Clicky

Test du Honor 7X : Le smartphone Honor’able !

Après nous avoir conviés à Londres pour une conférence de presse événement, Honor nous a gracieusement cédé un exemplaire d’un de ses nouveaux smartphones, le 7X. Il s’agit là d’un terminal qui marque un certain renouveau esthétique dans le milieu de gamme d’Honor et qui s’annonce comme détenteur d’un excellent rapport qualité-prix.

Ayant martelé tout au long de sa conférence avoir pour but de séduire la jeunesse, le président de la filiale de Huawei, George Zhao, parviendra-t-il à réussir son pari grâce à son nouveau mobile proposé au tarif de 299 euros ? Réponse dans les prochains paragraphes.

Fiche Technique

Sans discourir plus avant, commençons par rappeler les caractéristiques principales du mobile.

Ce dernier se dote d’un écran LTPS (variante de la technologie IPS) FullView, 18:9, de 5,93 pouces et d’une résolution de 2160 x 1080.

Dans les coulisses s’agite une puce 8 Cores HiSilicon Kirin 659 épaulée de 4 Go de mémoire vive. Le tout s’accompagne en outre de 64 Go de stockage extensibles par le biais d’une carte micro SD (jusqu’à 256 Go) et prend vie grâce à une batterie 3340 mAh, mais aussi grâce au concours d’Android 7.0 Nougat (Oreo devrait toutefois débarquer prochainement chez Honor).

Notons par ailleurs la présence d’un double module photo dorsal (16 Mpx + 2 Mpx), d’un capteur selfie (8 Mpx), d’une entrée micro USB, d’une sorte mini Jack, d’un capteur d’empreintes digitales et d’un support dual SIM.

Terminons enfin en indiquant que la connectivité s’articule autour du Wifi 802.11 b/g/n, 2.4GHz et du Bluetooth 4.1. Bien évidemment la 4G est aussi de la partie.

Design & Ergonomie

C’est probablement ici qu’Honor signe l’un des véritables points forts de son 7X. Le mobile profite d’un design à la fois borderless et 18:9, ce qui n’a rien d’une nouveauté sur le marché, certes, mais il est ici parfaitement exécuté.

On a donc droit à un look dans l’air du temps, qui a le mérite de rajeunir l’esthétique du milieu de gamme de la marque, sans faire trop de compromis cosmétiques. Le terminal est grand sans pour autant être encombrant, il est fin, relativement léger et la prise en main se fait dans d’excellentes conditions.

On prendra vite plaisir à utiliser le 7X qui s’impose clairement comme l’un des terminaux à moins de 300 euros les plus attractifs question silhouette. Seule la présence, en façade, du logo d’Honor nous a un peu refroidis. Dommage que le constructeur ne se soit pas contenté d’une seule et unique signature au dos de son smartphone…

À noter que ce constat majoritairement positif s’étendra sans mal à l’assemblage du mobile en lui-même qui s’avère particulièrement soigné. Au-delà de toute question de design (qui pourra au passage rappeler un iPhone 7 sous certains angles, notamment au verso), Honor a misé sur du métal pour le châssis et du verre 2,5D pour ce qui est de la façade ; le tout pour un résultat réussi et une véritable impression de qualité une fois le mobile en main.

On se serait bien passés d’un logo en façade…

Deux gros bémols seront toutefois à mettre en avant sur cette partie du test : ils concernent tous les deux le revêtement qu’Honor a choisi pour son châssis. Ce dernier sera très complaisant à l’égard des traces de doigts et de paluches. C’est d’ailleurs simple, il est impossible de maintenir son mobile propre plus de deux minutes. Le 7X sera donc condamné à être crade… et en permanence.

Autre inconvénient, ce fameux revêtement s’avère assez glissant. Il faudra donc faire attention à bien serrer le mobile entre ses doigts potelés ou se tourner vers une coque qui lui conférera sûrement une meilleure préhension.

Écran & Performances

Enchaînons avec la question de l’écran. Là aussi, bonne surprise, la dalle sélectionnée par Honor est de qualité. Si sa colorimétrie a une légère tendance à tirer vers les bleus, les couleurs sont dans l’ensemble correctement calibrées et la température reste globalement valable au même titre que le contraste.

