Clicky

Test du Dell XPS 13 : Un laptop qui n’a de petit que le format

Dans la jungle luxuriante et surtout surtout broussailleuse du marché des laptops compacts et performants, le XPS 13 du constructeur texan Dell fait depuis quelques temps figure de prédateur aux longs crocs et aux griffes acérées. En somme, une bête qu’il faut mieux éviter d’aller chatouiller derrière les oreilles et qui s’impose sans mal sur le haut de la chaîne alimentaire année après année.

C’est donc dès ici, sans plus attendre, que nous enfoncerons d’un bon coup d’épaule une porte déjà grande ouverte en disant que oui, la dernière variante du XPS 13, qui nous accompagne au quotidien depuis près de deux semaines, est – et reste – l’une des meilleures offres sur le marché à l’heure actuelle… en dépit tout de même de quelques défauts qui nous chagrinés. Entre puissance et compacité, maîtrise et classicisme, la star des PC portables de Dell réjouit souvent et ne déçoit (presque) jamais.

Mais avant d’aller plus avant dans notre étude du fauve, un rapide arrêt sur l’inévitable fiche technique s’impose.

Fiche Technique

Plusieurs variantes du Dell XPS 13 existent, celle que nous avions en test (XPS 13 9370) s’articulait autour d’un dalle Full HD de 13,3 pouces (non tactile dans le cas présent), d’un Intel Core i7-8550U (4 Cores, 8 Threads cadencés à 1,80 Ghz de base et jusqu’à 4 Ghz en boost selon la fiche technique d’Intel), de 16 Go de mémoire vive (LPDDR3 cadencée à 2133 Mhz) et d’un SSD de 512 Go au format M.2.

L’ensemble profitait en outre d’une connectique axée sur du full USB Type-C (trois ports au total dont deux compatibles Thunderbolt), mais aussi sur une bonne vieille sortie casque. À noter qu’un slot micro SD était également de la partie et qu’un adaptateur USB Type-C vers USB classique était fourni avec l’engin.

Le XPS 13 peut par ailleurs compter sur du Wifi 802.11ac, du Bluetooth 4.1, deux haut-parleurs (positionnés sur les tranches droites et gauches de l’appareil) ainsi que sur une batterie de capteurs permettant une identification faciale via Windows Hello. Subtilité d’entre les subtilités, le bouton de mise sous tension fait aussi office de lecteur d’empreintes digitales !

Le modèle que Dell a mis à notre disposition pour ce test est commercialisé à un tarif indicatif de 1699 euros.

Design & Ergonomie

Ce qui nous a frappé dès notre rencontre avec le Dell XPS 13 cuvée 2018, c’est à quel point l’appareil est compact. Bizarrement cela ne se voit pas tellement sur les photos, mais le laptop de Dell profite vraiment d’une enveloppe charnelle des plus menues.

De prime abord on pourrait ainsi prendre le 13 pouces du constructeur américain pour une machine de plus petit format encore, mais nous sommes vite détrompés en ouvrant le capot de l’appareil. Un écran de belles dimensions se déploie alors et laisse apparaître au grand jour une partie interne noire qui vient en contraste direct avec l’extérieur du PC, caractérisé par deux plaques de métal brossé grises.

Cet aspect bicolore fait toute l’identité du XPS 13, qui peut également compter sur un revêtement interne au toucher peau de pêche. Ce dernier reprend, visuellement du moins, l’apparence de la fibre de carbone. C’est beau, élégant sans être tape-à-l’œil, mais malheureusement c’est assez salissant.

Sur les tranches droite et gauche du laptop de Dell se déploient les différents ports qui constituent la connectique de l’appareil. Nous n’allons par détailler de nouveau ce que l’on y trouve, mais l’on peut tout de même regretter l’absence d’entrée USB 3.0 classique. Il faudra obligatoirement passer par un adaptateur pour raccorder une malheureuse clé USB ou un simple disque dur externe au terminal. C’est assez pénible au quotidien, mais c’est dans l’air du temps.

Principale contrepartie à cette fâcheuse concession, l’absence de port USB de taille standard permet au PC d’être assez fin. Visuellement c’est plaisant, encore une fois, mais l’on verra un peu plus loin que cela pose – comme souvent – problème en termes de dissipation thermique. Notons en revanche que cette finesse ne va pas de pair avec un poids aérien. Le XPS 13 a beau être petit, il est finalement assez lourd et tiendra bien en place une fois posé sur un bureau.

