Test : Boxee Box

Les Box Internet ont beaucoup évoluées ces dernières années, en plus de nous permettre d’avoir un accès Internet, désormais elles stockent et partagent nos données (musiques, vidéos, photos) entre plusieurs machines. Cependant, nous ne disposons pas tous de la dernière Freebox Révolution super chouette. Nous sommes donc nombreux avec de vieilles box, mais on aimerait bien pouvoir rassembler et contrôler notre vie numérique via un unique appareil branché sur notre belle télé HD. Aujourd’hui, on va donc parler de la Boxee Box, le media-center de D-Link.

Test : Boxee Box

La Boxee Box

Niveau packaging, on a un joli carton dans lequel nous trouvons en plus de la box :

  • La télécommande, alias « double face » (on verra après pourquoi ce joli nom).
  • L’alimentation.
  • Un câble HDMI, on va donc pouvoir utiliser notre appareil de suite.
  • Un petit câble Ethernet pour ceux qui ne voudraient pas utiliser le Wifi.
  • L’éternel manuel.

On a donc tout ce qui faut pour profiter de suite du bouzin, on n’aura pas à aller acheter un câble HDMI en plus pour pouvoir avoir une belle image. D’un autre côté, nous n’avons pas tellement le choix.

En effet, pour un point de vue connectique, la belle ne dispose que d’une unique sortie vidéo, HDMI (1.3 au passage). Il vous faudra donc obligatoirement une TV HD pour profiter de cette box, exit donc tous ceux qui auraient eu l’intention de l’utiliser sur un bon vieux cathodique. En général, les gens s’intéressant à la Boxee Box disposeront de ce type d’écran dans le salon mais pas tout le monde, c’est donc dommage pour les autres. D’autant plus que ça n’aurait pas coûté grand-chose à D-Link d’ajouter une sortie AV classique (oui Barbara, la fiche jaune qui date de mathusalem c’est bien ça) à côté de la sortie audio RCA stéréo (fiches rouge et blanche, tu progresses Brian) et de la sortie numérique S/PDIF optique. Pour finir avec la connectique, le constructeur a pensé à nos périphériques de stockages nomades, on retrouvera sur le côté droit un slot carte SD ainsi que deux ports USB 2.0 à l’arrière. Et là vous vous demandez pourquoi je ne grogne pas déjà comme dans mon précédent article par rapport à cet USB 2.0. En fait c’est tout simple, dans le cas présent nous ne faisons que de la lecture sur notre périphérique, jamais d’opération de copie (la Boxee Box ne dispose d’aucune mémoire de stockage). De plus, nous ne lirons qu’un(e) musique ou film à la fois, de ce fait l’USB 2.0 dont le débit est de 480Mb/s pour rappel, est amplement suffisant. D-Link a donc fait un choix judicieux en utilisant une technologie offrant les performances nécessaires à l’utilisation de son appareil, tout en limitant les couts de fabrication.

Test : Boxee Box

Examinons « double face ». Pour ceux qui oublieraient vite, il s’agit de la télécommande à deux côtés. Sur la face avant de cette dernière, nous trouverons tout ce qu’il a de plus classique (peut-être trop même, on va le voir dans la partie pratique), à savoir : la flèche directionnelle, un bouton « OK », Play/Pause et menu/retour. Notons niveau design que cette face a une finition brillante et donc qu’elle ne conviendra pas du tout à notre cher Fred car l’on verra tout plein de traces de doigts, ce qui va beaucoup l’énerver (Note de Fred : J’aime pas les traces de doigts, c’est pour cette raison que j’ai « presque » toujours un chiffon en microfibres avec moi).

Sur la face arrière, on va retrouver un clavier complet. Ça c’est chouette, pour tous les Kevin, car pour Mr Dupont qui est un vrai cocorico, et bien il sera très surpris de se retrouver face à un clavier qwerty (il s’agit des claviers US) dont il ne soupçonnait même pas l’existence. Personnellement, cela ne m’a pas dérangé car j’utilise un qwerty à longueur de journée mais pour d’autres, il leur faudra un petit temps d’adaptation et il fallait donc préciser ce point. Ce coup-ci on a droit à une finition mate et un revêtement très agréable au touché. Notons que nous avons aussi les flèches directionnelles et les boutons ok, retour/menu, vous pourrez donc contrôler la Boxee Box constamment via cette face de la télécommande. Précisons tout de même que vous ne pourrez pas rédiger votre biographie avec ce clavier, les touches sont dures, il n’est là que pour vous permettre de saisir plus vite dans le champ de recherche par exemple.

