Clicky

Test du Honor 8X

Honor a présenté le mois dernier une nouvelle phablette milieu de gamme, le Honor 8X. Elle m’accompagne depuis quelques semaines maintenant. Voici son test.

Le Honor 8X est un téléphone assez dingue. En dépit de son prix très intéressant, il propose en effet des finitions léchées et une fiche technique plutôt solide. En théorie, il a donc tout pour plaire, mais qu’en est-il dans les faits ?

Test du Honor 8X

On va précisément tenter de répondre à cette question dans ce test. Et attention, car on sera amené à parler de plein de choses, et notamment de son design, de son écran, de son processeur ou même de ses capacités en matière de photo et de vidéo.

Design & Ergonomie

Le Honor 8X a donc un look très soigné. Le constructeur a en effet opté pour un boîtier en verre composé de deux plaques collées l’une à l’autre par le biais d’un châssis en métal.

Honor a choisi de colorer les bordures de son téléphone de la même couleur que la plaque arrière et le résultat est plutôt réussi.

Si le terminal semble à première vue assez conventionnel, il propose tout de même quelques détails cosmétiques intéressants, à commencer par la présence d’un bandeau vertical légèrement mat. En revanche, il n’est pas très visible sur le modèle noir et on le voyait mieux sur les versions bleue et rouge.

Honor a aussi choisi d’écrire le logo de la marque et les mentions relatives à la caméra dorsale à la verticale. Durant la présentation française du téléphone, le constructeur a indiqué que l’idée était de rendre hommage aux boîtiers argentiques en reprenant un peu leurs codes esthétiques. J’avoue que le parallèle ne m’a pas sauté aux yeux.

Le plus bel atout du Honor 8X, c’est sans aucun doute possible son écran. Il est immense et les bordures entourant la dalle sont presque inexistantes. Alors, on n’est pas non plus sur un format full borderless, mais il faut avouer que le ratio est vraiment impressionnant. Encore plus dans la mesure où il s’agit ici d’un appareil positionné sur le milieu de gamme.

La traditionnelle encoche répond présente, mais on l’oublie finalement assez vite en raison de ses dimensions réduites.

Le reste de l’ergonomie est plutôt conventionnel. Les trois boutons sont tous placés à droite et le lecteur d’empreintes se trouve à l’arrière. Le Honor 8X est également doté d’une prise casque et d’un connecteur jack, tous deux placés sur la tranche inférieure.

Si l’appareil a fière allure, il a aussi la fâcheuse tendance à attirer les traces de paluches et il suffit ainsi de prendre en main le téléphone pendant quelques minutes pour se retrouver avec une constellation de traces sur la plaque arrière.

De manière plus générale, le format est vraiment génial. Certes, le téléphone est imposant, mais pas autant qu’on pourrait le croire.

De par son format, il est en effet plus agréable à utiliser qu’un iPhone Xs Max, par exemple, alors qu’il propose une diagonale identique. En revanche, le tableau n’est pas parfait non plus et le terminal est ainsi équipé d’un connecteur Micro USB. J’aurais vraiment préféré de l’USB Type-C.

Test du Honor 8X : image 4 Test du Honor 8X : image 3 Test du Honor 8X : image 2

Ecran, Processeur & Autonomie

Le Honor 8X embarque un écran de 6,5 pouces, un écran capable d’afficher du 2340 x 1080. Sans grande surprise, le constructeur a opté pour une dalle de type LCD. L’OLED coûte encore assez cher. La densité de pixels n’est pas mauvaise et elle atteint les 396 ppp.

Alors bien sûr, ce n’est pas la dalle la plus lumineuse du marché, mais elle fait tout de même bien le job.

En utilisation courante, elle suffit amplement.

Pour le multimédia, tout dépendra de vos attentes. Si vous consommez beaucoup de vidéos et si vous êtes d’un naturel très exigeant, alors il sera peut-être préférable d’économiser un peu et de partie sur un appareil muni d’une dalle OLED. Maintenant, en toute franchise, on peut très bien regarder sa série préférée sur Netflix dessus.

Certes, les couleurs seront un peu moins vives et le terminal produira des images moins contrastées, mais on reste tout de même sur une dalle de qualité et la définition est suffisante pour ce type d’utilisation.

D’autant que trouver un téléphone doté d’un écran OLED à ce prix relève de l’impossible. Le Honor 8X est en effet proposé à partir de 249 € et il sera d’ailleurs préférable de bien garder ce prix en tête pour la suite.

Côté processeur, Honor a porté son choix sur un Kirin 710 cadencé à 2,2 GHz. La puce est épaulée par un Mali G51 MP4 et 4 Go de mémoire vive, avec 64 ou 128 Go suivant les configurations. En ce qui me concerne, c’est le plus gros modèle qui m’a été confié.

Cette puce vient se positionner sur le milieu de gamme, mais elle ne manque pas de répondant pour autant puisqu’elle a décroché 139 000 points sur AnTuTu.

