’il avait gagné, il a acheté d’autres crânes humains pour les mettre également en vente sur Instagram. Le commerce de crânes humains sur la plateforme de partage de photos était né.

Aujourd’hui la vente d’ossements humains sur Instagram marche aussi bien que tous les autres commerces informels sur la plate-forme. Le principe est assez simple : un utilisateur publie une image d’un crâne et propose un prix de vente dans la section commentaire en dessous. Les utilisateurs intéressés le contactent ensuite par message direct et, si un prix est convenu, le paiement est effectué directement et la marchandise est emballée et expédiée.

Un commerce pas très bien vu par tout le monde

Le compte Instagram de Scragg compte aujourd’hui plus de 34 000 abonnés qui forment un petit réseau très actif de vendeurs et d’acheteurs qui négocient des restes humains sur Instagram. La plupart de ces personnes sont des collectionneurs passionnés qui considèrent l’accumulation d’os rares comme un passe-temps légitime, bien qu’excentrique.

Pourtant, certains voient dans l’essor du commerce de restes humains sur Instagram plus qu’un signe d’excentricité, surtout lorsque les instagrammers décorent les crânes avec de fausses parures tribales. Certains se demandent si cela ne tend pas à rouvrir des blessures à peine guéries d’un passé colonial.

Mots-clés instagram