Parlons maintenant de la carrosserie de la belle. Soyons direct, elle est très sexy. Certes, tout est question de goût mais elle ne laissera personne indiffèrent. Sa forme en carré découpé, en plus d’être originale, lui donne une superbe allure. La vitre en plastique teintée noire sur la face avant est du plus bel effet et lorsqu’apparaît le logo Boxee vert, on peut dire qu’elle a carrément la classe. Pour certains c’est peu de choses, mais pour d’autres (comme moi), on aime bien les beaux produits, ceux qu’on va pouvoir poser sur un meuble bien en vue, plutôt que d’essayer de les cacher sous le bureau comme le magnifique duo Freebox/Player V5 gris bleuâtre.

Test : Boxee Box

Le constructeur a bien pensé son produit, puisque la partie « découpée » de la box est faite avec un revêtement antidérapant, ce qui vous évitera de mauvaises surprises au cas où un jeune enfant ou un chien (au début c’est à peu près la même idée) passerait par-là. Enfin, le tout est bien assemblé, les plastiques ne craquent pas, ne font pas cheap et la belle est plutôt silencieuse.

Tout ça c’est bien joli, mais il n’y a pas que le physique qui compte, il y a aussi ce qu’il y a à l’intérieur (des fois rien), n’est-ce pas mesdemoiselles ? Dans le cas de notre jolie Boxee Box, il n’y a pas grand-chose, mais ce qui est là, fait très bien ce qu’on lui demande. Je rappelle que la box n’embarque pas de mémoire interne, vous ne pourrez donc pas transférer des données dessus. Cette dernière a été conçue de manière à ce que vous ayez accès à toutes vos données via divers moyens, vous pourrez donc brancher une clé USB, un disque dur externe en USB 2.0 ou encore votre carte SD tout juste sortie de l’appareil photo. Pour ce qui est de la partie réseaux, on a de l’Ethernet 100Mb/s, certains seront déçus de ne pas trouver du Gigabit mais juste pour lire une musique/vidéo à la fois, c’est amplement suffisant, je n’ai jamais rencontré de problème lors de la lecture d’une vidéo, même avec des gros .mkv en 1080p. Niveau Wifi, D-Link a mis la barre plus haute en dotant la belle de Wifi b/g et n, permettant des débits de 300Mb/s pour être sûr que ça ne rame pas d’un poil et que vous vous irradiez bien les neurones. Personnellement, je vis dans un appart et le Wifi n m’est totalement inutile, ma Freebox est depuis le premier jour en Wifi g et j’ai toujours pu voir mes films à partir de mon NAS sans aucun problème, donc inutile d’aller au-delà de ce qui est nécessaire. Je fais un peu vieux jeu dans l’immédiat, mais je suis toujours impressionné du nombre de Wifi qu’on peut capter au centre-ville et quand on sait que ce n’est pas super bon pour nous, ça fais un peu réfléchir. Parenthèse refermée, on va finir avec le Core (wahou le jeu de mot de fou !) de notre Boxee Box, à savoir, un Intel Atom CE4100 cadencé à 1,2GHz « conçu pour le multimédia » qui remplit parfaitement cette tâche. Grâce à lui, notre box va pouvoir nous afficher des films en 1080p sans rechigner et gérer le Flash 10.1.

Nous finirons cette partie en disant que la belle est capable de gérer la plupart des formats audio/vidéo/photo, pour plus de détails sur ces derniers je vous invite à consulter la fiche technique mais je n’ai rencontré aucun problème de lecture quel que soit le fichier.

Test : Boxee Box

La Boxee Box en action

Ça y est on y est, voilà le moment tant attendu où vous allez pouvoir découvrir ce que la belle a dans le ventre et vous forger votre propre avis sur cette dernière. Aller, on se concentre car il y a pas mal de chose à dire sur le système embarqué dans la Boxee Box.

