Clicky

Test : LG G2

Le LG G2 m’accompagne depuis un peu plus d’une semaine. Lui et moi, nous avons appris à nous connaître, nous nous sommes domestiqués l’un l’autre et il faut bien l’avouer, il a avantageusement remplacé mon iPhone 4S vieillissant. Celui là même qui s’est réfugié dans un coin de la boite à gants de ma voiture, tel une ancienne maitresse laissée sur un coin de trottoir parisien, entre les crottes et les mégots. Vous, de votre côté, vous vous posez peut-être mille questions sur ce nouveau terminal, des questions qui portent sur son ergonomie, ou même sur ses performances. Si c’est le cas, alors soyez heureux car cet article a justement pour objectif de vous faire découvrir ce smartphone pas comme les autres. En texte, en images et en vidéos.

Avant toute chose, sachez que ce test n’a pas pour vocation à verser dans la technique pure. Si vous aimez les chiffres compliqués récoltés par des sondes audacieuses, il ne devrait donc pas vous transporter de joie. J’ai effectivement préféré me placer, comme à chaque fois, du point de vue de l’utilisateur lambda et ça tombe assez bien puisque j’en suis justement un. Rassurez-vous cependant car vous aurez tout-de-même droit à quelques résultats issus des outils de benchmarking habituels.

LG G2 : tout en finesse

La tranche inférieure du LG G2, avec le port micro USB, la prise jack et les hauts-parleurs.

Bon, maintenant que tout est clair entre nous, on va pouvoir passer aux choses sérieuses

Caractéristiques Techniques

Parce qu’il est toujours préférable de commencer par le début, attaquons de suite avec la fiche technique de la bête. Pour vous rafraichir la mémoire, bien sûr, mais aussi pour replacer les choses dans leur contexte et afin que nous sachions tous de quoi nous parlons. Voilà donc ce que propose, sur le papier, le LG G2 :

  • Ecran IPS de 5.2 pouces offrant une définition de type Full HD 1080p.
  • 432 ppp.
  • Processeur Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à 2.26 Ghz.
  • GPU Adreno 330.
  • 2 Go de mémoire vive.
  • 16 Go ou 32 Go d’espace de stockage selon le modèle choisi.
  • Capteur de 13 mégapixels avec stabilisateur optique d’image.
  • Zoom digital x8.
  • Objectif Sapphire Crystal Glass.
  • Enregistrement de vidéos en 1080/60p.
  • Batterie de 3.000 mAh.
  • Compatibilité avec les réseaux CDMA/2G/3G/LTE.
  • Son Hi-Fi 24 bits x 192 kHz.
  • Dimensions : 138.5 x 70.9 x 9.99 mm.
  • Android 4.2.2 + Optimus UI.

Puissant ? C’est certain, du moins en théorie. J’attire effectivement votre attention sur le fait que la puissance de calcul brute ne fait pas tout. En réalité, ce qui compte vraiment, c’est la plateforme embarquée. Si cette dernière est mal optimisée, alors votre processeur nourrit aux amphétamines ne vous sera d’aucun secours. Là, en l’occurrence, et sans trop rentrer dans les détails puisque ce point sera abordé un peu plus loin, le LG G2 frappe fort, très fort. Si bien qu’il est même parvenu à me décrocher la mâchoire. Mis KO par un smartphone, c’est presque honteux, mais j’assume. La seule chose qui lui manque, finalement, c’est un port pour cartes micro SD…

Une fois n’est pas coutume, c’est ici que je vais glisser les résultats obtenus par le LG G2 sur les outils de benchmarking habituels :

  • BenchmarkPi : 105.
  • Quadrant : 19777.
  • Linpack : 622386.
  • An3DBench : 7577.

Prometteur, non ? De manière générale, sachez que les performances du G2 sont stupéfiantes. Je l’ai utilisé de manière intensive pendant une semaine (web, jeux, films, etc) et il n’a pas donné une seule fois de signe de faiblesse. Pas même un ralentissement. Même chose pour les fonctions inédites et propres à la surcouche mise au point par LG. Qu’il s’agisse des widgets placés sur les écrans de verrouillage, des QSlide Apps ou même des applications mises de côté, le terminal n’a pas bronché une seule fois. Promis.

