Clicky

Test du Wiko View 2 Pro

Wiko m’a fait parvenir le mois dernier son View 2 Pro. La prise en main a été rapidement publiée, mais vous avez été nombreux à me demander après le test. Il est ici, tout chaud, à peine sorti du four.

Wiko, comme chacun le sait, est une marque très décriée. Si l’entreprise compte de nombreux fans à travers le monde, notamment chez nos amis adolescents, elle s’est retrouvée par le passé au cœur de diverses polémiques ayant trait à l’origine de ses produits ou encore leur fragilité.

Wiko View 2 Pro : image 1

Je vais clair, en ce qui me concerne, je ne m’intéresse pas au passé du constructeur. Le Wiko View 2 Pro sera donc jugé en l’état et en faisant abstraction de tout le passif de l’entreprise.

Dans ce test, nous allons donc nous pencher sur pas mal de choses et nous parlerons notamment du design et de l’ergonomie du produit, ou encore de son écran et de son processeur. Nous serons également amenés à évaluer la qualité de ses photos et de ses vidéos, pour finir ensuite avec les fonctions de sa plateforme.

Design & Ergonomie

Le Wiko View 2 Pro est doté d’une coque composée de plastique à l’arrière et de verre à l’avant. Les deux pièces sont soudées l’une à l’autre par le biais d’un châssis en métal finement travaillé. La marque a en effet opté pour une pièce teinte en noir finement ciselée sur les côtés.

En dépit de la présence de plastique, le dos du téléphone ne fait pas du tout cheap et il faudra regarder de près pour réaliser que ce n’est pas du verre.

La dalle n’est pas full borderless comme celle du Vivo NEX ou du Oppo Find X, mais elle offre un ratio affichage/façade des plus convenables. La dalle est en effet encadrée par une fine bordure en haut et sur les côtés, avec une bordure large de quelques millimètres en bas.

L’encoche répond présente, mais elle ne ressemble en rien à ce que nous connaissons. Elle ne ressemble en effet pas à celle des autres appareils présents sur le marché. Wiko a préféré opter pour un demi-cercle dans lequel est placée la caméra frontale de l’appareil. Le haut-parleur, lui, est collé tout contre la bordure supérieure.

Wiko aurait largement eu de la place pour placer un bouton frontal sous la dalle, mais le constructeur a préféré ne rien en faire et le lecteur d’empreintes se retrouve ainsi à l’arrière, non loin du module photo.

Les autres boutons sont tous regroupés du même côté, sur la tranche droite. Les deux touches du volume sont en haut et le bouton de mise sous tension se trouve un peu plus bas. Le constructeur l’a ciselé afin de le rendre plus facile à repérer du bout des doigts.

La trappe d’accès est placée de l’autre côté et elle pourra accueillir au choix deux cartes Nano SIM ou une carte Nano SIM et une carte micro SD. Une configuration idéale.

La connectique est placée en dessous. Là, Wiko a opté pour un connecteur micro USB standard. Un choix totalement incompréhensible pour moi, dans la mesure où l’USB Type-C est clairement en train de prendre le dessus sur ce format.

Le module photo dorsal regroupe deux optiques et deux capteurs. Ces éléments sont placés sur un axe vertical et la pièce sort d’un ou de deux millimètres de la coque. Le flash est placé en dehors de la pièce, dans son prolongement.

De manière générale, le Wiko View 2 Pro est un produit offrant un niveau de finition remarquable. Certes, la coque en plastique ne fera pas l’unanimité, mais elle confère une grande légèreté au terminal. Le seul point noir, de mon point de vue, c’est finalement le connecteur.

Wiko View 2 Pro : image 3 Wiko View 2 Pro : image 2

Écran, Processeur & Autonomie

L’écran, pour commencer, atteint une diagonale de 6 pouces. Wiko a opté pour de l’IPS, avec une définition de type HD+ et donc du 1528 x 720.

J’aurais bien entendu préféré du Full HD, mais le constructeur a au moins eu la bonne idée d’opter pour une dalle de bonne qualité. Si elle n’offre pas des contrastes dignes de l’OLED, elle a au moins le mérite d’afficher des noirs vraiment noirs et une luminosité suffisante pour être utilisable en plein soleil.

La colorimétrie n’est pas mauvaise, et Wiko a en plus eu la bonne idée de mettre en place une fonction permettant de régler la température de la couleur. Les utilisateurs pourront donc paramétrer la dalle pour qu’elle affiche des tons plus froids ou plus chauds. L’éclairage nocturne est également de la partie et il sera même possible de le configurer pour l’activer automatiquement en soirée.

Dans une utilisation courante, la définition de la dalle suffit largement, mais qu’en est-il en multimédia ?

Alors bien sûr, une définition en HD sur un écran de 6 pouces n’offre pas la même finesse qu’une définition en FHD. Autant dire que c’est une question de logique. Les images sont donc un peu moins détaillées et on perd bien entendu de la netteté sur les contours des personnages ou des objets, mais également sur les textures. Maintenant, en dépit de cette définition faiblarde, la dalle s’en sort bien et il sera tout à fait concevable de regarder le dernier épisode de sa série préférée sur le terminal durant notre prochaine balade en RER ou métro.

