Clicky

Test du Xiaomi Mi Mix 2s

Le Xiaomi Mi Mix 2s a été présenté en début d’année. Gearbest a eu la gentillesse de nous faire parvenir un exemplaire pour nos tests. Après plusieurs semaines passées en sa compagnie, voici le test de l’appareil.

Xiaomi a un parcours très intéressant. Si beaucoup ont reproché à la marque de trop s’inspirer des produits de la pomme croquée à ses débuts, l’entreprise a rapidement su trouver son propre style et elle a même été précurseure dans bien des domaines.

Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 1

En 2016, elle a ainsi été parmi les premières à dévoiler un téléphone doté d’un écran aux bordures contenues, le fameux Mi Mix. Elle a ensuite renouvelé l’expérience l’année suivante avant de remettre le couvert en mai avec le Mi Mix 2s.

Toutefois, ce dernier n’est pas réellement un nouveau modèle. Comme le laissent penser son numéro et sa lettre, il s’agit davantage d’une évolution du Mi Mix 2. Cela ne l’empêche cependant pas d’avoir de solides atouts.

Dans ce test, nous allons nous focaliser sur pas mal de choses. Après être revenus sur le design et l’ergonomie du téléphone, nous parlerons ainsi de son écran, de son processeur ou encore de sa batterie. Ensuite, nous nous focaliserons sur ses modules photo et nous finirons enfin avec la plateforme et toutes les fonctions propres à la surcouche.

Design & Ergonomie

Le Xiaomi Mi Mix 2s ne marque clairement pas une rupture et il ressemble finalement beaucoup à son prédécesseur. Comme lui, il est donc doté d’un boîtier composé de deux plaques en verre et d’un arceau métallique.

Les finitions sont irréprochables et l’appareil est en plus très agréable en main grâce à un poids contenu. Il n’est en effet pas très lourd et il pèse ainsi 189 grammes.

L’écran est imposant et il offre un ratio affichage / façade identique à celui du Mi Mix 2. Xiaomi a ainsi conservé une fine bordure au-dessus de la dalle et sur les côtés, avec un menton un peu plus prononcé. La caméra frontale est de ce fait placée dans le coin inférieur droit et il sera du coup préférable de retourner le téléphone avant de prendre des selfies sous peine de vous retrouver avec un énorme menton.

Le haut-parleur frontal n’est pas aux abonnés absents et il a ainsi été placé tout contre la bordure supérieure.

En raison des dimensions des bordures entourant la dalle de l’appareil, le Mi Mix 2s n’est pas totalement équilibré. Lorsque vous tiendrez l’appareil à l’horizontale, une des bordures latérales sera ainsi plus épaisse que l’autre. Ce n’est cependant pas gênant dans la vie de tous les jours.

En réalité, cette bordure proéminente a même un impact positif sur la prise en main générale.

L’ergonomie ne change pas non plus. Les trois boutons habituels sont placés sur la tranche droite et le lecteur d’empreintes est situé à l’arrière. La trappe se trouve sur la tranche gauche et elle regroupe en son sein les deux slots pour cartes SIM.

Le Xiaomi Mi Mix 2s est en effet dépourvu de port micro SD et ce détail a bien entendu son importance. Si vous devez stocker beaucoup de jeux et prendre beaucoup de photos, alors il sera préférable de vous orienter vers le modèle doté de la plus grande capacité de stockage, sous peine de vous retrouver très vite à l’étroit.

Concernant la connectique, le terminal fait l’impasse sur la prise casque et il ne comporte donc qu’un seul connecteur, au format USB Type-C. Fort heureusement, Xiaomi a eu la bonne idée de placer un adaptateur dans la boîte pour pallier à cet oubli.

Le module photo est différent lui aussi. Cette fois, la marque chinoise a opté pour un module double composé de deux optiques et de deux capteurs. Et comme nous le verrons plus loin, ce dernier se débrouille plutôt bien.

Le Xiaomi Mi Mix 2s est dépourvu de boutons frontaux. La navigation au sein de la plateforme s’appuiera donc entièrement sur la barre tactile ou… sur les commandes gestuelles proposées par la plateforme. Une fois activées, ces dernières nous permettront de piloter l’appareil avec de simples balayages.

Il suffira ainsi d’un balayage de la gauche vers la droite ou de la droite vers la gauche à partir des bordures latérales pour revenir en arrière. Un balayage du bas vers le haut nous renverra pour sa part vers l’écran d’accueil. Et si nous maintenons le doigt sur l’écran au moment de faire ce geste, alors nous pourrons afficher le multitâche.

J’ai activé ces gestes depuis le début et j’avoue avoir été complètement conquis. Si un temps d’adaptation sera inévitablement nécessaire, ces derniers nous feront gagner pas mal de temps au quotidien.

Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 3 Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 2

Écran, Processeur & Autonomie

Le Xiaomi Mi Mix 2s n’est pas équipé d’une dalle AMOLED, mais IPS. On est donc sur une technologie de type LCD. L’écran peut afficher une définition de 2160 x 1080

Les inconditionnels de l’AMOLED seront sans doute un peu déçus, mais Xiaomi a tout de même eu le bon goût d’opter pour une dalle de très bonne qualité.

