Test : LG Optimus G

Disponible depuis plusieurs mois aux Etats-Unis, le LG Optimus G a récemment fait son entrée sur le marché européen, et plus précisément en France. Disponible depuis le mois dernier dans toutes les bonnes crèmeries, ce dernier a déjà fait couler beaucoup d’encre et  il semblerait même qu’il soit assez populaire chez les mobinautes. Logique, puisqu’il est finalement assez proche de l’incontournable Nexus 4. Or justement, figurez-vous que LG a eu l’extrême gentillesse de me prêter un exemplaire de son nouveau vaisseau amiral et vous allez donc pouvoir découvrir un peu plus loin dans l’article toutes mes impressions à ce sujet. Et autant vous prévenir tout de suite, le LG Optimus G ne manque vraiment pas d’intérêt.

Si vous êtes passés dans le coin récemment, vous devez certainement savoir que ce n’est pas la première fois que le LG Optimus G est évoqué dans ces lignes. Vous aviez effectivement eu droit à une « preview » rapide au début du mois d’avril, une « preview » dont le seul objectif était de vous faire part de mes premières observations, de mes premières impressions, au sujet de ce terminal. Cette fois, il s’agit bien évidemment du test complet, bien plus exhaustif que mon précédent article.

LG Optimus G : vue de face

Sobre et élégant, le LG Optimus G est plutôt charmant à regarder.

Caractéristiques Techniques

Pour démarrer du bon pied, on va bien évidemment rappeler les caractéristiques techniques de la bête afin de vous rafraichir la mémoire. Ce n’est pas l’étape la plus excitante, c’est certain, mais il faut bien commencer quelque part et voici donc les spécifications du LG Optimus G :

  • Ecran de 4.7 pouces offrant une résolution de type 720p (1280×768).
  • Processeur quad-core Qualcomm SnapDragon S4 Pro cadencé à 1.5 Ghz.
  • 2 Go de mémoire vive.
  • 32 Go d’espace de stockage, pas de port pour cartes microSD.
  • Capteur de 13 mégapixels.
  • Capteur de 5 mégapixels en façade.
  • WiFi 802.11 b/g/n, Bluetooth 4.0, puce aGPS, puce NFC.
  • Compatibilité avec les réseaux 4G.
  • Batterie de 2.100 mAh.
  • Jelly Bean 4.1.2.
  • Dimensions : 131.9 x 68.9 x 8.5 mm.
  • Poids : 145 grammes.

Qu’est ce qu’on peut en dire ? Tout simplement que le LG Optimus G n’a pas grand chose à envier face à la concurrence. Le seul bémol, plutôt relatif, porte finalement sur la résolution de son écran. Si le 720p a régné en maitre sur le marché l’année dernière, c’est désormais le 1080p qui est à la mode. Ceci étant dit, sur un écran de cette taille, le 720p suffit amplement, rassurez-vous.

Reste évidemment à évoquer l’autonomie de l’appareil. Là, et bien le LG Optimus G ne fait pas de miracles. Comme la plupart des smartphones du marché, il faudra donc penser à le recharger chaque jour pour ne pas tomber à sec.

LG Optimus G : plein feu sur le logo

Très discret, le logo du constructeur ne dénote pas du reste de l’appareil.

Design & Ergonomie

D’ordinaire, j’aborde toujours les accessoires qui sont livrés avec les terminaux qui me passent entre les mains. Cette fois, malheureusement, il faudra faire sans puisque le LG Optimus G m’a été livré dans son plus strict appareil. Il semblerait effectivement que les personnes qui l’ont eu en test avant moi aient oublié de remettre les écouteurs, le chargeur, le câble de synchronisation et la documentation officielle dans sa boite. Ce sont des choses qui arrivent parfois.