En revanche, ici, l’encoche restera visible en toute circonstance et cela veut aussi dire que les images affichées seront toutes coupées. Avec une encoche plus traditionnelle, les constructeurs arrivent à tricher en créant virtuellement une marge à gauche, mais ce n’est pas le cas ici puisque l’encoche est plus large.

Pour animer son téléphone, Wiko a porté son choix sur un Snapdragon 450 couplé à 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage extensibles.

On ne va pas se mentir, le Wiko View 2 Pro est loin d’être un foudre de guerre et il n’offrira pas la même puissance de calcul qu’un Xiaomi Redmi Note 5 par exemple. Maintenant, pour une utilisation courante, la puce sera suffisamment puissante.

Par contre, si vous espérez pouvoir jouer aux titres les plus gourmands avec un maximum de détails, alors il faudra repasser… ou vous diriger vers un autre appareil. Pour éviter les latences, il faudra en effet jouer avec les graphismes au minimum et même là il faudra composer avec quelques ralentissements de temps à autre, notamment dans les environnements les plus peuplés.

La chauffe ne me semble pas extrêmement bien maîtrisée non plus. Lorsque le processeur est très sollicité, il aura en effet tendance à dégager beaucoup de chaleur et cette dernière rendra le téléphone assez peu confortable en main. Enfin pas en été en tout cas. Le problème, c’est que ces chauffes ne surviennent pas uniquement en jeu. Il arrive également que la puce se mette à chauffer lorsque le terminal est en train de télécharger une application lourde sur le Play Store ou même lorsqu’il enregistre des vidéos.

Le phénomène n’est cependant pas aussi marqué que sur l’Umidigi Z2.

Le Wiko View 2 Pro est équipé d’une batterie de 3000 mAh. J’avais très peur du résultat, mais le terminal s’en est assez bien sorti durant mes tests. Il pourra tenir une journée sans trop de difficultés et il sera même possible d’aller un peu plus loin en faisant attention.

Et on termine cette partie avec le modem. Fidèle à mes habitudes, j’ai testé le Wiko View 2 Pro avec nPerf et mon abonnement Free Mobile afin d’évaluer ses performances sur le terrain de la connectivité réseau. Après avoir fait tourner la solution plusieurs fois, j’ai calculé une moyenne et j’ai obtenu 27,99 mbps en réception, 4,40 mbps en envoi et 45 ms en latence, avec un score de 75 % en vidéo et de 87 % en navigation. Le tout pour un score total de 61 307 points.

Wiko View 2 Pro : image 5 Wiko View 2 Pro : image 4

Photo & Vidéo

Comme beaucoup d’autres appareils à présent, le Wiko View 2 Pro est équipé d’un double module photo regroupant un capteur de 16 millions de pixels et un second capteur de 8 millions de pixels. L’architecture de la pièce se rapproche un peu de ce que propose LG. Ces deux capteurs seront ainsi recouverts d’un grand-angle et d’un super-grand-angle.

Wiko a également eu la bonne idée d’opter pour des optiques lumineuses capables d’ouvrir à f/1.75.

Dans les faits, le Wio View 2 Pro est capable d’obtenir de très bons résultats lorsque la lumière est au rendez-vous.

L’appareil sera en effet en mesure de produire des images nettes avec une colorimétrie plutôt juste. En revanche, la mise au point est perfectible sur le capteur surmonté d’un grand-angle et le terminal devra ainsi se trouver à une bonne distance de son sujet pour arriver à faire la map dessus.

La dynamique est un peu décevante. Sur des scènes très éclairées, le View 2 Pro aura ainsi du mal à récupérer des détails dans les ombres. Il faudra donc changer l’orientation du téléphone ou bien le mettre à l’abri de la lumière pour corriger le tir.

Je n’ai pas noté de problèmes au niveau de la balance des blancs. Les couleurs tombent juste et le mode automatique arrive à mettre dans le mille à chaque fois.

La plupart des téléphones voient la qualité de leurs photos et de leurs vidéos s’écrouler en intérieur ou à la nuit tombée. Curieusement, le Wiko View 2 Pro s’en sort assez bien sur ce terrain.

Grâce à la belle ouverture de ses optiques, le terminal sera en effet capable de récupérer un maximum de lumière et de produire des images correctes. Bien sûr, nous perdrons en piqué, mais la colorimétrie restera correcte et les artefacts resteront rares. Enfin à partir du moment où une source lumineuse se trouve dans les parages.

Je vais être très honnête, je ne me faisais aucune illusion de ce côté-là. Le View 2 Pro m’a donc agréablement surpris.

Le terminal s’en tire assez bien au niveau de la vidéo. On conserve en effet un bon niveau de détails et la colorimétrie est plutôt naturelle. Bien sûr, la dynamique est toujours un peu à la traîne, mais il sera tout de même possible d’obtenir de bons résultats pour peu que l’on se trouve dans un environnement correctement éclairé.

La stabilisation est loin d’être folle. Le terminal n’arrivera pas à corriger tous les tremblements et les vidéastes auront par conséquent intérêt à investir dans un gimbal.

