Clicky

Test du Huawei MediaPad M5 10,8″ : une tablette comme on n’en fait plus !

Je me meurs, je suis mort, mais je ne suis pas encore enterré. Telle pourrait être la devise du marché de la tablette tactile qui, en 2018, semble plus moribond que jamais. Pourtant, en dépit d’une conjoncture qui ne va plus dans leur sens, les ardoises sous Android peuvent encore compter sur certaines marques pour continuer mordicus à les soutenir. Elles sont de plus en plus rares, et de plus en plus souvent chinoises. Parmi elles, Huawei, qui nous a envoyé son MediaPad M5 en test il y a quelques semaines.

Il nous aura fallu reprendre nos marques pour utiliser de nouveau une tablette Android après plusieurs années passées à tripoter smartphones et autres phablettes d’horizons variés et de provenances diverses. Et une chose est claire, si le plaisir de profiter d’un appareil Android aux belles diagonales est bien là, s’encombrer d’une tablette de nos jours relèverait presque de l’anachronisme.

De cette expérience quasi métaphysique est né cet humble papier. Nous y évoquerons les forces et les faiblesses d’un appareil à la fois moderne et désuet, à la fois vif – de par sa fiche technique – et croulant – de par son concept.

Fiche Technique

Le Huawei MediaPad M5 profite d’un écran IPS 2K (2560 par 1600 pixels) de 10,8 pouces. La densité de ce dernier s’établit du coup à pas moins de 270 ppp.

Derrière cette dalle s’agite un SoC Kirin 960 de chez HiSilicon (4 cœurs Cortex-A73 à 2,1 GHz / 4 cœurs Cortex-A53 à 1,8 GHz pour 8 cores au total), épaulé de 4 Go de mémoire vive. 64 Go extensibles via Micro SD sont par ailleurs disponibles côté stockage.

Le terminal peut en outre se targuer d’embarquer une belle batterie de 7500 mAh, deux capteurs photo (13 Mpx au dos et 8 en façade ouvrant tous les deux à f/2.2), quatre haut-parleurs signés Harman Kardon, ainsi qu’une connectivité axée sur du Wifi 802.11a/b/g/n/ac et du Bluetooth 4.2 (le modèle que nous avons reçu en test profitait aussi d’une puce 4G).

Notons également la présence d’un unique port USB Type-C en guise de connectique, d’un chargeur rapide et d’un adaptateur USB Type-C vers Jack 3,5 mm, tous deux fournis en bundle.

Vendu au tarif indicatif de 399 euros, le MediaPad M5 est animé par le couple formé d’Android 8.0 Oreo et d’EMUI 8.0, la surcouche dispensée par Huawei sur ses différents appareils mobiles.

Design & Ergonomie

La nouvelle tablette Android de Huawei profite d’un design léché, il serait clairement difficile de prétendre le contraire. On sent que le constructeur chinois n’a pas cherché à lésiner sur les moyens que ce soit au niveau du choix des matériaux (verre et métal) ou du côté de la qualité d’assemblage. Les finitions sont extrêmement propres et la construction de l’appareil est méticuleuse, à tel point que le MediaPad M5 se donne des airs de smartphone haut de gamme XXL de ce point de vue.

Seule ombre au tableau, le capteur photo arrière dépasse du châssis et son cerclage de métal accroche un peu trop au toucher.

Les lignes n’en restent pas moins soignées et même si l’on sent toujours une certaine inspiration ‘iPad’, Huawei parvient à donner à sa tablette une identité qui lui est propre. Cela passe notamment par les coloris choisis par la firme : Gris ou Gold. Nous avions la version grise. Très réussie, la teinte profite de nuances taupe pour un résultat à la fois sobre et élégant.

Ces deux-là ne sont pas évidents à trouver du premier coup…

On déchante par contre question ergonomie, notamment au niveau du positionnement à la fois des touches de mise sous tension et de volume, trop difficile à trouver à l’aveugle, et du capteur d’empreintes sur lequel on appuie systématiquement – et sans le vouloir – en prenant simplement la tablette en main au format paysage.

Autre défaut que l’on collera dans la rubrique ergonomie, l’absence de prise Jack. Seul un port USB Type-C à tout faire subsiste ici. C’est fâcheux et difficilement justifiable sur une tablette qui avait largement la place d’accueillir une bonne vieille sortie casque. Si vous vouliez recharger le terminal tout en écoutant de la musique en filaire, c’est rappé.

Écran & Performances

Probablement l’un des points forts du MediaPad M5 10,8 pouces. On hérite d’une très jolie dalle 2K pour une finesse d’affichage irréprochable. L’écran en lui même se montre correctement calibré et ne tire pas trop vers les bleus au démarrage (ce qui est suffisamment rare chez Huawei pour être noté).

