Clicky

Test du Xperia XZ Premium

Sony a présenté en février dernier un nouveau téléphone positionné sur le haut de gamme, le Xperia XZ Premium. Il est disponible depuis peu dans l’hexagone et certains d’entre vous se demandent sans doute s’il est à la hauteur de son prix de vente. Ce test devrait beaucoup les intéresser.

Sony m’a effectivement fait parvenir un exemplaire de son téléphone à la fin du mois dernier. Après deux semaines passées en sa compagnie et ma prise en main de la semaine dernière, le moment est donc venu de passer aux choses sérieuses.

Test Xperia XZ Premium : image 1

Dans cet article, nous allons commencer par rappeler la fiche technique de l’appareil. Ensuite, nous enchaînerons sur son design, son ergonomie, son écran, son processeur, son autonomie et ses atouts en matière de photo. Puis, pour finir, nous nous arrêterons brièvement sur sa surcouche.

Ah, et vous trouverez bien évidemment une vidéo à la fin de l’article.

Caractéristiques Techniques

Haut de gamme oblige, le Xperia XZ Premium a droit à ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle.

Il embarque ainsi un écran 4K HDR de 5,5 pouces, un écran héritant de toutes les technologies maison et notamment du X-Reality ou encore d’un système d’optimisation dynamique du contraste. La dalle est en outre recouverte d’une vitre traitée au Gorilla Glass 5, un traitement que l’on retrouve aussi à l’arrière de l’appareil.

Côté processeur, Sony n’a pas été cherché bien loin et il a ainsi affublé son téléphone d’un Snapdragon 835 couplé à 4 Go de mémoire vive. Une configuration solide et équivalente à celle que proposent le Galaxy S8 et le Galaxy S8+. L’espace de stockage atteint les 64 Go en UFS et il peut être étendu par le biais d’une carte micro SD. Le lecteur sera d’ailleurs en mesure d’accepter des cartes de 256 Go au maximum.

Le constructeur a mis le paquet sur la photo. Le Xperia XZ Premium embarque ainsi un appareil photo Motion Eye se composant d’un capteur Exmor RS de 19 millions de pixels et d’une optique ouvrant à f/2.0. Le Steady Shot répond bien évidemment à l’appel et toutes les images sont traitées par le moteur de traitement BIONZ. Derrière, on a aussi droit à la vidéo en slow motion à 960 images par seconde. Attention cependant, car la définition dans ce mode chutera au 720p.

Pour le reste, on pourra toujours filmer en 4K.

La caméra frontale atteint une définition de 13 millions de pixels. Elle se compose encore une fois d’un capteur Exmor RS. L’optique est dotée de la même ouverture et le Steady Shot répond aussi à l’appel.

La 4G de catégorie 16 répond à l’appel, de même pour le Bluetooth 5.0. On a aussi une puce GPS, une puce GLONASS, une puce NFC et un port USB Type-C avec une batterie de 3230 mAh. Cette dernière est compatible à la fois avec le Quick Charge 3.0 et avec le Qnovo Adaptive Charging.

Le Xperia XZ Premium mesure 156 mm en hauteur, 77 mm en largeur et 7,9 mm en épaisseur, avec un poids de 191 grammes et deux finitions au choix : Chrome lumineux ou Noir abyssal. Côté prix, il faut compter 799 € pour pouvoir mettre la main dessus, ce qui le place dans la tranche haute.

Acheter le Sony Xperia XZ Premium

Test Xperia XZ Premium : image 2 Test Xperia XZ Premium : image 3

Design & Ergonomie

Le Xperia XZ Premium ne passe franchement pas inaperçu. Immense, il a un aspect monolithique renforcé par ses angles prononcés. Modèle « premium » oblige, il hérite bien évidemment des lignes du Xperia XZ, mais il n’en est pas une copie parfaite non plus.

Sony l’a en effet pourvu d’un boîtier en verre recouvert d’une texture réfléchissante afin de le doter d’un effet miroir similaire à celui du Xperia Z5 Premium. L’effet est cependant un peu moins prononcé sur la version noire du téléphone.

Le châssis en métal répond toujours à l’appel avec des bordures plates au-dessus et en dessous et des bordures arrondies sur le côté. L’effet est intéressant, et pas uniquement pour des raisons esthétiques. Le terminal est en effet très confortable en main et il s’avère en outre peu glissant.

Sur le plan ergonomique, le constructeur a choisi de regrouper tous les boutons physiques sur la tranche droite. Les deux contrôles du volume ont été remontés au-dessus du bouton de mise sous tension et c’est une bonne chose puisqu’ils nous tomberont tout de suite sous les doigts.

Le lecteur d’empreintes est toujours intégré au bouton de mise sous tension et il fonctionne étonnamment bien. Une simple caresse du pouce ou de l’index suffit à lancer le processus d’identification.

