Sur Twitter, il existe désormais un bot capable de faire des blagues

Le logiciel Botnik sur Twitter est une véritable révolution puisqu’il peut agir de manière autonome. Il peut tweeter, retweeter, aimer, suivre ou ne pas suivre sur la plateforme. Le bot facilite la diffusion d’informations ou encore la génération automatique de contenu.

De même, il répond directement aux messages des utilisateurs. Ainsi, le comédien CJ Hernandez qui habite en Floride a eu la bonne idée de créer un bot twitter Frankenstein-like dénommé Headlinertron.

Grâce à son bot, le comique a recueilli plusieurs transcriptions de spectacles de stand-up. Il rassemble les morceaux de transcriptions dans un générateur de texte Botnik et à partir de là créé des gags absurdes, mais hilarants.

Selon Hernandez, le bot est un outil très pratique pour les nouveaux comédiens.

Faire de bonnes blagues grâce au bot

Le bot est une véritable source d’inspiration pour des comiques comme CJ Hernandez. Le logiciel rassemble les transcriptions et ressort des blagues complètement inédites. D’ailleurs, le comédien avoue qu’il s’occupe simplement de vérifier les sens des phrases.

Bien entendu, il ajoute les signes de ponctuation avant de partager les blagues sur les réseaux sociaux, en s’appuyant sur Buffer.

Malgré les performances du bot, Hernandez apporte sa touche personnelle pour que les blagues soient intéressantes et hilarantes. Il affirme que « Si c’était purement robotisé, ce ne serait pas drôle. Mais si c’était trop humain, ce ne serait pas intéressant. »

Headlinertron peut-il remplacer le comédien ?

Trouver de bonnes blagues grâce au bot Headlinerton peut être considéré comme une tricherie. Néanmoins, CJ Hernandez s’implique tout autant que le logiciel dans la création de sketchs.

Il a même consulté Jamie Brew. Le cofondateur de Botnik et un ancien rédacteur de ClickHole semble impressionné par les capacités du Headlinertron.

Durant sa rencontre avec le cofondateur de Botnik, le comédien en a profité pour le questionner sur le taux d’interférences humaines sur Botnik. Certains utilisateurs préfèrent utiliser les séquences de mots proposées par le logiciel tandis que d’autres « remanient » les mots suggérés. Brew confirme qu’une grande partie des utilisateurs prennent la première suggestion de Botnik sans y apporter des modifications.

En tout cas, Headlinertron remplit son rôle dans la mesure où il arrive à faire rire. Il pourrait même en inspirer d’autres.

Mots-clés twitter