Clicky

Test du Nokia 7.1

Nokia n’a pas connu des années faciles ces dernières années. Après avoir été ballottée à droite et à gauche, la marque a finalement renaît de ses cendres sous la houlette de HMD Global. Depuis, le constructeur a lancé plusieurs modèles et le Nokia 7.1 est parmi les plus récents.

Il m’a accompagné pendant un mois et le moment est donc bien choisi pour faire un point complet de l’expérience.

Test du Nokia 7.1 : photo 1

Ce test ira assez loin et il s’attardera notamment sur le design et l’ergonomie du terminal, ou encore sur son écran, son processeur et son autonomie. Nous parlerons également de tout ce qui a trait à la photo et à la vidéo avant de rebondir rapidement sur les fonctions de sa plateforme.

Design & Ergonomie

Le Nokia 7.1 impressionne clairement par ses finitions. En dépit de son positionnement milieu de gamme, le terminal est en effet doté d’un beau boîtier en verre et d’une armature métallique finement ciselé. Nokia a en effet décidé de teindre les bordures en noir et donc de la même couleur que la plaque arrière, tout en conservant des liserés argentés brillant histoire de renforcer l’aspect premium du téléphone.

Et ça fonctionne bien. Ces fameux liserés donnent beaucoup de cachet au terminal. D’autant que Nokia a appliqué le même traitement aux boutons physiques du téléphone. Des boutons tous placés sur la tranche droite du terminal.

Le Nokia 7.1 n’est pas un petit gabarit, mais il est tout de même très confortable en main grâce à son poids contenu et à ses lignes allongées. Il sera tout à fait possible de le piloter à une seule main sans trop de difficultés… et sans avoir à se contorsionner.

L’écran est assez imposant, mais il est aussi encadré par des bordures épaisses sur les côtés et en haut. Pour ne rien arranger, la partie supérieure de la dalle est coupée d’une encoche et on trouve en plus un menton large de quelques centimètres en bas. Un menton où apparaît le nom de la marque.

Si la présence de ce bandeau est tout à fait logique pour un téléphone positionné sur ce segment et proposé à moins de 350 €, il n’est malheureusement pas exploité par le constructeur. Nokia aurait en effet eu assez place pour placer un lecteur d’empreintes ou des boutons capacitifs à cet endroit, mais il ne l’a pas fait et c’est vraiment dommage. La pilule aurait été plus facile à avaler.

Bon point en revanche, l’encoche n’est pas très large et elle fait globalement la taille de l’encoche du P20 ou du P20 Pro. Au bout d’un certain moment, on finit donc par l’oublier.

Nokia n’a pas fait l’impasse sur la prise casque. Elle est en effet placée sur la tranche supérieure, celle du bas étant pour sa part réservée au haut-parleur et… au connecteur, au format USB Type-C !

Le module photo comporte pour sa part deux optiques et deux capteurs empilés les uns sur les autres. La pièce est élaborée en partenariat avec Zeiss et elle intègre également un flash double ton. Le lecteur d’empreintes est placé dans son prolongement et il s’est avéré assez réactif durant ces quelques semaines de test.

De manière plus générale, le Nokia 7.1 est très agréable en main, avec des dimensions suffisamment contenues et un poids assez léger pour lui permettre de se faire oublier une fois logé au fond de notre poche. En revanche, la plaque arrière est très salissante et elle a ainsi tendance à attirer les traces de doigts à vitesse grand V.

Test du Nokia 7.1 : photo 4 Test du Nokia 7.1 : photo 3 Test du Nokia 7.1 : photo 2

Écran, Processeur & Autonomie

Le Nokia 7.1 est équipé d’un écran PureDisplay de 5,84 pouces au format 19:9. La dalle est capable d’afficher du Full HD+ et elle est de type LCD. Pas d’OLED en vue.

Si les amateurs de forts contrastes seront sans doute déçus, ils pourront tout de même se féliciter de la luminosité de la dalle puisque cette dernière est suffisante pour rendre l’appareil utilisable en plein soleil.

La colorimétrie de la dalle n’est pas mauvaise non plus, d’autant que le Nokia 7.1 intègre une option permettant d’activer le HDR10 pour les titres et les vidéos.

Si l’absence d’OLED est regrettable, il faut tout de même noter que la dalle du Nokia 7.1 sera d’une qualité suffisante pour vous permettre de profiter de vos films ou de vos séries préférées. L’encoche, de par ses dimensions, ne vous gâchera d’ailleurs pas la vue. Et c’est tant mieux d’ailleurs puisque vous ne pourrez pas la masquer. La plateforme n’embarque en effet aucune fonction permettant de le faire.

