Clicky

Test du Sony Xperia XZ

Sony a pris l’habitude de renouveler fréquemment son haut de gamme et le constructeur nippon a ainsi profité du dernier IFA pour lever le voile sur un nouveau vaisseau amiral, le Xperia XZ. Il m’accompagne depuis un peu plus d’un mois maintenant et le moment est donc venu de dresser un bilan complet de l’opération.

Après avoir rappelé les caractéristiques techniques de l’appareil, nous nous focaliserons ainsi sur son design, mais également sur son ergonomie, son écran, son processeur, son autonomie, son capteur photo et sa plateforme.

Photo Xperia XZ 1

Le Xperia XZ dans sa boîte.

Comme à l’accoutumée, je vous ai préparé un menu interactif qui vous permettra de vous déplacer directement au passage souhaité. Il est uniquement actif sur YouTube en revanche.

Caractéristiques Techniques

Le Sony Xperia XZ vient se positionner sur le haut de gamme, donc, et cela s’en ressent bien évidemment sur sa fiche technique.

Le terminal embarque ainsi un écran de 5,2 pouces capable d’afficher une définition en Full HD. La dalle est protégée par une vitre légèrement bombée et elle embarque toutes les technologies propres à la marque avec du Triluminos ou même du X-Reality.

Côté processeur, on trouve un Snapdragon 820 couplé à 3 Go de mémoire vive. L’espace de stockage atteint les 32 Go au format eMMC et il est possible de l’étendre par le biais d’une carte microSD. Sony propose aussi une déclinaison équipée d’une double SIM et de 64 Go de stockage mais elle se limite aux marchés asiatiques.

Comme à son habitude, le constructeur a mis le paquet sur la photo et il a ainsi équipé le XZ d’un capteur Exmor RS de 23 millions de pixels. Il s’accompagne d’un capteur colorimétrique, d’un autofocus laser et d’un flash double led. En marge, on a aussi un autofocus hybride ultra rapide. Côté optique, on a un objectif G Lens 24 mm capable d’ouvrir à f/2.0.

L’offre est solide et nous verrons plus bas que l’appareil est capable de faire des merveilles.

La caméra frontale n’est pas en reste non plus et elle atteint ainsi les 13 millions de pixels, avec une optique grand angle 22 mm ouvrant à f/2.0.

La 4G de catégorie 9 est de la partie, bien sûr, et on a aussi une puce WiFi 802.11 ac, une puce Bluetooth 4.2, une puce NFC, une puce GPS et une batterie de 2900 mAh. Une batterie qui s’accompagne d’un système de charge adaptif développé par Qnovo.

Le Xperia XZ se décline en noir, en bleu et en platine, pour un prix fixé à 699 € neuf, sans subvention opérateur. Il est parfois proposé moins cher chez Amazon.

Photo Xperia XZ 2

Bel écran, non ?

Photo Xperia XZ 3

Le téléphone en main. Le modèle vert est magnifique.

Photo Xperia XZ 4

Le capteur si particulier du Xperia XZ.

Design & Ergonomie

Le Xperia XZ hérite du fameux design OmniBalance propre à la gamme mais ce n’est pas non plus une copie parfaite de ses prédécesseurs. Comme à son habitude, Sony a effectivement procédé à quelques ajustements afin de rendre son téléphone plus agréable à utiliser.

Le dos du terminal est ainsi fait de métal, et plus précisément d’ALKALEIDO.  L’effet est vraiment intéressant et le modèle bleu est tout simplement superbe. En revanche, le constructeur a aussi placé une bande en plastique en bas qui vient malheureusement gâcher la fête. Le dos de l’appareil a aussi la fâcheuse tendance à attirer les traces de doigts… et parfois même les rayures.

La façade de l’appareil est recouverte pour sa part par une plaque en verre légèrement bombée.

La dalle est toujours encadrée par d’épaisses bordures. Elles dénotent beaucoup au début mais on finit par s’habituer à leur présence et elles s’avèrent même utiles dans certains cas et notamment lorsqu’on bascule le téléphone en mode paysage afin de profiter au mieux de ses vidéos ou de ses jeux préférés.

Sony a aussi beaucoup travaillé sur les bordures latérales de l’appareil. Elles sont légèrement bombées et elles facilitent grandement la préhension de l’appareil tout en réduisant le risque de glissade. Elles ont aussi le mérite de changer de ce qui se fait à l’heure actuelle.

L’ergonomie ne change pas beaucoup par rapport au modèle précédent. Le bouton de mise sous tension est toujours placé sur le flanc droit et il intègre bien évidemment un lecteur d’empreintes digitales. Il ressort moins de la coque que celui du Xperia X et il faudra donc un temps d’adaptation pour réussir à le trouver du bout des doigts.

Les boutons du volume suivent ensuite. Ils sont placés très bas sur la tranche. Trop bas, même. On aura souvent du mal à les trouver, mais ce n’est pas le plus gros problème. Non, car cette configuration posera aussi pas mal de soucis lorsqu’on cherchera à utiliser le terminal avec un stabilisateur comme le DJI Osmo Mobile.

