Clicky

Test du Sony Xperia XZ1

Sony a profité du dernier IFA pour lever le voile sur un nouvel appareil positionné sur un segment premium : le bizarrement nommé Xperia XZ1. Très critiqué pour ses lignes et son form factor, il fourmille tout de même de bonnes idées et il s’impose même comme une alternative parfaitement viable aux différents flagships du marché.

C’est en tout cas ce que nous verrons tout au long de ce test, un test qui se focalisera sur le design ou l’ergonomie du terminal, mais aussi sur son écran, son processeur, son autonomie, ses compétences en matière de photo et de vidéo ou encore sa surcouche.

Sony Xperia XZ1 : photo 1

En outre, vous trouverez une vidéo à la fin de cet article, une vidéo disponible depuis un peu plus d’une semaine sur notre chaîne YouTube.

Caractéristiques Techniques

Le Xperia XZ1 vient se positionner sur le haut de gamme et il hérite ainsi d’un bel écran de 5,2 pouces capable d’afficher du 1920 x 1080 pour une densité de pixels de 424 ppp.

Côté processeur, on trouve un Snapdragon 835 épaulé par un Adreno 540 et 4 Go de mémoire vive. L’espace de stockage atteint les 64 Go et il est parfaitement possible de l’étendre par le biais d’une carte micro SD.

Sony a également doté son téléphone d’un appareil photo Motion Eye regroupant un capteur Exmor RS de 19 millions de pixels (1,22 µm), une optique G Lens équivalente à un 25 mm f/2.0 et un moteur de traitement d’image BIONZ, le tout avec une capture intuitive, un autofocus hybride et un système de stabilisation Steady Shot.

La caméra frontale atteint pour sa part les 13 millions de pixels et elle intègre cette fois une optique équivalente à un 22mm F/2.0.

La 4G de catégorie 16 répond à l’appel, de même pour le WiFi 802.11 n, le Bluetooth 5.0, le NFC, le GPS, le GLONASS ou le DLNA.

Le Xperia XZ1 embarque enfin une batterie de 2700 mAh compatible avec le Quick Charge 3.0, le Qnovo Adaptive Charging et le Smart Stamina 3.0. L’appareil est alimenté par un connecteur USB Type-C et il est doté d’une prise casque.

Certifié IP65/68, le XZ1 est livré sous Android 8.0 Oreo et il se décline en noir, en bleu gris, en champagne et en rose poudré, le tout pour un prix de vente fixé à 699 €.

Sony Xperia XZ1 : photo 3 Sony Xperia XZ1 : photo 2

Design & Ergonomie

On ne va pas se mentir, les Xperia sont souvent critiqués pour leur design. Beaucoup de gens reprochent en effet à Sony de reprendre toujours la même identité visuelle d’une génération à l’autre et de conserver des bordures trop marquées autour de la dalle.

Je vais vous parler franchement, je ne suis pas du tout d’accord avec ces remarques.

Pour moi, le Xperia XZ1 a beau avoir un nom franchement bizarre, il n’est pas une simple copie du modèle précédent.

Le Xperia XZ1 est en effet doté d’un boîtier métallique fait d’un seul tenant. La pièce s’étire ainsi de son dos à ses bordures latérales et elle comporte simplement une languette en plastique verticale au-dessus des capteurs accompagnant le module photo de l’appareil. Le dos est donc totalement uni, contrairement à celui du XZ qui comportait une large bande en plastique disgracieuse en bas.

En revanche, on conserve les lignes anguleuses et rectangulaires du terminal, des lignes qui font du téléphone un produit complètement marginal… et donc très intéressant.

Comme indiqué précédemment, les téléphones de Sony sont souvent la cible de vives critiques en raison de l’épaisseur des bordures entourant leur dalle. Pourtant, ces dernières ne sont pas aussi imposantes que beaucoup le pensent. En réalité, elles mesurent très exactement 1,6 cm de large. Histoire de mettre ce chiffre en perspective, il peut être intéressant de signaler que les bordures supérieure et inférieure du OnePlus 5 mesurent 1,5 cm. De même pour celles du Honor 9.

