Test du LG G3

Le LG G3 a été officiellement présenté par son constructeur en mai dernier. Il se situe dans la droite lignée de son prédécesseur, avec des lignes soignées et une ergonomie particulièrement originale. Autant dire qu’il ne manque pas d’arguments pour nous séduire, loin s’en faut. Or justement, cela fait maintenant un peu plus d’une semaine qu’il m’accompagne au quotidien et le temps est donc venu de dresser un bilan complet de l’opération, et de vous faire le récit de cette étonnante expérience.

Avant toute chose et comme à l’accoutumée, j’attire votre attention sur le fait que ce test n’a pas pour vocation à verser dans la technique pure. Il s’agit d’un simple compte-rendu rédigé par un passionné, et donc par votre humble serviteur.

LG G3 : photo 1

La boiboite du LG G3. Vous ne l’aviez pas remarqué ?

Ceci étant, sachez tout de même que vous trouverez pas mal de choses tout au long de cet article, et notamment des vidéos, des photos et même les résultats de quelques benchmarks histoire de pouvoir comparer les performances du terminal avec votre propre smartphone.

Caractéristiques Techniques

Si vous passez régulièrement dans le coin, et s’il vous arrive de lire de temps à autres mes tests, alors vous connaissez sans doute la chanson. Avant d’aller plus loin et avant de présenter le terminal en long, en large et en travers, on va commencer par rappeler ses caractéristiques techniques histoire de nous rafraichir la mémoire.

Et aussi parce qu’il le mérite amplement, non mais !

  • Ecran tactile multipoint de 5,5 pouces.
  • Définition de type QHD.
  • Résolution en 2560×1440, densité de pixels de 538 ppp.
  • Processeur quad-core Qualcomm Snapdragon 801 cadencé à 2,5 Ghz.
  • 2 Go de mémoire vive / 3 Go de mémoire vive.
  • 16 Go de stockage / 32 Go de stockage.
  • Port pour cartes micro SD (128 Go au maximum).
  • Capteur de 13 millions de pixels.
  • Système de stabilisation optique OIS+.
  • Enregistrement de vidéo en 4K à 30 images par seconde.
  • Caméra frontale de 2,1 millions de pixels.
  • WiFi 802.11 a/b/g/n/ac, Bluetooth 4.0 LE, NFC, GPS.
  • Radio FM, DLNA, port infra-rouge, prise casque, port Micro USB 2.0.
  • Batterie de 3 000 mAh. Chargement sans fil (norme Qi).
  • Dimensions : 145,5 x 74,6 x 9,1 mm.
  • Poids : 153 grammes.
  • Android KitKat 4.4.2.
  • Prix moyen : 600€ pour le modèle de base.

C’est assez étrange mais les deux versions du LG G3 varient en fonction de leur espace de stockage, bien sûr, mais aussi en fonction de la quantité de mémoire vive embarquée. Le pire reste à venir car le modèle haut de gamme – celui embarquant 3 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage – ne sera pas disponible sur tous les marchés, et nous ne pourrons pas en profiter tout de suite en France.

Du moins dans un premier temps.

En ce qui me concerne, LG m’a prêté la première version. Toutes les mesures ont donc été effectuées sur cette dernière.

Histoire de finir en beauté, il faut également préciser que le LG G3 sortira en Europe dès le mois de juillet. Bouygues Telecom devrait d’ailleurs proposer des packs spéciaux regroupant le terminal, mais également la LG G Watch.

LG G3 : photo 3

Le LG G3 de dos. Difficile de ne pas penser à son prédécesseur.

LG G3 : photo 4

Le LG G3 encore vu de dos, sous un angle différent.

Design & Ergonomie

Ce n’est pas vraiment une surprise, mais le LG G3 ressemble énormément à son prédécesseur et il reprend finalement à son compte la plupart de ses particularités. Je pense notamment à la finesse de ses bordures ou encore à la disposition de ses boutons physiques.

Ceci étant, le bougre ne s’arrête pas là et il sublime finalement le concept avec des finitions tout bonnement irréprochables.

