Test du Moto G (2015)

Motorola a organisé une grande conférence de presse à la fin du mois dernier pour présenter ses nouveaux terminaux. Le constructeur a notamment levé le voile sur un téléphone positionné sur le milieu de gamme, et donc sur une nouvelle version du Moto G. Oui, et le bougre m’accompagne depuis un peu plus d’une semaine maintenant. Le moment est donc venu de dresser un bilan complet de l’opération.

Cet article fait suite à cette prise en main. Il ira un peu plus loin que ce dernier et il se concentrera sur l’écran du terminal, mais également sur sa puissance de calcul, son autonomie ou même son capteur photo et sa surcouche.

Moto G 2015 : photo 1

La boite du Moto G 2015.

Attention cependant car il ne sera pas pleinement exhaustif non plus. Le bon côté de la chose, c’est qu’il s’accompagne de plusieurs photos et de deux vidéos qui vous permettront de l’examiner sous tous les angles.

Caractéristiques Techniques

On ne change pas une équipe qui gagne. Avant d’aller plus loin, nous allons commencer par nous pencher sérieusement sur la fiche technique du terminal.

Le Moto G est équipé d’un écran de 5 pouces capable d’afficher une définition de type HD 720p, et donc du 1280×720. Ce qui donne une densité de pixels tournant autour des 290 ppp. Pas énorme, certes, mais cela suffira tout de même dans la plupart des cas.

Sous le capot, nous allons aussi trouver un processeur Snapdragon 410 cadencé à 1,4 GHz. Il s’agit d’une architecture 64-bit et la puce est composée de quatre coeurs. Elle est épaulée par un GPU Adreno 306 et par 1 Go ou 2 Go de mémoire vive en fonction des versions.

L’espace de stockage varie en fonction des modèles et il ira de 8 Go à 16 Go. Dans les deux cas, il est possible de l’étendre par le biais d’une carte micro SD mais on ne peut pas dépasser les 32 Go.

Côté photo, il faut compter sur un capteur de 13 millions de pixels surmonté d’une optique grand-angle non stabilisée, avec un flash double ton et une caméra frontale de 5 millions de pixels en prime.

La batterie atteint une capacité de 2 470 mAh et le terminal peut se connecter à des réseaux téléphoniques en 4G. Le WiFi est aussi de la partie, de même pour le Bluetooth.

Le Moto G est assez compact (142,1 x 72,4 x 6,1/11,6 mm) et son poids ne dépasse pas les 155 grammes. Il est livré avec Lollipop 5.1 et il est proposé à partir de 199 euros.

Pour résumer :

  • Ecran HD de 5 pouces (1280×720, 290 ppp).
  • Processeur Snapdragon 410 @ 1,4 GHz.
  • GPU Adreno 306, 1 Go ou 2 Go de RAM.
  • 8 Go ou 16 Go de stockage + micro SD.
  • Capteur de 13 millions de pixels.
  • Caméra frontale de 5 millions de pixels.
  • WiFi, Bluetooth, 4G.
  • Batterie de 2 470 mAh.
  • Dimensions : 142,1 x 72,4 x 6,1/11,6 mm.
  • Poids : 155 grammes.
  • Prix : 199 euros.
Moto G 2015 : photo 2

Les accessoires. L’offre est plutôt traditionnelle.

Moto G 2015 : photo 3

Le kit mains libres est plutôt joli à regarder.

Moto G 2015 : photo 4

Le Moto G a deux grilles sur la face avant.

Packaging, Design & Ergonomie

Le Moto G est livré dans une boite assez traditionnelle avec un visuel et quelques infos techniques au dos.

En l’ouvrant, on tombera tout de suite face au terminal. Les accessoires sont placés dans un compartiment situé en dessous. Là, on aura la documentation habituelle, un câble de synchronisation, un bloc secteur et le kit mains libres.

Il est de bonne qualité mais il est loin d’égaler les casques audio professionnels. Et en même temps, c’est assez logique, non ?

Le téléphone est assez massif mais il peut être piloté d’une seule main sans trop de difficulté. Milieu de gamme oblige, il fait la part belle au plastique mais cela ne l’empêche pas d’avoir de l’allure. Le bon côté de la chose, c’est que vous pourrez le personnaliser à votre guise en vous appuyant sur le Moto Maker.

En outre, la coque est aussi amovible et vous pourrez très bien investir dans des pièces supplémentaires pour changer son allure au gré de vos envies. Exactement comme les premiers Nokia, donc.

Motorola n’a pas fait les choses à moitié et son téléphone est certifié IPX7. Il pourra donc résister aux éclaboussures et même à des immersions en eau douce.

