Clicky

Test de la Music Box 9 d’Energy Sistem : Une enceinte qui fait (un peu trop) Boom

Les beaux jours sont là et les vacances d’été approchent à grands pas avec ce qu’elles apportent de donzelles en bikini, de cocktails à siroter tranquillement à l’ombre d’un parasol, et d’heures à passer le long d’une piscine. Quoi de mieux dans ces conditions que d’ajouter une enceinte Bluetooth au tout pour superposer une bande son convaincante à cette délicieuse ambiance estivale que l’on attend toute l’année ?

Voilà une question des plus rhétoriques, mais qui en amène une autre, cette fois beaucoup plus pratique et terre à terre : quelle enceinte choisir ? Et de ce côté il faut dire que la tache peut sembler ardue, d’autant plus quand on jette un œil à la quantité affolante de références proposées sur Amazon et ailleurs.

Entre les enceintes JBL ou Beats, qui cartonnent chez les collégiens ; les modèles – parfois élitistes – de chez Bose ou B&O ; et les produits avant tout axés sur un rapport qualité prix séduisant, proposés par des constructeurs moins connus comme Anker ou Creative ; Energy Sistem, une marque méconnue elle aussi nous propose aujourd’hui sa Music Box 9.

Il s’agit là d’une enceinte de taille assez conséquente, commercialisée au tarif indicatif de 129 euros, qui profite d’un son prometteur à la première écoute. Nous l’avons à disposition depuis un peu plus de deux semaines et voici ce que nous avons pensé d’un engin qui a su nous convaincre, du moins en partie.

Fiche Technique

La Music Box 9 d’Energy Sistem embarque 4 haut-parleurs pour une puissance totale de 40 watts, elle profite d’une connectivité Bluetooth 4.2 et d’une batterie de 4000 mAh pour une autonomie estimée entre 4 et 20 heures en fonction du volume utilisé, et un temps de recharge de 2h30 selon la marque.

Côté connectique, l’enceinte du constructeur espagnol fait dans le classique avec une entrée pour la recharge sur secteur, une prise Jack 3,5mm et un port USB. Sa particularité est toutefois de proposer également un slot Micro SD qui permettra d’accueillir une carte du même nom d’une capacité maximale de 128 Go. La lecture de fichiers audio se limite toutefois à du MP3 et du WAV.

Notons par ailleurs que la Music Box 9 profite d’une fonction radio et qu’elle peut être couplée en Bluetooth à une autre Music Box 9, pour profiter d’un son plus étendu. Nous n’avons toutefois pas été en mesure de tester cette fonctionnalité.

Terminons ce rapide briefing en précisant que le tout tient dans un boîtier de 310 x 120 x 106 mm, pour un poids d’un peu plus de 2 kilos.

Design & Ergonomie

Ni vilaine ni particulièrement élégante ou originale, l’enceinte d’Energy Sistem s’avère surtout costaude et relativement lourde. Selon nous ce n’est pas un problème en soi, mais l’on n’aura pas forcément envie de la trimbaler dans son sac dès qu’une occasion de sortie se présentera. Chacun verra de sa fenêtre si c’est gênant ou non, mais de manière générale on aurait tout de même apprécié un format un peu plus compact et un poids un peu moins notable.

Sur le côté gauche de cette Music Box 9 est centralisée toute la connectique de l’appareil, tandis que son côté droit accueille deux boutons. Le premier permet de passer d’un mode de lecture à l’autre (Bluetooth, USB, Micro SD, Radio…), le second déclenche l’activation de la fonction (évoquée plus haut) qui laissera à l’utilisateur le soin d’appairer deux Music Box 9 l’une à l’autre pour qu’elles travaillent ensemble.

Sur le dessus de l’enceinte, plusieurs touches très classiques sont alignées. Elles permettent tout bêtement de mettre en marche ou d’éteindre l’enceinte (la chose se fera au passage avec un joli morceau de piano dans un sens comme dans l’autre), de passer d’une piste à l’autre ou encore d’augmenter ou diminuer le volume. Des commandes tout ce qu’il y a de plus standard.

L’ensemble de l’enceinte profite d’un habillage peau de pêche agréable au toucher, mais malheureusement très salissant et sensible aux traces immanquablement laissées par des doigts un peu trop gras. Ses lignes sont classiques, mais les côtés arrondis du dispositif viennent apporter un peu de douceur à l’ensemble. Si la Music Box 9 n’est pas un canon de beauté, elle n’est pas le laideron du lycée pour autant et s’avère au moins très sobre et relativement passe partout.

On peut également s’accorder pour dire que cette figure horizontale, noire mat, ne souffre pas du moindre défaut d’assemblage et que les plastiques qui la composent respirent la qualité. On a affaire à du solide, ça se sent, ça se voit… et ça se soupèse. Reste que cette apparente solidité et le positionnement de l’enceinte sur le marché aurait pu donner lieu à une étanchéité complète de l’appareil. Ce n’est pas du tout le cas et c’est assez dommage, d’autant que ce genre de bonus est de plus en plus courant sur les enceintes Bluetooth. Ici il faudra faire sans… et éviter de trop éclabousser l’appareil.

Autre défaut du dispositif, il est impossible de le recharger autrement que sur secteur, avec un chargeur traditionnel et non USB. Impossible donc d’utiliser le chargeur de son smartphone pour redonner du jus à la batterie ou de la recharger en la connectant à une batterie externe par exemple. En l’état, le produit d’Energy Sistem n’est pas aussi nomade qu’il aurait pu l’être. Heureusement son autonomie rattrape le coup, nous y reviendrons un peu plus loin.