Côté puissance, Nokia a opté pour un Snapdragon 636 couplé à 3 ou 4 Go de mémoire vive pour animer son téléphone. Le stockage est compris pour sa part entre 32 et 64 Go (extensibles) en fonction des configurations. AnTuTu a gratifié le terminal de 116 162 points et ce n’est pas énorme.

Toutefois, le Nokia 7.1 a un avantage de taille sur ses concurrents : il fait partie du programme Android One et il est donc dépourvu de surcouche. Toutefois, cette particularité ne suffira pas à lui faire éviter des latences ponctuelles, des latences qui surviendront à mesure que vous le chargerez en application.

Ces lenteurs sont assez agaçantes au quotidien et on espère bien entendu qu’elles pourront être corrigées par le biais de mises à jour logicielles.

Il ne faudra pas non plus espérer pouvoir lancer de gros titres gourmands avec les détails au maximum. En réalité, l’appareil ne sera pas en mesure de les faire tourner correctement dans cette configuration et vous devrez donc faire preuve d’humilité pour profiter de vos jeux préférés. C’est d’autant plus vrai pour les titres multijoueurs.

Côté autonomie, le Nokia 7.1 est équipé d’une batterie de 3060 mAh. Et on ne va pas se mentir, ce n’est pas énorme, encore moins avec un écran LCD. Sans surprise, le terminal n’est donc pas ébouriffant sur ce plan et il pourra difficilement tenir plus d’une journée avec une utilisation mixte. En vidéo et en jeux, son autonomie chutera bien entendu drastiquement.

La recharge, de son côté, est assurée par un chargeur 18W et le terminal aura besoin de seulement trente minutes pour retrouver la moitié de sa capacité de charge. Attention cependant, car il faudra patienter le triple pour se retrouver avec une charge complète. C’est évidemment un problème pour les personnes qui se trouvent toujours sur la route ou entre deux rendez-vous.

Histoire de vous donner une meilleure idée de l’autonomie du terminal, j’ai fait tourner PCMark dessus et l’appareil a tenu très exactement XXX heures avec un usage mixte.

Si vous me suivez depuis un  moment, alors vous savez que Nperf fait partie de mon protocole de test. L’application me permet en effet d’avoir une idée plus précise des capacités des modems embarqués à bord des appareils testés.

Le Nokia 7.1 a bien entendu eu droit à ce traitement de faveur lui aussi, avec ma SIM Sosh et depuis mon bureau, situé en région parisienne.

Le terminal a atteint un débit descendant de 81.50 mbps et un débit ascendant de 15.55 mbps avec une latence de 29 ms. Le score est de 80.65 % en web et de 88.91 % en vidéo, avec un total de 92 198 points. Ce n’est pas énorme, certes, mais ce n’est pas étonnant puisque le terminal est équipé d’un modem 4G de catégorie 6. Bon point en revanche, derrière, on trouve tout de même du WiFi 802.11 et surtout du Bluetooth 5.0.

Test du Nokia 7.1 : photo 7 Test du Nokia 7.1 : photo 6 Test du Nokia 7.1 : photo 5

Photo, Vidéo & Son

Le Nokia 7.1 bénéficie, comme la plupart des derniers appareils de la marque, d’un partenariat avec l’opticien Zeiss. Toutefois, je ne m’attendais pas à des miracles non plus compte tenu de son prix de vente. Et je me suis lourdement trompé, car l’appareil se débrouille plutôt bien sur cet usage.

Le Nokia 7.1 embarque un module photo double composé d’un capteur principal de 12 millions de pixels, un capteur accompagné d’une optique ouvrant à f/1.8, et d’un capteur secondaire de 5 millions de pixels couronné d’une optique ouvrant à f/2.4. Il peut filmer en 4K et il embarque également à son bord une caméra frontale de 8 millions de pixels accompagnée cette fois d’une optique ouvrant à f/2.0.

Sur le papier, le terminal n’a donc rien d’extraordinaire, mais il suffit de se pencher un instant sur les photos prises par son entremise pour réaliser qu’il se trouve au cran au-dessus de ses concurrents.

En pleine lumière, le Nokia 7.1 est ainsi capable d’obtenir de très belles photos, avec un piqué marqué et un niveau de détails élevés, y compris sur des scènes très complexes. La colorimétrie tombe juste et l’appareil peut ainsi produire des images avec des couleurs très naturelles. La dynamique m’a aussi fortement impressionné. Que ce soit dans les ombres ou les hautes lumières, le terminal est tout à fait en mesure de récupérer un maximum de détails.

Je m’attendais bien entendu à ce que les performances du terminal s’écroulent en intérieur. Les capteurs des téléphones sont en effet limités en taille et ils ont parfois du mal à récupérer de la lumière sur les scènes un peu sombres. Étrangement, ce n’est pas le cas.