Sony Xperia XZ1 : photo 4

Le vrai problème ne vient donc pas forcément de leur épaisseur, mais plutôt de la manière dont elles sont exploitées par la marque. Le constructeur aurait en effet pu profiter de l’occasion pour placer des contrôles tactiles ou sensitifs sous l’écran afin de nous permettre de nous affranchir des boutons tactiles propres à la plateforme, des boutons qui ont la fâcheuse tendance à prendre pas mal de place au quotidien.

Maintenant, dans la vie de tous les jours, elles ne m’ont pas forcément gêné et elles peuvent même s’avérer utiles lorsqu’on tient son téléphone d’une seule main au format paysage pour regarder des vidéos. Là, au moins, on est sûr de ne pas toucher la dalle par inadvertance.

Ceci étant, avec un écran un peu plus haut, ces bordures auraient sans doute agacé un peu moins de gens. Le hasard fait d’ailleurs bien les choses, car les prochains Xperia devraient avoir droit à un écran au format 18:9 et Sony en profitera peut-être pour réduire un peu l’épaisseur de ses bordures.

Sony Xperia XZ1 : photo 7

Concernant l’ergonomie, elle est plutôt conventionnelle. Le constructeur a en effet regroupé tous les boutons sur le côté gauche et les deux contrôles du volume sont placés au-dessus du bouton de mise sous tension. Ce n’était pas le cas sur le modèle précédent et il faut avouer que c’était assez gênant au quotidien. Le Xperia XZ Premium ayant été le premier à corriger le tir, il paraissait finalement naturel que le XZ1 hérite lui aussi de cette configuration.

Le bouton de mise sous tension est toujours plat et il embarque toujours un lecteur d’empreintes à la réactivité variable. Il fonctionne en effet mal lorsque le doigt est sale ou humide et il m’a même semblé un peu moins réactif que celui du OnePlus 5 au quotidien.

Le déclencheur physique répond toujours à l’appel et il faut avouer qu’il est très pratique, surtout pour shooter en urgence. Il suffit effectivement d’une simple pression pour lancer le lancement de l’appareil photo et cela fonctionne même lorsque le terminal est verrouillé. Le problème, c’est que ce bouton aura aussi tendance à être écrasé par la nacelle d’un stabilisateur et ça c’est plutôt embêtant pour le coup.

Le connecteur USB Type-C se trouve toujours sur la tranche inférieure et la prise casque est de l’autre côté. Quitte à choisir, j’aurais préféré avoir les deux connecteurs sur la tranche inférieure pour éviter que le câble de mes écouteurs ne retombe devant l’écran.

En tout cas et en dépit de ce qu’ont pu dire certains de mes confrères, le Xperia XZ1 est un terminal plutôt élégant et le côté monolithique m’a pas mal tapé dans l’œil.

Sony Xperia XZ1 : photo 6 Sony Xperia XZ1 : photo 5

Ecran, Processeur & Autonomie

Le terminal est donc doté d’un écran de 5,2 pouces, un écran profitant naturellement de toutes les technologies d’affichage propres à la marque. Le Triluminos répond donc à l’appel, de même pour le X-Reality. Plus intéressant, la dalle est également compatible HDR et sRVB avec une couverture de 138 %. La définition, elle, ne change pas et elle atteint ainsi le 1080p.

Dans la pratique, la dalle remplit bien son office et elle est ainsi capable d’afficher des images très détaillées avec une colorimétrie naturelle et un contraste mesuré. Suffisamment en tout cas pour ne pas nuire à la qualité des photos et des vidéos visionnées sur le téléphone.

À ce propos, le Xperia XZ1 inclut trois profils de gammes de couleurs : le mode professionnel qui repose sur le sRGB, le mode standard qui utilise le Triluminos et un mode très vif avec des couleurs saturées et un contraste très marqué. Si l’utilisateur souhaite aller plus loin, il pourra également prendre la main sur la balance des blancs ou même activer l’optimisation des vidéos afin de profiter de toutes les possibilités offertes par le X-Reality.

Fidèle à son habitude, Sony s’est donc montré très généreux et ces options offrent suffisamment de souplesse et de flexibilité pour plaire au plus grand nombre.

Le HDR n’est pas disponible pour toutes les applications en revanche et il faudra ainsi se tourner vers Netflix ou encore Amazon Prime Video pour pouvoir en profiter pleinement.

