Test de la Logitech MX Master

Logitech a présenté une nouvelle souris positionnée sur le haut de gamme le mois dernier : la MX Master. Elle m’accompagne depuis un peu plus d’une semaine maintenant et elle est même parvenue à me détourner de ma bonne vieille Magic Mouse. Si vous voulez savoir pourquoi, alors cet article devrait vivement vous intéresser.

La MX Master vient donc succéder à la Performance Mouse MX au catalogue du constructeur. Elle se place sur le dessus du panier et elle s’adresse avant tout aux utilisateurs les plus exigeants et plus globalement à tous ceux qui passent beaucoup de temps sur leur ordinateur.

MX Master : photo 1

La boite de la MX Master.

Ce qui est précisément mon cas.

Avant d’aller plus loin, il est important de signaler que les souris de Logitech ont toujours occupé une place importante dans mon coeur. En réalité, ces mulots m’ont accompagné durant une bonne partie de ma vie. J’ai même passé de longues années en compagnie d’une MX Revolution avant de switcher sur Mac.

Packaging, Design & Ergonomie

La MX Master est livrée dans une boite sobre, mais efficace. Elle met en avant la marque et le modèle, avec un beau visuel en prime. Il est possible d’ouvrir le rabat placé à l’avant comme la page d’un livre. On tombe alors nez à nez face à la souris, avec quelques instructions en prime.

A l’intérieur de la boite et en dehors du mulot, on va trouver :

  • Un guide de mise en route rapide. Il comporte de nombreuses illustrations et il met bien en valeur les principales caractéristiques de l’appareil.
  • Un dongle USB permettant de connecter la souris à un ordinateur ne disposant pas du Bluetooth 4.0.
  • Un câble de recharge pour connecter la souris au port USB d’un ordinateur afin de recharger sa batterie.

Contrairement à ma vieille MX Revolution, la MX Master n’est pas livrée avec une station de recharge. Il faudra la connecter physiquement à l’ordinateur pour regonfler ses batteries.

La bonne nouvelle, c’est que Logitech a intégré un système de rechargement rapide. Il suffira de la placer en charge pendant une minute pour avoir deux heures d’autonomie.

La charge complète, elle, nous permettra de tenir 40 jours.

La MX Master est plus anguleuse que les modèles précédents. Elle n’en reste pas moins très agréable à prendre en main. Sachez d’ailleurs que son boitier a été sculpté à la main lors de la phase de conception. Cela tombe sous le sens mais il faut tout de même le préciser : cette souris s’adresse uniquement aux droitiers.

Il s’agit d’un avis subjectif, bien sûr, mais je la trouve jolie à regarder. Sa coque mélange plusieurs tons et plusieurs textures. A certains endroits, on trouve même un revêtement en mosaïque très doux au toucher. Il facilite d’ailleurs la préhension. Sinon, eh bien sa coque est faite d’un plastique noir mat, avec quelques touches de marron (doré) au niveau de sa base et de son flanc gauche.

Sur le plan ergonomique, la MX Master ne fait dans le dépouillé et le minimaliste. Elle intègre ainsi deux molettes : une première entre les deux boutons principaux, et une seconde sur le côté gauche, au dessus du pouce.

Elles nous permettront de faire défiler le contenu des pages à l’horizontale, ou à la verticale. Dans le prolongement de la seconde molette, nous allons aussi trouver deux boutons de navigation. La zone où repose le pouce est aussi cliquable.

Trois boutons sont placés sous la souris : un pour la mettre sous tension, un autre pour lancer la connexion et un dernier pour basculer entre nos différents ordinateurs. Ce point sera détaillé un peu plus bas.

Précisons pour finir que le boitier est assez imposant (85,7 x 126 x 48,4 mm) pour un poids ne dépassant pas les 145 grammes.

MX Master : photo 3

Le flanc gauche de la souris.

MX Master : photo 2

Encore la boite, sous un angle différent.

Spécificités & Performances

La MX Master intègre un capteur laser Darkfield doté d’une définition comprise entre 400 ppp et 1 600 ppp, pour une valeur nominale fixée à 1 000 ppp. Qu’est ce que ça veut dire ? Elle est extrêmement précise et elle peut fonctionner sur n’importe quelle surface. Cela vaut aussi pour le verre.

Sa batterie atteint une capacité de 500 mAh. Je l’ai évoqué plus haut, elle offre à l’appareil une autonomie de 40 jours avec une charge complète.

Mais le mulot a une autre particularité intéressante. Il propose une double connectivité. Si l’utilisateur pourra le connecter en Bluetooth, il aura aussi la possibilité de s’appuyer sur le récepteur fourni.

Attention cependant car l’ordinateur doit être équipé du Bluetooth 4.0 minimum pour pouvoir communiquer directement avec la souris. Sinon, il faudra passer par le dongle.

La portée maximale est fixée à 10 mètres.

En outre, la MX Master est aussi capable de se connecter à trois terminaux différents en simultanée. Elle vous permettra donc de prendre le contrôle de trois machines en un claquement de doigt. Pour basculer de l’une à l’autre, tout ce que vous aurez à faire, ce sera d’appuyer sur le bouton placé sous l’appareil.