On passe donc directement au design du smartphone. La première chose qui m’a frappé, c’est la sobriété de ses lignes. Rectangulaire et classique, il ne manque cependant pas d’élégance et on appréciera tout particulièrement sa coque en verre, une coque qui profite d’un effet texturé en trois dimensions qui n’est pas sans rappeler ce bon vieux Nexus 4. Certains aimeront, d’autres moins, mais j’avoue avoir été plutôt conquis. Le seul reproche notable, finalement, c’est que le verre attire très facilement les traces de doigts. Si vous ne les supportez pas, il vaudra donc mieux investir dans une housse. Ou une coque.

Formidable, et l’ergonomie dans tout ça ? Là encore, c’est du classique mais ça fonctionne. La prise jack se trouve ainsi sur la bordure supérieure, à l’exact opposé du port micro USB / MHL. Sur la droite, on retrouvera le bouton de mise sous tension et les contrôles du volume sont quant à eux déportés sur la tranche de gauche, tout comme la trappe permettant d’insérer une carte micro SIM. Au dos de l’appareil, il y a bien évidemment le capteur de 13 mégapixels accompagné de son Flash LED ainsi qu’un haut parleur. De l’autre côté, nous avons bien évidemment droit au capteur frontal et les différents détecteurs embarqués.

En dessous de l’écran, on pourra également mettre la main, ou plutôt les doigts, sur trois boutons sensitifs qui n’apparaissent que lorsque le terminal est déverrouillé. Dans l’ordre, de gauche à droite, nous aurons donc le bouton de retour en arrière, le bouton permettant de revenir sur l’écran d’accueil et le bouton permettant d’accéder aux options de l’application en cours d’exécution.

C’est propre, c’est net et c’est sans bavure. Le LG Optimus G n’est pas un original, c’est vrai, mais il n’en reste pas moins très élégant.

LG Optimus G : le dock

Le dock du LG Optimus G peut contenir jusqu’à cinq icônes.

Performances & Capture Photo / Vidéo

Le temps est venu d’évoquer les performances du LG Optimus G. Comme à chaque fois, je me suis appuyé sur quatre outils de benchmarking pour évaluer sa puissance de calcul brute : BenchmarkPi, Quadrant, Linpack et An3DBench. J’attire cependant votre attention sur le fait que ces chiffres sont données purement à titre indicatif. Leur seul intérêt, finalement, c’est de vous permettre de les comparer avec votre propre smartphone.

  • BenchmarkPi : 276.
  • Quadrant : 7572.
  • Linpack : 356589.
  • An3DBench : 7360.

Si je devais m’en référer uniquement à ces chiffres, alors le LG Optimus G serait le smartphone le plus puissant qui m’est passé entre les mains ces derniers mois. Il serait notamment plus véloce que le Galaxy Note 2, même si ce dernier le devance d’une courte tête sur An3DBench. Après, évidemment, ce qui compte vraiment, c’est le ressenti personnel.

Et là dessus, et bien on peut dire que ce terminal a été une agréable surprise. Qu’il s’agisse de faire tourner des jeux gourmands ou de visionner des vidéos en HD, il ne pose aucun problème particulier. Y compris lorsque plusieurs applications dorment tranquillement en fond de tâche. Non, c’est certain, le bougre est vraiment très véloce et c’est un véritable bonheur à utiliser. L’écran n’est d’ailleurs pas en reste et il profite ainsi d’un bon contraste, y compris en plein soleil. Oui, enfin le plein soleil, en ce moment, ce n’est pas vraiment ça non plus.

Okay, et la fonction photo / vidéo alors ? En terme de qualité d’image pure et dur, il n’y a pas grand chose à en dire puisque le LG Optimus G délivre des clichés et des séquences de bonne qualité. Il ne faut pas non plus s’attendre à des résultats incroyables, évidemment, mais ça dépanne pas mal au quotidien et lorsqu’on veut immortaliser tous ces petits moments qui comptent pour nous. En revanche, la mise au point m’a laissé assez perplexe et il arrive fréquemment au mobile de pédaler dans la choucroute lorsque la lumière vient à manquer ou lorsqu’on le positionne trop près de notre sujet.