Sony Xperia XZ1 : photo 8

Pas de mauvaise surprise au niveau de la couche tactile. Elle est extrêmement réactive et elle répond au quart de tour.

Le Xperia XZ1 est animé par un Snapdragon 835 couplé à 4 Go de mémoire vive. Inutile de le préciser, mais cette puce suffit amplement à faire tourner les titres disponibles sur le Play Store avec le maximum de détails. Elle n’a pas non plus montré le moindre signe de faiblesse sur le terrain du multimédia. Le contraire aurait de toute façon été étonnant compte tenu de la puissance de calcul de ce processeur.

Côté autonomie, Sony a opté pour une batterie de 2700 mAh, une batterie compatible à la fois avec le QuickCharge 3.0, le Smart STAMINA 3.0 et le Qnovo Adaptive Charging.

Grâce à ces trois technologies, la batterie n’a besoin que d’une demi-heure de charge pour retrouver des couleurs et l’appareil peut en outre gagner de précieuses heures d’autonomie lorsque l’économiseur – et donc le mode STAMINA – est activé. Le Qnovo Adaptive Charging s’occupe pour sa part de préserver l’intégrité physique de la batterie en adaptant son cycle de charge à nos habitudes. Si nous mettons notre téléphone en charge sur une longue durée tous les soirs, par exemple, alors la technologie freinera le processus de charge au-delà d’un certain seuil pour éviter de causer un échauffement. En revanche, si nous le chargeons rapidement tous les matins avant de partir au boulot, elle mettra le paquet sur la charge afin de nous permettre de démarrer la journée du bon pied.

Je ne vais pas vous mentir, la capacité de la batterie m’a fait très peur au début. Mine de rien, 2700 mAh, ce n’est pas énorme sur le papier et c’est même beaucoup moins que ce que propose la concurrence. Toutefois, dans les faits, le Xperia XZ1 n’a aucune difficulté à tenir une journée et il peut même atteindre la journée et demie en activant le mode STAMINA et en faisant un peu attention.

Sony Xperia XZ1 : photo 10 Sony Xperia XZ1 : photo 9

Photo & Vidéos

Le Xperia XZ1 embarque un appareil photo Motion Eye composé d’un capteur Exmor RS de 19 millions de pixels et d’une optique G Lens équivalente à un 25 mm avec une ouverture à f/2.0. Derrière, on trouve un processeur BIONZ, un autofocus hybride intuitif et un système de stabilisation SteadyShot fonctionnant sur cinq axes différents.

En plus, le terminal embarque une multitude de capteurs dédiés à la colorimétrie ou encore la balance des blancs. Ils lui permettent de mieux évaluer la scène photographiée. Du moins en théorie.

En pratique, il faudra surtout commencer par prendre le temps de configurer l’appareil photo afin d’être certain de shooter dans la définition maximale permise par le capteur. Si vous ne le faites pas, alors vous vous retrouverez avec des clichés de mauvaise qualité.

Une fois ce réglage effectué, le téléphone sera capable de prendre de belles photos avec un piqué intéressant et une belle dynamique, notamment dans les ombres. Le rendu colorimétrique est correct et l’autofocus est suffisamment rapide pour ne pas passer à côté de son sujet. Le mode rafale est également un vrai plaisir à utiliser et il permet de capturer efficacement des sujets en mouvement. La partie prédictive de l’autofocus est d’ailleurs assez bluffante.

Étrangement, le Xperia XZ1 s’en tire assez bien en basse luminosité malgré la faible ouverture de son optique. Attention cependant, car les photos prises par son entremise auront la fâcheuse tendance à virer sur l’orangé en mode automatique et il sera donc préférable de passer en mode manuel pour corriger la balance des blancs.

Autre point important, lorsque la luminosité est mauvaise, il s’écoule toujours une fraction de seconde entre le moment où l’on presse le déclencheur et le moment où la photo est capturée. Il est donc préférable de rester immobile au moins une seconde après le déclenchement afin d’éviter de dramatiques flous de bougé.

Contrairement à bon nombre de ses concurrents, Sony a choisi de conserver une grosse définition sur son capteur. Beaucoup ont reproché à la marque nippone de viser trop haut, mais ce choix a tout de même des avantages. Cette définition élevée offre en effet plus de possibilités au niveau du cadrage.

