Sur Twitter, les vidéos diffusées peuvent cacher des virus

Avis aux utilisateurs de Twitter ! En ce moment, un virus se propage à vitesse grand V sur le réseau social. Cette fois-ci, les hackers ont choisi une méthode très simple pour répandre le virus via Twitter. Ces derniers ont utilisé une vidéo intitulée « Baby Poops In HisOnesie, But Dog’sResponseLeaves Millions of People Hysterics » mettant en scène un chien et un bébé dans une situation hilarante.

Cette vidéo à l’air anodin cache en fait un spam malveillant. En cliquant sur le lien menant vers elle, l’utilisateur est directement renvoyé vers une application du nom de « Twitter Video » qui est censée permettre la lecture de la vidéo. Malheureusement, cela n’est qu’un leurre.

Twitter Dataminr

Ce virus a commencé à se propager sur Twitter le 12 décembre 2017 et de nombreux twittos ont en déjà été victimes.

Des tweets automatiques

En acceptant d’être redirigés vers Twitter Video, les utilisateurs donnent sans le savoir le contrôle de leur compte au virus. Ainsi, ce dernier peut accéder sans problèmes aux messages privés des utilisateurs, suivre plusieurs comptes et poster des tweets sans l’autorisation du propriétaire du compte.

Grâce à cela, le virus en profite pour partager le plus possible le lien menant vers la vidéo en tweetant à l’insu de l’utilisateur. Ce stratagème a permis au virus de se répandre comme une traînée de poudre en boostant la popularité de la vidéo et en lui donnant par conséquent plus de visibilité.

La prudence est de mise

Avant que Twitter ait pu prendre des mesures contre ces hackers, de nombreux comptes ont déjà été contaminés. Néanmoins, le réseau social a réussi à supprimer la vidéo de sa plateforme pour éviter que d’autres twittos se fassent avoir.

Ces derniers temps, on remarque que les hackers prennent un malin plaisir à s’en prendre aux géants du web tel que Facebook ou encore Google. Dans le cas de Twitter, des pirates ont déjà réussi à rédiger un tweet de 35 000 caractères sachant que les caractères sont aujourd’hui limités à 280. Auparavant, la limite était de 140 caractères.

De telles situations devraient pousser les utilisateurs des réseaux sociaux à être plus prudents et à faire attention aux liens sur lesquels ils cliquent.