Comme la texture de sa coque qui imite l’aluminium brossé à la perfection. Qui l’imite seulement puisqu’elle est entièrement faite de plastique. Décevant ? Peut-être, ou pas, mais une chose est sûre : malgré son écran de 5,5 pouces, le terminal est très léger en main. Cette impression ne tient d’ailleurs pas uniquement à son poids, mais aussi à la largeur des bordures encadrant son écran.

Pour être un peu plus précis, et histoire d’avoir un point de comparaison en tête, le LG G3 est moins long que le Xperia Z2, mais il est aussi un peu plus large et un peu plus épais. La différence n’est pas flagrante cependant, car Sony a fait beaucoup d’efforts pour réduire au maximum la compacité de son dernier vaisseau amiral.

Comme sur le modèle précédent, tous les boutons physiques sont regroupés à l’arrière de la coque, en enfilade sous le module photo. Contrairement au G2, les boutons dévolus au contrôle du volume ne comportent pas de pictogramme. Ils sont aussi un peu plus long. Même constat pour le bouton de déverrouillage.

L’optique surmontant tout ce joli petit monde s’accompagne d’un double Flash LED, mais aussi d’un autofocus laser capable de faire la mise au point en quelques dixièmes de seconde. C’est en tout cas la promesse faite par LG et nous aurons bien évidemment l’occasion d’en reparler un peu plus en détails un peu plus tard.

Sinon, et bien il faudra aussi composer avec le logo de la marque, et avec une ouverture dissimulant le haut-parleur du terminal.

Point important, la coque du LG G3 est amovible et il sera ainsi parfaitement possible de la retirer pour accéder à la batterie de l’appareil et à ses différents ports (Micro SIM, Micro SD). La batterie n’est pas non plus soudée à la carcasse de l’appareil et nous pourrons donc la changer à la volée si le besoin s’en fait sentir.

Enfin, la prise casque et la prise Micro USB 2.0 se situent sur la tranche inférieure de l’appareil.

L’ensemble est plutôt bien balancé et autant dire que le nouveau fer de lance de LG ne manque vraiment pas de charme. Comme quoi, les matériaux utilisés dans la conception d’un téléphone ne font pas tout.

Lancement LG G3

Le LG G3 sortira en Asie à la fin de la semaine, et en juillet en Europe.

LG G3 : photo 5

Le LG G3 débarrassé de sa coque.

Ecran, Puissance & Autonomie

L’écran est sans contexte l’un des points forts du LG G3. Tous les terminaux haut de gamme du marché ne peuvent pas se vanter d’embarquer une dalle de type QHD.

Loin de là, même.

Mais est-ce vraiment utile au quotidien ? Difficile à dire, et tout dépend finalement de l’utilisation que vous faites de votre smartphone.

Si vous vous contentez du strict minimum – appels, sms, recherches web, réseaux sociaux – alors vous n’en aurez pas forcément besoin. En revanche, si vous aimez bien regarder de temps à autres des photos ou des vidéos sur votre téléphone, alors la situation sera radicalement différente.

Là, c’est simple, vous vous prendrez tout bonnement d’énormes claques en travers du visage. Le G3 ne se contente pas d’afficher des photos, ou des clips, il arrive carrément à les sublimer à un niveau rarement atteint à ce jour.

Et non, ce n’est absolument pas un effet de style purement littéraire.

Bon, et la puissance alors ? Le Snapdragon 801 remplit plutôt bien son office, et il ne manque pas de ressources. En revanche, côté mémoire vive, le modèle de base doit se contenter de 2 Go et c’est vraiment dommage. C’est dommage parce que la plateforme et la surcouche sont plutôt gourmandes.

Comme à l’accoutumée, j’ai fait tourné quelques solutions de benchmarking histoire que vous puissiez comparer les performances du G3 avec votre propre mobile :

  • BenchmarkPi : 197.
  • Quadrant : 15 940.
  • Linpack : 369 883.
  • An3DBench : 7592.
  • Geekbench : 721 / 1813.
  • AnTuTu : 21 204.

Le LG G3 s’en sort donc correctement, comme vous pouvez le constater par vous-même. Sauf sur AnTuTu, où il arrive bien après le HTC One (2014), le Samsung Galaxy S5 ou même… le LG G2. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à lancer le test trois ou quatre fois d’affilée. Pour être complètement sûr.

Et pour son autonomie, alors ?

