Test : Samsung Galaxy Note 3

Les PDA ont été à la mode pendant de longues années mais ces derniers ont depuis été détrônés par nos smartphones. Samsung, de son côté, a cependant souhaité remettre le concept au goût du jour en imaginant un terminal doté d’un grand écran et accompagné d’un stylet. C’est ainsi qu’est née la gamme des Galaxy Note, une gamme devenue très populaire au fil des années. Chaque année, le constructeur sud-coréen nous gratifie d’ailleurs d’un nouveau modèle et il a ainsi présenté lors du dernier IFA son nouveau terminal, le Samsung Galaxy Note 3. Un terminal qui m’accompagne depuis un peu plus d’une semaine, et que vous allez pouvoir découvrir au travers de ce test.

Un test qui, comme à l’accoutumée, n’a pas pour vocation à verser dans la technique pure. Si vous aimez les chiffres et les mesures compliquées relevées par des sondes au nom imprononçable pour le commun des mortels, cet article devrait vous laisser froid comme le carrelage de ma salle de bain. En revanche, si vous vous demandez ce que vaut le Note 3 sur le terrain, et s’il peut convenir à votre usage, alors vous devriez en avoir pour votre argent.

Test Samsung Galaxy Note 3 : image 1

Le Samsung Galaxy Note 3 et son écran de verrouillage.

Caractéristiques Techniques

Autant commencer par le début. Si les caractéristiques techniques du Galaxy Note 3 sont connues, et même reconnues, une piqure de rappel ne pourra pas vous faire de mal. Elle vous permettra même de replacer les choses dans leur contexte.

  • Ecran Super AMOLED Full HD de 5.7 pouces.
  • Définition de type 1080p, 1920×1080, avec 16 millions de couleur.
  • Processeur Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à 2.3 Ghz.
  • GPU Adreno 330.
  • 3 Go de mémoire vive.
  • 32 Go d’espace de stockage, port pour cartes micro SD (jusqu’à 64 Go).
  • Capteur CMOS de 13 mégapixels.
  • Caméra frontale de 2 mégapixels.
  • Accéléromètre, Gyroscope, Capteur de proximité, Capteur de luminosité ambiante, Baromètre.
  • WiFi 802.11 a/b/g/n/ac, Bluetooth 4.0, NFC.
  • Compatibilité avec les réseaux 4G / LTE.
  • Batterie de 3200 mAh.
  • Dimensions : 151.2 x 79.2 x 8.3 mm.
  • Poids : 168 grammes.

Précision importante, nous ne sommes pas tous égaux face au Note 3. Fidèle à ses (vilaines) habitudes, le constructeur sud-coréen a effectivement opté pour plusieurs configurations différentes, variant en fonction des marchés. La fiche technique évoquée juste au dessus ne concerne donc que le modèle européen. Si vous résidez ailleurs, comme en Asie par exemple, vous n’aurez pas forcément droit aux mêmes composants.

Que dire des spécifications de ce modèle ? Pas grand chose, si ce n’est que le Note 3 se positionne sur le haut de gamme. Il profite de la même puce que celle du LG G2 ou du Sony Xperia Z1 et on peut dire que c’est un gage de qualité puisque les performances du Snapdragon 800 sont à couper le souffle. Toutefois, deux particularités sont à noter : la quantité de mémoire vive, fixée à 3 Go, et la batterie, qui atteint les 3200 mAh. Côté autonomie, il faut d’ailleurs signaler que ce nouveau Note s’en sort avec tous les honneurs. Pour une utilisation simple (mails, web, jeux), il a ainsi atteint les deux jours sans recharge. Si vous êtes plus gourmands que moi, il faudra cependant tabler sur une autonomie tournant autour d’une journée et demie.

Comme certains d’entre vous le savent peut-être, Samsung a été accusé d’avoir spécialement optimisé son Note 3 pour les solutions de benchmarking les plus en vogues sur le marché. Il ne serait d’ailleurs pas le seul à procéder de la sorte, mais j’ai tout de même fait tourner les solutions habituelles.

  • BenchmarkPi : 107.
  • Quadrant : 22.529.
  • Linpack : 766.667.
  • An3DBench : 7.935.
  • GeekBench 3 : 950 (single-core), 2.999 (multi-core).