Comme sur sur les autres terminaux 18:9 du groupe Huawei, le 7X profite (nous l’avons dit plus haut) d’une définition Full HD+ (2160 x 1080p) pour une densité de pixels qui atteint les 409 ppi. L’affichage est donc fin et les pixels très peu visibles. Une excellente chose, qui n’a toutefois rien d’une surprise.

C’est au final une véritable sensation d’équilibre qui se dégage de l’écran du nouveau mobile d’Honor, qui peut se targuer de ne pas se payer la tête du client. On en aura clairement pour son argent, et seule la partie luminosité nous aura un peu laissés sur notre faim. En plein soleil, son niveau maximal est en effet un poil trop juste.

Sur le plan des performances on pourra noter que – là aussi – tout va bien. Au cours de notre semaine de test, nous n’avons noté aucun ralentissement. Android 7.0 est propulsé sans accrocs. Côté multimédia, même constat, le mobile exécute l’immense majorité des applications qu’on y installe sans problème ; et les vidéos HD, Full HD et au-delà se lancent correctement.

Le Kirin 659 et ses 4 Go de mémoire vive feront aussi de l’assez bon boulot en jeu. Évidemment, les titres minimalistes et 2D fonctionneront parfaitement bien, mais ce sera aussi souvent le cas des jeux en 3D, nettement plus gourmands. Histoire de tester ça, nous avons joué à plusieurs FPS sur le terminal ainsi qu’à l’indéboulonnable Real Racing 3. Tous les jeux que nous avons lancés se sont montrés plutôt fluides et détaillés.

Le capteur d’empreintes est bien placé et marche au quart de tour

Alors moins, bien sûr, que sur les plus grosses puces mobiles du marché (Snapdragon 835 et Kirin 970 en tête), mais suffisamment pour convaincre les amateurs de jeu sur mobile.

À noter qu’au-delà de ses performances, le SoC qui équipe le Honor 7X a le mérite de ne pas trop chauffer, et ce même lorsqu’il est fortement sollicité. Un excellent point en sa faveur.

Autonomie & Son

Tout cela nous amène assez logiquement à nous intéresser à l’épineuse question de l’autonomie de la batterie 3340 mAh intégrée au terminal.

Nous avons eu peur lors des premières heures de notre test, mais il semble qu’une mise à jour déployée peu après le lancement officiel du mobile en Europe ait corrigé les soucis d’autonomie que nous avions initialement rencontrés.

En l’état le terminal s’avère plutôt endurant, parvenant à tenir une journée complète et même un peu plus lorsqu’on le sollicite moins que d’ordinaire. Pour tout dire, en l’utilisant modérément, il nous est même arrivé de faire tenir le smartphone – presque – deux jours sans avoir à recharger sa batterie.

Bien sûr tout dépendra de l’usage qu’on a de son mobile, mais l’on peut dire sans trop se tromper que le 7X se place dans la bonne moyenne en termes d’autonomie. Sans faire dans la surprise, le terminal tiendra correctement la charge. Tout va bien donc, même s’il faudra par contre tabler sur deux bonnes heures de recharge pour remettre la batterie d’aplomb lorsqu’elle est totalement à plat.

Pour ce qui est de la partie son, le bilan est comme souvent à deux vitesses. Nous avons d’une part une sortie casque de qualité – le son transmis est ici bien équilibré, assez riche et peu saturé, même à plein volume –, mais d’autre part un haut-parleur correct sans plus.

Le 7X se limite à un port micro USB. Dommage en 2017…

Là où Huawei (la maison mère d’Honor, rappelons-le) avait réussi à nous pondre un speaker de folie sur son P10, nous héritons sur le 7X d’un haut-parleur convenable, mais qui ne parviendra pas à flatter véritablement les tympans pour de l’écoute musicale. Rien de méchant toutefois, on privilégiera simplement un casque audio lorsqu’il s’agira de lancer Spotify et consorts.

Photo & Vidéo

Nous nous attaquons cette fois au principal défaut du Honor 7X : son double capteur. Si le constructeur a largement mis en avant les capacités de ses smartphones en photo, force est d’avouer qu’une fois le 7X en main, le constat n’est pas à la hauteur des attentes.

On se retrouve avec deux capteurs au dos (un module de 16 Mpx, l’autre de 2 Mpx) qui, à défaut de prendre des clichés catastrophiques, ne parviendront jamais à nous surprendre.

Ces deux-là ne sont pas des vedettes.