Commençons par faire plaisir à tous les Geek de la Fredzone en précisant que l’OS est basé sur un système Linux. Et là, je vois déjà les yeux de certains s’illuminer de joie, parlons justement de la stabilité de la bête avant d’aller plus loin. J’ai eu la chance (malchance en fait) de commencer ce test avec la version précédente du système, tout marchait comme il se doit, elle me plaisait de plus en plus à chaque utilisation. Puis est arrivé le nouveau firmware, qui en plus d’apporter notre belle langue au niveau de l’interface, a rendu la Boxee Box totalement inutilisable puisque cette dernière « freezait » toutes les dix minutes (« hard reboot » obligatoire). La belle est donc passée par la case « placard » (là où il y a votre vieille SEGA Megadrive II, Balance Board et Sabre Laser en plastique) mais rassurez-vous, cette histoire a une fin heureuse. En effet, grâce au crash du DD de mon Mac (snif), j’ai perdu mon article qui était sur la fin et j’ai donc dû repartir de zéro (je ne fais pas non plus un back up tous les quatre matins, à tort surement me direz-vous) et comme je suis plutôt têtu j’ai ressorti la box afin de comprendre et trouver une solution, car ça me passerait impossible qu’un constructeur déploie une MAJ qui ait de telles conséquences sur le système. Solution trouvée sur les forums anglais (apparemment j’étais le seul en France à avoir un cube noir qui me sert plus à rien) où l’on suggérait simplement de réinitialiser la bibliothèque, suggestion qui a fonctionné à merveille dans mon cas.

Tout ça pour vous dire, qu’il serait vous mentir en disant que la belle est exempte de bugs étant donnée « l’ampleur » de ce dernier, qui la rend quasi inutilisable (un néophyte l’aurait renvoyée sans se poser plus de questions). Et à l’inverse il serait injuste de dire que celle-ci en est victime, puisque hormis ce gros bug, elle fonctionne très bien et je n’ai plus rencontré aucun problème avec le système suite à cette réinitialisation de la bibliothèque. Je rajouterai pour relativiser qu’en tant que bon informaticien, je suis flemmard et donc au départ j’ai donné à la Boxee Box en guise de sources tout mon NAS, soit 700Go de données et pas que des musiques/films/photos, elle est donc plus facilement pardonnable.

Test : Boxee Box

Ceci étant dit, parlons maintenant des principales fonctionnalités de ce media-center. On rappelle que la Boxee Box accepte la plupart des formats audio/vidéo à partir de vos périphériques de stockage préférés  (clé USB, disque dur externe, carte SD) ou à partir de tout ce qui ce trouvera sur votre réseau grâce au module Wifi (b/g/n) ou encore le port Ethernet (100Mb/s). Dès la première utilisation de votre Boxee Box, vous pourrez configurer les sources audio, vidéo et photos. D-Link a bien fait les choses, en plus de sélectionner le répertoire à analyser pour l’ajouter à votre bibliothèque, vous pourrez sélectionner le type de média dont il s’agit afin de l’aider dans son analyse (elle sera un peu plus rapide) et surtout vous pourrez spécifier tous les combien vous souhaitez re-scanner votre répertoire. Super cool, on n’aura pas à le faire manuellement. Si vous sélectionnez « quotidiennement » par exemple, vous ajoutez un nouveau fichier sur votre NAS et à chaque allumage de la Boxee Box ce fichier sera scanné puis ajouté à votre bibliothèque, vous pourrez directement profiter de votre nouveau media. Bien entendu vous pourrez ajouter/supprimer/modifier les sources via les paramètres comme bon vous semblera par la suite.

On a les sources, c’est bien, maintenant il faudrait peut-être pouvoir en profiter. Pour ce faire, il vous suffira d’aller dans le menu que vous plaira à partir de l’accueil, et la fonction principale d’un media center c’est bien entendu la bibliothèque vidéo. Cette dernière a été créée suite à l’analyse de vos précieux fichiers, la Boxee Box se connecte à un service afin de récupérer des informations sur vos films, comme la jaquette, le synopsis (en anglais), la bande-annonce (anglais également), réalisateur/acteurs et moyenne des notes. Tous les fichiers qui n’ont pas pu être identifiés ne seront pas dans la bibliothèque mais un répertoire dédié à part. Vous pourrez lancer une analyse manuellement et modifier le nom de fichier afin de bien l’ajouter au reste de votre bibliothèque. Astuce d’ami au passage, je vous conseille avant d’ajouter des sources, de nettoyer le nom de vos fichiers afin de n’avoir plus que le titre du film pour que la box en reconnaisse un maximum. Dans mon cas je suis passé de un quart de reconnu lors de ma première analyse, à trois quarts pour la deuxième. Et si on se lançait un film ? Rien de plus simple, on le sélectionne avec notre télécommande, un pop up s’ouvrira vous permettant de voir la bande-annonce, relire le synopsis ou encore de « voir plus tard », le film sera alors placé dans cette rubrique dédiée. Certains verront surement une utilité à cette fonction, moi pas, mais en général on ne fait pas les choses pour rien donc certains doivent rechercher ce type d’option, en tout ça y est. Et bien entendu vous pourrez lancer le film, du début ou bien le reprendre là où vous vous étiez arrêtés même après avoir éteint la Boxee Box, cette dernière gardera en mémoire le temps que vous aurez visionné. Pas mal du tout, on n’aura pas à la laisser allumer ou en veille pour reprendre de là ou on en était. Après avoir fait votre choix, la bête va réfléchir quelques secondes selon le format, l’encodage et la taille du fichier et moins de trois secondes après (pour un .MKV 1080p), le processeur d’Intel vous en met plein la vue sans jamais rechigner. Vous aurez les contrôles classiques et vous pourrez durant la lecture modifier la piste audio ainsi que la piste des sous-titres. Et là encore D-Link a très bien pensé son système, vous pourrez en plus avancer ou retarder la piste audio/de sous-titres par rapport à la piste vidéo. Qui ne s’est jamais retrouvé devant un divx où on entend le mec de gauche parler quand c’est celui de droite à l’image ?