Design & Ergonomie

« Le physique, ça ne fait pas tout. Ce qui compte vraiment, c’est la beauté intérieure, celle qu’on ne voit pas. » Et la marmotte ? Désolé de ruiner vos espoirs, mais personne n’aime ce qui est moche. Personne. Le bon côté de la chose, c’est que ce qui est moche pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre. En réalité, la beauté et le sens esthétique n’ont rien d’objectif, et cela marche aussi bien avec les paires de fesses de nos brave concitoyen(ne)s qu’avec nos amis les smartphones.

Tout ça pour vous dire que le LG G2 plaira à certains, et pas à d’autres. Moi, il m’a tapé dans l’oeil. Je le trouve beau, je le trouve élégant, je le trouve raffiné et c’est typiquement le genre de terminal qu’on peut montrer à ses amis, ou à sa famille, sans éprouver la moindre honte. Plus globalement, il rappelle aussi beaucoup le Nexus 4 avec une coque finement texturée, une coque dont la couleur et la matière semblent évoluer en fonction de la lumière ambiante. J’aime aussi les fines bordures qui encadrent son écran, des bordures qui finissent même par disparaître totalement au bout de quelques jours. Jusqu’à nous donner l’impression que ce n’est rien d’autre qu’un écran, et uniquement un écran, qui repose au creux de notre main. Une sensation grisante.

L’ergonomie n’est pas non plus en reste, mais elle nécessite tout-de-même un petit temps d’adaptation. La principale originalité du G2, c’est effectivement d’être totalement dépourvu de boutons sur ses tranches. LG a effectivement pris un risque en les plaçant à l’arrière du terminal, et dans le même axe que son objectif. Un choix très déconcertant au début, comme je l’ai évoqué la semaine dernière sur Google+. Les premiers jours, on hésite, on tâtonne, on se trompe et puis, au bout d’un moment, tout devient plus simple. Presque trop simple, en fait.

Sachez en outre que ces boutons servent également à lancer des applications. En maintenant enfoncé le bouton de volume haut, on pourra ainsi lancer QuickMemo, le bouton de volume bas étant pour sa part dévolu à l’application photo.

Ne pensez cependant pas que les tranches du LG G2 ne servent à rien. Sur la gauche, nous trouverons effectivement la trappe donnant accès au port pour cartes SIM, une trappe qui fonctionne sur le même principe que celle de l’iPhone 5. Une épingle, un trou, une légère pression, le mécanisme s’enclenche, le rail est expulsé de la coque et il ne reste plus qu’à poser délicatement notre carte Nano SIM. Une carte que vous fournira votre opérateur préféré, ou que vous pourrez obtenir en découpant votre ancienne carte à l’aide d’un outil adapté, comme ceux que l’on trouve sur Google Shopping.

La prise casque et le port micro USB (MHL 2.0) se trouvent pour leur part sur la tranche inférieure. Pas de sortie mini HDMI en revanche, mais ce n’est pas si handicapant qu’on pourrait le croire puisque le LG G2 intègre la technologie Miracast. Que je n’ai pas eu la joie de tester, malheureusement. Sinon, en haut, nous aurons le port infrarouge qui nous permettra d’utiliser le G2 comme télécommande universelle.

Notez en outre que la coque du LG G2 n’est pas amovible, du moins pas pour sa version européenne. LG a effectivement produit un modèle spécifique destiné à la Corée du Sud, avec des batteries de moindre capacité en revanche (mais facilement interchangeables).


Android & Surcouche LG

Si les premières versions de Google Android n’étaient pas toujours très ergonomiques, le petit robot vert a beaucoup évolué au fil des années. Il subsiste encore quelques incohérences, c’est certain, mais la plateforme n’a absolument pas à rougir face à ce que propose la concurrence. Je pense notamment à iOS, ou même à Windows Phone, bien que ce dernier soit arrivé tardivement sur le marché.

La surcouche développée par LG m’avait déjà impressionné lors de mon test du LG Optimus G, mais le constructeur sud-coréen a décidé d’aller encore un peu plus loin pour accompagner la sortie du G2. Sans être parfaitement exhaustive, la liste qui suit vous permettra de visualiser plus clairement les possibilités offertes par le terminal.