Ces chiffres ne sont donnés qu’à titre indicatif, et ils ne sont pas particulièrement révélateurs de quoi que ce soit. Ce que je peux vous dire, en tout cas, c’est que le Note 3 n’a présenté aucun signe de faiblesse durant mes tests. Samsung est souvent pointé du doigt pour la lourdeur de sa surcouche, mais sa nouvelle phablette est d’une réactivité à toute épreuve.

Test Samsung Galaxy Note 3 : image 2

L’écran d’accueil principal du Samsung Galaxy Note 3.

Design & Ergonomie

Les phablettes ont souvent été moquées pour leur gabarit et pour leurs dimensions. Samsung semble avoir pris bonne note des critiques adressées par les mobinautes et la firme a ainsi fait en sorte de réduire au maximum l’encombrement du Note 3. S’il embarque un écran de 5.7 pouces, il est à peine plus massif que le Xperia Z1 et ce alors même que ce dernier se « contente » (façon de parler) d’un écran de 5 pouces. Comment est-ce possible ? Tout est une question de bordures, en réalité, et celles qui encadrent l’écran de la phablette sont d’une extrême finesse. Le résultat est vraiment bluffant.

Même constat pour le poids du terminal. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce dernier est très léger et il se paye même le luxe d’être presque aussi léger que mon iPhone 4S vieillissant (168 grammes contre 140 pour ce dernier). Le risque de tendinite du poignet est donc évité.

Le Note 3 ne sera cependant pas du goût de tous. Les designers de Samsung ont effectivement cherché à faire dans l’originalité en optant pour une coque arrière en plastique reproduisant la texture du cuir. L’effet est assez… étonnant, et ce d’autant qu’ils ont poussé le vice jusqu’à dessiner des coutures sur les bordures de la pièce. Soyons honnête, le résultat n’est pas vraiment des plus esthétiques. Ceci étant, l’avantage de cette coque, c’est qu’elle est amovible. Si vous le souhaitez, vous pourrez donc la remplacer par une coque en métal, par exemple, ou même par le fameux S View Cover.

Passons maintenant à l’ergonomie du terminal, et à la disposition de ses différents capteurs et boutons. Sur la face avant de l’appareil, au dessus de l’écran, nous trouverons le logo de la marque, un haut-parleur et une LED de notification. Le détecteur de luminosité ambiante se trouve plus loin à droite. En dessous de l’écran, nous avons également droit au fameux bouton « home » physique encadré par deux boutons sensitifs. J’aurais préféré pour ma part que le constructeur opte pour de simples boutons tactiles, à l’image de ce que l’on trouve sur le Z1 ou le G2.

Le bouton de mise sous tension se situe pour sa part sur la tranche droite du terminal. Les boutons dédiés au contrôle du volume se trouvent de l’autre côté, et donc sur la tranche gauche. Ils nous tomberont naturellement sous le pouce lorsque nous tiendrons le Note 3 face à nous. La prise casque / micro n’a pas changé de place, elle est toujours sur le dessus, soit à l’exact opposé du port dédié à la recharge et à la synchronisation des données.

Puisqu’on en parle, et comme certains d’entre vous me l’ont fait gentiment remarquer, ce port n’est pas un port propriétaire. Samsung a effectivement opté pour un connecteur micro USB 3.0 capable d’absorber 900 mAh contre 500 mAh pour la norme précédente. En gros et pour faire simple, il rechargera votre terminal plus rapidement, tout en vous laissant la possibilité de connecter votre vieux câble micro USB si besoin est. Je tiens évidemment à vous présenter mes excuses pour cette terrible méprise. Afin d’expier mes pêchés, j’ai d’ailleurs demandé à ma femme de me fouetter toute la nuit avec des orties fraichement coupées. Je me sens désormais mieux dans ma peau, malgré ces hallucinations morbides qui hantent mon quotidien.

Test Samsung Galaxy Note 3 : image 3

Le centre de notifications du Samsung Galaxy Note 3.

