Clicky

Test des « Hide » de CellularLine : Les True Wireless à prix gentil

Incontestablement lancée par Apple et ses Airpods, la mode des écouteurs « True Wireless » n’en finit plus de faire parler d’elle et de pousser les grands constructeurs à proposer des modèles de leur cru. Des modèles dont les prix peuvent facilement s’envoler sans que la qualité sonore ne soit pour autant au centre de l’expérience finale, qui s’axe parfois un peu trop sur la praticité et la liberté de mouvement – et dans certains cas au détriment de l’écoute en elle-même.

Avec ses « Hide », l’italien CellularLine souhaite pour sa part proposer un bon compromis en lançant sur le marché – au tarif de 79,95 euros – des écouteurs ultra-compacts prenant des airs de rapport qualité-prix inattaquable. Ça, c’est en tout cas ce qui est affiché sur le papier, mais le mieux reste probablement d’examiner tout ça de plus près au travers d’un test en bonne et due forme.

Fiche technique

Nous ferons court sur ce point pour rentrer dans le vif du sujet au plus vite. Les écouteurs proposés par le constructeur sont compatibles avec l’ensemble des appareils fonctionnant au travers de la norme Bluetooth 1.1 et au-delà. Autant dire que votre smartphone, quel qu’il soit, n’aura aucun mal à les prendre en charge. Pour autant, CellularLine ne se montre pas plus précis sur la question de la connectivité.

Écouteurs True Wireless oblige, ces derniers sont accompagnés d’un étui dédié tant à leur transport qu’à leur recharge. Ce dernier se dote d’une batterie 2200 mAh, d’un port USB classique et d’un port micro USB pour faire le plein d’énergie. Le tout s’articule autour d’un système coulissant, qui permet de faire apparaître la connectique destinée à la recharge ou les deux petites « alcôves » des écouteurs, mais aussi de refermer l’ensemble en un clin d’œil.

Côté taille, les « Hide » plafonnent à 3 cm de long pour à peine 1,5 cm d’épaisseur pour ce qui est de la partie qui restera en dehors de l’oreille. Ils sont donc très discrets et se positionnent comme faisant partie des offres les plus compactes du marché.

À noter enfin que le packaging contient 1 petit câble micro USB, ainsi qu’un jeu d’embouts permettant d’adapter les écouteurs aux différentes tailles d’esgourdes. Rien d’inhabituel donc.

Design & Ergonomie

Les « Hide » sont élégants, difficile de dire le contraire. Ils sont petits, discrets et il est fréquent de ne pas les remarquer lorsqu’on voit quelqu’un les porter. De toute évidence il sera difficile de les attaquer sur ce point, d’autant qu’en termes d’assemblage tout va bien. Les plastiques sont de qualité et un effet « peau de pêche » permettra de les rendre assez agréables au toucher tout en leur conférant un certain grip.

Pour ce qui est de la boite qui accueille les deux écouteurs le constat est un poil plus mitigé. Dans l’ensemble c’est convaincant, le tout semble solide et s’avère tout aussi compact, ce qui est une bonne chose naturellement. Le concept coulissant, tout droit inspiré des boites métalliques de bonbons « Cachou Lajaunie », fonctionne super bien et se montre très pratique au quotidien. On accède à ses écouteurs très facilement et ces derniers sont bien protégés lorsqu’on les met en charge.

Notons en outre que l’emplacement des écouteurs est aimanté. Il suffira donc de présenter ces derniers près de leur orifice de rangement pour qu’ils soient directement happés et correctement positionnés. Le rangement sans aucun effort en somme.

En réalité le diable se cache une fois de plus dans les détails. Ce sera notamment le cas de l’effet « peau de pêche » que l’on retrouve sur l’extérieur du boîtier. Il s’avère salissant et prend très vite les traces de doigts, c’est un peu dommage. Mais le plus gênant viendra des mentions que CellularLine s’est senti obligé d’afficher sur le pourtour de la boite. En un mot, c’est moche.

S’il s’agit probablement de mentions obligatoires (ou tout du moins en partie), il aurait sûrement été possible de faire plus discret et / ou d’attirer plutôt l’œil de l’utilisateur sur un joli logo ou un effet de texture différent. Là rien. On ne voit que la suite d’informations gravées par le constructeur et on aurait aimé profiter d’un objet un peu plus élégant à glisser dans le fond de sa poche ou dans un recoin de son sac…

Ceci étant, ce petit couac esthétique reste pardonnable et il n’enlève finalement pas grand-chose à la bonne impression que l’ensemble donne dès la première prise en main. Une bonne impression qui se confirme lorsqu’on décide de positionner les écouteurs de CellularLine dans nos délicates oreilles.

En termes de maintien, ces derniers ne souffrent pas du moindre défaut. Ils tiennent parfaitement en place et ce quelque soit les activités que l’on entreprendra. On pourra sauter, courir et bouger dans tous les sens, sans que les intras de CellularLine ne jouent les filles de l’air.

La chose est d’autant plus étonnante que les écouteurs se posent dans l’oreille plus qu’ils ne s’y enfoncent. Surprenant pour des intras, mais ça fonctionne. Une affaire d’équilibre complètement maîtrisé qui rend le tout agréable à porter, même sur une période prolongée.

Au niveau des commandes, l’horizon s’obscurcit. Du fait de leur format très compact, les « Hide » ne peuvent se doter de fonctionnalités étendues. On y trouve un bouton sur chaque écouteur. Ces deux commandes permettent uniquement de mettre en marche le dispositif. Au travers d’un appui long, l’appairage s’opère et il ne faudra pas en demander beaucoup plus aux écouteurs du constructeur italien. Enfin, si, on peut lancer un appel au dernier correspondant en cliquant deux fois sur la commande de l’écouteur gauche et profiter d’une fonctionnalité « Play / Pause » et prise d’appel en cliquant une fois sur cette même touche.