L’ergonomie est assez traditionnelle. Tous les boutons physiques sont regroupés sur la tranche droite avec, de haut en bas, le bouton de mise sous tension et les deux boutons dévolus au contrôle du volume. Le premier est légèrement biseauté et il sera ainsi possible de l’identifier en un instant. Futé.

Le connecteur est intégré à la tranche inférieure, à l’opposée de la prise casque.

Pour accéder à la carte SIM et à la carte micro SD, il faudra commencer par enlever la coque. Attention cependant car il faudra bien la remettre en place ensuite. Si vous ne le faites pas, le téléphone perdra sa certification IPX7.

Le module photo et son flash sont regroupés sur une languette. On retrouve exactement la même chose sur les deux Moto X présentés par le constructeur le 28 juillet dernier.

Le Moto G est loin d’offrir les finitions d’un Galaxy S6 ou d’un P8, bien sûr, mais il n’est pas vilain à regarder et il a même beaucoup de charme.

Moto G 2015 : photo 5

La fameuse languette est de la partie, bien sûr.

Moto G 2015 : photo 6

Il faudra remettre la coque bien en place pour préserver l’étanchéité du terminal.

Moto G 2015 : photo 7

Sous la coque, les portes.

Ecran, Puissance & Autonomie

L’écran du Moto G atteint une diagonale de 5 pouces, avec une définition en HD 720p. Il peut donc afficher du 1280×720 et sa densité de pixels atteint les 294 ppp.

La dalle est recouverte d’une vitre traitée au Gorilla Glass 3. Le terminal est donc protégé contre les rayures mais ce ne sera évidemment pas une raison pour l’utiliser comme planche à pain.

Elle est assez lumineuse, et bien contrastée. Les couleurs me semblent plutôt fidèles et il est parfaitement possible d’utiliser le téléphone en plein soleil sans ressentir la moindre gêne. Seul bémol, l’écran n’est pas toujours des plus réactifs. Dommage.

Rassurez-vous cependant car cela ne pose pas de problème dans les jeux, ni même pour les vidéos. J’ai eu l’occasion de regarder quelques épisodes de mes séries préférées dessus sans ressentir la moindre gêne.

Comme indiqué un peu plus haut, le Moto G est propulsé par un processeur Snapdragon 410 constitué de quatre coeurs cadencés à 1,4 GHz. L’édition qui m’a été prêtée ne comporte que 1 Go de mémoire vive mais elle a tout de même été en mesure de faire tourner la plupart de mes jeux, et notamment Angry Birds 2.

Je n’ai pas non plus rencontré de problème particulier avec les vidéos à partir du moment où elles ne montent pas trop haut en définition. J’ai essayé de lire des films en 1080p mais mes tests n’ont pas été franchement concluants.

Le Moto G a obtenu un score de 21 876 points sur AnTuTu. Notez qu’il s’agit d’une moyenne.

Lorsque Motorola a présenté son téléphone, il a indiqué qu’il pouvait tenir une journée complète avec une seule charge grâce à sa batterie de 2 070 mAh. C’est effectivement le cas, mais pour une utilisation soutenue. En faisant attention, il peut tenir facilement une journée et demie, voire deux jours en désactivant la 4G et certains services.

Du coup, vous pourrez partir au boulot sans avoir besoin de prendre votre chargeur. Classe.

Moto G 2015 : photo 8

Le connecteur est placé sur la tranche inférieure.

Moto G 2015 : photo 9

Et la prise casque est de l’autre côté.

Moto G 2015 : photo 10

L’écran d’accueil.

Photos, Vidéos & Son

Motorola a fait de gros efforts sur la partie photo. Le Moto G embarque ainsi un capteur de 13 millions de pixels couronné d’une optique grand-angle non stabilisée, avec un double flash led en prime.

Sur le papier, c’est plutôt prometteur.

Dans les faits, tout va finalement dépendre des conditions de prise de vue. Avec de la lumière, le terminal est capable de produire des clichés nets, avec une belle dynamique et un piqué assez marqué. La restitution des couleurs me paraît plutôt correcte et on peut obtenir de très belles images.

En revanche, le Moto G montre rapidement ses limites lorsque la lumière vient à manquer. Les couleurs sont souvent saturées (elles tirent sur le jaune) et la gestion du bruit électronique laisse aussi à désirer. Il faudra donc compenser l’absence de lumière avec un flash.

Fort heureusement, ce dernier s’en sort avec tous les honneurs et on pourra aussi compter sur un mode « nuit » directement intégré à l’application mobile.