L’application est extrêmement complète. Elle l’est même presque trop. À la base, l’outil nous donnera accès à cinq modes principaux : panoramas, vidéos, photo, flou artistique et face beauty.

Toutefois, en allant dans le menu de chacun de ces modes, il sera possible de faire apparaître des modes supplémentaires. Pour les photos, on trouvera ainsi un mode Professionnel, un mode Super Pixel, un mode Nuit, un mode QR Code, un mode Timelapse et un mode Slow Motion.

L’icône placée au-dessus du ruban des modes principaux nous permettra pour sa part de basculer entre le grand-angle et le super grand-angle. Derrière, bien sûr, on trouvera toutes les options habituelles comme le HDR ou les filtres.

Le Wiko View 2 Pro se débrouille bien aussi pour les selfies et il sera même capable de gérer des flous d’arrière-plan pour faire ressortir notre trombine. On trouve aussi un mode beauty.

Et là, en revanche, c’est un peu la consternation. Trois paramètres seront en effet proposés. L’utilisateur pourra lisser son visage, bien sûr, mais il aura aussi la main sur une fonction « whitening » afin… d’éclaircir sa peau. Assez discutable si vous voulez mon avis. La peau blanche n’a jamais été un gage de beauté. Pas depuis le 19e siècle en tout cas.

Le son n’est pas mauvais. Certes, le Wiko View 2 Pro est loin de pouvoir égaler une bonne grosse enceinte et les aigus auront tendance à se faire un peu trop présents, mais les résultats de l’appareil restent corrects pour un téléphone positionné sur cette gamme de prix.

Wiko View 2 Pro : image 7 Wiko View 2 Pro : image 6

Fonctions & Plateforme

Le Wiko View 2 Pro est livré avec Android 8.0 et le constructeur a fait en sorte de ne pas dénaturer la plateforme.

L’interface se rapproche donc énormément de ce que propose la ROM stock. De même pour les fonctions.

L’appui long sur les icônes est ainsi de la partie. En laissant le doigt appuyé sur l’icône d’une application, l’utilisateur pourra faire apparaître un menu contextuel donnant un accès direct à certaines fonctions.

En passant par le multitâche, il sera également possible de tirer une fenêtre pour afficher deux applications côte à côte.

Il est en revanche impossible d’épingler une vidéo à l’écran d’accueil. YouTube et Netflix m’ont tous les deux refusé cet insigne honneur et il faut avouer que c’est assez dommage.

Parmi les choses un poil agaçantes, on peut citer le widget du lecteur vidéo. Si vous écoutez Spotify, un bandeau viendra s’accrocher en haut de l’écran… par-dessus la barre de navigation, son horloge et toutes les autres informations. Et il restera visible en permanence, sauf si vous désactivez purement et simplement la notification.

Pas grand-chose à dire au niveau de l’utilisation. La plateforme est très fluide et aucun ralentissement n’est venu perturber mes semaines de tests. En revanche, le Wiko View 2 Pro est parfois en proie à de vilaines chauffes, notamment lorsqu’il est en train de filmer.

Wiko View 2 Pro : image 10 Wiko View 2 Pro : image 9

En Conclusion

Alors, que peut-on dire au sujet du Wiko View 2 Pro ?

En dépit de sa coque en plastique, le terminal a fière allure et il a même un look assez soigné. La seule chose qui m’a vraiment gêné, c’est son connecteur. Maintenant, il n’est pas le seul à ne pas avoir encore tourné la page du Micro USB. Le Xiaomi Redmi Note 5 souffre exactement du même défaut.

Pas grand-chose à dire au niveau de l’écran et de la puissance. On n’est clairement pas sur un flagship, mais l’appareil nous permettra tout de même de nous amuser et de nous divertir. L’autonomie n’est en plus pas mauvaise.

En matière de photo et de vidéo, le bilan n’est pas mauvais. Pour peu que l’on s’applique, il sera tout à fait possible de prendre de belles photos avec le terminal.

La plateforme est épurée et c’est une bonne chose. On se sent tout de suite comme chez soi et Wiko a en plus eu la main légère au niveau des bloatwares.

Après, le vrai problème du View 2 Pro, de mon point de vue, c’est finalement son prix. L’appareil est proposé le double du prix du Xiaomi Redmi Note 5 tout en proposant une moins bonne définition et un moins bon processeur.

Là, pour moins de deux cents balles, vous avez un écran FHD de 6 pouces et un Snapdragon 636 avec une grosse batterie de 4000 mAh pour couronner le tout.

Bref, pour moi, il aurait fallu que le View 2 Pro soit proposé à un prix beaucoup plus bas.

Wiko View 2 Pro : image 13 Wiko View 2 Pro : image 12 Wiko View 2 Pro : image 11

DESIGN & ERGONOMIE7
ECRAN7
PUISSANCE & AUTONOMIE7
PHOTO & VIDEO7.5
FONCTIONS8
PRIX7
Le Wiko View 2 Pro n'est pas un produit parfait, mais il a tout de même de précieux atouts, à commencer par ses performances en matière de photo et de vidéo.
7.3

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.