Si dans l’ensemble le XPS 13 fait très bonne impression en termes de design il n’en va pas forcément de même en ce qui concerne son ergonomie. Au-delà d’une connectique un peu trop axée sur le Type-C, le PC intègre sa webcam et ses capteurs sous l’écran, au milieu d’une large bordure. Un positionnement étonnant qui permet au constructeur de proposer des bordures extérieures (sur les côtés et au-dessus de la dalle) particulièrement minces, mais qui ne s’avère pas forcément pratique pour la connexion par identification faciale.

Captant les traits du visage en « contre-plongée », la caméra aura – parfois – du mal à reconnaître son maître et à le connecter aussi sec. De la même façon, les conversations vidéo sur Skype ne rendent pas super bien. En clair, vos correspondants auront pleine vue sur votre menton, ce qui – vous en conviendrez sûrement – est loin d’être idéal.

Dernier point et pas des moindres, le clavier. Disons-le sans détour, nous n’avons pas été convaincus par ce dernier. Agréable au début, la frappe proposée par le XPS 13 s’avère casse bonbons sur la durée. Votre serviteur a utilisé la machine pour écrire une bonne vingtaine de ses articles et une partie du présent test pour un verdict sans appel : au bout d’une heure ou deux à taper, les touches semblent incroyablement dures… au point de fatiguer excessivement les doigts jusqu’à ralentir la frappe en elle-même.

Un clavier à ne pas mettre entre toutes les mains en somme. Si vous écrivez beaucoup, le XPS 13 n’est probablement pas fait pour vous.

Écran & Performances

Heureusement le terminal de Dell fait beaucoup mieux côté écran, la dalle qui nous est ici proposée n’accuse pas le moindre défaut à l’œil nu. Seule une sonde serait capable d’en déceler… et encore. La colorimétrie est excellente, avec des couleurs bien équilibrées qui savent rester naturelles.

Sur du 13,3 pouces, la définition Full HD est amplement suffisante et assure au terminal une bonne densité de pixel (notons que Dell propose aussi une dalle 4K, mais sur une telle diagonale on se demande bien quel en est l’intérêt…). Le contraste est aussi correctement calibré avec des noirs qui ne tirent pas vers le gris, tandis que la luminosité reste pour sa part suffisante dans la plupart des situations.

C’est un écran très convaincant que nous livre le constructeur texan sur son nouvel XPS 13, un écran sublimé par des bordures latérales et supérieure particulièrement fines, comme nous l’avons évoqué plus haut. Difficile de lui reprocher quoi que ce soit dans l’absolu, sinon le fait que la dalle sélectionnée est brillante et non mate – avec ce que cela comporte comme avantages et inconvénients.

En intérieur les couleurs apparaissent plus pétantes et l’image est (un peu) plus vibrante, certes, mais gare aux reflets en extérieur et à une lisibilité en chute libre lorsque le soleil se fera trop présent.

La prestation du laptop de Dell est également digne d’éloges en termes de performances, même si quelques bémols méritent tout de même d’être calés ici et là. De manière générale, le XPS 13 est une machine véloce et la version que nous avions en prêt – équipée d’un Core i7 de huitième génération – en avait clairement sous le capot.

Avec une telle puissance de feu couplée à 16 Go de mémoire vive, il sera possible de faire de très belles choses et de le faire vite. Aidé de son SSD NVMe signé Samsung, le XPS 13 cuvée 2018 est rapide comme l’éclair. Le démarrage s’opère en quelques secondes à peine et la réactivité du terminal n’est jamais prise en défaut.

Le PC s’avère par ailleurs assez polyvalent, même si l’absence de puce graphique dédiée lui posera problème dans certaines situations. Pour du montage vidéo lourd ou du traitement photo de grande envergure, cette absence se fait sentir, au même titre que pour du jeu vidéo. Le XPS 13, n’est clairement pas une machine taillée pour le gaming, mais en dehors de ça il s’avère efficace (presque) en tout.

Sur deux semaines d’utilisation quotidienne, nous n’avons pas réussi à le faire patiner dans la semoule. À aucun moment. Ce qui est plutôt bon signe, même si notre utilisation de l’appareil restait finalement très basique (multimédia / surf / bureautique).