Malgré la définition de son écran, il s’en tire avec tous les honneurs et il pourra ainsi tenir un peu plus d’une journée pour un usage modéré. Comme souvent, son pire ennemi, ce sont ces bonnes vieilles vidéos. Attention à ne pas trop pousser la luminosité.

LG G3 : Optimus UI 2

Le centre de notifications du LG G3.

LG G3 : Optimus UI 1

L’écran de verrouillage du LG G3.

Photos & Vidéo

LG a été pendant longtemps en retrait sur la partie photo, mais les choses ont bien changé depuis quelques années et le G2 se débrouillait déjà bien sur ce terrain. La bonne nouvelle, c’est qu’il en va de même pour son successeur.

Sans pour autant également un Z2 ou un Lumia 1020, il est capable de produire des clichés de très bonne qualité, et compris dans des ambiances lumineuses compliquées. Pour tout vous dire, sur ce terrain, il s’en sort même mieux que le HTC One (2014).

La capture de photos

Mais sa vraie force, finalement, c’est son autofocus laser. Il fonctionne aux petits oignons, dans toutes les conditions possibles et inimaginables. La mise au point se fait ainsi en un instant, chrono en main. Et autant dire que c’est vraiment très pratique, surtout lorsque vous voulez immortaliser un sujet rapide. Comme ma fille, par exemple.

LG a d’ailleurs poussé le concept assez loin puisqu’il sera possible d’associer la mise au point au déclencheur. Il suffira alors de relever le doigt de l’écran pour immortaliser la scène se déroulant sous nos yeux. Radical.

Peu de choses à dire sur la qualité des photos capturées par l’entremise du terminal. Le rendu est net, et propre. Les couleurs sont plutôt naturelles. La gestion du bruit fonctionne bien et la puce de traitement est même capable de pousser un peu l’effet de profondeur de champ.

Niveau piqué, par contre, il se trouve loin derrière le Z2 mais cela n’a rien de surprenant car ce dernier embarque une belle optique, un beau capteur et une puce de traitement BIONZ en prime. Sony et la photo, c’est une longue histoire d’amour après tout.

L’enregistrement de vidéos

Et la vidéo ? Comme vous le savez peut-être, le LG G3 est parfaitement capable de filmer en 4K, ou en Ultra HD c’est selon. Inutile de préciser que ces séquences prendront beaucoup de place sur le terminal. Vraiment beaucoup. Si vous voulez profiter de cette fonction, il sera donc préférable d’investir dans une carte micro SD de grande capacité.

Quoi qu’il en soit, les vidéos capturées avec le G3 sont relativement correctes, avec tout de même quelques problèmes au niveau du crénelage et de vilains artefacts apparaissant parfois lorsque la lumière n’est pas au beau fixe. Je vous ai même préparé un petit clip histoire que vous puissiez voir par vous même ce qu’il vaut sur le terrain, un clip intégré un peu plus loin dans l’article.

Reste à évoquer l’application en charge de toutes ces fonctions.

L’application Caméra

A la base, lorsque vous la lancerez, c’est une fenêtre vide qui apparaîtra sous vos yeux. Ou presque, puisque vous trouverez trois boutons planqués dans des coins de l’écran. Celui positionné en haut à droite vous donnera accès à la dernière photo capturée avec l’outil. Si vous cliquez sur la flèche présente en bas à droite, alors vous quitterez l’application.

Et si vous voulez accéder aux options de prise de vue, et bien ce n’est pas compliqué, il suffira de taper sur les trois petits points planqués en haut, sur la gauche.

Le double déclencheur apparaîtra alors sur la droite. En quelques secondes, vous pourrez lancer la capture d’une photo ou l’enregistrement d’une vidéo comme si de rien n’était. Envie d’aller plus loin ? Pas de souci, une barre d’outils présente à gauche vous donnera la main sur toutes les options usuelles. Il sera alors possible d’activer ou de désactiver le flash, de basculer entre le capteur principal et la caméra frontale, de changer de mode ou encore d’accéder aux paramètres avancés.

Seuls quatre modes sont proposés : automatique, magic focus, panorama et double. Si vous vous posez la question, sachez que le second vous permettra simplement de changer la mise au point d’un cliché après l’avoir enregistré. Exactement comme ce que propose le Lytro, et beaucoup d’autres.