Dans la vie de tous les jours, le Honor 8X tourne aux petits oignons. La plateforme est très réactive et on peut jongler facilement avec des dizaines d’applications sans craindre le moindre ralentissement. Je savais que le Kirin 710 avait de la ressource, mais pas à ce point-là franchement.

Niveau jeux, c’est clair que vous ne pourrez pas profiter de tous les détails à fond, mais vous serez tout de même en mesure de faire tourner dans de bonnes conditions les titres dispos sur le Play Store. Encore une fois, Honor a donc fait du très bon travail.

Concernant l’autonomie, Honor n’a pas non plus lésiné sur les efforts et le Honor 8X intègre ainsi une batterie offrant une capacité de 3750 mAh.

Inutile de vous en faire, cette dernière vous permettra de tenir une journée entière sans le moindre effort et sans que vous n’ayez besoin de vous serrer la ceinture. En réalité, il pourra même atteindre la journée et demie si vous n’avez pas la main trop lourde au niveau des jeux et des vidéos.

J’ai évidemment profité de l’occasion pour faire tourner PC Mark sur l’appareil. D’après le benchmark, le Honor 8X est en mesure de tenir 10h29 avec une seule charge. Il fait donc mieux que le Vivo NEX S (testé ici).

Le moment est venu de parler de connectivité. Le premier truc à savoir, c’est que l’appareil n’est malheureusement pas compatible avec la bande des 700 MHz et cela posera évidemment problème aux freenautes.

Pour évaluer les débits proposés, j’ai une fois de plus utilisé nPerf, avec mon abonnement Sosh. J’ai obtenu, en moyenne, un débit de 30.36 Mbps en download et de 14.11 Mbps en upload, avec une latente de 28 ms. La solution a également attribué un score de 85.88 % en web et de 93.46 % en vidéo, avec un total de 70 083 points.

Test du Honor 8X : image 7 Test du Honor 8X : image 6 Test du Honor 8X : image 5

Photo & Vidéo

Le Honor 8X est équipé d’un module photo composé de deux optiques et de deux capteurs.

D’un côté, nous trouvons un capteur principal de 20 millions de pixels. La pièce est surmonté par une optique ouvrant à f/1.8. Le second capteur est moins ambitieux. Il atteint les 2 millions de pixels de définition et son objectif ouvre à f/2.4.

La caméra frontale atteint pour sa part les 16 millions de pixels, avec une ouverture à f/2.0.

Je vais être très honnête. Compte tenu de son prix de vente, un prix calé à 249 € pour le premier modèle, j’avais un peu peur d’être déçu par les performances photo du Honor 8X.

Et il faut bien l’avouer, le bilan est assez mitigé.

Lorsque la lumière est là, tout va. Le Honor 8X est en effet capable de prendre de belles photos, avec un piqué assez présent et une colorimétrie plutôt juste. Enfin, en supposant que vous désactiviez les fonctions liées à l’IA. Si vous les activez, alors les couleurs seront – logiquement – un peu plus vives.

La dynamique, pour sa part, pèche un peu dans les ombres en revanche et il faut avouer que c’est assez dommage.

En intérieur, par exemple, les ombres auront souvent tendance à baver, même avec une source lumineuse assez vive. L’appareil ne parviendra pas non plus à éviter ou même à limiter l’apparition d’artefacts. Il faudra donc utiliser une source lumineuse additionnelle – et orientée vers notre sujet – pour limiter les dégâts. En soi, il est évidemment difficile d’être surpris, mais je m’attendais à mieux compte tenu de l’ouverture de l’optique.

Côté vidéo, le Honor 8X est limité au 1080p. Il ne sera donc pas en mesure de filmer en 4K. Bon point en revanche, l’appareil pourra atteindre une cadence d’images de 60 ips. Ce détail est évidemment loin d’être anodin, car cela veut aussi dire que nous pourrons réaliser de sympathiques ralentis en post production.

Les vidéastes friands de ce genre d’effets seront sans doute ravis.

En revanche, la stabilisation est proprement inexistante. Le terminal sera en effet incapable d’éliminer ou même de réduire vos tremblements. La seule solution consistera donc à passer par un gimbal ou à monter le terminal sur un trépied.

L’application est comme à l’accoutumée très bien construite. L’interface est très simple à prendre en main et il suffira d’effectuer des balayages latéraux pour passer d’un mode à l’autre. Ici, on a d’ailleurs droit à pas mal de choses. En plus du mode photo et du mode vidéo, le Honor 8X propose en effet un mode ouverture, un mode cliché nocturne, un mode portrait et plusieurs modes supplémentaires regroupés dans un menu supplémentaire. C’est ici que nous retrouverons le mode Pro, le mode ralenti, le mode HDR ou encore le mode Light Painting.

Honor a placé des options supplémentaires dans une barre située tout en haut. L’utilisateur pourra par exemple scanner des produits, activer ou désactiver le flash, activer ou désactiver l’image dynamique et activer ou désactiver les fonctions en lien avec l’intelligence artificielle.

