Clicky

Test de l’Asustor AS6404T

Asustor a lancé en fin d’année dernière un nouveau NAS composé de quatre baies et axé sur une utilisation de type multimédia, lAS6404T. Il m’a accompagné durant quelques mois et le moment est donc bien choisi pour faire un point complet sur ce NAS extrêmement flexible.

Certains d’entre vous s’en souviennent sans doute, mais les NAS étaient à la base uniquement faits pour aider les entreprises à centraliser leurs fichiers à moindre coût et les constructeurs se focalisaient du coup essentiellement sur le stockage.

AS6404T : photo 1

Depuis, bien sûr, les choses ont bien changé. Un NAS peut être utilisé pour pas mal de choses différentes.

Certains utilisent ces appareils comme serveurs d’impression, d’autres pour stocker les sites web en cours de prod, d’autres encore pour stocker et rendre accessible leur bibliothèque multimédia entre divers appareils.

Asustor, de son côté, s’inscrit pleinement dans cette dynamique et le constructeur est ainsi connu pour proposer des NAS extrêmement flexibles et capables de répondre à des usages très différents. C’est bien entendu le cas de l’AS6404T.

Design, Ergonomie & Connectique

L’AS6404T ressemble à tous les autres NAS de la marque taïwanaise et il est ainsi doté d’un beau boîtier métallique sombre et d’une façade en plastique composée d’un écran, de plusieurs boutons et de quatre baies de stockage. Il sera donc capable d’accueillir un maximum de quatre disques durs.

L’ensemble est solide et inspire confiance. On sent immédiatement que l’AS6404T est fait pour durer.

La mise en place des disques est extrêmement simple. Il suffit en effet de tirer sur la poignée des baies pour extraire les racks de leur emplacement. Il suffira ensuite de visser les disques à leur structure en utilisant les vis fournies pour les mettre en place.

Fidèle à ses habitudes, Asustor s’est montré extrêmement généreux et le NAS est ainsi livré avec plusieurs jeux de vis pensés pour des disques de 3,5 et de 2,5 pouces et avec deux câbles ethernet, en plus de toute la documentation habituelle et des traditionnelles brochures.

Pas de grosse surprise au niveau de la connectique non plus. L’AS6404T embarque une prise USB 3.0 à l’avant, une prise directement intégrée au bouton de copie rapide. Il suffira ainsi de brancher une clé ou un autre support de stockage à cet endroit et de presser le bouton pour copier en un instant son contenu sur le NAS.

Le reste de la connectique est située à l’arrière et là on trouve, en plus de l’alimentation, deux ports USB 3.0, deux Ethernet Gigabit, une prise de sécurité Kensington, une sortie HDMI 2.0 et une sortie S/PDIF.

L’écran et ses quatre boutons nous permettront d’accéder à diverses informations et options comme l’adresse IP du NAS ou encore les fonctions de redémarrage, arrête et mise en veille. Bien sûr, il faudra impérativement se rendre dans ADM pour pouvoir configurer finement l’appareil ou installer de nouveaux modules, mais cet écran a tout de même pour avantage de nous donner directement accès aux infos usuelles.

AS6404T : photo 2 AS6404T : photo 3

Puissance & Transferts

Asustor n’a pas apporté de gros changements sur la partie esthétique, ni même au design de son NAS. En réalité, le constructeur a repris le même châssis que l’AS7004T.

En revanche, le contenu change pas mal. Là, on trouve en effet pour commencer un Intel Celeron J3455 composé de quatre cœurs cadencés à 1,5 GHz, avec un burst mode à 2,3 GHz. La mémoire vive atteint pour sa part les 8 Go et on trouve donc quatre baies capables de gérer un maximum de 48 To de données.

L’offre est donc solide et Asustor a également apporté le plus grand soin au système de refroidissement du NAS pour le rendre aussi efficace et silencieux que possible.