Android & Surcouche Samsung

Le moment est venu d’attaquer le gros morceau de l’article, et donc de nous pencher sérieusement sur toutes les particularités du Galaxy Note 3, et plus précisément sur les fonctions propres à Android et à la surcouche de Samsung. Du coup, si vous êtes pressés par le temps, il vaudra mieux marquer une pause et repasser dans le coin un peu plus tard. Avec un petit café ou une bière, en fonction de l’heure à laquelle vous lirez ces lignes.

L’écran de verrouillage

Tout commence avec l’écran de verrouillage, c’est la première chose qui nous tombe sous les yeux lorsque nous prenons en main notre smartphone. En la matière, le Note 3 propose exactement la même chose que tous les autres terminaux sous Android. Les icônes du centre de notifications apparaissent ainsi en haut de l’écran, surmontant un widget affichant l’heure et la date du jour. Plus bas, nous avons la zone dédiée au déverrouillage du mobile, une zone dont le contenu varie en fonction des réglages de l’utilisateur. Parfois, il faudra simplement faire glisser son doigt à cet endroit, à d’autres moments nous devrons répéter un schéma défini au préalable dans les options du terminal.

Jelly Bean oblige, cet écran est parfaitement capable d’afficher des widgets, exactement comme sur les écrans d’accueil. Pour activer ces derniers, il suffit d’effectuer un balayage vertical dans la partie haute de l’écran. La météo locale s’affichera alors en quelques secondes. En allant fouiner dans les réglages du Note 3, il est également possible d’activer l’affichage de widgets supplémentaires, ou l’intégration de raccourcis pointant vers certaines applications dédiées.

Le centre de notifications

Passons maintenant au centre de notifications. Si vous avez déjà eu l’occasion de poser les mains sur un terminal récent produit par Samsung, alors vous ne devriez pas être dépaysés puisqu’on retrouve exactement les mêmes options. Tout en haut, nous aurons ainsi droit à une barre horizontale constituée de raccourcis pointant vers certains réglages de l’appareil. En quelques secondes, vous aurez ainsi la possibilité d’activer ou de désactiver le WiFi, le GPS, la rotation de l’écran, le Bluetooth, le NFC et pas mal d’autres choses. Une pression rapide sur le bouton en haut à droite vous permettra d’afficher toutes ces icônes sur une seule et même page. Cette fameuse barre est entièrement personnalisable et vous pourrez ainsi ajouter les raccourcis de votre choix, et même modifier leur ordre si besoin est.

Juste en dessous, nous trouverons également un curseur permettant de modifier la luminosité de l’écran, avec une petite case à cocher pour donner la main au terminal. En enfilade, nous aurons également un bouton donnant un accès direct à Samsung Knox, un outil très pratique qui sera évoqué en détails un peu plus loin dans l’article.

Enfin, en bas, nous avons la liste des notifications, des notifications variant en fonction des applications installées sur le smartphone. Le fonctionnement de cette zone est similaire à tous les terminaux fonctionnant sous Android. A la suite de ces notifications, nous aurons également droit à des petits messages générés par notre vieux copain Google Now.

Le mode multi-fenêtré

Comme évoqué un peu plus haut, le Samsung Galaxy Note 3 embarque un écran de 5.7 pouces. Il n’est pas aussi grand que celui du Xperia ZU, c’est vrai, mais il n’en reste pas moins des plus confortables et le constructeur a plutôt bien fait les choses en intégrant une fonction spéciale permettant de diviser l’écran en deux zones distinctes. Pourquoi ? Pour afficher simultanément deux applications, bien sûr ! Rien de nouveau de ce côté là, puisque le Note 2 proposait déjà cette particularité.

Pour accéder au mode multi-fenêtré, il faudra commencer par appuyer sur le bouton collé contre la bordure gauche de l’écran pour faire apparaître un dock vertical constitué de plusieurs icônes. Une tape suffira pour ouvrir l’application associée en mode fenêtré, à la condition expresse qu’une autre application soit déjà en cours d’exécution, bien sûr ! Simple et pratique, mais ce n’est pas terminé puisque ces fameuses fenêtres pourront parfaitement être redimensionnées à votre convenance. Il suffira pour se faire de poser votre doigt sur la boule bleue située entre les deux fenêtres et de la glisser vers le haut ou vers le bas.