Ce qui est valable pour la photo l’est aussi pour la vidéo et le Xperia XZ1 est encore une fois capable de très belles choses en la matière. Son stabilisateur fonctionne d’ailleurs assez bien, et ce même s’il ne supprimera pas non plus tous les flous de bougé.

Comme chacun le sait, Sony a doté son téléphone d’un mode ralenti capable d’atteindre les 960 images par seconde. Très impressionnant sur le papier, ce dernier souffre malheureusement de quelques défauts.

Pour commencer, dans ce mode, le téléphone ne pourra pas dépasser les 720p de définition et il faudra donc s’assurer de tourner dans des conditions lumineuses optimales pour pouvoir profiter au mieux de ses possibilités. Ensuite, le ralenti fonctionnera uniquement pendant une seconde et il faudra avoir des réflexes de Jedi pour ne pas passer à côté de la vidéo du siècle. Toutefois, et en dépit de ces limitations, ce mode reste très impressionnant et il permet d’obtenir de belles choses.

L’application n’est pas un modèle d’ergonomie malheureusement. L’utilisateur devra en effet effectuer des balayages horizontaux pour passer d’un mode de capture à l’autre, en sachant que seuls trois de ces modes seront accessibles par ce biais : le mode manuel, le mode automatique et le mode vidéo. Pour accéder aux autres modules, il faudra effectuer un balayage de plus.

En outre, les options diffèrent pour chaque mode d’enregistrement et il faudra donc passer dans les menus de chaque mode pour s’assurer que tout est correctement configuré.

Le mode ralenti est tout sauf accessible. Pour l’activer, il faudra en effet passer par le mode d’enregistrement des vidéos, appuyer sur le bouton dédié aux ralentis à côté du déclencheur, lancer l’enregistrement d’une vidéo et appuyer une nouvelle fois sur le déclencheur pour lancer la capture d’un ralenti. Difficile de faire moins logique.

Bon point en revanche, la caméra frontale fonctionne extrêmement bien et elle est capable d’obtenir de très belles choses lorsque les conditions lumineuses s’y prêtent.

La partie son m’a pas mal bluffé aussi. Les haut-parleurs du téléphone sont capables de restituer un son ample avec un bon équilibrage des aigus et des basses, le tout avec suffisamment de puissance pour profiter au mieux de ses contenus multimédias.

Sony Xperia XZ1 : photo 12 Sony Xperia XZ1 : photo 11

Fonctions & Surcouche

Le Xperia XZ1 a une particularité très intéressante : il est un des premiers téléphones livrés sous Android 8.0 Oreo et il profite donc de toutes les dernières innovations apportées par la plateforme. Fidèle à ses habitudes, Sony a modifié l’interface en douceur sans pour autant la dénaturer et le résultat est très intéressant.

L’interface s’articule toujours autour de plusieurs écrans d’accueil, des écrans occupés au choix par des icônes ou encore des widgets. Toutefois, Oreo apporte une ou deux nouveautés de ce côté-là. Les « Notification Dots » en font partie et elles permettront à l’utilisateur de repérer tout de suite les notifications en attente grâce à la présence d’une pastille bleue présente sur les icônes. Mieux, en effectuant un appui long sur ces dernières, il sera également possible de faire apparaître une liste d’options contextuelles variant en fonction de l’application associée.

Sony propose aussi pas mal d’options de personnalisation et il sera ainsi possible d’appliquer un thème au téléphone et de changer la disposition de la grille en quelques secondes.

Le mode « picture in picture » est aussi présent. Du moins en théorie. Malgré mes différentes tentatives pour le faire fonctionner, il n’a jamais voulu s’activer.

Sony a également mis en place une ou deux bricoles supplémentaires.

Sony Xperia XZ1 : photo 13

Les Xperia Actions en font partie et elles se révèlent extrêmement efficaces au quotidien. Grâce à elles, il est en effet possible d’automatiser des tâches en fonction de certaines conditions, comme de couper les notifications durant la nuit ou de limiter les perturbations la journée ou pendant les jeux. L’utilisateur a accès en tout à cinq profils différents : bonne nuit, limiter les perturbations, trajet régulier, jeux et à l’étranger. Pour chacun d’entre eux, il a la possibilité de définir des actions précises portant sur les paramètres de son téléphone.