Certes, le Nokia 7.1 aura un peu plus de mal, mais il réussira tout de même à produire des images très détaillées. Le meilleur exemple est sans conteste celui du vieil argentique à soufflet présent sur mon bureau. Le texte situé autour de l’objectif est parfaitement lisible sur les photos prises avec le téléphone, et ce alors même que l’appareil se trouvait dans une zone peu éclairée.

Alors bien sûr, l’appareil ne sera pas non plus en mesure de supprimer tous les artefacts présents sur l’image, mais ses clichés resteront parfaitement exploitables.

Comme beaucoup de téléphones maintenant, le Nokia 7.1 propose un mode bokeh. Grâce à son second capteur, il sera en effet capable de récupérer des infos sur la profondeur de champ et de simuler un bokeh comme ceux que l’on peut obtenir sur les reflex et hybrides avec des optiques proposant une grande ouverture.

Si le flou ne sera pas aussi doux et chaud que ceux de nos appareils photo, il reste tout à fait convenable. Mieux, il tombera aussi le plus souvent juste. Sur ma tasse à café, par exemple, on voit bien le téléphone n’a pas oublié de flouter le chat qui apparaît à travers l’anse. En outre, les contours de l’objet restent bien nets et ce alors même que la lumière n’était pas folichonne.

La partie vidéo n’est pas mauvaise non plus. Une fois encore, il sera possible d’obtenir des séquences très détaillées avec une belle colorimétrie et une dynamique correcte. Le stabilisateur n’est pas parfait en revanche et il ne pourra pas supprimer tous les micro-tremblements. Il faudra donc investir dans un gimbal. Fort heureusement, le prix de ces accessoires a bien baissé et on trouve même des produits chinois à moins de 100 € sur le marché.

La caméra frontale est elle aussi de très bonne qualité et elle m’a agréablement surpris. Encore une fois, le Nokia 7.1 est capable de produire des images très détaillées. Pas de lissage induit par un beauty mode ou un bug quelconque, donc.

Côté son, le bilan est mitigé. Le Nokia 7.1 est équipé d’un seul haut-parleur et ce dernier se trouve sur la tranche inférieure. Nous aurons donc souvent tendance à l’étouffer lorsque nous tiendrons le téléphone à l’horizontale, pour regarder des vidéos ou des séries.

En outre, la pièce manque un peu de puissance et elle ne s’accompagne d’aucun haut-parleur secondaire. Et il faut bien l’avouer, quand on a goûté au son stéréo sur un téléphone, c’est très difficile de revenir en arrière.

Après, la qualité du rendu n’est pas mauvais non plus. Le haut-parleur a du coffre, mais les basses manquent un peu et on a donc un son qui peut très vite devenir criard sur certains titres.

Test du Nokia 7.1 : photo 10 Test du Nokia 7.1 : photo 9 Test du Nokia 7.1 : photo 8

Les True Wireless Earbuds

En temps normal, je consacre toute une partie de mes tests à la partie logicielle. Ce ne sera pas le cas ici. Le Nokia 7.1 fait effectivement partie du programme Android One et il est donc livré avec une version pure d’Android, une version évoquée dans plusieurs de mes autres tests.

Du coup, eh bien pour en finir avec cette vidéo, nous allons nous pencher… sur les True Wireless Earbuds.

Ces derniers ont plus ou moins été présentés en même temps que le Nokia 7.1 et ils viennent se positionner sur le segment des écouteurs sans fil, en face des AirPods et des autres produits du même genre.

La forme change cependant pas mal. Le boîtier de rangement et de chargement, pour commencer, ne se présente pas sous la forme d’une boîte vaguement rectangulaire, mais comme un tube. Relativement compact, il sera tout à fait imaginable de le glisser dans sa poche de pantalon ou de veste.

Mais ce n’est pas le plus intéressant. La boîte a également la bonne idée d’intégrer un connecteur au format USB Type-C, un format identique à celui du Nokia 7.1. Il sera donc tout à fait possible d’utiliser le même chargeur pour les deux appareils.

En outre, Nokia a eu l’intelligence de placer trois LED de notification à côté du connecteur. Grâce à elle, nous connaitrons tout de suite l’état de charge de chacun des écouteurs placés dans la boîte sans avoir besoin de les sortir et de les allumer.

La boîte des True Wireless Earbuds intègre en outre sa propre batterie. Grâce à elle, il sera possible de charger les écouteurs trois fois de suite, pour une autonomie totale de 14 heures en écoute ou de 16 en communication. Ce sont les estimations faites par le constructeur, mais elles correspondent bien à la réalité des faits. En outre, le temps de charge est assez rapide et il faudra compter une demi-heure pour leur redonner des couleurs.

