Test du Nokia Lumia 1520

Le Nokia Lumia 1520 n’est pas un terminal comme les autres, c’est certain. Plutôt logique, puisqu’il s’agit de la toute première phablette fonctionnant sous Windows Phone. Ce n’est cependant pas sa seule particularité puisque ce dernier a un autre atout de taille : sa fiche technique. Une fiche technique capable de rivaliser avec les meilleurs androphones du marché. C’est précisément ce qui m’a donné envie de le tester et, après une semaine passée en sa compagnie, le moment est finalement venu de dresser un rapide bilan de l’expérience.

Comme à l’accoutumée, ce test n’a pas pour vocation à verser dans la technique pure. Si vous recherchez des mesures précises effectuées à l’aide de sondes complexes, il vaudra donc mieux passer votre chemin. En revanche, si vous vous demandez ce que vaut le Lumia 1520 sur le terrain, alors

Nokia Lumia 1520 : image 1

Le Nokia Lumia 1520 en impose quelque chose de bien.

Caractéristiques Techniques

Ces détails ont été évoqués dans ma prise en main, mais le Lumia 1520 mérite amplement qu’on rappelle ses spécifications, et ce d’autant que ces dernières mettent la barre très haut. Comme indiqué un peu plus haut, aucun Windows Phone ne lui arrive à la cheville :

  • Ecran IPS ClearBlack de 6 pouces.
  • Définition en Full HD 1080p (1920×1080), densité de pixels fixée à 368 ppp.
  • Affichage TrueColor 24-bit / 16 millions de couleurs.
  • Processeur quad-core Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à 2.2 GHz.
  • GPU Adreno 330, 2 Go de mémoire vive.
  • 32 Go de mémoire interne, port pour cartes MicroSD (64 Go max), 7 Go offerts sur SkyDrive.
  • Capteur 1/2.5″ PureView de 20 millions de pixels.
  • Optique ZEISS 26mm f/2.4, Flash double LED.
  • Caméra frontale de 1.2 million de pixels, optique grand-angle f/2.4.
  • Enregistrement de vidéos en 720p et en 1080p à 30 images par seconde.
  • WiFi 802.11 a/b/g/n/ac, Bluetooth 4.0, NFC, Micro USB 2.0.
  • Compatibilité avec les réseaux GSM, HSDPA, HSUPA, LTE (bandes 1, 3, 7, 8 et 20).
  • Batterie de 3 400 mAh.
  • Dimensions : 162,8 x 85,4 x 8,7 mm.
  • Poids : 209 grammes.
  • Prix moyen (début 2014) : 649€.

Sur le papier, le Nokia Lumia 1520 n’a absolument pas à rougir face aux autres terminaux haut de gamme du marché. En terme de puissance de calcul brute, il se hisse au niveau du LG G2 ou même du Samsung Galaxy Note 3. La partie photo n’est pas non plus en reste. Sur ce terrain, le 1520 ne fait évidemment pas aussi bien que le 1020, mais il s’en tire tout de même avec tous les honneurs. Durant mes différents tests, il s’est révélé aussi performant que mon Xperia Z1, surtout lorsque les conditions lumineuses deviennent difficiles. Ce point sera d’ailleurs détaillé un peu plus loin dans l’article.

En terme de stockage, le Lumia 1520 fait aussi bien que le Note 3. La mémoire interne sera suffisante pour installer toutes les applications et tous les jeux habituels, et notre carte micro SD viendra pour sa part accueillir nos films, nos séries et nos photos.

Et puis il y a la batterie, qui va encore plus loin que la phablette de Samsung. Là encore, nous aurons l’occasion d’en reparler plus loin dans le test.

Nokia Lumia 1520 : image 2

L’écran de verrouillage du Nokia Lumia 1520.

Nokia Lumia 1520 : image 3

La bordure du Nokia Lumia 1520.

Design & Ergonomie

Le Lumia 1520 profite des mêmes finitions que tous les terminaux haut de gamme produits par Nokia. Il est donc irréprochable, joli à regarder et agréable à tenir en main. Phablette oblige, il en impose évidemment par sa taille, mais Nokia a eu la bonne idée de réduire au maximum les bordures encadrant son écran. Du coup, le terminal est à peine plus encombrant qu’un Galaxy Note 3 et il ne le dépasse ainsi que de quelques centimètres en hauteur, et quelques millimètres en largeur.