Sony a placé un déclencheur physique tout en bas, sur la même tranche. Il est très pratique lorsqu’il utilise l’appareil comme un appareil photo d’appoint. En outre, le constructeur a bien fait les choses et ce fameux bouton ne sera pas écrasé par le système de fixation d’un stabilisateur lorsque le téléphone est glissé dedans. Pas sur le DJI Osmo Mobile, en tout cas, et c’est évidemment une très bonne chose pour les apprentis cinéastes.

La prise casque est située sur la tranche supérieure pour sa part, soit à l’exacte opposée du connecteur.

Sony a placé les haut-parleurs à l’avant dans les espaces situés au-dessus et en dessous de l’écran. C’est un choix intelligent puisque nos mains ne viendront pas les étouffer lorsque nous tiendrons l’appareil.

Le constructeur a conservé des bordures assez marquées autour de la dalle. Elles ne plairont pas forcément à tout le monde, mais on s’habitue très vite à leur présence. Comme indiqué durant ma prise en main, elles participent d’ailleurs à la bonne préhension du terminal lorsqu’il est tenu au format paysage.

L’arrière du terminal est totalement uni et… assez salissant. Entre le verre et l’effet miroir, le Xperia XZ Premium aura tendance à collectionner les traces de doigts. Maintenant,  ce n’est pas vraiment dérangeant sur le modèle noir et elles arrivent ainsi à se faire très vite oublier.

Le module photo ne change pas de place et il est toujours entouré d’un anneau métallique. Les capteurs l’accompagnant passent pour leur part du bas vers la droite. En plus de l’autofocus laser, on retrouve toujours le capteur colorimétrique et le flash double ton.

Test Xperia XZ Premium : image 4 Test Xperia XZ Premium : image 5

Écran, Processeur & Autonomie

En théorie et d’après la fiche technique du produit, le Xperia XZ Premium est censé embarquer un écran de 5,5 pouces capable d’afficher une définition de type 4K, avec un zeste de HDR en prime.

Dans les faits, il n’affichera pas en permanence cette définition. Sony a en effet opté pour un système analogue à celui du Xperia Z5 Premium. Le terminal affichera ainsi du 1080p la plupart du temps et il activera la 4K pour les contenus multimédias. Ou presque. En réalité, il se rapprochera davantage du UHD avec une définition proche du 3840 x 2160.

Toutefois, et comme évoqué dans ma prise en main, la marque a opté pour un système d’affichage des pixels en chevrons. Ce sont en tout cas les conclusions des Numériques. D’après leurs tests, la dalle comporterait même de nombreux trous dans son alignement et elle serait du coup loin d’atteindre la définition promise par le constructeur.

Sony précise cependant sur son site que la définition de l’écran de l’appareil a été vérifiée par le service SpecTrax de Strategy Analytics.

Quoi qu’il en soit, l’écran du Xperia XZ Premium n’en reste pas moins de très bonne qualité, avec un rendu colorimétrique plutôt juste et un contraste tournant autour des 1300:1. Fidèle à son habitude, Sony propose d’ailleurs plusieurs modes d’affichage afin de convenir à tous les usages : Professionnel, Standard et Très Vif.

Sony a choisi d’équiper son nouveau vaisseau amiral d’un Snapdragon 835 couplé à 4 Go de RAM. Sans surprise, il est extrêmement réactif et il n’aura aucun mal à afficher des vidéos en 4K… enfin en UHD… ou en 1080p… Bref, vous m’avez compris. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de regarder quelques épisodes de la dernière saison de 12 Monkeys dessus et j’avoue avoir été agréablement surpris par le rendu de la vidéo.

Pas de mauvaise surprise pour les jeux non plus. Le Xperia XZ Premium excelle aussi à cet usage et il n’aura aucun  mal à faire tourner les titres les plus gourmands.

La plateforme, elle, reste fluide en toute occasion et même lorsque l’on jongle avec des dizaines d’applications différentes. Durant ces deux semaines de test, je n’ai pas remarqué la moindre latente et il faut avouer que c’est très impressionnant.

Le Xperia XZ Premium est équipé d’une batterie de 3230 mAh. Elle est un peu en retrait face à celle de ses concurrents, mais l’autonomie reste tout de même très correcte et il n’aura aucun mal à tenir la journée. Il pourra même atteindre les deux jours avec un usage modéré et le mode Stamina d’activé. Sony a d’ailleurs fait un gros boulot d’optimisation derrière et les tâches actuellement très gourmandes en énergie comme l’appareil photo semblent ne pas avoir un gros impact sur l’autonomie du terminal.

À noter que le mode Stamina est proactif et il sera donc capable de vous prévenir lorsque le niveau de charge de l’appareil est en baisse. L’outil est d’ailleurs très flexible.