L’écran du Mi Mix 2s est en effet capable de produire des images bien contrastées avec une colorimétrie correcte. Par défaut, la dalle a tendance à tirer un peu sur le bleu, mais il suffira de se rendre dans les réglages pour corriger le tir. L’appareil propose en effet une option grâce à laquelle nous pourrons modifier la colorimétrie générale de la dalle.

La luminosité est correcte pour sa part et le terminal pourra de ce fait être utilisé en plein soleil sans la moindre gêne.

Grâce à cette belle dalle, il sera donc parfaitement envisageable de regarder des vidéos ou même des films sur l’appareil.

Côté processeur, Xiaomi a opté pour un Snapdragon 845 et cela n’a rien de surprenant compte tenu des habitudes de la marque. Sur mon modèle, le SoC était associé à 6 Go de RAM et à 64 Go de stockage.

Il obtient une moyenne de 174 207 points sur AnTuTu et il se place donc vers le sommet de la pyramide.

Je n’ai pas noté de latence particulière durant les quelques semaines passées en compagnie du terminal. Le Mi Mix 2s est resté réactif en toute circonstance, et notamment lors des tâches les plus complexes.

Grâce à la puissance de son Snapdragon 845, le téléphone sera parfaitement en mesure de faire tourner les titres les plus gourmands et cela vaut notamment pour l’incontournable PUBG Mobile. Ce dernier sera en effet très fluide sur l’appareil et aucune latence ne sera à craindre. Vous pourrez donc camper en toute quiétude sans craindre de vous manger un ralentissement au pire moment.

Le Xiaomi Mi Mix 2s embarque une batterie de 3400 mAh. L’autonomie de l’appareil est tout à fait correcte et il pourra ainsi tenir plus d’une journée sans trop de difficulté. En faisant attention et en désactivant les services inutilisés, on pourra espérer atteindre une journée et demie.

En outre, le Mi Mix 2s est compatible avec la charge rapide et il n’aura besoin que d’une demi-heure pour atteindre les 60 % de charge. C’est évidemment très confortable.

Côté réseau, nPerf a pas mal tourné sur l’appareil, avec ma SIM Sosh et depuis la région parisienne. Les résultats obtenus sont plutôt corrects et l’appareil a ainsi atteint les 41,71 Mbps en réception, les 15,26 mbps en envoi, le tout avec une latence de 37 ms, un score de 83,50 % en navigation et un score de 90,66 % en vidéo. Soit un score total de très exactement 87 077 points.

Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 5 Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 4

Photo & Vidéo

Le Xiaomi Mi Mix 2s est donc doté d’un module composé de deux capteurs et de deux optiques. Si les deux capteurs sont dotés d’une définition de 12 millions de pixels, ils ne sont pas pour autant couronnés de la même optique.

Le premier capteur est en effet accompagné d’un 26 mm ouvrant à f/1.8 et le second d’un 46 mm ouvrant à f/2.4. L’appareil sera donc en mesure d’obtenir le maximum d’informations sur la profondeur de champ et de générer de ce fait des bokeh réalistes tout en offrant un peu plus de flexibilité au niveau du zoom.

C’est en tout cas ce que promet le constructeur.

Dans les faits, le Xiaomi Mi Mix 2s est un très bon photophone. En pleine lumière, il est en effet capable de prendre de belles photos avec un piqué très marqué et une colorimétrie assez naturelle. Les couleurs sont effectivement moins saturées que sur les téléphones concurrents et elles correspondent donc un peu plus à la réalité.

Certains confrères ont critiqué le système de mise au point, invoquant des lenteurs débouchant dans certains cas sur des clichés flous.

Je n’ai pas été confronté à ce problème. En réalité, pour tout vous dire, l’autofocus m’a agréablement surpris et le meilleur exemple est sans doute cette photo.

Lorsqu’elle a été prise, votre humble serviteur était en train de boire un café chez sa belle-sœur. La région avait organisé une manifestation aéronautique non loin de chez elle et plusieurs avions sont donc passés au-dessus de nos têtes.

C’est à ce moment que j’ai dégainé le Mi Mix 2s et que j’ai pris cette photo. Si elle n’est – évidemment – pas parfaite, elle a au moins le mérite de montrer que l’autofocus du terminal s’en sort plutôt bien avec les sujets mobiles.

En intérieur ou à la nuit tombée, le Xiaomi Mi Mix 2s perdra inévitablement des détails et il est bien entendu difficile d’être surpris. Tous les smartphones sont en effet logés à la même enseigne de ce côté-là et ils sont ainsi tributaires de la petite taille de leur capteur.

Ceci étant, le flagship de Xiaomi n’a pas forcément à rougir face à ses concurrents et il sera tout de même capable d’obtenir des images correctes.