Je sais que les phablettes ont des détracteurs et, pour être tout à fait franc avec vous, le lancement du premier Galaxy Note m’avait laissé des plus perplexes. Je le trouvais trop grand, trop encombrant et, finalement, peu adapté à une utilisation courante. En réalité, ce n’est qu’une question d’habitude. Elles prennent un peu plus de place dans la poche, c’est vrai, mais elles sont aussi plus confortables à utiliser et elles ont un autre atout de taille : elle nous permettent de nous passer d’une tablette.

Quoi qu’il en soit, le Lumia 1520 est aussi agréable à manipuler qu’un Note 3. Grâce à sa coque en polycarbonate, il évite les glissades et il tient bien en main. Nokia a fait le choix de rassembler tous les boutons physiques du téléphone sur la tranche droite. Dans l’ordre et de haut en bas, on trouve ainsi les deux boutons dévolus au contrôle du volume, le bouton de mise sous tension et le déclencheur.

J’ai eu un peu de mal à m’habituer à cette configuration, surtout pour le déverrouillage du terminal. Ceci dit, tout comme sur le LG G2, il est possible de tapoter deux fois rapidement sur l’écran du 1520 pour le sortir de sa torpeur et ça, en revanche, c’est vraiment très pratique.

Sinon, et bien sachez qu’il suffit également d’appuyer pendant quelques secondes sur le déclencheur pour lancer Nokia Pro Camera. Pas besoin d’aller fouiner sur l’écran d’accueil ou dans la liste des applications pour shooter la dernière cascade du chat du voisin, donc.

Sur la tranche gauche du Lumia 1520, nous allons trouver deux trappes dissimulant le port pour la carte SIM et le port pour la carte micro SD. Contrairement au Xperia Z1, il n’est pas possible de les ouvrir à la main et il faudra ainsi s’équiper de l’accessoire livré avec le terminal pour accéder à ces éléments. Si vous changez fréquemment de carte mémoire, vous aurez donc intérêt à avoir toujours un trombone ou une épingle sous la main.

Sur la face avant du terminal, au dessus de son écran, nous allons trouver les capteurs habituels, la caméra frontale et une grille dissimulant le premier haut-parleur utilisé pour les appels. En bas, nous aurons toujours droit aux boutons sensitifs propres à Windows Phone, des boutons qui disparaîtront peut-être avec la prochaine version majeure de la plateforme. Le connecteur Micro USB, pour sa part, se situe sur la tranche inférieure du terminal, non loin du microphone. De l’autre côté, sur la tranche supérieure, nous pourrons mettre la main sur la prise casque.

L’arrière du Lumia 1520 joue la carte du minimalisme avec les mentions habituelles, un second haut-parleur et le traditionnel module photo, un module qui s’accompagne d’un Flash double LED. A noter que l’objectif du terminal ressort de quelques millimètres de la coque. Ce n’est pas franchement gênant.

Nokia Lumia 1520 : image 4

La coque arrière du Nokia Lumia 1520.

Ecran, Puissance & Autonomie

Le Lumia 1520 n’est pas un Windows Phone comme les autres. Il est le premier à se positionner sur le segment des phablettes, certes, mais il est aussi le premier à être capable d’afficher une définition de type Full HD 1080p.

Et en fait, ça change tout. Car en effet, grâce à sa taille et à sa définition, le 1520 est capable d’afficher une colonne de tuiles en plus sur l’écran d’accueil. Et ça, c’est lorsqu’on utilise des tuiles de taille moyenne. Si vous optez pour des petites tuiles, alors vous aurez droit à deux colonnes supplémentaires pour placer les raccourcis de vos applications préférées.

Autrement dit, vous aurez moins besoin de scroller pour accéder à vos contenus préférés. L’expérience n’en sera que plus agréable.

Qu’en est-il de la luminosité de cet écran, de son contraste et du rendu de ses couleurs ? Là encore, c’est un véritable sans faute, le Lumia 1520 sublime nos images et nos vidéos comme aucun Windows Phone avant lui. Les angles de vision sont eux aussi très bons. Seul bémol, la dalle tactile me semble moins réactive que sur mon Z1 ou mon G2 mais ce n’est peut-être qu’une impression. C’est de toute façon très difficile à quantifier.