Tout le monde n’en aura pas l’utilité, c’est vrai, mais il faut avouer que c’est très pratique de pouvoir contrôler deux machines avec une seule souris.

Chez moi, la MX Master est connectée à mon iMac, bien sûr, mais également à ma tablette Stylistic Q704 et elle me donne donc la possibilité de passer facilement de l’un à l’autre. J’ai d’ailleurs poussé le concept un peu plus loin en investissant dans un clavier Logitech K810, lui aussi doté des mêmes attributs.

Et oui, ça m’a vraiment changé la vie.

Je ne l’ai pas encore précisé mais la souris est compatible avec Windows 8, avec Windows 8, avec OS X 10.8 et avec OS X 10.10. Elle supporte aussi Windows 10, bien sûr. Je n’ai constaté aucun bug jusqu’à présent.

Quoi qu’il en soit, le mulot est très confortable à utiliser. La prise en main est idéale. Le seul défaut notable, de mon point de vue, se situe au niveau du bouton caché sur le flanc gauche. Il faut vraiment appuyer fort pour l’activer et c’est problématique car il est plus important qu’on pourrait le croire.

La MX Master est effectivement capable de reconnaître certains gestes.

Par défaut, sur OS X, si vous appuyez sur ce bouton et que vous bougez la souris vers la gauche ou vers la droite, alors vous pourrez changer de bureau virtuel. Si vous faites la même chose vers le haut ou vers le bas, alors vous pourrez accéder à Mission Control et à Exposé.

Fort heureusement, le mulot est totalement personnalisable. Il sera donc tout à fait possible d’attribuer cette fonction à un autre bouton et c’est précisément ce que nous allons voir dès maintenant.

MX Master : photo 5

La molette principale. Un régal à utiliser.

MX Master : photo 4

La forme de la MX Master a été sculptée à la main.

Logitech Options

Logitech a profité du lancement de la MX Master pour tirer un trait sur SetPoint. Paix à son âme. Pour configurer la souris, il faudra s’appuyer sur un nouvel outil du nom de Logitech Options.

Il regroupe le pilote de la souris et l’utilitaire qui va vous permettre de personnaliser son fonctionnement. L’interface est à la fois moderne, avec des visuels soignés mais dépouillés.

L’outil se structure autour de deux onglets. Le premier vous donnera la main sur la personnalisation de la souris. Il faudra simplement cliquer sur le bouton de votre choix et sélectionner la fonction associée dans la liste.

Parfois, des options supplémentaires apparaîtront, comme avec le bouton de geste évoqué dans la partie précédente.

La liste suivante n’est pas pleinement exhaustive, mais voici un aperçu des raccourcis proposés sur OS X :

  • Afficher le bureau.
  • App Exposé.
  • Assigner raccourci de frappe.
  • Bouton central.
  • Bouton d’alternance de mode.
  • Bouton de geste
  • Capture d’écran.
  • Lanchpad.
  • Mission Control.
  • Précédent, Suivant.
  • Rechercher.
  • Zoom intelligent (ou pas).
  • Contrôle multimédia.
  • Panoramique libre.
  • Personnalisée.

Bref, vous l’aurez compris, ce ne sont pas les choix qui manquent.

Le second onglet va vous donner la main sur tous les paramètres en lien avec la vitesse du pointeur et son sens de défilement. Vous pourrez aussi définir la sensibilité du Smart Shift et prendre la main sur deux ou trois options supplémentaires.

Logitech Options est simple, intuitif et bien pensé. Je le trouve aussi très accessible et je pense que les néophytes pourront l’utiliser sans aucune difficulté.

MX Master : photo 7

Sous la souris, les boutons.

MX Master : photo 6

La molette secondaire.

En Conclusion

La MX Master est une très bonne surprise et Logitech a presque fait un sans faute. Le seul défaut de la souris vient de ce fameux bouton dissimulé sur son flanc gauche, mais il suffira d’aller faire un tour dans l’utilitaire proposé par le constructeur pour régler le problème.

Je l’ai trouvée à la fois légère et confortable. Précise, aussi, et je pense que les graphistes devraient y trouver leur compte.

Mais son plus bel atout, de mon point de vue, vient de sa connectivité. Elle fera gagner beaucoup de temps à tous ceux qui doivent jongler entre plusieurs machines.

Et puis, bien sûr, il y a l’ergonomie générale. La souris épouse parfaitement la main et ses molettes sont très agréables à utiliser. Certes, celle du pouce est un peu rude, mais elle fait bien son travail et c’est finalement tout ce qu’on lui demande.

Packaging7.5
Design9.5
Performances9.6
Connectivité9.6
Personnalisation9.6
Prix8.5
Le MX Master est une excellente surprise. Belle, racée, connectée, elle cumule les bons points et elle n'aura aucun mal à vous séduire. Et encore plus si vous devez jongler quotidiennement avec plusieurs ordinateurs, ou plusieurs terminaux.
9.1