La charge rapide fonctionne bien, mais elle est moins rapide que celle du Galaxy S8. Bon point en revanche, tout comme sur le Xperia XZ, le Qnovo Adaptive Charging répond à l’appel. Pour rappel, cette technologie vise à préserver l’intégrité de la batterie en évitant de trop la solliciter. L’idée étant évidemment de lui faire gagner en longévité. Grâce à elle, le terminal sera notamment capable de réduire la vitesse de la charge si vous le laissez branché pendant de longues heures afin d’éviter la dégradation des cellules de la batterie.

Test Xperia XZ Premium : image 7 Test Xperia XZ Premium : image 6

Photo & Vidéo

Sony dispose d’un véritable savoir-faire en matière de photo et l’entreprise nippone fournit ainsi la plupart des constructeurs du marché. Cela vaut notamment pour les réflex de Nikon ou même pour les iPhone.

Le Xperia XZ Premium a donc droit à ce qui se fait de mieux en la matière.

Le terminal embarque ainsi un nouvel appareil photo sobrement baptisé Motion Eye. Il repose sur un capteur Exmor RS de 19 millions de pixels et sur une optique G Lens composée de six lentilles et d’une ouverture à f/2.0. Pour compléter le tableau, le constructeur a mis en place en système de triple détection d’image et un autofocus hybride. Grâce à ces particularités, le terminal sera capable de déclencher en 0,5 seconde. Un capteur colorimétrique est également de la partie afin d’obtenir le rendu le plus naturel possible. Le tout avec un zeste de Steady Shot pour la stabilisation.

Le Xperia XZ Premium a donc tout ce qu’il faut pour prendre de jolies photos, mais ce ne sera pas une raison pour commencer à mitrailler à tout va. Pas avant d’avoir fait un tour par les réglages de l’appareil photo. Par défaut, l’outil est en effet configuré pour shooter en 12 millions de pixels et il faudra donc penser à faire la modification sous peine de vous retrouver avec des images un peu écrasées.

Ensuite, eh bien ce ne sera que du bonheur, ou presque.

Le terminal est en effet capable d’obtenir de très bons résultats lorsque la lumière ambiante est suffisante. Il produira ainsi des images dotées d’un beau piqué avec une dynamique à faire pâlir de jalousie les compacts numériques experts. Le rendu colorimétrique sonne aussi très juste, avec des couleurs très naturelles. La mise au point est rapide dans la plupart des occasions.

Lorsque la lumière laisse à désirer, en revanche, la qualité des photos baisse elle aussi drastiquement. Le module photo est en effet limité par l’ouverture de son optique et il compensera en montant les ISO. L’image perdra par conséquent en netteté et des artefacts apparaîtront même dans certains cas.

Il sera cependant possible de récupérer un peu de détails en basculant en mode manuel et en baissant manuellement la sensibilité. Attention cependant, car la vitesse de l’obturateur augmentera du même coup et il sera donc nécessaire de bien stabiliser le téléphone pour éviter d’éventuels flous de bougé. Dans certains cas, il sera même préférable de s’appuyer carrément sur un trépied.

La vidéo m’a pas mal bluffé, surtout en 4K. L’appareil est en effet capable d’obtenir des images d’une belle qualité, avec une dynamique intéressante et un rendu colorimétrique naturel. La stabilisation remplit bien son office aussi, mais elle est loin d’être parfaite. Je la trouve moins bluffante que celle du Galaxy S8. Du coup, si vous comptez faire beaucoup de vidéos, il sera préférable d’investir dans un stabilisateur comme le DJI Osmo Mobile.

Le Xperia XZ Premium a un autre atout cependant : il est capable de capturer des vidéos à 960 images par seconde pour gérer de très beaux ralentis.

C’est évidemment bluffant sur le papier, mais le bilan est assez mitigé dans la pratique. Pour commencer, ces vidéos seront toutes enregistrées en 720p. Le truc, c’est que le piqué chute aussi drastiquement derrière, et ce même lorsque les conditions lumineuses sont idéales. Pour ne rien arranger, chaque ralenti ne peut excéder une seconde. Il faudra donc dégainer son téléphone au bon moment.

Malgré tous les défauts énoncés plus haut, le Xperia XZ Premium n’est pas un mauvais photophone. En revanche, il est très exigeant et il faudra donc donner de votre personne pour prendre de belles images.

L’application photo est toujours un régal à utiliser et on retrouve bien évidemment ce fameux côté modulaire qui a été depuis copié par d’autres constructeurs. En revanche, il manque aussi parfois d’ergonomie. L’exemple le plus frappant, c’est celui de la vidéo. Pour filmer en 4K, il ne faudra pas basculer sur le mode vidéo, mais aller chercher dans les modules le mode associé.