Fonctionnalités, Autonomie & Son

En termes de fonctionnalités, Energy Sistem fait dans le basique, mais pense tout de même à proposer une application qui fait à la fois office de lecteur audio et d’égaliseur. Ultra basique, cette dernière se révèle d’un intérêt très limité puisque l’égaliseur, qui aurait pu être intéressant pour adapter l’enceinte à différents genres musicaux, n’est pas convaincant pour deux sous. Il est d’ailleurs impossible de l’utiliser pour activer un preset qui sera conservé si l’on passe sur un autre lecteur que celui de l’application. Bref, épargnez-vous un téléchargement.

Au-delà de cette application dispensable, la Music Box 9 ne propose pas de compatibilité avec un quelconque assistant personnel. On a affaire à une enceinte Bluetooth somme toute classique qui ne lorgne pas sur ses collègues connectées. Seule fonctionnalité notable de l’ensemble : la possibilité de passer de la musique directement depuis une clé USB ou une carte SD. Pas de quoi se relever la nuit d’autant que la navigation entre les différentes pistes et les divers albums sera assez laborieuse en l’absence d’écran et de commandes adaptées. Tous les morceaux semblent être ajoutés les uns à la suite des autres sans que les dossiers dans lesquels ils sont classés ne soient vraiment pris en compte.

C’est très peu pratique et lorsqu’on a copié une bibliothèque conséquente de MP3 sur une clé USB, on passe son temps à naviguer laborieusement d’une piste à l’autre jusqu’à trouver celle qu’on cherche. Au final, on retournera vite fait sur son smartphone et sur Spotify, Deezer ou Apple Music.

Mais au diable les fonctionnalités tapageuses, l’intérêt de cette Music Box n’est pas là, il réside plutôt du côté de son autonomie généreuse et du son qu’elle est capable de cracher.

On peut notamment compter sur une endurance conséquente qui s’établit grosso modo au niveau des estimations du constructeur. Si l’autonomie varie sensiblement en fonction du volume choisi, on peut s’accorder à dire que l’enceinte tiendra facilement 8 ou 9 heures en réglant le volume à 70 %, et un peu moins si l’on pousse ce dernier à son niveau maximum.

C’est très honnête et cela permet à l’appareil d’être suffisamment indépendant d’une prise secteur pour en profiter en extérieur un bon moment avant de devoir plier les gaules. Notons par contre que faute d’un quelconque indicateur visuel, le niveau restant de batterie est assez difficile à connaître en cours d’utilisation.

Last but not least, le son. La Music Box 9 profite d’une restitution sonore de qualité, c’est évident, mais qui s’avère très axée sur les graves et les médiums. Une signature sonore bien marquée qui a ses avantages et ses inconvénients… en fonction des styles musicaux que l’on sera amenés à écouter ou à privilégier.

Ce son rond et chaud, souligné par des basses qui bondissent bien à l’oreille sera idéal pour les amateurs de musique électro, de RAP, de Raggae, de Funk et consorts. Sur la Music Box 9, les tubes de l’été auront également fière allure au même titre que les morceaux faisant la part belle au chant. Malheureusement ce parti pris sonore est à double tranchant.

Si vous préférez les riffs suraigus d’Angus Young, les solos enivrants de John Frusciante ou la virtuosité de Yehudi Menuhin, Itzhak Perlman et consorts aux compositions électroniques d’un Calvin Harris, vous risquez en effet d’être un peu déçus. Le retrait assez marqué des aigus à l’écoute (au profit d’un effet « boomer » qui est lui très présent) et le manque de subtilité de l’enceinte lorsqu’on sort des graves et des médiums posera régulièrement problème pour de la musique classique ou du Rock par exemple.

Dans le cas de morceaux typés rocks, on entendra alors très nettement la grosse caisse et la basse, au détriment des solos de guitare et de la charleston, qui auront pour leur part un peu de mal à être correctement entendus. Rien de dramatique dans l’ensemble, mais on aurait apprécié un aspect sonore moins typé et plus équilibré.

À défaut de plaire à tout le monde, le son de l’appareil est en revanche inattaquable sur certains points. L’enceinte d’Energy Sistem a ainsi le mérite de ne (presque) jamais saturer. Même à plein volume le son reste propre, quels que soient les morceaux choisis. Nous aurions toutefois aimé que la Music Box 9 ne soit pas atteinte d’une latence aussi notable (utiliser l’enceinte en complément d’un smartphone ou d’une tablette pour regarder une vidéo sera à éviter) et qu’elle soit par ailleurs un poil plus puissante.

Dans un environnement très bruyant, la dame aura parfois du mal à se faire entendre autant qu’on le voudrait.

DESIGN7
ERGONOMIE7
FONCTIONS6
SON8
AUTONOMIE8
PRIX8
La Music Box 9 d’Energy Sistem est une enceinte intéressante. Elle dispose d’une signature sonore qui ne fera pas forcément l’unanimité mais qui s’avère maîtrisée d’un bout à l’autre. Sa qualité d’assemblage sérieuse, son autonomie confortable et son positionnement tarifaire honnête sont également à porter à son crédit. Nous regrettons par contre un design qui manque de folie, l’absence d’étanchéité, le manque de fonctionnalités marquantes, ainsi qu’un poids peut-être un peu élevé.
7

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.