Clicky

Les tablettes sous Windows 8 RT pourraient démarrer à partir de 300 $

Avec l’arrivée de Windows 8 en octobre prochain, nous devrions voir fleurir un bon nombre de tablettes tactiles dédiées d’ici la fin de l’année et autant dire que la rentrée s’annonce particulièrement chargée. Mais la grande inconnue qui subsiste, finalement, concerne le prix de ces terminaux. David Schmoock, chef des opérations chez Lenovo USA, a justement laissé entendre que les ardoises numériques sous Windows 8 RT (et donc sous ARM) pourraient être proposées à partir de 300$, contre 600$ pour les tablettes sous l’architecture Intel x86. Une très bonne nouvelle, à ne pas en douter.

D’autant plus qu’il n’en est pas resté là. David Schmoock a effectivement ajouté que les tablettes sous Windows 8 RT seraient vendues à un prix très agressif, et ce afin de bousculer la concurrence. Une stratégie plutôt intelligente, surtout quand on sait que l’iPad règne en maître sur le secteur et que les tablettes Android ont beaucoup de mal à lui tenir tête.

Les tablettes sous Windows 8 RT pourraient démarrer à partir de 300 $

Si bien que ces dernières ont depuis quelques mois décidé de tirer les prix vers le bas. L’exemple le plus frappant, c’est sans aucun doute celui de la Nexus 7 de Google, une tablette disponible sur le marché nord-américain pour un prix défiant toute concurrence. Un prix qui devrait d’ailleurs lui permettre de récupérer rapidement quelques parts de marché, d’autant plus que les tablettes à 199$ ne courent pas les rues. Du moins pas les tablettes proposant une plateforme aussi ouverte. De ce côté, le Kindle Fire est effectivement un terminal un peu à part, avec un écosystème relativement limité et un positionnement oscillant entre l’ardoise et la liseuse numérique.

Notez cependant que toujours d’après David Schmoock, les tablettes sous Windows 8 et fonctionnant sur la plateforme Intel x86 devraient coûter un peu plus cher. Enfin, un peu, c’est une façon de parler, puisqu’elles pourraient être proposées à partir de 600$. Toutefois, cela n’a rien de très étonnant compte tenu de la puissance de calcul dont elles devraient profiter. D’un certain sens, ces ardoises se rapprocheront sans doute plus des ultrabooks que des tablettes, il y a même de fortes chances qu’elles soient pour Microsoft un très bon moyen de contre-carrer le MacBook Air qui rencontre lui aussi un franc succès auprès des consommateurs. N’oublions pas en effet que les ventes d’ultrabooks ont beaucoup de mal à décoller, il est donc nécessaire pour Redmond et pour ses partenaires de trouver une alternative qui leur permettra de toucher le public intéressé par ce genre de machines.

Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez lire l’intégralité de l’interview de David Schmoock, sachez qu’elle est disponible chez Bloomberg.