Rien de folichon donc, mais le plus irritant sera toutefois l’inconfort généré par l’usage de ces quelques commandes. La plupart du temps on sera tenté de démarrer les écouteurs avant de les enfiler (pas toujours évidant de savoir s’ils sont correctement allumés et synchronisés du coup) et l’on évitera le plus souvent d’utiliser lesdites commandes de peur de se faire mal. Les touches sont en effet assez peu faciles d’accès et il faudra appuyer fort dessus pour les faire fonctionner. Autant dire que quand les écouteurs sont en place, l’opération se montre assez peu plaisante pour le conduit auditif. Vous êtes prévenus.

Fonctionnalités, Autonomie & Son

Inutile de tourner autour du pot, CellularLine n’a pas jugé bon d’intégrer de fonctionnalités particulières à son produit. Le constructeur ne propose pas d’application permettant de gérer les écouteurs de manière plus fine, c’est assez dommage. On aurait aimé profiter de différents presets sonores, et pouvoir mettre les mains dans le cambouis au travers d’un égaliseur. Rien de tout ça à l’horizon. Il faut donc se contenter des réglages d’usine et rien d’autre.

De la même manière, la marque ne propose pas de support pour les différents assistants personnels présents sur le marché. Il s’agit pourtant d’une fonctionnalité qui se fait de plus en plus fréquente sur ce genre de produit. Compte tenu des problèmes d’accès aux commandes que nous avons évoqué plus haut, le constructeur aura peut-être préféré s’abstenir…

En termes d’autonomie les « Hide » sont loin de s’ériger comme les écouteurs True Wireless les plus endurants, mais heureusement, il y aura quand même de quoi s’amuser avec ces derniers. Concrètement il faudra compter 3 petites heures d’autonomie au niveau des écouteurs en eux-mêmes, c’est loin d’être éblouissant, mais ce sera suffisant dans la plupart des cas.

Bien évidemment cette autonomie de base sera complétée par celle du boîtier. CellularLine annonce fièrement 15 recharges, mais nous cherchons encore comment la marque a pu obtenir de pareils résultats.

Sur nos deux semaines de test nous avons été en mesure de recharger 7 à 8 fois nos écouteurs (partiellement déchargés) avant que leur station d’accueil ne nous demande à être raccordée à une prise secteur ou une entrée USB quelconque.

Une recharge qui passera par un port micro USB tout ce qu’il y a de plus classique. Pas de Type-C à l’horizon et pas de possibilité de charge rapide non plus. Il faudra donc prendre son mal en patience pour faire le plein et compter deux heures environ avant de profiter de nouveau d’une batterie 100 % pleine.

L’épineuse question de l’autonomie derrière nous, il est temps d’aborder celle du son. Le meilleur pour la fin… Enfin, presque.

Loin d’être mauvais, les écouteurs de CellularLine ne peuvent prétendre au titre de meilleur compromis au niveau sonore. On y découvre un son en tout point honnête compte tenu du tarif affiché et de la compacité du produit, mais il ne faut pas s’attendre à des merveilles.

Dans l’absolu l’écoute demeure plaisante, mais l’on ne peut pas passer à côté de certains défauts d’équilibrage qui viennent ternir une expérience qui aurait pu être bien meilleure. Il faut ainsi faire avec des basses assez timides et un son qui manque sérieusement de relief de manière générale. C’est dommage, mais ce n’est pas rédhibitoire si l’on replace les choses dans leur contexte et si l’on compare les « Hide » à la concurrence immédiate. Une concurrence qui reste toutefois limitée à moins de 100 euros.

Toutefois, et au-delà, de la qualité sonore en elle-même, nous brandirons un gros carton jaune à CellularLine en ce qui concerne la synchronisation des deux écouteurs. Dans le cas présent, le son semble envoyé du smartphone à l’écouteur gauche, qui devra pour sa part le retransmettre à son collègue côté droit.

Conséquence d’un souci de conception ou d’un défaut de connectivité quelconque, l’écouteur droit aura tendance à se désynchroniser assez fréquemment. Suffisamment en tout cas pour que l’on mentionne ce défaut ici bas. Dans les faits, quand cela arrive, l’écouteur gauche continue de fonctionner normalement pendant que l’autre s’arrête d’opérer durant quelques millisecondes.

La plupart du temps le problème se réglera de lui-même assez rapidement… mais en énervant l’utilisateur au passage. Malheureusement, ce n’est pas la seule chose que l’on élèvera au rang des gros inconvénients. Pour l’écoute de films et de vidéo, les « Hide » font du mauvais travail, non pas au niveau du son en lui-même (qui conviendra parfaitement à ce genre de contenus), mais au niveau de la latence induite par la connexion True Wireless. Le plus concrètement du monde, un décalage son / image très notable sera de la partie, réservant de fait les écouteurs de CellularLine à de l’écoute musicale uniquement.

DESIGN8
ERGONOMIE8
SON6
FONCTIONS6
PRIX9
En dépit d’une expérience sonore perfectible et de quelques défauts irritants, les écouteurs True Wireless de CellularLine se positionnent comme une offre honnête qui pourra séduire les utilisateurs ayant un budget serré. Pour moins de 80 euros on hérite d’un produit plutôt bien fini, très discret, et disposant d’une autonomie correcte. Si vous n’avez pas plus d’argent à investir dans des intras Bluetooth, ces écouteurs sont une alternative plaisante aux Wiko Wishake, par exemple.
7

Share this post

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.