Pas mal, non ? Certes, et il y a mieux encore puisqu’une simple tape sur cette fameuse boule bleue fera apparaître un menu discret donnant accès à plusieurs fonctions intéressantes. En quelques secondes, vous pourrez intervertir vos deux fenêtres, supprimer une fenêtre ou même déplacer du contenu d’une application à l’autre.

Tout le monde n’aura pas forcément l’intérêt de ce mode multi-fenêtré, mais il faut avouer que cela peut dépanner dans certains cas, comme lorsque vous rédigez un message électronique et que vous souhaitez vérifier certaines références, par exemple. Seul bémol, toutes les applications du Play Store ne sont pas supportées.

Les écrans d’accueil et le mode édition

Cela ne surprendra personne, mais les écrans d’accueil du Note 3 fonctionnent de la même manière que pour n’importe quel terminal sous Android. Nous serons donc limités à sept écrans d’accueil au maximum, sur lesquels nous pourrons placer des raccourcis pointant vers nos applications préférées ou même de sympathiques widgets. Il sera également possible de compter sur des dossiers afin de mieux nous organiser. Bon, par contre, pour créer des répertoires, il faudra basculer en mode édition, ou faire apparaître un menu contextuel. Pas très ergonomique.

La surcouche de Samsung s’en tire très bien en mode édition. Il suffira effectivement de placer deux doigts côte à côte sur l’écran et de les écarter pour prendre nos distances et pour afficher simultanément nos écrans d’accueil. A partir de là, nous pourrons modifier leur ordre, ajouter de nouveaux écrans ou même en supprimer si besoin est. C’est simple et rapide.

Les fonctions liées au stylet

La principale particularité du Galaxy Note 3, c’est bien évidemment son stylet. Si ce dernier ne m’a pas convaincu au premier abord, il peut s’avérer très utile dans certains cas. Sachez d’ailleurs que l’ensemble de la surcouche peut être pilotée par son entremise. Samsung a cependant bien fait les choses en intégrant des fonctions spécifiques accessibles par l’entremise d’un menu spécial : le Air Command. Et tout est dans le titre, forcément.

Pour l’activer, il suffit de placer la pointe du stylet à proximité de l’écran et d’appuyer dans la foulée sur son bouton. Là, en quelques secondes, un menu spécial va apparaître, un menu composé de cinq raccourcis pointant vers autant de modules :

  • Action Memo : Il s’agit d’une application entièrement dédiée à la prise de notes, une application qui s’affichera en mode fenêtré. Elle nous permettra de faire pas mal de choses, et notamment d’écrire, de gommer ou même de créer des liens vers d’autres applications. A l’aide d’un simple bouton, il sera également possible de réduire la fenêtre pour aller consulter d’autres contenus avant de revenir sur notre note.
  • Album : Encore un module très utile, servant à découper certaines zones de l’écran pour les mettre de côté. Grâce à ça, et bien vous pourrez immortaliser vos scores lors de vos parties endiablées, récupérer une image ou encore collecter l’extrait d’une page web sans problème et sans avoir à passer par une application dédiée.
  • Capture : Tout est dans le titre. Cet outil va simplement vous permettre de faire une capture écran et de l’annoter au passage avant de l’envoyer vers l’application de votre choix. Là, et bien vous pourrez la partager sur vos réseaux sociaux, l’envoyer par mail ou même la stocker sur Evernote si le coeur vous en dit.
  • S Finder : Comme son nom l’indique, ce module se positionne comme un moteur de recherche interne, qui supporte même l’écriture manuscrite. Si vous avez du mal à mettre la main sur un contenu, cet outil est exactement ce qu’il vous faut.
  • Applis Flottantes : Elles fonctionnent exactement de la même manière que les QSlide Apps de LG et il s’agit simplement d’accrocher sur une zone de l’écran une application choisie parmi une sélection donnée, comme YouTube, le navigateur web de Samsung ou même une calculatrice. Forcément, sur un écran aussi grand que celui du Note 3, c’est très appréciable.