Pour profiter du meilleur compromis possible en termes de calibrage colorimétrique il faudra toutefois aller faire un tour dans les réglages et sélectionner le preset « chaud ». Une fois cette étape passée il sera alors compliqué de prendre la dalle IPS de Huawei en défaut.

Cette dernière profite en effet d’un bon niveau de contraste et d’une luminosité maximale très convenable. Suffisante en tout cas pour utiliser l’appareil en extérieur sans trop de problème. Attention toutefois, dalle brillante oblige, les reflets seront de la partie.

Côté performances, l’ardoise de Huawei est également plutôt bien lotie. On trouve ici un – comme évoqué plus haut – un Kirin 960. Il s’agit d’un processeur 8 cores composé comme souvent de deux clusters de 4 cores. La première grappe de cœurs est réservée aux tâches qui requièrent une forte puissance de calcul, tandis que l’autre se destine principalement aux activités pouvant se contenter de performances moindres.

Dans l’ensemble le processeur sélectionné par Huawei permet d’utiliser le MediaPad M5 sans jamais être gêné par une quelconque baisse de régime. Il s’occupera du multitâche sans broncher et ne faillira jamais dans le cadre d’une utilisation classique et quotidienne, mêlant lecture de vidéo sous Netflix / YouTube, surf sur le net via Google Chrome, écoute musicale… et même jeux vidéo.

Au travers de sa partie graphique Mali-G71 MP8, le Kirin 960 s’accommode des jeux en 3D sans trop raboter le rendu visuel ou la fluidité. Seuls certains titres particulièrement gourmands parviendront à lui donner le hoquet. Heureusement ils sont assez rares et les chutes de framerate rencontrées sont loin de rendre le tout injouable.

De manière générale, on trouve sur le MediaPad un niveau de performances finalement assez proche de celui des smartphones milieu / haut de gamme proposés sur le marché.

Dernier point, le Kirin 960 profite d’un TDP maîtrisé. Il faudra donc se lever de bonne heure pour parvenir à faire chauffer la tablette. Un excellent point qui rejoint la question de l’autonomie du terminal que nous allons aborder, et de ce côté, c’est également du tout bon pour Huawei qui parvient à faire forte impression.

Autonomie & Son

Autre grande force du MediaPad M5, son autonomie. Sans le ménager, on peut ainsi l’utiliser pendant deux bonnes journées avant de devoir le brancher à son chargeur rapide. Seul bémol, la batterie 7500 mAh nécessite un temps de charge assez conséquent. Trois bonnes heures seront donc à prévoir pour recharger le tout à 100 %, ce qui peut paraître assez long.

Sans transition, passons au son. De ce côté Huawei a voulu bien faire en faisant appel à l’expertise d’Harman Kardon, qui nous livre ici deux jeux de haut-parleurs de son cru… pour un résultat mitigé.

USB Type-C Only, vous êtes prévenus !

Si l’ensemble permet de profiter d’un son étonnamment ample pour une tablette avec des basses bien présentes, il est difficile de fermer les yeux sur l’imprécision criante du rendu sonore lorsqu’on pousse le volume au-delà de 70 %.

Pour bien faire, il faudra donc veiller à ne jamais pousser les haut-parleurs du MediaPad M5 à fond au risque de ne plus être capable d’entendre autre chose que des mediums et des graves. Le manque de subtilité des aigus posera par d’ailleurs problème pour de l’écoute musicale, ce qui est assez dommage. Heureusement, pour l’écoute de vidéos ou de film, le bilan est meilleur.

Dommage toutefois que Huawei n’ait pas intégré ses haut-parleurs en façade, leur positionnement au dos prive fatalement l’utilisateur d’une expérience audio qui aurait pu être plus plaisante.

Ce constat contrasté s’étend par ailleurs au son transmis par le duo composé de la sortie USB Type-C de l’appareil et de l’adaptateur Jack 3,5mm gracieusement fourni par Huawei. On y trouve un volume au ras des pâquerettes (quel que soit le casque testé) et un signal sonore qui, sans être mauvais, manque clairement de prestance et de subtilité.

En un mot, le MediaPad M5 n’est pas un mélomane…

Photo & Surcouche

Si l’utilité d’un capteur photo sur une tablette est souvent remise en cause, Huawei n’a pas souhaité faire l’impasse sur cet aspect des choses. On trouve donc deux modules photo sur sa nouvelle tablette, un premier de 8 Mpx en façade et un second de 13 Mpx au dos. C’est surtout de ce dernier que nous allons parler ici, mais commençons par la question du capteur selfie pour pouvoir promptement passer à la suite.

