Tesla : des clients confrontés à des accélérations soudaines

Tesla se retrouve dans une situation très délicate. Plusieurs clients de la marque rapportent en effet des accélérations soudaines et incontrôlées. Pire, ces dernières seraient survenues lorsqu’ils se garaient ou lorsqu’ils roulaient à faible vitesse. Face à la situation, certains d’entre eux ont choisi de déposer un recours collectif.

Le recours est clair et direct. Il accuse les véhicules de la gamme Model S et Model X d’être sujets à des accélérations soudaines et non intentionnelles.

Recours Tesla

Certains propriétaires touchés par le problème ont ainsi déclaré que leur véhicule avait subitement foncé sur une porte de garage ou même dans un mur au moment de se garer.

Tesla va devoir faire face à un recours collectif en Californie

Les raisons invoquées varient d’un client à l’autre. Certains évoquent une erreur humaine, d’autres un problème informatique en lien avec l’ordinateur de bord.

Toutefois, peu de véhicules seraient concernés par le problème.

Sur les 75 000 Model S vendues entre 2012 et 2016, la NHTSA a ainsi enregistré seulement 13 rapports. Même chose du côté de la Model X. Tesla a enregistré 18 240 ventes sur la période et l’agence gouvernementale a enregistré seulement une douzaine de cas pour le moment. Toutefois, sur ces cas, une dizaine ont débouché sur une collision entre le véhicule et un objet inanimé alors que le conducteur était en train de garer sa voiture.

Le recours fait allusion à des problèmes mécaniques en lien avec la pédale d’accélération, mais également à une défaillance inconnue liée au système électronique de contrôle du moteur. D’après les plaignants et leurs avocats, les Model S et les Model X seraient donc des véhicules défectueux et dangereux. Ils estiment en outre que le constructeur aurait dû « développer et mettre en oeuvre des algorithmes informatiques visant à éliminer le risque d’accélération à pleins gaz dans des objets fixes ».

Un problème d’accélération soudaine à l’origine de la plainte

Dans ce contexte, ils estiment donc que les manquements du constructeur laissent des dizaines de milliers de propriétaires d’une Tesla dans une situation potentiellement dangereuse. Les plaignants affirment enfin que l’origine du dysfonctionnement importe peu et que l’entreprise américaine avait le devoir de concevoir « une voiture à sécurité intégrée ».

Tesla ne l’entend évidemment pas de cette oreille. L’entreprise estime ainsi que ce n’est pas son rôle que de proposer une voiture entièrement sécurisée et que cette question n’est de toute façon pas couverte par la garantie.

Le problème, pour les plaignants, vient surtout du fait que le constructeur a fabriqué un véhicule capable d’atteindre les 100 km/h en 2,9 secondes. Dans ce contexte, ils estiment qu’il aurait également mis en place des mesures afin d’éviter ces accélérations soudaines, et ce même dans le cas où elles résulteraient d’une erreur humaine.

La première audience est fixée pour le 1er mai et elle se déroulera devant la Cour fédérale de Californie.

Mots-clés justicenopubtesla