Dans les options, vous trouverez pas mal de bricoles différentes et notamment un bouton pour changer le format d’enregistrement, et un autre pour activer la fameuse grille de composition. Pas de réglages avancés portant sur la vitesse de l’obturateur et sur l’ouverture du diaphragme, en revanche.

On termine avec la vidéo promise un peu plus haut, et avec une galerie en prime. Les photos peuvent être récupérées ici dans leur format original.

Ecosystème & Applications

Produire de beaux smartphones ne suffit plus. Les mobinautes sont de plus en plus attentifs à l’écosystème des constructeurs, et à leur offre applicative.

Sur ce terrain-là, le LG G3 n’y va pas non plus avec le dos de la cuillère et il a ainsi droit à la toute dernière version de la surcouche maison. S’ajoute à cela une mise à jour des applications natives.

Optimus UI

La première chose qui frappe, avec la nouvelle version de la surcouche, c’est son interface plate et minimaliste. Après Microsoft, Apple et Samsung, c’est donc au tour de LG de passer au « flat design » et il le fait plutôt bien. Au programme, donc, de nouvelles icônes, de nouveaux widgets et des visuels finalement très agréables à l’oeil.

En marge, le constructeur a aussi mis en place de nouvelles fonctions particulièrement intéressantes. Si le Knock On est toujours de la partie, il est désormais aussi possible de compter sur le Knock Code.

L’idée, finalement, est assez simple puisqu’il s’agit de permettre à l’utilisateur de déverrouiller son terminal en tapotant sur son écran. En tapotant, oui, mais pas n’importe comment puisqu’il faudra définir une séquence spécifique en s’appuyant sur un carré invisible constitué de quatre zones distinctes. Voilà qui change un peu de l’ordinaire.

Le centre de notifications, lui, ne bouge pas d’un poil en dehors des nouvelles icônes. On aura toujours droit à une première barre défilante regroupant des raccourcis pointant vers les réglages usuels (WiFi, NFC, Bluetooth, etc) ainsi qu’aux QSlide Apps.

Elles nous permettront d’ouvrir certaines applications dans des fenêtres volantes, puis de les déplacer, de les redimensionner et même de jouer sur leur opacité. Tout ça du bout des doigts. C’est pas mal mais seuls les outils natifs développés par LG sont supportés. Dommage.

Toujours depuis le centre de notifications, il sera aussi possible de régler la luminosité de l’écran ou encore le volume sonore. Les notifications, elles, s’afficheront en enfilade, tout en bas.

Comme sur le LG G2, le constructeur a opté pour un système d’info-bulles interactives. Lorsqu’un ami nous enverra un message texte, par exemple, il s’affichera dans une petite fenêtre située en haut, vers la gauche. Il ne nous restera plus qu’à taper dans la zone qui va bien et à saisir notre message pour lui répondre, sans avoir besoin de lancer l’application associée.

Le multitâche du G3 ressemble beaucoup à celui du HTC M8. Les applications en cours d’exécution apparaissent sous la forme de vignettes placées sur une grille constituée de trois lignes et de trois colonnes. Il suffit de tirer une miniature vers la gauche ou vers la droite pour fermer l’outil associé. LG a pensé à intégrer un bouton permettant de fermer tous les programmes en bas, pour aller plus vite.

C’est aussi là que nous trouverons le bouton permettant d’accéder au mode multi-fenêtré. Un système relativement proche de ce que propose Samsung sur les Galaxy Note. En gros, par son entremise, nous allons pouvoir placer deux applications à côté l’une de l’autre. Si besoin est, nous aurons même la possibilité de les redimensionner à la volée grâce à un simple bouton.

La cerise sur le gâteau, ce sont les options de personnalisation en lien avec les boutons tactiles propres à Android. S’il le souhaite, l’utilisateur pourra modifier leur agencement, changer leur couleur et même ajouter de nouveaux raccourcis pointant vers des fonctions propres à la surcouche du constructeur.

Finalement, le seul point noir concerne les écrans affichant la liste des applications installées sur le terminal. Ils sont beaucoup trop conventionnels et ils manquent un peu de folie.

Applications

Le LG G3 est livré avec une panoplie complète d’applications. Du client mail au lecteur musical, en passant par le dictaphone, l’horloge ou encore le gestionnaire de rappels.