L’écran de verrouillage

Il est à la fois au début et à la fin de toute chose. Si ce dernier joue bien évidemment un rôle informatif, il ne se contente pas d’afficher la date et l’heure du jour. Pour commencer, sachez que vous n’aurez pas forcément besoin d’appuyer sur le bouton situé à l’arrière du terminal pour le verrouiller, ou le déverrouiller. LG a effectivement opté pour une solution bien plus pratique et il suffira ainsi de tapoter deux fois rapidement sur l’écran du G2 pour faire l’un, ou l’autre. Ce n’est bien sûr qu’un détail, mais il n’est pas aussi anodin qu’on pourrait le croire et cette méthode s’avère à la fois confortable, et intuitive. J’irai même plus loin en clamant haut et fort que tous les autres constructeurs – oui, même toi, Roi des Pommes – devraient s’en inspirer pour leurs propres terminaux.

En outre, sachez qu’il est parfaitement possible de placer des widgets sur cet écran de verrouillage. Attention cependant car cette particularité n’est pas propre à la surcouche conçue par LG, elle a en réalité été introduite par Jelly Bean 4.1, tout comme les diverses méthodes de déverrouillage (Face Unlock notamment) que l’on trouvera en allant fouiner dans les paramètres du terminal. Ces widgets, donc, sont similaires à ceux qu’il est déjà possible de placer sur les écrans d’accueil, ils vous permettront ainsi d’accéder à Google Now sans avoir à débloquer votre dispositif, et vous pourrez même choisir d’afficher vos emails ou les rendez-vous de votre agenda si vous le désirez.

Toujours sur notre écran de verrouillage, mais en bas, nous trouverons également plusieurs icônes pointant vers différentes applications comme la messagerie, la recherche ou encore l’appareil photo. Et si l’on ajoute à cela le fait que le centre de notifications est parfaitement accessible lorsque le terminal est bloqué, on se dit que nous n’aurons finalement pas besoin de le déverrouiller pour l’utiliser.

Les applications mises de côté

Okay, j’aurais pu me creuser un peu plus la tête pour le nom de cette rubrique, mais c’est finalement la seule idée qui m’est venue à l’esprit. Manque d’inspiration flagrant.

Si le multitâche est très performant sur Android, LG a voulu aller encore un peu plus loin en nous permettant de mettre de côté certaines applications. L’idée est assez simple, il s’agit tout simplement de poursuivre l’exécution d’une tâche sans pour autant rester sur l’écran associé. Imaginons par exemple qu’une amie vous envoie une vidéo par courrier électronique, une vidéo pesant quelques méga-octets. Plutôt que de rester face à votre client en attendant le téléchargement du clip, vous allez pouvoir dire à votre G2 de continuer à bosser tout seul dans son coin pendant que vous ferez autre chose.

Comment ? Le plus simplement du monde puisqu’il suffit de faire un balayage latéral sur l’écran de l’application avec… trois doigts. Là, la bougresse va disparaître de la circulation et libérer séance tenante votre écran afin que vous puissiez vaquer tranquillement à vos occupations. Lorsque vous souhaiterez revenir à l’application mise de côté, il ne vous restera plus qu’à effectuer la même manipulation, dans l’autre sens. Le meilleur reste bien évidemment à venir puisque vous êtes parfaitement libre de mettre plusieurs applications de côté en suivant la même procédure.

C’est très pratique, surtout quand notre connexion 3G montre quelques signes de faiblesse. Plus besoin d’attendre, en rageant intérieurement, devant l’écran de son smartphone. On met les applications dont on a absolument besoin de côté et on va faire un tour sur Twitter en attendant qu’elles se rafraichissent.

Le centre de notifications

Simple, efficace et complet, voilà comment on pourrait le résumer brièvement. Aussi agréable à utiliser que celui du LG Optimus G et c’est bien normal puisque c’est exactement le même.  Comme pour ce dernier, il nous permet ainsi d’accéder aux principaux réglages de notre terminal sans avoir à passer par ses paramètres. Tout en haut, nous trouverons ainsi une barre horizontale constituée d’une succession d’icônes : Son / Vibreur, Données, WiFi, Bluetooth, GPS, NFC, Rotation de l’écran, Synchronisation, Hotspot, Economie d’énergie, Miracast, Mode Avion, Mode Silencieux, Stockage sans fil, LED, la liste est des plus impressionnantes. Une pression et on active le service associé. Une autre pression et on le désactive. Pas mal, d’autant plus qu’il sera également possible de régler le volume sonore du terminal et la luminosité de son écran par le biais de deux curseurs situés un peu plus bas.