D’après la fiche technique, le niveau de bruit de l’appareil se situerait ainsi en dessous de celui de l’AS7004T, avec 17,6 dB contre 20,7 dB pour ce dernier. L’AS6404T consomme aussi un peu moins  et il atteint ainsi les 24 W en fonctionnement contre 39,1 W pour son cousin.

Si je n’ai pas pu établir de comparaison au niveau de la consommation, l’AS6404T m’a tout de même semblé au premier abord un peu plus bruyant que l’AS7004T (testé ici). Toutefois, les conditions du test n’étaient pas les mêmes puisque ce dernier avait été testé en plein hiver et dans une pièce beaucoup plus fraîche.

En copie, tout dépendra des fichiers à transférer, mais le NAS atteindra en moyenne les 112 Mb/s en lecture et les 111 Mb/s en écriture sur des fichiers de 5 Go. C’est la valeur indiquée sur le site du constructeur et c’est aussi ce que j’ai pu constater sur mon exemplaire de test.

Toutefois, il est important de signaler que la vitesse des transferts dépend aussi des fichiers utilisés. Le NAS sera plus à l’aise avec des fichiers plus lourds, mais moins nombreux. Là, il atteindra en moyenne les 100 Mb/s en écriture. Avec des fichiers plus nombreux et plus légers, il tombera autour des 80 Mb/s en moyenne.

Si vous avez écouté ou lu attentivement ce qui précède, alors vous savez que l’AS6404T est équipé d’une sortie HDMI 2.0 pour faciliter les usages de type multimédia. Le NAS est en outre homologué 4K et il sera donc capable de lire du contenu en très haute définition sans sourciller.

J’ai fait le test chez moi en connectant le NAS à mon écran LG 4K et en lisant une copie d’un de mes Blu-ray 4K, à savoir Interstellar.

J’avais un peu peur que le Celeron ne soit pas en mesure de lire correctement le film, mais il s’en est bien sorti. L’AS6404T sera donc parfaitement capable de remplir la fonction de media center… à partir du moment où vous le connectez directement à votre écran ou bien à votre téléviseur. Si vous passez par le réseau local, il vaudra mieux ne pas aller au-delà du 1080p pour éviter de très vilaines coupures.

AS6404T : photo 4 AS6404T : photo 5

Plateformes & Fonctions

Un NAS n’est rien sans sa plateforme. Asustor est justement réputé pour la fiabilité et la flexibilité de son ADM et il était donc impossible de ne pas aborder ce point dans ce test.

Pour accéder à ADM, ce n’est pas compliqué, il suffit de se coller sur son navigateur et de saisir l’adresse IP du NAS. Il nous renverra alors directement sur la page de connexion. Par défaut, il suffira de saisir admin sans mot de passe pour s’identifier et pouvoir accéder à ADM.

Ensuite, vous vous retrouverez face à une interface ressemblant énormément à iOS.

Cette dernière se structure donc autour de plusieurs écrans d’accueil sur lesquels ont été disposées des icônes correspondant aux différents modules ou applications installées sur le NAS. Pour lancer un module, il suffit de cloquer sur l’icône correspondante et la fenêtre associée s’ouvrira ensuite à l’écran, avec un fonctionnement similaire à celui des fenêtres de Windows, Linux ou OS X. Il sera ainsi possible de réduire, fermer ou déplacer les fenêtres en quelques clics.

Je ne vais pas passer en revue tous les modules proposés, mais on va tout de même s’arrêter sur les principaux outils d’ADM.

ADM : capture 1

Le module contrôle d’accès est l’un des plus importants. Il vous permettra en effet de créer plusieurs utilisateurs et de les répartir dans les groupes de votre choix. Ensuite, en passant par le sous-menu « dossiers partagés », vous pourrez donner configurer finement les autorisations pour chaque groupe.

Grâce à ce système, il sera par exemple possible de partager le contenu d’un répertoire avec un client ou encore de proposer à vos amis un FTP regroupant toutes vos créations vidéos ou même tous vos bruitages de bouche réalisés durant vos soirées de beuverie.