Un défaut que l’on retrouve d’ailleurs sur la plupart des smartphones du marché, cela va sans dire. Remarquez, je n’ai pas encore eu l’honneur de tester le Lumia 920 ou le HTC One.

LG Optimus G : les écrans d'accueil

Le bureau du LG Optimus G s’articule autour de sept écrans d’accueil.

Android & Surcouche LG

On en arrive donc à Android, et plus précisément à la surcouche mise au point par LG, à savoir Optimus UI. Pour la résumer en quelques mots, cette dernière est plutôt jolie à regarder et elle s’avère surtout très pratique au quotidien avec toute une série d’ajouts fort sympathiques comme un écran de verrouillage très vivant, un centre de notifications enrichi ou même une application facilitant la prise de notes.

L’écran de verrouillage

L’écran de verrouillage, pour commencer, est particulièrement intéressant puisqu’il fait apparaître, en dehors de l’heure et de la date, une série de quatre boutons permettant de lancer la fonction téléphone, la messagerie, la recherche ou encore l’appareil photo. C’est franchement très pratique puisqu’on n’a pas besoin de déverrouiller le terminal pour aller chercher ensuite l’application qui nous intéresse. Mine de rien, le gain de temps n’est pas négligeable.

Le centre de notifications enrichis

Android oblige, le LG Optimus G embarque bien évidemment un centre de notifications qui vous permet d’être tenu au courant de tout ce qui s’est passé sur notre mobile et sur les applications installées. C’est évidemment très pratique, d’autant plus que ce dernier s’avère particulièrement complet. LG, de son côté, a cependant pris l’initiative d’ajouter quelques éléments comme un accès direct à certains réglages, une barre regroupant les QSide Apps et toutes les autres options habituelles.

Quick Memo, la prise de notes efficaces

Nos smartphones sont de plus en plus utilisés pour prendre des notes et c’est précisément pour cette raison que LG a intégré à sa surcouche un outil entièrement dévolu à cette tâche : Quick Memo. Très utile, ce dernier va un peu plus loin que S Note en transformant littéralement l’Optimus G en carnet de notes. Une fois activé (en passant par le centre de notifications), le terminal passera en mode édition et il sera donc possible d’écrire directement… sur son écran. Tout en haut, on trouvera ainsi une barre d’outils pour modifier la couleur du trait, son style, ou encore pour accéder à la gomme et aux différentes fonctions de partage. L’intérêt de la chose, c’est que notre note restera systématiquement affichée en surimpression sur notre écran, y compris lorsqu’on utilisera nos applications habituelles.

Les QSlide Apps

L’autre particularité de la surcouche mise au point par LG, ce sont les QSlide Apps. Accessibles depuis le centre de notifications, ces dernières permettent d’accéder rapidement à une sélection d’applications comme la calculatrice, le lecteur vidéo ou même l’agenda. Intéressant, mais il y a mieux encore car ces outils ne s’ouvriront pas de la manière habituelle. En réalité, en tapant sur l’icône dédiée, elles s’afficheront dans une fenêtre volante, redimensionnable et repositionnable à souhait. C’est très pratique, puisque nous pourrons les utiliser pour visionner une vidéo tout en relevant nos mails, ou même pour prendre des notes alors même que nous sommes en train de consulter un site. Seuls bémols, il n’est pas possible d’ouvrir plus de deux QSlide Apps en simultanée et on n’a malheureusement pas le choix des applications.