Comme évoqué un peu plus haut, la fiche technique du Lumia 1520 est comparable à celle de la plupart des terminaux haut de gamme du marché. Il n’a rien à envier au Xperia Z1 ou au LG G2, par exemple. Surtout que derrière, nous avons droit à du Windows Phone. Et si ce dernier n’est pas exempt de défauts, personne ne l’est de toute façon, il a au moins le mérite d’être optimisé aux petits oignons. La plateforme a été pensée pour tourner sur des configurations modestes, et elle remplit parfaitement sa mission. Forcément, avec une configuration comme celle du 1520, aucun ralentissement n’est à craindre.

J’ai pris l’initiative de faire tourner AnTuTu Benchmark sur le terminal, obtenant ainsi un score des plus honorables : 25 012. N’hésitez pas à lancer le test sur votre terminal de prédilection pour avoir un point de référence.

Durant ma semaine de test, le Lumia 1520 n’a donné aucun signe de faiblesse. Ni sur les applications, ni sur les jeux, ni sur les films, haute définition ou pas.

Il reste la question de l’autonomie. Et là encore, le Lumia 1520 frappe fort. Fort comment ? Fort comme plus d’une demie-journée sans avoir besoin d’être raccordé à une quelconque prise secteur. En étant parcimonieux, et en visant l’économie, on peut facilement dépasser les deux journées sans recharge.

Nokia Lumia 1520 : image 6

L’écran d’accueil du Nokia Lumia 1520.

Nokia Lumia 1520 : image 5

La coque arrière du Nokia Lumia 1520. Sous un angle différent.

Photo & Vidéo

Le Lumia 1520 ne se positionne pas explicitement sur le segment des « photophones » mais il est tout de même doté d’un capteur PureView de 20 millions de pixels. Si ce dernier n’est pas aussi impressionnant que celui du Lumia 1020, il n’en est pas moins capable de délivrer des clichés et des vidéos de bonne qualité. Notez d’ailleurs que lorsqu’on appuie sur le déclencheur, le terminal enregistre deux fois notre photo. Exactement comme sur le 1020. Nous aurons ainsi droit à une version en haute définition, et à une version plus légère, destinée aux partages sur les réseaux sociaux.

Comme souvent, la qualité des photos prises avec le 1520 dépendra de la lumière ambiante. Dans des conditions normales (la journée, avec un ciel pas trop couvert), la phablette est très impressionnante. En revanche, dès que la lumière commence à manquer, on se retrouve face à des images extrêmement bruitées. Cela n’a rien d’étonnant puisque le terminal compense la faible ouverture de son objectif (f/2.4, contre f/2.2 pour le 1020 et f/2.0 pour le Z1) en poussant sa sensibilité. Sur un petit capteur, ça ne pardonne pas. Il est évidemment possible de modifier les paramètres de Nokia Pro Cam pour limiter la montée en ISO, mais dans ce cas c’est la vitesse de l’obturateur qui va augmenter.

Le constat est le même en vidéo, bien sûr. La stabilisation, en revanche, fonctionne plutôt bien et c’est vraiment une très bonne surprise. Alors c’est vrai, tout n’est pas parfait, mais le Lumia 1520 s’en sort tout de même mieux que la plupart de ses concurrents.

Et puis, il y a Nokia Pro Cam qui est très clairement la meilleur application mobile en terme de capture vidéo. Pouvoir prendre la main, en quelques secondes, sur les réglages manuels, c’est vraiment très confortable. Si vous voulez en savoir un peu plus sur cet outil, je vous invite d’ailleurs à aller consulter mon test du Lumia 1020.


Ecosystème Nokia

Nokia a créé un véritable écosystème autour de Windows Phone, un écosystème qui se traduit par un certain nombre d’applications utiles et bien ficelées. Je pense notamment à la suite HERE qui regroupe un service de cartographie (Maps), un GPS (Drive+) et un outil dédié aux transports en commun (Transit). Bien, mais ce n’est pas tout car il est également possible de compter sur Nokia Cinemagraphe pour créer des GIFs animés, sur Nokia Musique pour écouter de… la musique, sur Nokia Studio Créatif pour retoucher des images ou même sur Nokia Pro Cam pour prendre de jolies photos.