Là où le bilan devient un peu plus terne, c’est du côté de la dissipation thermique. La présence d’un Core i7 sur une machine ultra compact n’a pas que des avantages. L’appareil que nous avions à disposition avait ainsi tendance à chauffer vite et fort sans que le refroidissement ne soit vraiment capable de maintenir le CPU au frais – et ce en dépit d’un souffle vraiment audible à la longue.

En une demi-heure de stress test sous AIDA64, notre i7-8550U montait très vite à près de 90 degrés et finissait par se stabiliser aux alentours de 85 degrés en moyenne. Des températures un peu trop élevées à notre goût qui avaient pour conséquence directe l’apparition du phénomène de thermal trottling (diminution des performances du CPU à cause de la chauffe). Un problème qui restait léger sur notre version du XPS 13, mais qu’il convient malgré tout de pointer.

Si vous êtes prêt à faire quelques concessions en termes de performances, nous vous conseillons de vous rabattre sur le modèle équipé de Core i5 de huitième génération. Ce dernier profite d’une puissance de calcul moindre, mais avec à la clé une meilleure maîtrise énergétique.

Autonomie & Son

Première victime d’un processeur performant, mais qui monte vite en température, l’autonomie. Et si dans le cas de notre XPS 13 doté d’un Core i7 le bilan était loin d’être mauvais, on ne peut s’empêcher de lorgner sur le modèle i5 qui profite d’une endurance bien supérieure.

En l’état, la bécane que nous avions en test est parvenue à tenir entre 8 et 9 heures dans le cadre d’une utilisation variée – mais classique – mêlant surf sur le web, lecture de vidéo sur Youtube, lecture de film depuis un disque dur externe, travail en bureautique et écoute musicale.

C’est très honnête et cela suffira probablement à une majorité d’utilisateurs, mais cette estimation devra être revue à la baisse si l’on demande au Core i7 d’user de son plein potentiel. Logique.

Notons par contre que pour obtenir ces résultats, nous sommes restés sur les paramètres d’alimentation Dell, activés par défauts. En passant sur le mode classique, l’ordinateur nous a effectivement semblé un peu moins endurant. Nul doute que le constructeur a procédé à quelques optimisations judicieuses en vue de prolonger l’autonomie de son terminal sans pour autant sabrer ses performances.

Reste à présent à aborder la question du son sur le XPS 13. Dell nous propose ici une expérience tout à fait convaincante. Deux haut-parleurs sont installés sur les flancs de l’appareil, de part et d’autre du clavier.

Ces derniers s’avèrent efficaces dans l’ensemble. Même si le manque de basses se fait nettement entendre, le reste des fréquences diffusées s’avère maîtrisé, avec des aigus relativement précis et des médiums bien présents, mais qui restent contenus malgré tout. La grande force de ces deux haut-parleurs est toutefois de ne pas saturer. On peut sans problème pousser le volume à fond, le son saura se tenir pour que le rendu global reste parfaitement intelligible.

Revers de la médaille, le volume maximum est assez faible et ces speakers ne permettront pas une écoute musicale satisfaisante. Le son restitué est en effet trop « plat » pour de la musique. En revanche pour l’écoute de vidéo c’est suffisant.

Côté casque, nous n’avons aucune remarque déplaisante à faire. La sortie Jack 3,5mm est puissante et propose un son cette fois très équilibré. Les graves sont justes, les aigus subtils et les médiums ne prennent pas toute la place. S’il fallait à tout prix chercher à prendre en défaut le XPS 13 en la matière, nous aurions alors tendance à pointer un léger manque de précision du son lorsque le volume et poussé à son niveau maximum.

En termes d’expérience sonore, le terminal de Dell fait du très bon boulot, mais fait d’après nous un peu moins bien que le Lenovo Yoga 920 côté prise casque, ou le Surface Laptop côté haut-parleurs.

DESIGN & ERGONOMIE9
CLAVIER & CONNECTIQUE6
PERFORMANCES8
ÉCRAN9
AUTONOMIE8
PRIX7
Si l’on met de côté son clavier qui ne nous a pas convaincus, le Dell XPS 13 modèle 2018 est un laptop fort plaisant. Son format ultra compact nous a beaucoup plu et son écran quasi borderless fait clairement son petit effet. Ceci étant, s’il nous fallait acheter un XPS 13, là tout de suite, nous aurions tendance à privilégier le modèle équipé d’un Core i5 en vue de profiter d’une meilleure autonomie et d’une chauffe plus contenue.
8
Mots-clés delldell xps 13

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.