Mais ce n’est pas terminé puisqu’il y a aussi QuickMemo qui est accessible depuis ce même centre de notifications. Comme son nom l’indique, cette application est entièrement dédiée à… la prise de note ! Toutefois, et contrairement à ce que propose les autres contructeurs, elle peut s’exécuter en surimpression sur l’écran du terminal. Ce qui veut aussi dire qu’elle restera affichée en permanence, y compris si nous décidons de lancer d’autres outils dans la foulée. Notez en outre que l’éditeur est assez complet puisqu’on pourra choisir l’épaisseur et la couleur de notre trait, gommer nos erreurs ou même partager et enregistrer la note dans notre calepin personnel.

Tout le monde n’aura pas l’utilité d’une telle application mais elle peut s’avérer très pratique dans certains cas. Comme lorsqu’on a besoin de noter rapidement un numéro de téléphone, par exemple, ou même une adresse IP. Et oui, ça m’arrive tous les jours, ou presque…

A côté de ça, il y a également ce que LG appelle les QSlide Apps. Si vous avez déjà eu un terminal de la marque en main, ces dernières ne doivent pas vous être inconnues et c’est bien normal puisqu’elles sont intégrées à la surcouche du constructeur depuis un petit moment. Pour faire simple et pour présenter le concept en quelques mots, les QSlide Apps vont vous permettre d’exécuter des applications dans… des fenêtres. Exactement comme sur un système d’exploitation traditionnel. Ensuite, il sera possible de les agrandir, de les déplacer sur l’écran et même de réduire, ou d’augmenter, leur opacité.

L’idée est franchement géniale à la base, surtout sur un écran aussi grand que celui du LG G2. Toutefois, dans la pratique, les QSlide Apps souffrent finalement de deux limitations importantes, des limitations qui réduisent considérablement leur intérêt :

  • Il n’est possible d’ouvrir que deux applications en même temps.
  • Toutes les applications ne sont pas supportées.

En gros, seules les applications du constructeur peuvent profiter de ce système, soit le lecteur vidéo, le navigateur web, l’application dévolue aux appels, la messagerie, l’agenda, le client mail, l’application Mémo, le gestionnaire de fichiers et la calculatrice. Très concrètement, vous ne pourrez pas utiliser ce système avec les applications récupérées sur le Play Store et c’est vraiment dommage. Bon point en revanche, il est parfaitement possible de réorganiser l’ordre de ces applications et même d’en enlever, si besoin est.

Dernier détail et pas des moindres, LG a mis en place un système de notifications enrichies, permettant certaines actions. Les SMS reçus affichent ainsi une info-bulle à l’écran, info-bulle à partir de laquelle il est possible de répondre à notre correspondant, sans avoir à ouvrir l’application dédiée à cette tâche. Le gain de temps est appréciable.

Les applications LG

Tout comme les autres constructeurs du marché, LG a pris pour habitude de pré-installer plusieurs applications sur les différents terminaux sortant de ses usines. Le G2 ne fait pas exception à la règle et il est ainsi livré avec un client mail, un agenda, un lecteur musical, un lecteur vidéo, un gestionnaire d’alarmes, un dictaphone et tout un tas de trucs, certains étant plus utiles ou mieux conçus que d’autres.

Et en toute franchise, je ne les ai pas du tout utilisé. Ou très peu. En ce qui me concerne, je préfère effectivement passer par des applications tierces, des applications disponibles sur le Play Store. Gmail a donc remplacé le client mail de LG, Chrome son navigateur web, Google Agenda son calendrier, VLC son lecteur vidéo et Spotify son lecteur musical. Les seules applications qui me sont passées sous les mains, finalement, c’est celle en charge des alarmes / minuteurs et l’appareil photo.

Après, il faut tout de même reconnaître que l’offre du constructeur ne manque pas d’intérêt. Je pense notamment à cet éditeur qui permet de faire un peu de montage vidéo ou encore à cet outil entièrement dédié à la sauvegarde et à la restauration du terminal.

Optimisations diverses

Les applications, c’est bien mais les réglages, c’est mieux. LG ne s’est pas moqué de nous et il suffit ainsi de se rendre dans les paramètres du G2 pour découvrir des dizaines et des dizaines d’options cachées, des options qui nous permettront de personnaliser finement le terminal et donc, par extension, de le forcer à nous obéir  au doigt, et à l’oeil. Après tout, c’est nous les patrons, non ?