Pas mal, mais ce n’est pas terminé car il y a aussi un outil de « capture facile » très bien pensé, un outil qui va vous permettre d’enregistrer une partie de ce qui est affiché à l’écran pour le mettre de côté. Pour en profiter, il suffit de prendre le stylet, d’appuyer sur son bouton et de tracer une sélection sur l’écran du Note 3. Là, une petite barre va apparaître en haut à gauche de l’écran, pour modifier facilement notre sélection. Ensuite, et bien nous n’aurons plus qu’à cliquer sur l’icône de l’application de notre choix, en bas, en fonction de ce que nous voulons faire.

Dans le même ordre d’idée, il est également possible de prendre une capture sans avoir à passer par le Air Command. Comment ? En laissant enfoncé le bouton du stylet et appuyant pendant quelques secondes sur l’écran. Là encore, les options sont nombreuses et on pourra très bien annoter notre image, modifier son cadrage ou encore l’envoyer vers l’application de notre choix en appuyant sur le bouton adéquat.

Les actualités

HTC a son BlinkFeed, le Note 3 a son module d’actualités. L’idée est assez simple puisqu’il s’agit d’afficher sur quelques pages du contenu en provenance de certains sites, de certains réseaux sociaux ou même des données de l’utilisateur. L’accès à cet écran se fait assez simplement, par le biais d’un simple balayage vertical du bas vers le haut, ou par trois pressions rapides sur le bouton « home » du terminal. Les choses sérieuses commencent ensuite puisque nous nous retrouverons face à l’interface de… Flipboard ! Ce n’est évidemment pas un hasard puisque Samsung et Flipboard travaillent main dans la main depuis quelques années maintenant. L’application avait même fait ses premières armes sur Android grâce au Galaxy S3 si ma mémoire ne me fait pas défaut.

Tout en haut à gauche, nous trouverons un bouton donnant accès aux trois rubriques principales du module : les actualités, les fichiers personnels et les réseaux sociaux. En gros, donc, toutes les news tomberont dans la première tandis que la seconde présentera nos données personnelles, ces mêmes données extraites de la galerie, de S Health, de S Planner ou même des Albums. C’est évidemment très pratique de pouvoir tout retrouver au même endroit. Quand aux réseaux sociaux, et bien je pense qu’il n’est pas nécessaire de rentrer dans les détails…

C’est bien mais il y a mieux. Sur la droite, nous aurons un autre bouton qui nous permettra de lancer rapidement les applications de notre choix, et notamment les appels, l’appareil photo, les mails, la recherche ou encore le navigateur web. Comme si cela ne suffisait pas, nous trouverons tout en bas de la liste une dernière icône renvoyant vers la liste des applications installées sur le terminal. Plutôt propre, et très intuitif.

Les applications proposées par Samsung

Les constructeurs ont pour habitude d’installer une tonne d’applications sur leurs terminaux nomades. Samsung ne déroge évidemment pas à la règle et le Note 3 est ainsi livré avec plusieurs dizaines d’outils. La liste suivante n’a pas la prétention d’être parfaitement exhaustive, mais elle vous permettra sans doute d’y voir un peu plus clair.