Dans de bonnes conditions de luminosité, le 7X fait le taf, avec un piqué convenable, une bonne densité de pixels pour des images plutôt détaillées, et une restitution des couleurs un poil trop vive, mais néanmoins appréciable.

Les choses se corsent en revanche très sérieusement lorsqu’on voudra prendre des photos en intérieur, ou pire, en basse lumière. Le tout sera alors très vite fortement bruité, la perte de détail sera maximale et la restitution des couleurs beaucoup trop terne. Dommage.

On a fait un p’tit tour au Louvre avec le 7X.

D’autant plus dommage que la présence d’un double capteur n’est pas tellement justifiée dans le cas présent.

Le module secondaire de 2 Mpx étant uniquement destiné à la création d’un effet bokeh souvent vilain car bien trop artificiel. On aurait de loin préféré qu’Honor utilise un second capteur pour améliorer la prise de clichés dans des conditions de luminosité compliquées. La chose aurait été nettement plus pertinente.

Toujours est-il qu’en photo, Honor n’a pas tout faux. Le constructeur récupère en effet l’application Huawei en la matière, et nous sommes assez contents de la retrouver. Cette dernière est plutôt bien pensée, pratique à l’usage et parsemée de plusieurs modes intéressants ou amusants.

On citera notamment le mode portrait qui fonctionne assez bien (même si l’option « degré d’embellissement » qui y est ajoutée reste pour nous une énigme. Même après plusieurs essais nous n’avons pas été en mesure de voir une réelle amélioration des clichés. Nous y sommes toujours aussi moches !), mais aussi le mode grande ouverture qui permettra de flouter à sa convenance les bords de l’image pour faire ressortir un objet lointain.

À noter que l’application propose de switcher avec le mode « Photo Pro » permettant, comme son nom l’indique, d’accéder aux réglages manuels de l’appareil. Pratique quand l’automatique n’est pas à la hauteur.

Enfin, le capteur selfie 8 Mpx fait de son côté de l’assez bon travail. Il faudra toutefois veiller à se placer dans des endroits suffisamment lumineux pour que la qualité des clichés soit optimale. Comme disait l’autre : « y a pas de secrets »…

Terminons en abordant rapidement la question de la capture vidéo. Il faudra ici noter qu’on est limité à du 1080p que ce soit via le double capteur dorsal ou au travers du module présent en façade. Nous nous focaliserons ici sur le rendu en vidéo de l’appareil principal (celui du capteur selfie étant correct sans plus).

De ce côté le mobile fait dans l’honnête, la captation est de bonne facture, même si (là aussi) on a droit à des couleurs un peu ternes. Le bruit sera toutefois bien présent en intérieur et la stabilisation du tout reste très perfectible. Il faudra donc faire bien attention à ses mouvements si l’on veut prendre un clip qui n’aura pas la tremblote.

Surcouche

Il est temps de conclure ce test en abordant la question de la surcouche dispensée par Huawei sur tous ses terminaux, y compris ceux estampillés Honor. On retrouve une fois de plus l’EMUI 5.1, une surcouche loin d’être vilaine, mais qui prend assez franchement des airs d’iOS, et qui replâtre avec autant allégresse Android 7.0 Nougat.

Comme nous le disions lors de notre prise en main de l’appareil : certains apprécieront, d’autres moins. Ce que l’on peut toutefois dire c’est qu’EMUI 5.1 se révèle assez bien conçue, claire dans ses menus et largement modifiables en passant par les nombreux thèmes proposés par le constructeur chinois.

Au final l’expérience est fluide et globalement agréable. Difficile donc d’être trop sévères avec ce que Huawei nous propose ici.

À noter cependant que l’arrivée prévue d’Android 8.0 Oreo et d’EMUI 8 sur le 7X, pourrait modifier en profondeur l’expérience que nous décrivons ici. En bien, selon toute logique.

DESIGN & ERGONOMIE9
ECRAN8
PUISSANCE & AUTONOMIE7
PHOTO & VIDÉO6
SURCOUCHE8
PRIX9
Le Honor 7X est un mobile sympa, détenteur d’un excellent rapport qualité / prix. S’il brille par son design, son bel écran et ses performances honnêtes, il se prend toutefois les pieds dans le tapis en photo. Si vous êtes prêts à lui pardonner ses lacunes de ce côté, nul doute qu’il saura vous satisfaire. Il est en tout cas évident qu’Honor est plus que jamais une marque à surveiller de très près.
8
Mots-clés honorhonor 7x

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.