Tout ce qui est valable pour la photo l’est aussi pour la vidéo. En revanche, l’absence d’un stabilisateur se fait cruellement ressentir et il sera préférable de placer le terminal sur un trépied pour améliorer le rendu des séquences.

Pas grand chose à dire sur l’application mobile embarquée. Il s’agit de celle des Nexus et elle fonctionne plutôt bien. L’interface est assez dépouillée, c’est vrai, mais l’outil est aussi très accessible et c’est plutôt une bonne chose. On trouve tous les réglages habituels et on pourra changer de format à la volée et prendre la main sur toutes les options habituelles.

Bon, et pour la partie audio alors ? Comme évoqué un peu plus haut, le kit mains libres n’est pas mauvais mais il ne satisfera sans doute pas les mélomanes. Le haut-parleur, lui, ne manque pas de peps et je n’ai pas rencontré de problème particulier au niveau des appels.

Moto G 2015 : photo 11

Les notifications.

Moto G 2015 : photo 12

Les raccourcis rapides.

Moto G 2015 : photo 13

Le multitâche.

Plateforme & Fonctions

Le Moto G est livré avec Lollipop 5.1 et il est dépourvu de surcouche. Motorola a fait le choix de s’aligner sur les Nexus et c’est d’ailleurs ce qui lui a permis de trouver son public. L’avantage, avec cette stratégie, c’est que les mises à jour sont déployées très vite.

Et oui, Android M arrivera sur les Moto X et sur le Moto G avant la fin de l’année.

Le constructeur n’est pas resté les bras croisés pour autant et il a développé plusieurs outils pour rendre son téléphone plus intelligent.

Il y a les gestes, pour commencer. Si vous prenez le téléphone en main, alors vous verrez automatiquement apparaître l’heure et les dernières notifications générées par vos applications. Il suffira alors de glisser une boule vers le haut pour afficher l’alerte associée.

Le geste inverse vous permettra de déverrouiller l’appareil.

Pas besoin d’aller chercher le bon raccourcis pour lancer l’application photo. Il suffira effectivement de secouer énergiquement le terminal pour la lancer. Et le plus beau, dans l’histoire, c’est que ça fonctionne aussi lorsque l’écran est verrouillé.

En marge, Motorola a aussi développé un assistant pour automatiser certaines tâches. Grâce à lui, il sera par exemple possible de couper la sonnerie du Moto G lorsque nous serons en réunion. L’outil se basera sur notre calendrier pour effectuer les réglages et il pourra aussi s’appuyer sur notre localisation.

Grâce à ce système, il sera par exemple possible de passer en mode vibreur lorsque nous arriverons au bureau et de réactiver la sonnerie en rentrant à la maison.

J’aime beaucoup cette fonction mais j’aurais aimé qu’elle aille encore plus loin en incluant d’autres réglages comme le Bluetooth, le WiFi ou même la 4G.

Le système est extrêmement fluide et le Material Design rend la plateforme très agréable à utiliser. Vous trouverez à la fin de l’article une vidéo qui la présente en détails et qui passe en revue les principales améliorations apportées par Motorola.

Moto G 2015 : photo 14

La liste des applications.

Moto G 2015 : photo 15

L’appareil photo.

Moto G 2015 : photo 16

Les options de l’appareil photo.

Conclusion

Le Moto G se bonifie au fil des versions, cela ne fait aucun doute. Cette nouvelle itération s’aligne dans la droite lignée des précédentes, avec pas mal de petites choses en plus. Je pense notamment au Moto Maker mais aussi à son traitement IPX7.

Alors bien sûr, le terminal est loin d’être un foudre de guerre et il n’offre pas non plus les finitions d’un M9 ou d’un P8, mais il s’en sort vraiment bien compte tenu de son prix et je pense même qu’il s’agit l’un des meilleurs terminaux qu’il soit possible de trouver sur le milieu de gamme.

Du coup, si vous recherchez un téléphone amusant, résistant et tendance, alors vous pouvez foncer tête baissée, les yeux fermés.

Ah et si vous avez une grosse enveloppe, je vous conseille de partir directement sur le modèle doté de 2 Go de RAM et de 16 Go de stockage. Là, vous vous sentirez nettement moins à l’étroit.

Design7.5
Ergonomie9
Puissance6
Multimédia7.5
Fonctions8
Prix9.5
Le Moto G de 3ème génération est une excellente surprise. Il est personnalisable, rapide, réactif et il sera en plus capable de résister aux intempéries. En outre, l'absence de surcouche ravira les puristes et tous ceux qui détestent devoir attendre pour mettre à jour leur téléphone.
7.9