  • Album : Comme évoqué un peu plus haut, cette application regroupe à un seul et même endroit tous les contenus mis de côté par l’utilisateur à l’aide du stylet.
  • ChatOn : Pas la peine de le présenter puisqu’il s’agit de la messagerie instantanée développée par Samsung, une messagerie qui propose les mêmes fonctions que tous les autres outils du même genre.
  • Sketchbook : Il s’agit d’une application de dessin, une application qui s’adresse aux mobinautes les plus créatifs et qui est développée par Autodesk. Si votre truc à vous, c’est de griffonner des portraits en squattant les petits cafés de Montmartre, alors vous devriez y trouver votre compte.
  • Galerie : Tout est dans le titre, c’est l’endroit où seront stockées toutes les photos prises avec le terminal. Le « cloud » étant à la mode, l’outil est également capable d’agréger du contenu en provenance de Picasa, ou même de Dropbox.
  • Horloge : La routine, puisque cette application rassemble à un seul et même endroit les alarmes, l’horloge mondiale, le chronomètre et le minuteur.
  • Musique : Un lecteur musical que je n’ai pas vraiment pris le temps de tester puisque toute ma musique se trouve sur Spotify.
  • S Note : Une application entièrement dédiée à vos notes, avec une tonne d’options en prime. En quelques instant, nous pourrons choisir la couverture de notre carnet, et un modèle pour ses pages. Mieux, chaque carnet pourra être synchronisé avec notre compte Samsung ou avec Evernote. L’éditeur, pour sa part, est assez classiques et nous retrouverons ainsi les outils habituels.
  • S Planner : Un joli agenda avec une vue par années, par mois, par semaines, par jours, par listes ou par tâches. Bref, tout ce qu’il faut pour contenter les gens très occupés ou les maniaques de l’organisation.
  • Samsung Apps : Si vous avez du mal à trouver chaussure à votre pied sur le Play Store, vous pourrez toujours vous rabattre sur ces sélections d’applications, des sélections établies par employés de Samsung évidemment.
  • Samsung Hub : Une application qui regroupe les différentes boutiques du constructeur, des boutiques dédiées à la musique, aux livres numériques, aux jeux ou aux méthodes d’apprentissage.
  • Vidéo : Si l’écran du Note 3 est particulièrement adapté à la lecture de vidéos, Samsung n’a cependant pas poussé le concept très loin dans son lecteur dédié, un lecteur qui se contente du strict minimum et qui m’a personnellement laissé sur ma faim.
  • S Voice : L’assistant vocal de Samsung, plutôt complet. En vrac, il nous permettra d’activer ou de désactiver certains réglages, d’envoyer des SMS, d’ouvrir des applications et même de lire les nouvelles en provenance de Flipboard. Seul bémol, la voix est très mécanique, et particulièrement agaçante.
  • S Health : Une application pensée pour les adeptes du « Quantified Self ». Elle fonctionne comme un podomètre, et elle vous permettra d’effectuer un suivi complet des calories brûlées et absorbées. Mieux, elle vous accompagnera même durant vos exercices à la salle la proche de chez vous. Pas mal, d’autant plus que l’outil peut aussi se synchroniser avec une Galaxy Gear.

A côté de ça, le Note 3 intègre aussi de nombreux outils édités par Google et notamment Chrome, Gmail, Google+, Hangouts, Play Films, Play Jeux, Play Livres ou encore Play Musique. Toutes ces applications sont stockées dans un seul et même dossier, très justement nommé… « Google ». Il fallait y penser.

Samsung Knox

La sécurité, c’est important, surtout en entreprise. Samsung cherche apparemment à séduire les professionnels et le constructeur a ainsi développé une solution logicielle fonctionnant sur le même principe que BlackBerry Balance.

Knox, c’est son nom, se présente sous la forme d’un container chiffré capable d’accueillir des applications et des données totalement indépendantes du reste du terminal. Très concrètement, lorsque le cadre voudra accéder à ses messages professionnels, il lui suffira d’appuyer sur un bouton pour démarrer Knox. Ses écrans d’accueil et son environnement habituel laisseront place à un nouveau bureau virtuel regroupant les applications de son choix ainsi que ses documents.

Attention cependant car Knox n’est pas compatible avec toutes les applications. Il faudra donc se contenter des outils développés par Samsung et ses partenaires. Le géant sud-coréen a d’ailleurs regroupé toutes les solutions logicielles compatibles dans une boutique spéciale. Dans le lot, on trouve d’ailleurs quelques têtes connues comme Dropbox, Polaris, Citrix, Wunderlist, Zoho et bien d’autres. Les produits édités par Google ne sont malheureusement pas de la partie.

Orange Business Services, de son côté, a également choisi d’intégrer Knox à sa propre plateforme de gestion, le Device Management Premium. Une plateforme qui fera l’objet d’un article dédié d’ici quelques jours, ou quelques semaines.

Les réglages

Le Note 3, comme tous les terminaux fonctionnant sous Android, ne manque pas de réglages et si certains sont plutôt communs, d’autres sont propres à la surcouche mise au point par Samsung. C’est évidemment sur ces derniers que va se concentrer cette partie de l’article. Parce que bon, tout le monde sait déjà qu’il est possible de modifier la luminosité de l’écran du terminal, non ?

