Sur Twitch, une streameuse a été suspendue après avoir utilisé son smartphone comme un sextoy

Twitch applique une politique de tolérance zéro pour tout ce qui a trait à la nudité, à l’érotisme ou à la pornographie. Beaucoup en ont fait les frais de ce règlement ces dernières années.

Twitch impose en effet des règles précises pour toutes les personnes créant un compte sur la plateforme. Les utilisateurs souhaitant diffuser leurs parties sur la plateforme doivent ainsi respecter la loi à la lettre et éviter soigneusement les comportements violents ou autodestructeurs.

Facepalm

Crédits Pixabay

Le service interdit également tout ce qui a trait à la nudité, à la pornographie et aux contenus sexuels.

Twitch ne plaisante pas avec la nudité

Il est notamment interdit de dépeindre des actes ou des rapports sexuels, mais aussi de proposer des services sexuels par le biais de la plateforme.

Si tout le monde connaît plus ou moins les grandes lignes de ces conditions d’utilisateur, certains semblent avoir un peu plus de mal que d’autres à les assimiler et c’est précisément le cas d’Ahrilove, une streameuse très active sur Twitch.

En effet, lors de sa toute dernière émission, une émission diffusée hier, cette dernière a eu la mauvaise idée de configurer son smartphone en mode vibreur et de le glisser ensuite dans ses sous-vêtements.

Arhilove n’a pas montré sa poitrine ni même ses organes génitaux, mais les modérateurs de Twitch n’ont pas pour autant apprécié la performance.

Suspendue pendant 24 heures

En réalité, ils ont même estimé que cette émission contrevenait directement aux règles citées un peu plus haut. En conséquence, ils ont pris la décision de suspendre la streameuse pendant une durée de 24 heures. Durant tout ce temps, cette dernière ne pourra donc pas accéder à son compte ni même créer de nouveaux lives.

De leur côté, les internautes sont évidemment mitigés. Si certains estiment que la diffusion pouvait bel et bien s’apparenter à une scène dépeignant un acte sexuel, d’autres estiment que les modérateurs de Twitch ont fait preuve d’un peu trop de zèle.

Comme le rappelle Dexerto dans son article, le directeur du développement en charge des créateurs de Twitch avait expliqué le 8 avril dernier que le travail de modération pouvait être extrêmement compliqué. Parfois, la limite entre ce qui est permis et ce qui est interdit est en effet extrêmement mince et il semblerait que cela soit le cas ici.

Mots-clés twitch