La liste n’est pas exhaustive mais voici une vision d’ensemble des fonctions les plus intéressantes :

  • Mode silencieux : Le boulot, c’est bien, mais il faut également savoir se reposer de temps en temps. Ca tombe bien, GTA 5 sort la semaine prochaine. En attendant, le G2 va nous donner la possibilité de définir des créneaux durant lesquels nous serons moins joignables qu’à l’accoutumée. Parce que bon, les notifications de mails en pleine nuit, ce n’est pas spécialement agréable.
  • Sonnerie intelligente : Marre des sonneries criardes qui réveillent tous les passants du RER tard le soir ? Avec le G2, nous allons pouvoir activer des sonneries intelligentes, dont le volume sonore variera en fonction du bruit ambiant.
  • Notifications vocales : En utilisant un kit mains libres compatible, il sera possible d’activer de nouvelles notifications… vocales. Qu’est ce que ça veut dire ? Tout simplement que le G2 pourra lire nos SMS à haute voix.
  • Touches tactiles : Comme pas mal de terminaux, le G2 n’intègre pas de bouton physique en façade. Il a préféré miser sur des touches tactiles, des touches entièrement configurables par l’utilisateur. Vous pourrez donc caser le bouton « retour » à gauche, ou à droite. Génial.
  • Ecran de veille interactifs : Vous rêvez de transformer votre G2 en réveil ? C’est parfaitement possible avec les écrans de veille interactifs, des écrans qui s’activeront lorsque le terminal sera connecté à son dock, ou en charge. Là, et bien il sera possible d’afficher l’horloge, un diaporama de photos ou même de jolies fractales qui donneront beaucoup de cachet à votre chambre à coucher.
  • Ecran intelligent : Cette fonction rappelle celle du Galaxy S4. En gros, une fois l’option activée, l’écran restera allumé lorsque le téléphone détectera votre visage, par le biais de la caméra intégrée en façade. Attention cependant car l’écran intelligent aura un impact sur l’autonomie du terminal.
  • Vidéo intelligente : Même chose que précédemment, il s’agit d’une fonction similaire à celle que propose le S4 de Samsung. En gros, toutes les vidéos jouées par le mobile se mettront en pause lorsque vous détournerez vos yeux de ce dernier.
  • Gestes intelligents : Le G2 intègre de nouveaux gestes intelligents qui le rendront plus accessible que la plupart des mobiles du marché. Si vous le désirez, il pourra ainsi prendre automatiquement les appels lorsque vous l’approcherez de votre oreille, ou même réduire le volume de sa sonnerie quand vous le prenez en main. Certains apprécieront sans doute son mode silence avancé qui consiste à retourner l’appareil pour ignorer un appel entrant. Et ainsi de suite.
  • Mode invité : Envie de laisser vos amis, ou votre grand-mère, s’amuser avec votre nouveau bijoux numérique ? Commencez donc par activer le mode invité afin d’éviter que vos précieuses données ne tombent entre de mauvaises mains. Et si vous le désirez, vous pourrez même définir les applications disponibles dans ce mode. Mine de rien, c’est très pratique, surtout quand on a des enfants à la maison. Attention cependant car pour activer ce mode, vous devrez impérativement opter pour le mode de déverrouillage par schéma.

Voilà pour les grandes lignes. Comme vous le voyez, l’offre de LG est assez solide et elle n’a absolument rien à envier à celle de ses concurrents. On termine avec une vidéo assez longue, qu’il vaudra mieux regarder à tête reposée.


Multimédia, Photo & Vidéo

Le moment est venu d’aborder la question du multimédia. Si nos smartphones sont de fantastiques outils de travail, ils apportent également une nouvelle dimension à nos loisirs numériques. Preuve en est, les consommateurs délaissent de plus en plus leur console portable au profit de leur mobile. Il faut dire aussi que ces derniers ont un atout de taille : ils sont toujours là, trainant au fond de notre poche.

En l’espèce, le LG G2 réalise un véritable sans faute… grâce à son magnifique écran IPS LCD Full HD de 5.2 pouces. Idéal pour surfer tranquillement sur la toile, c’est finalement en lançant un jeu en haute définition ou bien en se collant devant un film en 1080p qu’il prouve ce dont il est réellement capable. Plus lumineux, des noirs profonds, des couleurs très bien restituées, il n’a aucun mal à impressionner. Et pour tout vous dire, il m’a fait l’effet d’une véritable petite claque.