Parmi les choses les plus sympathiques, il y a la possibilité d’activer ou de désactiver les fenêtres multiples, et donc le mode multi-fenêtré évoqué un peu plus haut. Si vous ne l’utilisez pas, autant le virer histoire d’alléger au maximum la surcouche. Les fins connaisseurs apprécieront également de trouver un écran entièrement dédié au volet des raccourcis, et donc à cette fameuse barre présente tout en haut du centre de notifications. Là, et bien vous pourrez agencer l’ordre de vos raccourcis comme bon vous semble et en ajouter de nouveaux si besoin est.

Ensuite, il y a le mode simplifié. Ce n’est pas une nouveauté propre au Note 3 mais elle peut s’avérer très pratique dans certains cas puisque ce mode va simplifier au maximum les écrans d’accueil afin qu’ils soient facilement utilisables par les néophytes, comme votre grand-mère. Plus loin, vous aurez également la possibilité d’activer ou de désactiver le contrôle vocal et le mode mains-libres. Dans le premier cas, il s’agit d’instructions spécifiques permettant de prendre des appels entrants, de gérer des alarmes, d’utiliser l’appareil photo ou encore de contrôler le lecteur musical sans avoir à poser les mains sur le terminal. Le mode main-libre, pour sa part, intéressera surtout les grands voyageurs. Il sera effectivement capable de lire les appels entrants, les messages reçus ou encore les événements planifiés.

On trouve également quelques options concernant le stylet. Il n’y a pas de quoi casser trois pattes à canard non plus mais les têtes en l’air seront sans doute ravis de trouver une option permettant de déclencher une alerte lorsqu’on se déplace alors que le stylet n’est pas rangé dans son emplacement. Même chose pour l’affichage du pointeur lorsqu’on approche la mine de l’écran, un pointeur qui peut s’avérer très utile dans certains cas.

Comment ne pas parler des opérations à une main ? Il faut être honnête, en l’état, le Note 3 ne pourra pas être utilisé d’une seule main. Sauf si vous avez de très longs doigts, et encore. Samsung a donc mis en place des options permettant, par exemple de modifier l’échelle des écrans d’accueil pour qu’ils soient plus petits, et donc plus accessibles. Si vous le désirez, vous pourrez également diminuer la largeur du clavier tactile et le coller tout contre la bordure de l’écran. Même chose pour le schéma de déverrouillage. Sur le papier, c’est très sympathique de la part du constructeur de penser à nous mais il faut être honnête : quand on achète une phablette, on en connait les atouts, et les faiblesses. Le gabarit de ces terminaux fait tout autant parti de l’un que de l’autre. Si les écrans de 5.7 pouces et plus sont très confortables pour surfer sur la toile, regarder des films ou même se détendre devant des jeux, ils sont également très imposants et il faut très souvent avoir les deux mains de libre pour en profiter.

Samsung a également pensé à regrouper à un seul et même endroit tous les réglages en lien avec le contrôle des mouvements. Tout comme le S4, le Note 3 profite effectivement de certaines fonctions avancées modifiant l’expérience utilisateur. Le Air Gesture, par exemple, vous permettra de contrôler le terminal en passant la main au dessus du capteur. On aura également droit à deux ou trois choses en liens avec les mouvements de la phablette, comme le fait de l’incliner pour zoomer sur une image par exemple. S’ajoutent à cela les mouvements de paume et toutes les options en lien avec le Smart Screen, comme le Smart Pause et le Smart Scroll.

Le Note 3 a donc été pensé comme un smartphone intelligent, et c’est plutôt une bonne chose.

Test Samsung Galaxy Note 3 : image 4

Tous les réglages rapides disponibles sur le Samsung Galaxy Note 3.

Multimédia, Photo & Vidéo

J’ai évoqué les performances du Note 3 au début de cet article et vous savez donc que ce dernier profite d’une puissance de calcul brute considérable. Il est parfaitement capable de lire des vidéos en 1080p sans aucun problème, et sans souffrir de quelconques ralentissements. De ce côté là, il n’a aucun mal à rivaliser avec le Sony Xperia Z1 (testé ici) ou même le LG G2 (testé là). Cela étant, lorsqu’on regarde un film ou même une série, la puce embarquée n’est pas le seul élément à prendre en compte. L’écran joue lui aussi un rôle important.

