Test du Sony Xperia X

Sony a frappé fort durant le dernier Mobile World Congress en levant le voile sur une nouvelle gamme regroupant pas moins de trois smartphones positionnés sur le moyen et sur le haut de gamme. Le Xperia X fait bien évidemment parti de la liste et il m’accompagne maintenant depuis plusieurs semaines. Le moment est donc bien choisi pour publier le test de la bête.

Ce test fait suite à ma prise en main du début du mois. Il ira un peu plus loin que cette dernière et il s’intéressera notamment à l’écran, au processeur, à la batterie, au capteur photo et aussi à la plateforme du terminal.

Test Xperia X : image 1

Le Xperia X est équipé d’un boitier métallique.

Et comme à l’accoutumée, vous aurez aussi droit à une petite vidéo à la fin de l’article. D’ailleurs, si le coeur vous en dit, vous pouvez vous abonner à ma chaîne en suivant ce lien.

Caractéristiques Techniques

Mais avant toute chose, nous allons prendre le temps de rappeler brièvement les caractéristiques de la bête.

Le Xperia X est équipé d’un écran IPS LCD de 5 pouces capable d’afficher du Full HD et donc du 1 920 x 1 080.

Il est propulsé par un SoC Snapdragon 650 constitué de six coeurs répartis en deux clusters. On a deux Cortex A72 cadencés à 1,8 GHz d’un côté et quatre Cortex A53 cadencés à 1,4 GHz de l’autre, le tout avec une architecture de type big.LITTLE.

Ils sont épaulés par un GPU Adreno 510 et par 3 Go de RAM.

L’espace de stockage atteint les 32 Go et il est extensible par le biais d’une carte micro SD.

Le capteur principal atteint les 23 millions de pixels et il est surmonté d’une optique ouvrant à f/2.0, avec un autofocus hybride ultra rapide. La caméra frontale tape dans les 13 millions de pixels avec une optique ouvrant à f/2.0.

Le téléphone est équipé d’une puce 4G de catégorie 6, d’une puce WiFi 802.11 ac, d’une puce Bluetooth 4.2, d’une puce NFC, d’un tuner FM, d’un GPS, du Glonass et d’une batterie de 2 620 mAh avec un port micro USB 2.0.

Il est proposé à 599 € chez Sony et tous les revendeurs habituels, avec quatre coloris au choix : blanc, noir, rose et vert.

Test Xperia X : image 2

On retrouve les mêmes lignes que les Z.

Test Xperia X : image 3

Les finitions sont irréprochables.

Design & Ergonomie

Le moment est venu de passer au design et à l’ergonomie du terminal.

Le Xperia X hérite des mêmes lignes que la génération précédente, avec deux ou trois différences notables.

Premier point et pas des moindres, il est équipé d’une coque entièrement métallique. Plus de verre à l’arrière, donc, seulement à l’avant. Là, Sony a d’ailleurs opté pour une vitre de protection légèrement bombée et l’effet est vraiment réussi.

Les bordures de l’appareil sont elles aussi faites de métal et elles sont un peu plus arrondies. La préhension n’en est que meilleure.

Les boutons physiques sont tous regroupés sur la droite. De haut en bas, on aura le bouton de mise sous tension et son lecteur d’empreintes digitales, les deux boutons du volume et le déclencheur.

La trappe se trouve de l’autre côté et elle regroupe en son sein l’emplacement pour la carte micro SD et celui de la carte Nano SIM.

Il ne sera pas nécessaire de recourir à un ustensile particulier pour l’ouvrir, l’ongle du pouce suffira.

Le port micro USB 2.0 est toujours placé sur la tranche inférieure, à l’opposée de la prise casque. Pas d’USB Type-C pour le moment donc.

Sony a placé les haut-parleurs du terminal sur la face avant, de chaque côté de l’écran. Nous aurons l’occasion d’en reparler plus tard mais le son restitué est de très bonne qualité. Même chose pour la prise casque d’ailleurs.

Le terminal inspire confiance et il est vraiment très élégant. Seul bémol, il ne résistera ni à l’eau ni à la poussière et il faut avouer que c’est dommage.

Il faudra en effet s’orienter vers le Xperia X Performance pour avoir droit à la certification IP68. On peut également regretter que Sony ne marque pas une rupture pour se différencier des Xperia Z.

Test Xperia X : image 4

Le module photo est toujours placé au même endroit.

Test Xperia X : image 5

La vitre de protection est légèrement bombée.

Ecran

On passe maintenant à l’écran du téléphone.

L’écran du Xperia X atteint une diagonale de 5 pouces et il est capable d’afficher du Full HD et donc du 1920×1080, le tout avec une densité de pixels de 440 ppp.

En théorie, c’est amplement suffisant mais qu’est ce que ça donne dans les faits ?

L’écran du téléphone est vraiment très agréable. Il est lumineux (550 cd/m2) et bien contrasté (1171:1)

Le rendu des couleurs est correct et assez naturel. En outre, le constructeur a réduit l’épaisseur des bordures pour nous permettre de nous concentrer sur les images affichées.

Comme à l’accoutumée, Sony est généreux en options et les utilisateurs pourront ainsi activer ou désactiver le X-Reality et même opter pour un mode très vif se rapprochant un peu de l’AMOLED.

Ils auront aussi la possibilité de prendre la main sur la balance des blancs.

La couche technique est très réactive elle aussi. Rien à dire de particulier de ce côté là.

Test Xperia X : image 6

L’écran est très lumineux.

sony-xperia-x-Test Xperia X : image 7

Les boutons sont tous regroupés sur la même tranche.