L’image, c’est génial, et le son alors ? Je ne l’ai pas évoqué plus haut mais les hauts-parleurs se trouvent sur la tranche inférieure du terminal. Ce n’est pas forcément l’emplacement rêvé, il arrive fréquemment qu’ils soient obstrués par notre main lorsqu’on tient le G2 au format paysage. Ceci étant, si LG les avait casé en haut, ou même derrière, le problème aurait été le même.

La restitution sonore est quant à elle des plus correctes. Il suffira de toute façon d’appairer le G2 avec une enceinte externe ou de brancher nos écouteurs préférés pour s’en prendre plein les oreilles.

Passons maintenant à la photo, et à la vidéo, des domaines dans lesquels LG n’a pas toujours excellé, loin s’en faut. Toutefois, il semblerait que le constructeur ait rattrapé son retard puisque le G2 est capable de produire des clichés d’excellente qualité. Certes, il ne rivalisera pas avec votre hybride ou votre réflex, cela va sans dire, mais il n’aura aucun mal à se hisser au niveau d’un Galaxy S4 ou d’un Xperia Z. Après, au niveau ergonomique, tout n’est pas forcément parfait et le plus gros problème du terminal, finalement, vient de positionnement du bouton déclencheur. Au format paysage, il sera effectivement au coude à coude avec le bouton de retour sur l’écran d’accueil, et autant dire que les erreurs de manipulation seront nombreuses, du moins au début.

Bon point en revanche pour la stabilisation optique qui nous simplifiera la tâche dans les conditions les plus difficiles. Pour le reste, la balance des blancs est plus que correcte et la seule chose que l’on peut reprocher au G2 sur le plan technique, finalement, c’est la lenteur de son autofocus lorsque la lumière vient à manquer.

L’application s’en sort assez bien, même si elle reste très limitée. En gros, elle se limite au choix du mode : Panorama, VR Panorama, Rafale, Portrait Lissé, Sports, Nuit, pour ne citer qu’eux. C’est bien, mais on aurait également apprécié de pouvoir mettre les mains dans le cambouis. Là, au niveau des réglages, il faudra se contenter de la luminosité, de la mise au point, de la sensibilité et de la balance des blancs. Tout le reste sera géré par le terminal et c’est finalement très frustrant, surtout quand on voit ce que proposent certains modèles concurrents.

Inutile de préciser que le constat est le même en vidéo. Seul point positif, en dehors des quelques modes proposés, il sera également possible de modifier le format d’enregistrement et on aura le choix entre le FHD60 (1080p/60fps), le FHD (1080p/30fps), le HD (720p), le QVGA(320×240) et le QCIF (176×144).

Et l’autonomie dans l’histoire ? Le LG G2 s’en sort très bien. Pour une utilisation intensive, il pourra tenir le coup jusqu’à 12 heures. Mais si vous faites attention, si vous êtes précautionneux, alors vous pourrez aller encore plus loin. En jouant la carte de l’économie, je suis arrivé à tenir… 24 heures sans charge. Mon record personnel, pour tout vous dire.


Conclusion

Le moment est venu de signer la conclusion de ce test, un exercice très pénible à mes yeux. Résumer plus de 4.000 mots en quelques phrases, ce n’est pas forcément facile alors disons, pour faire simple, que le LG G2 est actuellement l’un des meilleurs smartphones du marché. Il est beau, il est compact, il est confortable, il est ergonomique, il est rapide, il est puissant et il est même… original.

Mais est-il parfait ? Non et de mon point de vue, son plus gros défaut, c’est qu’il n’embarque pas de port pour cartes micro SD. Un oubli vraiment très difficile à encaisser, surtout lorsqu’on sait que le G2 se positionne sur le haut de gamme. Et même s’il sera toujours possible de « tricher » un peu en mettant en place des solutions de type « cloud », ces dernières ne remplaceront jamais ce bon vieux support de stockage externe.

Après, cela n’enlève rien au fait que le LG G2 est un produit détonnant, un produit qui s’imposera comme une alternative solide à tous les flagships de la concurrence, et donc au HTC One, au Samsung Galaxy S4 ou même au Sony Xperia Z1.

Bref, si vous envisagez de changer prochainement de mobile, alors le LG G2 est une option à considérer.

Mots-clés gtalglg g2tests