Clicky

Tahiti est maintenant modélisée dans Google Street View

Christophe Courcaud, un passionné d’informatique, a décidé de prendre les routes de Tahiti en photo pour qu’elles soient visibles sur Google Street View. Son projet est financé par l’entreprise Tahiti 360, spécialisée dans la cartographie du fenua pour le compte de Google et soutenue par STES, le groupe pour lequel il travaille.

Il explore donc l’île avec une voiture de sa propre entreprise et une caméra high-tech à six objectifs.

Tahiti

Crédits Pixabay

Christophe jouit du statut de Google photographe. Ce titre lui permet d’envoyer des images vers les serveurs de la filiale d’Alphabet de manière instantanée. Celles-ci, filmées en 8K, sont ensuite compressées avant d’apparaître sur l’application. Mercredi dernier, il a livré les photos du Tour de Tahiti, de Punaauia jusqu’à Hitiaa.

L’île devrait pouvoir être modélisée dans Google Street View d’ici la fin de la semaine. Christophe envisage de poursuivre son métier dans les Tuamotus et aux Marquises. Toutefois, son projet dépend encore de l’arrivée de l’internet haut débit dans la région.

Pour faire connaître Tahiti au monde extérieur

« En France maintenant, quand on cherche un hôtel, une location, on cherche l’environnement, et là on ne pouvait pas le voir », a-t-il souligné. Ainsi, il se serait lancé dans la cartographie de l’île pour la faire connaître au monde extérieur et pour le lancement de leur nouvelle entreprise.

« On s’est dit qu’on allait cartographier toute la route de ceinture de Tahiti, quelques lieux touristiques comme la Pointe Vénus, quelques plages de surf à Papenoo, et puis le belvédère à Taravao », a-t-il raconté.

« Et éventuellement, quand il fera beau, on ira à Moorea faire le tour et proposer une vue du Belvédère. »

Se lancer dans de nouveaux horizons

« Il faut faire l’acquisition des images, faire le « stitching »… On a 6 optiques sur la caméra, 6 flux vidéo à assembler pour ne pas avoir de ligne de coupure », a expliqué Christophe. « Ça demande un temps non négligeable. Et derrière, pour le respect de la vie privée, parce qu’on respecte la réglementation, il faut flouter tous les visages et toutes les plaques d’immatriculation pour que les gens ne soient pas reconnaissables. » 

La start-up compte se lancer dans de nouveaux horizons, comme proposer des visites virtuelles. Pour ce faire, il lui faut des partenaires. « Ça pourrait être une compagnie de ferries parce que la grande force qu’on a, vu qu’on est partenaires avec Google, on peut cartographier aussi les voies maritimes. Si une société de ferries est intéressée, on pourrait cartographier la liaison Moorea Tahiti qui je pense du point de vue mer peut être jolie à voir… » 

MAJ : L’article indiquait initialement que les photos avaient été prises avec une voiture fournie par Google. Ce n’est pas le cas. Christophe nous a contactés pour nous indiquer que toutes les prises de vue avaient été prises avec un véhicule de sa propre société, TAHITI 360.