Ces outils forment un ensemble cohérent, avec des visuels proches les uns des autres et un code couleur plutôt efficace. La couleur dominante de l’agenda est le orange, par exemple, contre le gris pour le dictaphone, le jaune pour les messages texte ou le violet pour le lecteur musical.

Je n’ai pas testé toutes les applications en long, en large et au travers. Ceci étant, dans le lot, j’ai quand même trouvé quelques perles.

Comme LG Health, le podomètre intelligent imaginé par le constructeur. Intelligent, car il sera parfaitement possible de changer d’activité à la volée, pour lui indiquer que nous sommes en train de courir ou même de faire du vélo.

Le dictaphone, lui, marche aussi très bien et j’avoue avoir pas mal accroché à son interface. Comme quoi, on peut faire de jolies choses en « flat design ».

Le navigateur web est plutôt rapide, et son interface agréable. Il n’est cependant pas parvenu à remplacer mon Chrome. C’est qu’on est très attaché l’un à l’autre, hein. Non, et puis c’est quand même très pratique de récupérer ses historique et ses favoris d’une machine à une autre.

L’application de la météo envoie sévère aussi. Elle est vraiment belle et la prévision sur plusieurs jours a l’air de bien marcher.

Même chose pour le clavier virtuel qui pousse le délire assez loin en intégrant de nouvelles « gestures ». En faisant glisser le doigt sur la touche « espace », vers la gauche ou la droite, on pourra ainsi faire bouger le curseur de sélection sans se prendre la tête.

Mieux, si besoin est, nous pourrons même spécifier sa hauteur totale. Le swype sera aussi de la partie, bien sûr.

LG G3 : Optimus UI 5

Encore les QSlide Apps du LG G3.

LG G3 : Optimus UI 4

Le calendrier intégré au LG G3.

En Conclusion

Le moment de vous livrer mon impitoyable verdict est arrivé. Roulements de tambours. Trompettes. Tambourins.

J’ai beaucoup aimé ces quelques jours passés en compagnie du LG G3. C’est un bel objet, il est léger et l’extrême finesse de ses bordures nous aide à oublier le téléphone en tant qu’objet pour nous concentrer sur les images délivrées. Les images, et donc nos contenus, le web, les jeux et toutes ces petites choses qui font désormais parti de notre quotidien.

A l’époque, j’avais écrit que le LG G2 donnait l’impression de tenir un écran au creux de sa main. Il en va de même pour son successeur. Cela n’a l’air de rien dit comme ça mais c’est vraiment agréable quand on glande sur YouTube devant nos chaines préférées. Ou même lorsqu’on regarde le dernier épisode d’une série dans le train, ou dans l’avion.

Et bien bon, vu son écran, ce serait dommage de s’en priver.

La présence d’un port pour cartes micro SD est aussi une bonne nouvelle puisqu’il s’agissait finalement du seul défaut du G2. Une fois encore, LG prouve qu’il est parfaitement capable de tenir compte de l’avis de ses clients.

Rien à dire sur la puissance du processeur. En revanche, ce n’est pas la même chose pour la mémoire vive. Pourquoi décliner le terminal en deux versions ? A quel moment les hauts responsables de la firme se sont dit que ce serait une bonne idée d’amputer le premier modèle d’un tiers de sa mémoire vive ? De mon point de vue, c’est vraiment le plus gros point noir du LG G3.

Reste l’écosystème et là encore, et bien on a quelque chose qui tient vraiment la route. J’aime bien l’univers de la firme et la nouvelle version d’Optimus UI est vraiment réussie. L’interface est cohérente, bien pensée et plutôt accessible. Un régal à utiliser.

Et puis, il y a l’autofocus laser qui est une vraie bombe. De tous les terminaux qui me sont passés entre les mains, aucun n’est aussi rapide à faire la mise au point que ce dernier. Il est impitoyable, et il ne laisse aucune chance à ces vilains flous de bougé qui disparaitront de votre vie à l’instant même où vous sortirez le mobile de sa boite.

Design9.2
Ergonomie9.4
Puissance8.6
Fonctions8
Multimédia9.2
Prix8.2
8.8
Mots-clés lglg g3testsvidéo