Les écouteurs en eux-mêmes sont un véritable chef-d’œuvre de miniaturisation. Extrêmement compacts, ils pèsent à peine 5 grammes et ils n’auront aucune difficulté à se faire oublier une fois en place. Ils pourront en outre s’adapter à toutes les morphologies grâce aux embouts supplémentaires fournis dans la boîte.

Lors de ma prise en main, les écouteurs m’avaient bluffé par leurs dimensions et leur design. Quelques semaines plus tard, mon avis n’a pas changé. Nokia a accordé le plus grand soin aux finitions et le produit est vraiment très élégant.

S’il s’accorde à merveille avec le Nokia 7.1, il n’aura pas non plus à rougir face à un iPhone ou un Pixel 3.

L’association est franchement simple. Les écouteurs sont compatibles avec le Bluetooth 5.0 et il suffira de les allumer pour les voir apparaître dans l’outil de détection du téléphone. Une simple tape suffira à lancer l’association.

Une fois le premier écouteur appairé, il suffira de mettre sous tension le second pour qu’il se connecte à son camarade. Ensuite, il suffira de lancer la lecture d’une vidéo ou d’une piste pour s’en prendre plein les oreilles.

Car en effet, les True Wireless Earbuds offrent un rendu sonore des plus convenables. Le son est plutôt bien équilibré et si les basses sont bien présentes, elles ne viennent pas pour autant masquer les aigus et les médiums. Le résultat est donc bien équilibré.

En outre, grâce à leur forme, les écouteurs épouseront parfaitement le conduit auditif et ils nous isoleront donc du monde extérieur. Ce qui peut s’avérer utile dans les environnements sonores oppressants, mais aussi dangereux lorsqu’on circule par exemple en ville à vélo ou en trottinette. Nokia n’a en effet pas muni ses écouteurs d’un système de filtrage actif et on ne pourra donc pas laisser passer les sons de l’environnement comme sur d’autres modèles.

L’ergonomie générale du produit est assez perfectible, également. Les écouteurs sont chacun munis d’un seul bouton. Un appui simple sur l’un ou l’autre aura pour effet de couper la lecture de la piste en cours. Un appui double à droite augmentera le volume sonore d’un cran. Un appui double à gauche aura l’effet inverse. Pour passer à la piste suivante, il faudra maintenir le bouton enfoncé pendant quelques secondes.

Compte tenu du système mis en place, il faudra donc s’assurer de bien placer les écouteurs de telle façon à ce que leur bouton soit orienté vers l’extérieur. Perso, j’aurais vraiment aimé un système reposant sur des tapotements. Bon, après, il faut rappeler que le produit sera proposé à 129 €. Il fallait bien faire quelques concessions.

Test du Nokia 7.1 : photo 13 Test du Nokia 7.1 : photo 12 Test du Nokia 7.1 : photo 11

En Conclusion

Le Nokia 7.1 n’est pas un produit parfait, c’est certain. Le menton aurait pu être utilisé pour caser un lecteur d’empreintes et l’autonomie est un peu juste.

En revanche, l’appareil excelle franchement sur le terrain de la photo et il s’en tire mieux que la plupart des appareils positionnés sur le milieu de gamme. Vraiment. Il m’a vraiment bluffé de ce côté et je ne pensais franchement pas être en mesure d’obtenir ce genre de photos avec un appareil proposé sous la barre des 350 €.

Et pour vous dire, ce Nokia 7.1 me pousse à penser que le prochain flagship de la marque risque d’être tout bonnement dément en photo. J’ai vraiment très hâte de pouvoir le découvrir et j’espère que Nokia ne m’oubliera pas lorsque la marque lancera les prêts.

Je n’ai pas évoqué en détail la plateforme, mais je peux tout de même vous dire qu’elle est extrêmement efficace. Les puristes seront aux anges.

Quant aux True Wireless Airbuds, ils ont peut-être un nom à rallonge, mais ils font très bien le job et ils n’auront aucune difficulté à tenir tête à leurs concurrents.

Test du Nokia 7.1 : photo 14 Test du Nokia 7.1 : photo 16 Test du Nokia 7.1 : photo 17

DESIGN & ERGONOMIE7
ECRAN7.5
PUISSANCE & AUTONOMIE7.5
PHOTO & VIDEO8
FONCTIONS & PLATEFORME8
RAPPORT QUALITE/PRIX8
Le Nokia 7.1 est un produit intéressant. S'il n'est pas parfait, il a au moins le mérite d'être plutôt bon en photo. En réalité, il s'avère même très surprenant sur ce terrain.
7.7
Mots-clés nokianokia 7.1

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.