Le système de fixation viendra en effet écraser les boutons et il faudra donc bricoler pour arriver à faire tenir le téléphone en place.

Bon point en revanche, on trouve toujours un déclencheur physique, ce qui facilitera grandement la vie des photographes.

Sony a placé le connecteur USB Type-C sur la tranche inférieure de l’appareil, et la prise casque de l’autre côté, sur la tranche supérieure. Contrairement à certains de ses concurrents, le constructeur nippon a fait le choix de la conserver et cela ravira sans doute tous ceux qui utilisent un casque filaire ou même un microphone et qui sont allergiques aux adaptateurs.

Placée sur la tranche gauche, la trappe de la carte SIM peut être retirée avec le bout de l’ongle et… c’est un véritable problème. Si Sony a placé un caoutchouc de protection, cette dernière a en effet la fâcheuse tendance à bouger et il sera donc préférable de ne pas immerger le téléphone dans l’eau en dépit de sa certification IP68.

Photo Xperia XZ 5

Les bordures sont toujours aussi imposante.

Photo Xperia XZ 6

Le lecteur d’empreintes est plus enfoncé que sur le Xperia X.

Photo Xperia XZ 7

Le téléphone est assez fin.

Ecran, Processeur & Autonomie

Le Xperia XZ est équipé d’une dalle LCD de 5,2 pouces. Elle se limite au Full HD et elle ne peut pas aller au-delà. Sony est en effet un des rares constructeurs à refuser de passer au QHD.

Afin d’améliorer le rendu des images, le constructeur a intégré plusieurs technologie à la dalle, des technologies comme le Triluminos et le X-Reality.

Le contraste est tout à fait correct, de même pour la luminosité. Seul bémol, le réglage automatique de la luminosité est parfois un peu long à se mettre en place, ce qui pose évidemment problème lorsqu’on passe rapidement d’un environnement très lumineux à un environnement plus tamisé.

Dans les faits, l’écran du Xperia XZ s’en tire avec tous les honneurs et notamment dans un usage de type multimédia. En revanche, les couleurs sont un peu trop chaudes par défaut et il sera du coup préférable de commencer par se rendre dans les options de la plateforme afin de régler la température de la dalle. Surtout si vous envisagez de regarder des films et des vidéos sur votre téléphone.

Fort heureusement, Sony a bien fait les choses et le menu consacré à l’écran de l’appareil est particulièrement complet. Il est notamment possible de désactiver les fonctions spécifiques à la dalle du constructeur mais on peut aussi modifier la balance des blancs à notre guise.

Le XZ embarque un Snapdragon 820 cadencé à 2,15 GHz, une puce secondée par un Adreno 530 et par 3 Go de mémoire vive. Il fait donc moins bien que le Galaxy S7 sur le terrain de la mémoire vive mais cela n’a pas d’incidence sur la réactivité de la plateforme.

Et ce pour deux raisons : la surcouche de Sony est très légère et l’écran du terminal se limite au Full HD.

La navigation au sein de la plateforme est donc fluide et cela vaut aussi pour le multitâche.

Rien à dire de particulier pour la consultation de médias. Netflix tourne extrêmement bien et je n’ai pas non plus noté de problèmes particuliers dans Plex, pas même avec les contenus en HD et en Full HD.

Même chose du côté des jeux. J’ai pu jouer à Temple Run 2 ou même à Don’t Starve sans rencontrer de problème particulier. Le Xperia XZ n’a pas montré le moindre signe de faiblesse sur ce terrain. Seul bémol, il a parfois tendance à chauffer lorsque le processeur est très sollicité. Je rencontre cependant le même problème sur mon S7 Edge.

L’autonomie d’un téléphone n’est jamais facile à évaluer. Elle dépend effectivement de nombreux critères comme les réglages, par exemple, ou même l’utilisation qui est faite du terminal.

Dans les faits, et avec mon utilisation, le Xperia XZ tient une journée et demie en moyenne. Parfois moins lorsque j’abuse de Don’t Starve et de Netflix. On peut bien évidemment gagner quelques heures en installant des applications comme Rabbit Battery et en réglant finement les réglages de l’appareil mais il ne tiendra pas aussi longtemps qu’un Galaxy S7 Edge.

Bon point en revanche, Sony a développé un mode spécial qui permet de ralentir la charge lorsqu’elle dépasse le seuil des 90 % afin d’éviter d’endommager les cellules de la batterie. En outre, ce mode est capable de prendre en compte les habitudes de l’utilisateur pour optimiser le chargement et pour limiter l’usure de la pièce.

En théorie, la batterie du XZ devrait donc tenir un peu plus longtemps que celle des autres téléphones.

Le mode STAMINA répond bien évidemment toujours à l’appel, de même pour le mode Ultra STAMINA.

Photo Xperia XZ 8

Le dos de l’appareil est en métal.

Photo Xperia XZ 9

Le module photo regroupe trois capteurs différents.

Photo Xperia XZ 10

Les deux boutons du volume sont placés assez bas sur la tranche.