Ces différents outils ont été abordés dans mon test portant sur le Lumia 1020, il est donc inutile d’en reparler ici.

En revanche, ce qu’il faut savoir, c’est que le Lumia 1520 est livré avec la dernière mise à jour déployée par Nokia, soit avec… Lumia Black. Plus qu’un simple correctif, cette dernière apporte un certain nombre de modifications portant sur le fonctionnement de la plateforme :

  • Multitâche amélioré : Désormais, il est possible de fermer les applications en cours d’exécution en se rendant dans le multitâche et en tapant sur la croix présente sur la vignette de notre choix.
  • Gestion des dossiers : Pour mieux organiser notre écran d’accueil, nous allons pouvoir regrouper nos applications dans des dossiers thématiques, et les épingler comme s’il s’agissait de simples tuiles.
  • Nokia Refocus : Après avoir téléchargé l’application, nous allons pouvoir ouvrir nos anciennes photos et changer la zone de mise au point en quelques instants, un peu comme nous le ferions avec le Lytro. Bluffant. L’outil intègre également une fonction permettant de sélectionner une couleur de l’image au choix pour la faire ressortir du reste de notre composition.
  • Nokia Projecteur : Cette application très utile va vous permettre de diffuser des éléments stockés sur le terminal sur un autre écran, le tout en scannant un simple QR Code.
  • Nokia Carnet de Voyages : Organiser ses photos n’est pas toujours chose aisée, et c’est ce qui a poussé la firme à développer un outil entièrement dédié à cette tâche. Carnet de Voyages organisera automatiquement nos clichés en fonction de plusieurs critères, comme leur date de prise de vue ou encore leur localisation.
  • Nokia Pro Camera : La Lumia Black embarque une nouvelle version de son application fétiche, une application intégrant Pro Camera et Smart Camera.

En marge, et bien nous aurons également droit à un mode conduite. Ce dernier va nous permettre de désactiver toutes les notifications pour nous concentrer sur la route. Il sera cependant possible de personnaliser certaines de ses fonctions et nous pourrons ainsi conserver les notifications en lien avec les appels et les messages. Mieux, il sera même possible de demander à Windows Phone d’activer automatiquement le mode lorsque notre téléphone se connecte à un périphérique Bluetooth.

Dans le même ordre d’idée, une nouvelle option fait également son apparition pour nous permettre, cette fois, de désactiver la rotation automatique de l’écran. Fonction très utile dans certains cas.

La Lumia Black est une mise à jour assez complète, qui nous permettra de patienter tranquillement en attendant le déploiement de Windows Phone 8.1.

Nokia Lumia 1520 : image 8

Nokia Transit sur la Lumia 1520.

Conclusion

J’ai lu beaucoup de choses sur le Nokia Lumia 1520, et certains sites spécialisés n’ont vraiment pas été tendres avec lui. La faute à sa taille, à son gabarit, apparemment. A croire que le terminal a été jugé comme un smartphone, et non comme une phablette. Car il faut bien le savoir, lorsqu’une personne achète une phablette, c’est en toute connaissance de cause.

Mais que vaut-il sur son segment, justement ? Fait-il aussi bien que le Galaxy Note 3 ou que le Xperia ZU ? La réponse est assez évidente, et elle tient en un seul mot : oui. Beau, confortable, puissant, il n’a rien à envier à ses concurrents et il marque finalement une rupture dans l’histoire de Windows Phone, avec une fiche technique digne des meilleurs androphones du marché.

La Lumia Black est également une bonne surprise, malgré quelques défauts. Je pense notamment aux dossiers qui sont nettement moins simples à utiliser que sur iOS et Android. Ceci étant, il ne faut pas oublier que Nokia n’a pas (encore ?) la main sur le coeur même de la plateforme, et ses ingénieurs ne sont donc pas entièrement libres de leurs mouvements. Après, il ne faut pas oublier que Windows Phone 8.1 se rapproche à grands pas et ce dernier devrait finalement changer pas mal de choses.

Si vous avez des questions, les commentaires sont là pour ça.