Test : Boxee Box

Parlons maintenant de l’audio. La box sera capable de lire la plupart de vos fichiers sans problème (il y a vraiment beaucoup de format pris en charge), au passage on notera que la belle est compatible dolby digital et donc que ceux qui ont du matériel audio compatible vont se régaler avec un super son surround (vivement STAR WARS au ciné avec des vaisseaux dans tous les sens) pour leurs films préférés. Revenons à notre bibliothèque musicale, on restera un peu sur notre faim, on pourra juste choisir d’avoir une vue par album ou par artiste, rien de plus, même pas un petit equalizer, on se contera de lancer notre musique et puis c’est tout. Et là c’est le moment où il faut que les développeurs m’explique un truc. Vous serez surpris de vous vous retrouver face une visualisation digne des années 2000. Vous vous souvenez surement du LG Chocolate, on était tout content de pouvoir mettre dix mp3 dessus et on avait une visualisation en formes de vagues multicolore. Eh bien vous aurez la même en encore plus moche (hem). Et surtout, écouter une musique (petit mp3) consommera bien plus de ressources (et donc d’énergie) que la lecture d’un film HD, 80% du CPU contre 50%. Ne me demandez pas comment c’est possible, je n’ai pas réussi à comprendre. On va finir cette partie vidéo sur une note plus joviale. J’ai constaté que la Boxee Box était capable de lire les fichiers .zip, et oui, donc si vous avez un album sous forme d’archive .zip, vous pourrez lire les musiques directement sans même les avoir extraites. Sympa comme anecdote.

Pour finir avec les fonctions principales du media-center, vous pourrez visionner toutes vos photos de vacances dans le menu qui va bien (aux formats BMP, GIF, JPEG, PNG) et ajuster la durée des transitions du diaporama.

Je vois que Kevin a une question. « Et l’aspect connecté/social, ça fait quand même partie des arguments de ventes, ça donne quoi ? ». La question qui fâche. Pour ce qui est de l’aspect social, la Boxee Box le gère bien. Lors du premier lancement, vous serez invité à créer un compte et par la suite vous pourrez devenir « amis » avec d’autres Boxeenautes et partager des vidéos par exemple. Vous pourrez bien entendu gérer votre compte Twitter ou Facebook, n’y étant pas inscrit je n’ai pas pu tester concrètement, mais cet aspect social est bien intégré au système, vous pourrez partager un film de votre bibliothèque par exemple sur votre réseau préféré. Enfin, vous aurez la possibilité d’échanger toutes vos photos coquines avec vos amis grâce à l’application Flickr, installée par défaut dans la Boxee Box. Plutôt bien garnie à ce niveau donc. Là où le bât blesse, c’est pour les applications et plus généralement les flux. Rien n’est encore prévue pour les Cocorico que nous sommes, tout est prévu Brian & Co, donc n’espérez pas pouvoir profiter de services VOD par exemple car lorsque vous lancerez l’appli (VUDU par exemple, est celle qui me proposait des vidéos sur la page d’accueil), vous aurez une belle erreur et vous n’aurez plus qu’à revenir sur l’écran de départ. Je n’ai pas testé la centaine d’applications disponibles mais la plupart se sont soldées par un échec. Incompatibilité ou tout simplement bug, certaines font même redémarrer le système. Tout n’est pas à jeter cependant, l’application Youtube est pas mal, même si au final je préfère Youtube XL, le célèbre site Web avec une interface pour télé qui fonctionne très bien dans le navigateur. Petit conseil concernant les applications destinées aux parents. Lorsque l’on accède à la liste complète des applications, ces dernières sont classées par popularité et on ne saura pas surpris de retrouver… Youporn – Bravo ! – en tête de liste. Donc pensez à activer le contrôle parental que D-Link a pensé à vous mettre dans les paramètres de la Boxee Box.