Processeur & Autonomie

Et maintenant, le moment est venu de parler du processeur du téléphone !

Le Xperia X est équipé d’un processeur Snapdragon 650 composé de six coeurs cadencés à 1,8 GHz, des coeurs couplés à 3 Go de RAM.

Cette puce n’est clairement pas la plus rapide du marché et elle est évidemment très loin d’égaler les performances du Snapdragon 820 mais elle n’a aucun mal à faire tourner la plateforme.

Durant ces quelques jours de test, je n’ai constaté aucune latence et cela vaut autant dans les applications et les outils de base que sur les programmes multimédias. Netflix et Plex tournent aux petits oignons et cela vaut évidemment pour les vidéos en Full HD.

Je ne suis pas un joueur dans l’âme mais tous les titres testés ont fonctionné parfaitement sur le téléphone.

Le Snapdragon 650 m’a agréablement surpris mais cela avait déjà été le cas avec le Redmi 3 Pro.

L’autonomie de l’appareil m’a laissé un peu sur ma faim en revanche. Sony annonce deux jours d’autonomie sur son site mais c’est clairement exagéré. Pour atteindre ce seuil, il faudra activer le mode STAMINA, éviter les applications les plus gourmandes et jouer avec les paramètres pour activer uniquement ce dont on a besoin au moment où on en a besoin.

Maintenant, le Xperia X pourra tout de même tourner plus d’une journée sans trop de difficultés et sans avoir besoin d’activer le mode STAMINA.

Test Xperia X : image 8

Les bordures métalliques sont légèrement arrondies.

Test Xperia X : image 9

Le bouton de mise sous tension dissimule toujours un lecteur d’empreintes.

Photo & Vidéo

Sony et la photo, c’est une longue histoire d’amour et la firme n’a pas fait les choses à moitié ici.

Le Xperia X est en effet équipé d’un beau capteur de 23 millions de pixels et ce dernier s’en sort à merveille dans la plupart des situations, notamment en terme de mise au point. Il n’a en effet besoin que d’un instant pour identifier un sujet et faire la mise au point dessus.

C’est vraiment bluffant, et encore plus quand vous shootez (avec un appareil photo, hein) un enfant ou un animal puisque ces sujets sont par essences imprévisibles.

Maintenant, il ne fera pas de miracle non plus et il montrera rapidement ses limites lorsque la lumière vient à baisser. Plus que le Galaxy S7, en tout cas.

En outre, le traitement logiciel de l’image laisse franchement à désirer et il a tendance à ajouter des artefacts disgracieux aux clichés. Maintenant, Sony pourra sans doute corriger le tir dans une mise à jour future.

L’application ne change pas, en tout cas. Elle met toujours l’accent sur le côté modulaire et il sera donc possible d’installer de nouveaux modes de prises de vue en quelques instants.

C’est pratique, mais le mode manuel ne va malheureusement pas assez loin. Si vous voulez profiter d’une tonne de réglages, il faudra donc passer par une application tierce comme Manual Camera par exemple.

Le son est d’excellente qualité pour sa part et cela vaut autant pour la prise casque que pour les haut-parleurs. Il est même plus puissant que celui du Galaxy S7 et on trouve là encore plein d’options pour le configurer à notre goût.

Surcouche & Fonctions

Maintenant que nous avons passé en revue tout l’aspect technique, le moment est venu de nous pencher sur la plateforme du terminal.

Le Xperia X est livré avec Android 6.0.1 et avec la toute dernière version de la surcouche maison.

Comme à son habitude, Sony a opté pour une interface proche de celle d’Android Stock et c’est évidemment une très bonne chose pour les puristes.

La marque a tout de même fait quelques ajustements et ils sont extrêmement bien pensés.

Le drawer, pour commencer, a un écran en plus regroupant un moteur de recherche, les suggestions et des applications recommandées. Grâce à lui, on trouvera plus facilement ce que l’on cherche et on pourra aussi découvrir de nouveaux outils dont on ne soupçonnait pas forcément l’existence.

Le menu des paramètres est beaucoup plus clair, avec de belles icônes représentant les catégories de chaque option. Clair et efficace.

Même chose pour les thèmes personnalisés qui permettront aux utilisateurs de personnaliser facilement l’aspect de la plateforme.

Fait intéressant, le Xperia X est livré d’office avec Swift Key. Il faut avouer que cela étonne un peu, d’autant que le clavier virtuel de Sony était très bon sur les Xperia Z.

Test Xperia X : image 10

Les bordures latérales de l’écran sont assez fines.

Test Xperia X : image 11

Pas besoin d’ustensile pour ouvrir la trappe des cartes.

Conclusion

Le Xperia X est un terminal assez étonnant. Il offre des prestations haut de gamme avec un boitier métallique et un écran bombé mais sa fiche technique le place plutôt sur le milieu de gamme et il est en plus incapable de résister à l’eau et à la poussière.

Le choix de Sony peut surprendre mais cette stratégie permet aussi au constructeur de conserver un prix de vente assez attractif et placé bien en dessous de celui des principaux superphones du marché.

Est ce que ce sera suffisant pour assurer de bonnes ventes ? Il faudra attendre les premiers chiffres de la marque pour le savoir.

En attendant, si vous avez des questions, les commentaires sont là pour ça.

Design & Ergonomie9
Ecran8
Puissance & Autonomie7.5
Photo & Vidéo8.5
Fonctions & Surcouches9
Prix8
Le Xperia X est nettement moins puissant que le Galaxy S7 ou même le HTC 10 mais il a tout de même de nombreux atout, à commencer par son capteur photo et sa surcouche à la fois très épurée et très minimaliste.
8.3