Ice Cream Sandwich + Jelly Bean = 16,7 % du parc Android

Google Android est une très bonne plateforme mobile, c’est un fait, mais elle souffre malheureusement d’un énorme défaut : la fragmentation des terminaux. Les derniers chiffres qui viennent de tomber le prouvent d’ailleurs une fois de plus puisque Ice Cream Sandwich et Jelly Bean ne représentent, à eux deux, que 16,7 % du parc Android. Oui, moins de 20 %, ce qui est d’autant plus rageant que la quatrième version majeure de la plateforme est quand même disponible depuis plusieurs mois déjà…

Ice Cream Sandwich + Jelly Bean = 16,7 % du parc Android

Sur ces 16,7 %, il faut d’ailleurs préciser que Ice Cream Sandwich totalise à lui seul 15,9 % du parc, les 0,8 % restant étant occupés par Jelly Bean. Ce dernier étant disponible sur le marché depuis peu, c’est plutôt normal, mais il n’en va évidemment pas de même pour le sandwich glacé. Comme en témoigne le graphique qui suit, c’est finalement Gingerbread qui est le plus répandu avec un score très honorable de 60 % et des boulettes. Arrive un peu plus loin Ice Cream Sandwich, donc, mais également Froyo qui représente tout de même encore 15,5 % du parc. Ce qui veut aussi dire que l’écart entre ces deux derniers est vraiment très faible, à peine 0,3 % de terminaux les séparent.

Pour info, sachez que ces informations proviennent de Google Play et que l’étude a été effectuée sur ces quatorze derniers jours. D’ailleurs, si vous avez envie d’en savoir un peu plus et si vous faites partie de ces gens qui ne jurent que par les chiffres, vous pourrez en apprendre davantage en vous rendant à cette adresse.

Quoi qu’il en soit, on peut dire que le bilan est loin d’être positif. Bien sûr, Android n’est pas à blâmer, c’est plutôt la stratégie de Google qui laisse à désirer. A force de cumuler les intermédiaires (entre les constructeurs et les opérateurs, les mises à jour majeures mettent souvent plusieurs mois à être déployées sur les anciens terminaux, quand elles le sont évidemment), la firme manque de souplesse et de réactivité. Pour l’instant, sa plateforme n’en souffre pas trop, c’est vrai, mais cet état de fait pourrait tout de même finir par lui porter préjudice. Surtout quand on voit la politique désastreuses de certains constructeurs en la matière.

Via