Terre : un nouveau phénomène magnétique repéré par la NASA

Les chercheurs ont auparavant repéré le phénomène appelé reconnexion magnétique dans l’univers. Celui-ci s’est déjà produit dans une région nommée magnétosphère, un champ magnétique de la Terre. Ils ont pu analyser le flux d’atomes d’hydrogène ionisés qu’il génère. Dernièrement, les scientifiques de la NASA ont fait la découverte d’un nouveau phénomène magnétique toujours dans le magnéto-aimant, mais sous une autre apparition.

Les chercheurs de la NASA ont appelé le nouveau type phénomène « reconnexion magnétique électronique ». La trouvaille a eu lieu grâce à la sonde Magnetospheric Multiscale Mission de la NASA. D’après les chercheurs, cette découverte pourrait aider à la compréhension des phénomènes magnétiques et leurs rôles dans l’univers.

Sauver Terre

La Magnetospheric Multiscale Mission ou MMS a été lancée depuis le complexe de lancement spatial de la Station aérienne de Cap Canaveral en 2015.

De nouvelles propriétés

La MMS avait pour mission d’étudier et de récolter des informations sur la microphysique de la reconnexion magnétique.

Tai Phan, auteur principal de l’article rapportant l’étude, est le directeur du laboratoire de sciences spatiales de l’Université de Californie à Berkeley. « La turbulence dans la magnéto-aimant contient beaucoup d’énergie magnétique », a-t-il souligné. « Les gens ont débattu de la façon dont cette énergie est dissipée et la reconnexion magnétique est l’un des processus possibles », a-t-il poursuivi.

À la différence de ceux déjà rencontrés auparavant, ce nouveau phénomène élimine les petits jets d’électrons au lieu des atomes d’hydrogène ionisés.

Michael Shay, un professeur de l’Université du Delaware, a aidé Phan à analyser les données recueillies. Il a noté que cette fois-ci, les électrons sont beaucoup plus difficiles à suivre. Il a précisé qu’ils se déplacent quarante fois plus vite que les ions.

Une découverte intéressante

À noter que la magnétosphère est une zone de l’espace située au-dessus de la Terre. Il s’agit d’une couche qui protège la Terre du vent solaire (le flux continu de plasma qui provient du Soleil).

La trouvaille pourrait aider les scientifiques à mieux appréhender les effets des champs magnétiques sur les satellites spatiaux. Elle pourrait également être profitable aux industries de l’énergie électrique.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Nature le 9 mai.

Mots-clés NASAterre