Les applications proposées par LG

LG, comme tous les constructeurs, propose un grand nombre d’applications, des applications qui sont nativement installées sur le terminal et qui touchent à tous les domaines. On pensera notamment au Carnet, qui centralise toutes les créations de l’utilisateur, ou encore au Quick Translator. Plutôt complet, ce dernier nous permettra de traduire facilement du texte en une quarantaine de langues différentes, le tout avec un mode hors connexion très pratique. Même chose pour l’éditeur de vidéos qui est assez simple à prendre en main, ou même pour le dictaphone qui est plutôt joli à regarder. Notons en outre que le LG Optimus G embarque un Tuner FM pour écouter ses radios préférées en toute occasion, et avec pas mal de fonctionnalités très utiles comme les favoris, la minuterie et ainsi de suite. Les plus inquiets seront également heureux de pouvoir mettre la main sur l’utilitaire de sauvegarde et de restauration embarquée. Bref, vous l’aurez compris, l’écosystème LG est plutôt riche et il n’a rien à envier à la concurrence.

Et après ?

Il y a évidemment beaucoup de choses à dire sur cette surcouche et, plus globalement, sur le fonctionnement d’Android. Notez ainsi que le LG Optimus G vous permettra d’organiser vos applications et vos widgets sur pas moins de sept écrans d’accueil. Et oui, j’ai eu un peu de mal à les compter, cf la vidéo qui suit. L’outil permettant d’éditer ces derniers est d’ailleurs assez bien fait puisqu’il sera possible d’afficher, sur le même écran, une représentation de nos bureaux virtuels ainsi que toutes les applications et tous les widgets disponibles. La suppression des éléments est aussi facilitée.

J’ai beaucoup apprécié la fenêtre listant les applications installées sur le terminal, une fenêtre surmontée de trois onglets pour accéder plus rapidement aux éléments téléchargés ou même aux widgets. Le navigateur maison, en revanche, ne m’a pas laissé un souvenir impérissable et je me suis rapidement dirigé vers ce bon vieux Chrome, toujours aussi efficace.

Voilà pour les grandes lignes. Pour voir tourner ces différents outils en « presque » vrai, le mieux c’est de jeter un oeil à la vidéo qui suit, vidéo dans laquelle j’insiste également sur les options de configuration du terminal.

LG Optimus G : les icônes des applications

Le rendu de l’écran du LG Optimus G est plutôt agréable.

Conclusion

Le temps est maintenant venu de conclure cet article. J’ai sans doute oublié plein de choses – comme à chaque fois en fait -, mais cela vous donnera une vision d’ensemble de ce que propose le LG Optimus G. Pour résumer, et bien on peut dire que ce dernier est très beau à regarder, qu’il est également très réactif et qu’il profite en prime d’une offre logicielle particulièrement complète, avec de nombreuses applications et une surcouche particulièrement bien pensée. Tout n’est évidemment pas parfait – on pensera notamment à l’autonomie de l’appareil et à certaines limitations touchant les QSlide Apps – mais il n’en reste pas moins un très bel objet.

En tout cas, sachez que j’ai beaucoup apprécié ces 15 jours passés en sa compagnie. Mon iPhone 4S ne m’a absolument pas manqué et, pour tout vous dire, ce petit Optimus va drôlement me manquer. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que mon prochain smartphone ne tournera pas forcément sous iOS. Tout dépendra évidemment des prochains iPhone qui seront présentés par Apple, mais il n’empêche que cette expérience m’a prouvé que Android pouvait parfaitement répondre à mes besoins.

Voilà et si vous avez des questions ou des remarques, les commentaires sont là pour ça.

Points forts :

  • Design à la fois sobre et éléguant.
  • Ecran très confortable et très agréable à l’oeil.
  • Réactivité à toute épreuve.
  • Offre logicielle complète.
  • Surcouche bien pensée et ergonomique.

Points faibles :

  • Autonomie.
  • Manque de personnalisation de certains éléments (QSlide Apps).

Pour finir, si vous avez envie de voir plus de photos de la bête, sachez que vous trouverez tout ce qu’il vous faut sur mon Google+ ou sur mon Facebook. En outre, sachez que tous mes tests vidéos sont disponibles sur ma chaine YouTube. Et on se retrouve très vite avec un autre test qui risque de vous plaire bien comme il faut puisqu’il s’agit du dernier Chromebook produit par Samsung. A très vite, donc !

Mots-clés lglg optimus gtests