Le super ralenti est en revanche bien intégré au mode vidéo, mais sous la forme d’un bouton placé à côté du déclencheur. D’ailleurs, si vous l’activez, il faudra aller chercher dans les paramètres du mode pour pouvoir passer du mode ralenti normal au mode super ralenti. Difficile de faire moins clair.

Le mode manuel m’a aussi laissé sur ma faim. Il est beaucoup trop limité à mon goût et il comprend seulement quatre outils : la balance des blancs, la compensation de l’exposition, la vitesse et la mise au point. Pour accéder à la sensibilité, par exemple, il faudra obligatoirement se rendre dans les options avancées en cliquant sur le petit écrou. Même chose pour le HDR et le retardateur ou même la méthode d’exposition. Une fois encore, l’organisation des menus laisse à désirer et elle mériterait d’être simplifiée.

J’en parle rarement dans mes tests et c’est un défaut, mais la qualité sonore est très correcte de son côté. Les haut-parleurs placés en façade sont capables de restituer un son plein et correctement spatialisé. La puissance laisse un peu à désirer en revanche et c’est dommage. Pour la partie casque/écouteurs, tout dépendra bien évidemment du produit utilisé, mais le son me semble plutôt bien équilibré.

Test Xperia XZ Premium : image 8 Test Xperia XZ Premium : image 9

Fonctions & Surcouche

Le Xperia XZ Premium est livré avec Android 7.1 Nougat et une surcouche maison. Extrêmement légère, cette dernière ne dénature pas la plateforme et elle se contente finalement de l’améliorer par petites touches. Un choix intelligent et très apprécié par les fans de la marque.

L’interface se structure toujours autour de plusieurs écrans d’accueil. Une pression prolongée activera l’éditeur et nous pourrons alors accéder aux widgets, mais aussi modifier le fond d’écran, le thème, les transitions ou même les grilles. Là, nous aurons le choix entre quatre options : 3×4, 4×4, 4×5 ou 5,5.

Le centre de notifications ne change pas. Il suffit d’effectuer un balayage du haut vers le bas pour voir apparaître les alertes générées par les applications. Elles sont bien évidemment regroupées en fonction de l’outil et les actions rapides sont de la partie. Un second balayage fera apparaître les raccourcis rapides et les boutons habituels comme celui des sessions ou encore celui des réglages.

Le drawer est toujours présent et il s’accompagne d’un champ de recherche. Les fonctions de tri sont bien évidemment de la partie.

En plus de cela, Sony a mis en place un système de recherche intelligent. Il suffit ainsi de tirer un écran d’accueil vers le bas pour faire apparaître une fenêtre regroupant un champ de recherche, les recherches récentes ou encore les applications recommandées.

Le mode Stamina est lui aussi de la partie, de même pour le mode Super Stamina. Très pratiques, ils nous permettront d’étendre drastiquement l’autonomie de l’appareil.

En Conclusion

Le Xperia XZ Premium est une bonne surprise. Beau et racé, il ne passe clairement pas inaperçu et l’effet miroir est vraiment superbe sur le modèle noir. Le fait d’avoir remonté les boutons du volume est aussi une bonne chose. La trappe d’accès à la carte SIM me laisse plus circonspect en revanche.

C’est une bonne chose de l’avoir dissociée de la trappe de la carte micro SD, c’est vrai, mais elle n’est pas facile à retirer et elle ne semble pas non plus des plus solides. J’aurais préféré un système à l’image de ce que propose le Galaxy S8.

L’écran est magnifique, bien sûr, mais la question de la définition reste toujours en suspens. Sony a d’ailleurs tout intérêt à faire très vite la lumière sur ce point. Rien à dire sur la puissance en tout cas. Le Snapdragon 835 remplit bien son office et il tourne aux petits oignons. Même chose pour l’autonomie. Malgré sa « petite » batterie, le terminal sera capable de tenir pas mal de temps avec une seule charge.

Concernant la photo et la vidéo, comme je l’ai dit, le Xperia XZ Premium est un appareil exigeant et il ne se laisse pas facilement dompter. Toutefois, il est capable de produire de très belles images et je le trouve même plus rapide que le Xperia XZ au niveau de la mise au point.

Reste la question du prix. Sony a choisi de le proposer à 799 € et ce n’est pas forcément le meilleur choix du monde. Perso, je pense qu’il aurait été plus judicieux de le proposer à 649 € histoire de le rendre un peu plus compétitif par rapport aux appareils concurrents. Le bon côté de la chose, c’est que les prix ont tendance à vite baisser.

Design9.1
Ecran8.6
Processeur & Autonomie9.5
Photo & Vidéo8.5
Fonctions & Surcouche9
Prix8.8
8.9

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.