Par chance, en ce moment, j’ai les trois terminaux à la maison. N’écoutant que mon courage, je les ai donc placé côte à côte avant de lancer le premier épisode de Game of Thrones en Full HD sur chacun d’entre eux.

Le constat est sans appel. Pour moi, l’écran du Note 3 n’arrive pas à la cheville de celui du LG G2 et du Sony Xperia Z1. Il est trop sombre à mon goût. Concernant les deux autres terminaux, et bien le rendu n’est pas non plus le même, avec des couleurs plus chaudes pour le LG G2 et plus froides pour le Z1. Notez tout-de-même qu’il s’agit là d’un avis personnel, et donc subjectif. Certains préfèrent effectivement l’AMOLED à l’IPS, tout est donc une question de goût.

Point positif en revanche, Samsung a eu la bonne idée d’intégrer à son terminal plusieurs modes d’affichage. Si ces derniers sont automatiquement gérés par le terminal, il est possible de forcer l’affichage de notre choix en fonction de notre utilisation. Cette astuce nous permettra d’obtenir de meilleurs résultats en lecture de vidéos.

Passons maintenant aux compétences du Note 3 en matière de photos et de vidéos. Lorsque les conditions lumineuses sont idéales, ou même correctes, le terminal s’en sort assez bien. En revanche, dès que la lumière commence à manquer, alors c’est la catastrophe avec des images extrêmement bruitées et parfaitement inexploitables. Là encore, s’il fallait comparer le Note 3 au G2 et au Z1, et bien la phablette arriverait bon dernier.

Test Samsung Galaxy Note 3 : image 5

L’édition des écrans d’accueil du Samsung Galaxy Note 3.

Conclusion

Le moment est donc venu de dresser un bilan de l’expérience. Afin de vous donner mon avis sur le Galaxy Note 3, il est important de remettre les choses dans leur contexte. A la base, j’avais effectivement beaucoup de préjugés sur le terminal. Il me semblait trop grand et les finitions plastiques ne m’inspiraient aucune confiance.

Les premières heures ont été difficiles. Toutefois, après avoir supprimé les widgets de Samsung et après avoir configuré les écrans d’accueil à ma convenance, mes premières appréhensions ont commencé à disparaître.

Et j’ai sincèrement apprécié l’expérience. Certes, le Note 3 n’est pas forcément un canon de beauté. Il suffit d’ailleurs de le placer aux côtés d’un Z1 pour s’en rendre compte. Même chose, ce n’est pas non plus un terminal pensé pour les utilisateurs les plus nomades, et il est ainsi très difficile – voire impossible – de l’utiliser d’une seule main. Ceci étant, force est de constater qu’on s’habitue très vite à son écran, et à ses dimensions. Il suffit d’ailleurs d’ouvrir une page web, de lancer un jeu ou même de lire une vidéo pour se rendre compte que ses faiblesses sont aussi des atouts.

Reste le stylet. Là, en toute sincérité, je ne me suis pas encore complètement convaincu. Pour prendre des notes, par exemple, je préfère largement le combo Evernote + Dragon Swype. Là, il me suffit de quelques secondes pour taper un paragraphe. Avec le stylet, ça me prendrait beaucoup plus de temps et il en va d’ailleurs de même pour les notes courtes. Par contre, lorsqu’il est question de prendre une capture, ou de faire un petit croquis, on peut difficilement trouver mieux que le stylet. Manque de chance, je ne fais pas de croquis.

Il y a aussi cette histoire de photos et de vidéos. Si nos smartphones ne remplacent pas un bon vieux réflex, un hybride ou même un compact de luxe comme le RX100 II, ils ont au moins le mérite d’être toujours au fond de notre poche. Sur ce point, les limitations du Note 3 peuvent être très handicapantes.

Est-ce que le Galaxy Note 3 est un produit parfait ? Non, certainement pas, mais il ne manque pas d’intérêt pour autant et il devrait d’ailleurs séduire les professionnels grâce à son stylet et à son écosystème. Je pense notamment à Knox qui peut s’avérer très pratique dans certains cas.

Bref, contre toute attente, j’ai aimé le Note 3.