Un peu trop proéminent, le capteur dorsal a aussi tendance à accrocher un peu au toucher.

Ce module frontal s’avère ni vraiment bon, ni vraiment mauvais. Comme souvent avec Huawei le traitement de l’image est beaucoup trop fort et il sera nécessaire de désactiver au maximum les options ayant pour but « d’embellir » l’image. Clairement elles font le contraire. Une fois passées ces formalités, le rendu s’avère honnête et permettra de prendre des autoportraits décents à défaut d’être vibrants. Pour les appels vidéo, en revanche, le capteur de façade fait le taf sans aucun problème. Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, c’est avant tout pour ça qu’il est là…

Ceci étant dit, le constat est meilleur au dos où l’on trouve un module de 13 Mpx qui permet de prendre des photos plutôt valables pour une tablette. Attention, nous précisons bien pour une tablette. Il ne faut pas s’attendre à obtenir ici la qualité photo que l’on trouve sur un smartphone, ou alors si, mais sur les terminaux entrée de gamme.

*Aucun animal n’a été maltraité pour ce test.

De manière concrète on se retrouve avec un APN capable du meilleur comme du pire en fonction de la luminosité ambiante. En extérieur et par beau temps, les photos prises avec l’appareil sont souvent convaincantes, avec de belles couleurs, une dynamique correcte et un piqué appréciable. En intérieur – ou lorsque la lumière se fait plus rare – le rendu devient par contre très bruité et les couleurs perdent très vite en vivacité pour un résultat assez médiocre.

Notons également les lacunes du capteur de Huawei en termes d’autofocus. Il est souvent compliqué de prendre des photos nettes sans effectuer manuellement la mise au point. La stabilisation, inexistante, forcera par ailleurs l’utilisateur à se montrer très précautionneux pour éviter les clichés flous.

Le moment est à présent venu de conclure ce test en nous attaquant à la question de la surcouche proposée par Huawei. Comme évoqué plus haut, le MediaPad M5 a la chance de profiter dès son lancement d’Android Oreo et d’EMUI 8.0.

La tablette sera donc à la pointe de ce qui est actuellement disponible et l’on retrouvera sur son ardoise une expérience très proche de celle que l’on a sur les derniers smartphones. Un luxe sur le marché de la tablette, habitué à être à la traîne en termes d’OS.

Pour ce qui est de la surcouche en elle-même elle est convaincante, car bien pensée et relativement intuitive même si les mordus d’Android stock sauteront probablement au plafond à la vue d’une interface fortement modifiée sur le plan cosmétique.

Reste que Huawei a tout de même eu le bon goût d’implanter quelques fonctionnalités intéressantes. Parmi elles, la suppression des touches de navigation Android au profit de commandes tactiles intégrées au capteur d’empreintes.

D’un slide sur ce dernier il sera possible d’accéder aux applications ouvertes, tandis qu’un appui prolongé (ponctué d’une courte vibration) permettra de revenir à l’écran d’accueil et qu’un clic rapide sur le capteur fera office de retour arrière. Il faudra bien sûr prendre ses marques, mais le concept s’avère facile à appréhender et permet de profiter d’une surface d’affichage plus étendue (la barre de navigation disparaît totalement).

On pourra faire pas mal de choses avec ce capteur d’empreintes.

Autre feature appréciable, la présence d’un mode bureau. L’activer permettra de basculer sur une interface proche de celle de Windows (avec au passage un fond d’écran par défaut étrangement semblable à celui de Windows XP). En raccordant un clavier et une souris au MediaPad, c’est un véritable petit PC d’appoint qui sera alors constitué. Pas de quoi remplacer un vrai laptop ou concurrencer une Surface Pro, mais en dépannage ou pour le fun, pourquoi pas…

DESIGN & ERGONOMIE8
ECRAN9
PUISSANCE & AUTONOMIE8
PHOTO & VIDEO6
SURCOUCHE8
PRIX8
Le MediaPad M5 est une réussite au travers de laquelle Huawei parvient à redonner ses lettres de noblesse à la tablette, à l’heure des smartphones XXL et des machines hybrides. L'appareil a en outre la chance de ne pas souffrir de défauts majeurs et peut tout à fait s’enorgueillir d’un très bel écran 2K, de performances solides et d’une autonomie difficilement attaquable. Reste que les usages ont changé depuis les années 2012-2015 où la tablette régnait sans partage… En 2018, êtes-vous vraiment prêts à investir 400 euros pour vous en acheter une ?
8

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.