Le zoom ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. Il n’est pas mauvais lorsque la lumière est au rendez-vous, mais il a très vite tendance à perdre des détails dans les conditions lumineuses les plus difficiles. Rien de surprenant à cela compte tenu de la faible ouverture de son objectif.

Côté vidéo, le Mi Mix 2s s’en sort plutôt bien. Disons que ce qui est valable pour la photo l’est aussi pour la vidéo. Lorsque la lumière est là, tout se passe bien. En revanche, l’appareil perdra un peu de détails en intérieur ou en soirée. Le stabilisateur, de son côté, n’est pas mauvais, mais les vidéastes mobiles auront tout intérêt à investir dans un gimbal pour supprimer tous les tremblements intempestifs.

Pas de grosse surprise au niveau de l’application. Elle est simple, et efficace. Le passage d’un mode à l’autre s’effectue sur un simple balayage. En plus du mode auto, on trouvera un mode vidéo, un mode vidéo courte, un mode portrait, un mode carré et un mode panorama. Il sera aussi possible d’activer ou de désactiver les fonctions liées à l’intelligence artificielle en un instant.

La caméra frontale est assez dingue pour sa part et elle permet d’obtenir de très bons résultats en dépit de sa petite définition. Elle ne dépasse effectivement pas les 5 millions de pixels, mais cela ne l’empêche pas d’avoir du ressort.

Encore une fois, le piqué est au rendez-vous et la colorimétrie tombe juste. En revanche, il faudra impérativement penser à retourner votre téléphone pour éviter de vous retrouver avec un menton proéminent.

Et le son alors ? Les haut-parleurs font bien le job. Ils sont en effet capables de restituer un son ample et de bonne qualité. Il a bien entendu tendance à partir un peu trop sur les médiums, mais les basses ne sont pas absentes pour autant.

Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 7 Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 6

Fonctions & Surcouche

Côté software, le Mi Mix 2s est livré avec Android 8.0 et MIUI 9.5. Et là, pas de grosses nouveautés en vue.

On est effectivement sur du MIUI pur et dur. Pas de tiroir d’applications, pas de menus contextuels sur les icônes, pas de multi-fenêtrage, la plateforme se contente du strict minimum, mais cela ne nuit pas forcément à l’expérience.

En réalité, la principale force de la surcouche de Xiaomi, c’est sa rapidité. Elle réagit au quart de tour et aucune latence ne vient gâcher la navigation. Alors c’est vrai, on a un Snapdragon 845 derrière, mais ça reste tout de même très appréciable.

Ce qui l’est moins, en revanche, c’est l’organisation des réglages. Les options sont en effet éclatées dans divers menus et il est extrêmement difficile de s’y retrouver. C’est vraiment dommage, d’autant que les réglages de la ROM Stock sont pour le coup bien mieux rangés.

J’en ai déjà parlé, mais la navigation gestuelle est vraiment redoutable. On trouve très vite ses marques et il est du coup extrêmement difficile de revenir en arrière ensuite. Maintenant, Xiaomi n’est pas le seul à proposer ce genre de fonctions.

On trouve aussi un système similaire sur le OnePlus 6 avec, pour le coup, une interface plus claire et surtout plus complète.

Je vais sans doute m’attirer les foudres des fans de la marque, mais on sent à l’usage que Xiaomi a un peu de retard sur ses concurrents en matière de surcouche. Maintenant, MIUI 10 devrait logiquement corriger le tir.

Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 9 Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 8

En Conclusion

Le moment de la conclusion est arrivé.

Côté design, c’est vrai que le Xiaomi Mi Mix 2s ne réinvente pas la roue, mais ça ne l’empêche pas d’avoir beaucoup de charme. Il suffit ainsi de le prendre en main pendant quelques minutes pour réaliser tout le soin apporté à ses finitions. Le verre est sublime, le métal aussi, et l’écran borderless dépourvu d’encoche m’a totalement séduit.

De même pour son processeur ou l’autonomie du terminal. Le Mi Mix 2s est puissant, et en plus il dure longtemps. La recharge rapide fonctionne vraiment bien aussi.

Concernant la photo et la vidéo, c’est pas mal. On n’est pas au niveau d’un P20 Pro, c’est vrai, mais franchement, pour cette gamme de prix, c’est difficile de faire mieux.

Après, c’est finalement la partie software qui m’a le plus laissé sur ma faim. J’aurais aimé un peu plus de magie et, surtout, retrouver les fonctions propres à Oreo. C’est dommage d’avoir fait l’impasse là-dessus.

Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 11 Test du Xiaomi Mi Mix 2s : image 10

DESIGN & ERCONOMIE9
ECRAN8.7
PROCESSEUR & AUTONOMIE9.5
PHOTO & VIDEO8.5
FONCTIONS & SURCOUCHE7.5
PRIX9
Le Mi Mix 2s a beau ne pas marquer une franche rupture dans la gamme, cela ne l'empêche pas d'avoir beaucoup de charme. En revanche, MIUI accuse un coup de vieux par rapport à ses concurrents. Dommage.
8.7

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.