Passons maintenant au navigateur. Là encore, ce n’est qu’une option, à mon sens peu utile. Certes le navigateur réagit plutôt bien et gère le flash (wouhou ! Non, en fait c’est normal, ce n’est juste pas du Apple) mais la navigation n’est pas du tout aisée. Pour naviguer, vous devrez utiliser les flèches directionnelles de la télécommande afin de déplacer le curseur de la souris et de venir cliquer là où vous le souhaiterez. Plus vous laisserez appuyer, plus le curseur se délassera vite. Il est clair vous ne ferez pas du surf intensif avec, mais il peut s’avérer utile lorsque vous êtes plusieurs à vouloir regarder un site Web. Pour vous donner une idée, voici une vidéo vous montrant ce dernier à l’œuvre. Je répète un peu ce qui a déjà été dit, veuillez m’en excuser, c’est un bout de vidéo que j’avais fais avant et que je réutilise ici.

On va maintenant faire un petit tour par la case réglage afin que les Geek chevronnés de la Fredzone sachent à quoi s’attendre d’intéressant. Outre les réglages banaux, vous pourrez configurer un proxy (seulement PPT) si vous en utilisez un et même aller jusqu’à mettre en place un VPN. Pas mal du tout. Et encore mieux, j’ai déjà lu sur le net des personnes souhaitant pouvoir modifier l’affichage des sous-titres, ces derniers seront ravis d’apprendre que D-Link a pensé à eux. En effet vous pourrez modifier la taille, la couleur (six basiques) et même le type (normal, gras, italique) ! Si vous êtes un adepte de film en VO avec les sous-titres, vous trouverez certainement votre bonheur ici.

On finira ce test en parlant de l’interface/ergonomie du système. Tous les goûts sont dans la nature comme on dit, on aimera ou pas l’interface graphique du système de la Boxee Box, personnellement, il me va très bien. Simple à utiliser, agréable à l’oeil, mon seul reproche sera au niveau de la télécommande et du bouton deux en un, retour/menu. Il aurait été plus judicieux de faire un bouton différent pour chacune de ces fonctions. Maintenant je vous propose une courte vidéo durant laquelle je vous montre quelques fonctions de base de la Boxee Box et avec laquelle vous pourrez voir l’interface et vous forgez votre propre avis sur la belle.

En conclusion

Vous l’aurez compris, le media-center de D-Link ne laisse pas indifférent. Il est clair qui si vous envisagiez la Boxee Box pour son aspect « connecté », vous serez probablement déçu. Elle intègre très bien tout ce qui est aspect social, mais en dehors de cette fonctionnalité, le navigateur et surtout les « apps » ne sont que des options, peu utiles, puisque très peu de contenus sont disponibles à ce jour pour la France. Elle n’est pas encore parfaite sur le plan software, notamment avec son unique défaut d’ergonomie concernant le bouton menu/retour mais nous avons un système qui commence à arriver à maturité avec un bon suivi et des mises à jours qui s’enchainent, corrigeant les derniers ratés et ajoutant des petites fonctionnalités au passage.

Finalement, là où la belle use le plus de ses charmes, c’est dans ses fonctions principales de media-center, à savoir, gestion de bibliothèques et lecture de divers médias. Gérant les principaux types de périphériques de stockage de masse, dotée d’un système de plus en plus réactif à chaque mise à jour, capable de lire la plupart des formats audio et vidéo, le tout avec une bonne gestion des sous-titres configurables à souhait, elle s’impose comme un bon media-center. Et c’est ce qu’on lui demande de savoir faire à la base, ce qu’elle fait très bien. Cependant, la jolie demoiselle à un prix, et on aurait aimé ne pas dépasser la barre fatidique des 199 €. On la trouvera au prix de 219,96 € chez LDLC, mais finalement, à la vue de ses performances actuelles et de son potentiel pour les mois à venir (on espère des futurs flux pour les Français), elle entre directement dans la cour des grands.

On remercie LDLC et plus particulièrement Gilles pour ce test !

Note : Ceci n’est que mon second test/article, je vous invite une fois de plus à user des commentaires pour me faire part de toutes vos remarques et partager vos expériences bien entendu, ils sont là pour ça !

Mots-clés boxee boxtests