Clicky

Tesla Network ou lorsque Tesla cherche à marcher sur les plate-bandes d’Uber

En 2016, Tesla, la société d’Elon Musk, avait annoncé la mise en place de son propre réseau. L’entreprise avait promis de donner plus de précisions sur le service en 2017.  Néanmoins, celui-ci a visiblement été délaissé, car la société s’est surtout focalisée sur la production de sa berline Model 3. Mercredi dernier, lors de l’appel des résultats du premier trimestre, le PDG de la société a enfin annoncé la mise à jour de son service de mobilité autonome.

Le service de mobilité autonome sera baptisé “Tesla Network”. Il permettra aux propriétaires de voitures Tesla d’intégrer leurs véhicules au sein d’un réseau. Ce dernier serait un hybride d’autopartage et de covoiturage. Évidemment, il s’agit d’un nouveau concurrent d’Uber et de Lyft.

Tesla

D’après Musk, le service sera « probablement » disponible d’ici la fin de 2019. L’entreprise ferait actuellement face à des obstacles concernant la règlementation.

Un blocage dans l’obtention de l’approbation réglementaire

Naturellement, comme avec Uber et Lyft, les propriétaires qui s’engagent à inclure leur véhicule dans le réseau recevront une certaine somme d’argent. Ils auront également la possibilité de définir des restrictions en ce qui concerne le profil des personnes qui pourront utiliser leur véhicule.

Par ailleurs, le propriétaire garde le droit de rappeler sa voiture du réseau lorsqu’il en a besoin pour son usage personnel.

Musk a noté que la technologie autonome nécessaire au réseau a connu des progrès conséquents. Ce serait plutôt l’obtention de l’approbation réglementaire qui pose encore problème. En effet, l’idée de la conduite autonome intrigue fortement les médias et le public. Les organismes de règlementation sont ainsi contraints de complexifier le processus d’approbation.

« Évidemment, les régulateurs répondent à la pression du public et à la presse », a déclaré Musk. « Donc, si la presse harcèle les régulateurs, et le public travaille sur la mauvaise compréhension que l’autonomie est moins sûre en raison de la presse trompeuse, alors c’est là que je trouve le défi de prédire que c’est très difficile », a-t-il ajouté.

Des traits distinctifs

Tesla a choisi d’adopter une approche unique par rapport à la sélection du matériel utilisé. Un de ses plus marquants traits distinctifs est le fait qu’elle a opté pour le radar au lieu du capteur LiDAR.

« À mon avis, [LiDAR] est une béquille », avait déclaré Musk lors de l’appel de revenus de la l’entreprise au quatrième trimestre en février. « Peut-être que je me trompe, auquel cas, je serai comme un imbécile, mais je suis tout à fait certain que je ne le suis pas », avait-il poursuivi.

Mots-clés teslatesla network