Photo & Vidéo

Le Xperia XZ est doté d’un capteur triple assez particulier. Le module regroupe en effet un capteur Exmor RS de 23 millions de pixels avec détection de phase, un autofocus laser et un capteur infrarouge en charge de la colorimétrie. Grâce à cette configuration, l’appareil est en théorie capable de générer des images offrant une colorimétrie irréprochable avec un temps de mise au point extrêmement réduit.

Sony a cependant fait le choix curieux de brider la définition des photos à 8 millions de pixels par défaut. Dans cette configuration, les performances de l’appareil photo laissent clairement à désirer et il faut donc penser à se rendre dans les paramètres de l’application photo pour basculer sur une définition de 23 millions de pixels… et devoir ensuite composer avec des photos deux fois plus lourdes.

Là, le XZ est capable de produire de belles images, c’est indéniable, mais les performances du téléphone vont tout de même beaucoup dépendre de la lumière ambiante.

Lorsque les conditions sont idéales, le terminal est capable d’accomplir des merveilles et de produire des images d’excellente qualité avec un beau piqué et une bonne dynamique. Les couleurs sont relativement neutres pour leur part mais elles correspondent bien à la réalité. Attention cependant car il arrive parfois que le capteur soit un peu déstabilisé lorsqu’il reçoit trop de lumière, notamment lorsqu’on se trouve en contrejour. Maintenant, sur ce point, la plupart des téléphones souffrent des mêmes défauts.

Le Xperia XZ montre cependant très vite ses limites en intérieur ou lorsque les conditions lumineuses sont trop difficiles. Ce qui n’a finalement rien d’étonnant compte tenu de l’ouverture de son optique et de la définition de son capteur.

Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi Sony s’obstine à équiper ses téléphones de capteurs dotés d’une définition supérieure à 20 millions de pixels, ni même pourquoi ces derniers s’accompagnent systématiquement d’optique ouvrant à f/2.0. La firme ferait sans doute bien de s’inspirer de Samsung et de HTC pour le coup.

Ce qui s’applique pour la photo s’applique bien évidement pour la vidéo. Sauf qu’il faut aussi prendre un autre point en considération : la stabilisation. Sur ce terrain, le Xperia XZ n’a pas à rougir face à ses concurrents et il est même capable de faire des merveilles lorsqu’on filme en se déplaçant.

L’application est toujours aussi agréable à utiliser. Par défaut, elle propose un mode manuel et un mode auto+, accessibles en un instant. S’ils veulent aller plus loin, les utilisateurs pourront aussi activer un des autres modules disponibles, et même en installer de nouveaux. Seul bémol, le mode manuel est loin de proposer autant de réglages que les compacts experts et c’est vraiment dommage.

Conclusion

Contrairement à ce que beaucoup ont dit, le Xperia XZ n’est pas une pâle copie du Xperia X.

En réalité, il est même assez différent de son prédécesseur et il suffit de regarder ses lignes pour s’en rendre compte.

Bien que limité au Full HD, l’écran s’en sort avec tous les mérites. La seule chose qui m’a vraiment choqué, c’est sa colorimétrie mais il est parfaitement possible de corriger le tir en allant fouiner dans les réglages de la plateforme.

Rien à dire du côté des performances. Le Snapdragon 820 fait du très bon boulot et les 3 Go de mémoire vive sont amplement suffisants compte tenu de la légèreté de sa surcouche. L’autonomie gagnerait à être améliorée mais l’appareil s’en tire tout de même avec tous les honneurs.

Pour la caméra, le bilan est assez mitigé. Si le Xperia XZ est capable d’accomplir des merveilles sur des scènes éclairées, il est nettement moins bon que le Galaxy S7 en intérieur ou même dans la pénombre. Le pire, c’est que ce problème pourrait être facilement corrigé avec une définition moindre et une optique dotée d’une plus grande ouverture.

Je n’ai pas vraiment parlé de la plateforme dans ce test. C’est totalement voulu car elle n’a pas beaucoup évolué au fil des versions. Elle est toujours aussi légère et toujours aussi agréable à utiliser. Contrairement à beaucoup de ses concurrents, Sony n’a pas cherché à la dénaturer et c’est un choix plutôt judicieux puisqu’elle tourne aux petits oignons.

Design & Ergonomie8.5
Ecran9
Puissance & Autonomie9
Photo & Vidéo9
Surcouche & Fonctions9.5
Prix8
Le Xperia XZ est un appareil atypique, mais intéressant. Si son design ne plaira pas à tout le monde, il reste une très belle alternative aux terminaux existants.
8.8

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

  • Lucas

    En tant qu’utilisateur de ce smartphone je trouve ce test de très bonne qualité et très juste, c’est vrai que c’est rare de s’y retrouver maintenant il y a plein de test mais plus de la moitié est mauvais. Donc merci et bravo j’ai prit un grand plaisir à lire cet article !

  • henri kasijo

    Pour une fois que le XZ ne se fait pas bombarder cruellement de critiques négatives, ton test vient rendre un peu justice à ce beau smartphone. Certes, ça mériterait un peu plus d’innovations fonctionnalités mais on a déjà une bonne base et de qualité.Ce XZ est vraiment intéressant mis à part son prix!