En plus de ces actions, le constructeur a mis en place trois outils spéciaux : le mode STAMINA, le nettoyeur intelligent et l’entretien de la batterie. Le premier est connu de longue date, les deux autres un peu moins. Pour faire simple, ils permettent d’optimiser la mémoire et de préserver l’intégrité de la batterie.

Le Générateur 3D est une nouveauté à part entière pour sa part, une nouveauté introduite par le Xperia XZ1. Cet outil un peu particulier permet de créer un modèle en trois dimensions à partir d’un visage, d’un plat ou de n’importe quel autre objet. Une fois modélisé, le téléphone créera une copie numérique que nous pourrons manipuler comme bon nous semble du bout des doigts. Il sera également possible de commander une impression 3D, de le partager sur les réseaux sociaux, de l’envoyer vers Sketchfab ou même de l’intégrer à une scène en réalité augmentée.

Le problème, en revanche, c’est que le téléphone est aussi livré avec un nombre considérable de bloatwares en tout genre, des bloatwares dont la plupart sont impossibles à supprimer. Pas sans mettre les mains dans le cambouis et sans modifier la ROM du constructeur en profondeur.

Sony Xperia XZ1 : photo 15 Sony Xperia XZ1 : photo 14

Conclusion

Le Xperia XZ1 n’est pas un téléphone ordinaire, c’est certain. Avec ses lignes anguleuses et massives, il s’éloigne même beaucoup des tendances actuelles, mais c’est aussi ce qui fait son charme. Il ne ressemble en effet pas à ses concurrents et c’est une très bonne chose.

Côté puissance, rien à dire, le Snapdragon 835 remplit bien son office et le terminal tourne aux petits oignons en toute occasion et même dans les titres les plus gourmands. L’autonomie est plutôt correcte elle aussi et l’appareil n’aura aucun mal à tenir toute une journée avec une seule charge.

Sur le terrain de la photo, le bilan est assez mitigé. Comme souvent avec Sony, le Xperia XZ1 n’est pas facile à prendre en main et il est même extrêmement exigeant. Si vous voulez obtenir le meilleur de lui, vous devrez nécessairement mettre la main à la pâte et aller fouiner dans les options avancées de ses différents modes.

Oreo ne révolutionne pas le genre pour sa part. Google n’a pas cherché à réinventer la roue et la firme s’est finalement contentée d’améliorer l’existant. C’est un peu dommage, mais cette version apporte tout de même des nouveautés intéressantes, notamment sur la gestion des applications en fond de tâche.

Sony, pour sa part, a fait en sorte de ne pas dénaturer la plateforme et les puristes devraient donc se sentir comme chez eux… à condition qu’ils fassent l’impasse sur les bloatwares présents sur le téléphone.

DESIGN & ERGONOMIE8.5
ECRAN8.5
PROCESSEUR9.5
AUTONOMIE8
PHOTO / VIDEO8.5
FONCTIONS8.8
Le Xperia XZ1 n'est pas une simple copie du modèle précédent et il apporte ainsi un nombre conséquent d'améliorations à l'existant. Plus puissant, il est également capable d'obtenir de meilleurs résultats en matière de capture de photos et de vidéos et il a en plus le mérite de ne pas dénaturer Android, ce qui devrait faire très plaisir aux puristes.
8.6

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

  • Moteur 7 à Max

    J’aime bien quand on fait une article de chez Sony et de comprendre ce que Sony cherche a faire et de nous proposer. Merci Fredzone

  • Evan

    Un grand merci pour ce test.
    Étrangement la majorité des test français, pour ne pas dire tous, concernant ce Sony et les Sony d’une manière générale s’apparente à du « Sony bashing »…tous se focalisant sur un physique différent du borderless alors obsolète et donc mauvais…. Seul les tests anglophones ne s’attardent pas là dessus et reconnaisse, malgré tout les avis des sites français, le sacré cachet niveau visuel de cet Xperia xz1.

    Concernant le test maintenant. Il aurait été superbe si des petites vidéos test de le caméra, du slow motion, de la 3D et quelques clichés avec les réglages effectués avaient été introduits. Ce serait cool pour les prochaines fois. (même si on peut trouver ça sur YouTube ailleurs, mais je pense que ce sera mieux fait ici dans la Fredzone ;)).

    Merci