C’est également dans cette barre d’options supplémentaires que nous trouverons le bouton permettant d’accéder aux paramètres avancés.

Pour le son, Honor a placé toutes ses billes dans le même panier et le Honor 8X est donc équipé d’un seul haut-parleur situé sur la tranche inférieure. Ce dernier n’est pas mauvais, il est même capable de restituer un son de bonne qualité et plutôt bien équilibré, mais il manque un zeste de spatialisation pour que tout soit parfait. Avec un second haut-parleur frontal, par exemple, l’immersion aurait été bien meilleure.

Maintenant, pour atteindre un tel prix de vente, le constructeur était bien obligé de faire quelques concessions.

Test du Honor 8X : image 10 Test du Honor 8X : image 9 Test du Honor 8X : image 8

Fonctions & Surcouche

Juger un téléphone en se basant uniquement sur son design, son écran ou son capteur photo relève bien entendu de l’inconscience. La partie logicielle doit également être prise en compte. Le moment est justement venu d’aborder ce point.

Le Honor 8X est livré avec EMUI en version 8.2 et il est donc propulsé par… Android 8.1 Oreo. Pie n’est pas encore disponible et il ne le sera vraisemblablement pas, au mieux, avant la fin de l’année.

Pas de grosse révolution au niveau de l’interface. Elle est identique à celle de tous les autres appareils de la marque. Les widgets et les icônes sont donc répartis sur plusieurs écrans d’accueil. Par défaut, le tiroir des applications n’est pas présent, mais il suffira d’un petit tour dans les paramètres pour l’activer.

Honor a en effet l’intelligence de ne rien imposer. Cela vaut d’ailleurs pour l’encoche. Il est en effet possible de la masquer en se rendant dans les options du téléphone. La marque n’est pas la seule à le proposer, LG et OnePlus en fond de même de leur côté, mais c’est une bonne chose de voir ce type de fonctions présentes.

Toujours parmi les bonnes idées, on trouve l’option « résolution intelligente de l’écran ». Une fois activée, le Honor 8X passera du 720p au 1080p en fonction des applications lancées et nous pourrons ainsi gagner quelques heures de plus en autonomie.

Les fonctions propres à Oreo sont aussi de la partie. Un appui prolongé sur une icône nous permettra ainsi de faire apparaître un menu contextuel regroupant des options supplémentaires. Même chose, si vous lancez une vidéo sur Netflix et que vous repartez ensuite sur l’écran d’accueil, alors une miniature de la vidéo restera épinglée à l’écran.

En parallèle, Honor a également préinstallé tous ses outils habituels. Cela vaut notamment pour le client mail de la firme ou encore pour son application de prise de notes. Certains outils ne manquent d’ailleurs pas d’intérêt et cela vaut notamment pour le mode fête qui permettra de synchroniser vos playlists musicales entre plusieurs appareils pour animer vos soirées.

De manière plus générale, le terminal est resté réactif durant ces deux semaines de test. La plateforme est bien optimisée et je n’ai pas noté de latence particulière.

Test du Honor 8X : image 13 Test du Honor 8X : image 12 Test du Honor 8X : image 11

En Conclusion

Le moment de vérité est enfin arrivé. Il est effectivement temps de conclure ce test.

Le Honor est un beau produit, c’est indéniable. Les finitions sont canons et l’écran est tout simplement dingue, avec un menton presque inexistant. La dalle est d’ailleurs de bonne qualité et le processeur est plutôt véloce.

L’autonomie, pour sa part, est totalement dingue. Le téléphone fait effectivement mieux que le Find X d’Oppo et quelque chose me dit que ses concurrents auront du mal à le battre sur ce terrain là. En revanche, la charge est assez longue et il faudra compter deux heures pour se retrouver au maximum de la capacité de la batterie. On pourra aussi regretter la présence d’un connecteur au format micro USB.

Côté photo, il y a du bon et du moins bon. Pour obtenir de bons résultats, le Honor 8X a besoin de beaucoup de lumière et c’est un peu dommage. Même chose pour la vidéo. L’absence de 4K et d’un stabilisateur digne de ce nom découragera sans doute les vidéastes.

Maintenant, pour juger un téléphone de manière objectif, il faut également prendre en compte son prix de vente.

Et là, clairement, le rapport qualité/prix est tout simplement énorme. Avec un ticket d’entrée fixé à 249 €, le Honor 8X a de solides arguments à faire valoir.

Test du Honor 8X : image 14

DESIGN9
ECRAN8.5
PUISSANCE & AUTONOMIE8.5
PHOTO & VIDEO7
FONCTIONS & SURCOUCHE8
RAPPORT QUALITE/PRIX9
Le Honor 8X est une très bonne alternative. Esthétiquement léché, il embarque également un très bel écran et il est en plus doté d'une solide ergonomie. Seule ombre au tableau, la partie photo est un peu à la traîne.
8.3
Mots-clés honorhonor 8xvidéo

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.