Tchernobyl a été cartographié par des drones et ces derniers ont même découvert quelque chose

Pour la première fois, une enquête a été effectuée sur la forêt de Tchernobyl par des chercheurs de l’Université de Bristol. Un système laser LIDAR a balayé le paysage tout en enregistrant les niveaux de rayonnement avec un spectromètre à rayons gamma.

L’instrument a réalisé cinquante scans en dix jours. Pour pouvoir examiner l’endroit de plus près, l’équipe a déployé un drone et a pris en photo tout ce qui a attiré leur attention.

tchernobyl

Crédits Pixabay

L’équipe de scientifiques a utilisé deux types de véhicules automatiques aériens (UAV) pour une cartographie en 3D. La zone d’exclusion a une superficie de deux mille huit cents kilomètres carrés.

Une embarcation de contrôle a été envoyée depuis le village de Buriakivka vers le centre de la zone.

« C’est la nature qui fait son travail ici », a déclaré Tom Scott, le chef de projet. « Une partie de la radioactivité a disparu et son niveau global a diminué. Cependant, certains radio-isotopes présents sur les lieux résisteront encore longtemps ».

La zone est encore dangereuse

L’attention des chercheurs a particulièrement été attirée par une forêt rouge d’une superficie de dix kilomètres carrés. Celle-ci est composée de pins morts autour des ruines de l’ancien réacteur.

Affectée par les débris de la centrale, elle renferme les plaques de radioactivité les plus intenses au monde.

L’objectif de cette étude est de savoir les zones qui resteront dangereuses et celles qui pourront être remises en état. En tout cas, Pripyat, la ville fantôme voisine, est déjà condamnée. Elle a peu de chances de renaitre. Les autorités ukrainiennes estiment qu’il faudra des dizaines de milliers d’années pour écarter la zone de tout danger.

Les chercheurs y ont découvert des points chauds

L’étude a permis aux autorités locales de connaitre l’existence de certains points chauds dans cet endroit extrêmement dangereux. Auparavant, il leur était difficile de prendre les mesures nécessaires, car elles les ignoraient.

Actuellement, les scientifiques étudient la manière dont la biologie a réagi aux radiations et à la soudaine absence humaine.

Tchernobyl est l’image de l’une des conséquences catastrophiques causées par l’homme de l’ère moderne. Il y a plus de trois décennies, la centrale nucléaire s’est effondrée de façon tragique et a généré des retombées nucléaires. Certes, il y a eu du changement, mais des zones radioactives s’étendent encore dans les environs.

Malgré tout, près de soixante-dix mille touristes par an entrent dans la zone d’exclusion de Tchernobyl sous la surveillance attentive d’un guide local. L’ancienne gare est devenue une centrale solaire dotée de trois mille huit cents panneaux photovoltaïques. Ceux-ci convertissent la lumière du soleil en quelques mégawatts pour le réseau local.

Mots-clés tchernobyl