ADM : capture 3

L’explorateur de fichiers donne une vision d’ensemble de tous les dossiers présents sur votre NAS. Si vous avez besoin de créer de nouveaux répertoires, c’est donc par ce module que vous devrez passer. À noter que ce dernier ne se limitera pas aux dossiers stockés physiquement sur les disques du NAS et il fera aussi apparaître ceux des périphériques externes connectés dessus.

ADM : capture 4

L’outil de sauvegarde et de restauration devrait intéresser les plus frileux d’entre vous puisqu’il vous permettra de configurer des sauvegardes automatiques en vous appuyant sur le cloud ou même sur d’autres NAS. Il sera notamment possible d’activer le Rsync et de synchroniser ainsi tous les dossiers et tous les fichiers présents sur votre NAS avec d’autres appareils compatibles. Grâce à ce système, vous pourrez par exemple récupérer le contenu de votre NAS sur un second serveur de stockage.

ADM : capture 5

Le module consacré aux services doit être utilisé avec parcimonie et il s’adresse ainsi aux utilisateurs les plus expérimentés. Grâce à lui, il sera en effet possible ou de désactiver les différents services intégrés à la plateforme, comme WebDAV, Rsync, SNMP ou même NFS. Si vous ne comprenez pas ces acronymes, il sera préférable de passer votre chemin.

ADM : capture 6

Les réglages donnent pour leur part la main sur toutes les options de configuration du NAS et ils vous permettront par exemple de changer son nom ou son IP, mais aussi de lui indiquer les serveurs DNS à utiliser. Si vous le désirez, vous pourrez aussi activer ou désactiver l’IPv6 ou même configurer une connexion VPN pour sécuriser les échanges de données effectués à partir du NAS.

ADM : capture 7

Le gestionnaire de stockage porte bien son nom et il regroupe ainsi dans une seule et même application tous les paramètres liés à vos disques. C’est notamment lui qui vous permettra de modifier votre RAID ou même de connaître l’espace de stockage restant.

ADM : capture 8

L’AppCentral est l’endroit où vous irez pour ajouter de nouvelles applications à votre NAS. Ce dernier fonctionne un peu comme l’AppStore et il suffira ainsi de cliquer sur le nom d’une application pour accéder à sa fiche et connaître son fonctionnement.

Pour installer un outil, il suffira de cliquer sur le bouton correspondant et le NAS se chargera ensuite de tout à votre place. Une fois l’application installée, vous verrez apparaître un nouveau raccourci sur l’écran d’accueil et vous pourrez alors la configurer.

AS6404T : photo 6 AS6404T : photo 7

En Conclusion

L’AS6404T, comme on l’a vu, ne manque pas de ressources et cela vaut aussi bien sur les transferts que sur le transcodage. L’appareil est en effet à l’aise avec les vidéos les plus volumineux et il sera donc parfaitement capable de lire des films en 4K sans sourciller.

Mais sa véritable force, de mon point de vue, se trouve du côté de sa flexibilité. Grâce à la richesse de son AppCentral, l’AS6404T peut effectivement être personnalisé à notre guise et c’est vraiment une très bonne chose.

C’est une bonne chose parce que l’appareil ravira finalement tous les publics et aussi bien les mordus de séries et de cinéma que les professionnels à la recherche d’une solution de stockage solide pour leurs données et celles de leurs clients.

Encore une fois, Asustor s’est donc surpassé.

L’AS6404T peut être trouvé sur Amazon au prix de 697 €.

DESIGN7.5
PUISSANCE8.5
FONCTIONS9.5
CONNECTIQUE9.5
PRIX9
L'AS6404T ressemble beaucoup aux autres NAS de la marque taïwanaise, mais cela ne l'empêche pas d'apporter quelques ajouts très sympathiques.
8.8
Mots-clés asustorvidéo

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.