Test : Samsung Galaxy S 2

Cela fait maintenant trois mois que le Samsung Galaxy S 2 est sorti au Japon et en Europe. Trois mois durant lesquels il s’en est écoulé pas moins de 5 millions d’exemplaires, permettant ainsi à Samsung de s’imposer sur le marché et de devenir le quatrième constructeur de mobiles au monde. Dans ce contexte, on peut donc dire que le Galaxy S 2 est un véritable succès et nous allons justement avoir l’occasion de revenir sur ses atouts, mais également sur ses faiblesses, dans ce test. Car en effet, grâce à NRJ Mobile, votre humble serviteur a eu cet incroyable mobile en main pendant 15 jours…

Test : Samsung Galaxy S 2

Samsung Galaxy S 2 : les spécifications

Elles sont connues depuis un bon moment déjà mais nous allons tout de même prendre le temps de les rappeler avant de passer aux choses sérieuses. Le Samsung Galaxy S 2 propose ainsi un écran Super Amoled Plus de 4.3 pouces (480 par 800), un processeur Orion double coeur cadencé à 1.2 Ghz, 1 Go de mémoire vive, 16 Go de mémoire interne complétés par un port microSD, un capteur de 8 mégapixels avec autofocus et enregistrement de vidéos en 1080p, un accéléromètre, un gyroscope, un détecteur de lumière, une boussole numérique, un détecteur de proximité, le WiFi b/g/n, le Bluetooth 3.0 et une puce A-GPS. On trouve également un tuner FM intégré, ce qui ne manquera sans doute pas d’intéresser tous ceux qui ne peuvent pas se passer de leurs stations préférées.

Le tout est complété par une batterie de 1650 mAh. Ajoutons en outre que le Galaxy S 2 ne propose pas de sortie HDMI mais on trouve un port MHL qui peut faire office de port micro USB ou de sortie HDMI (à condition d’acheter un adaptateur vendu une trentaine d’euros). Précisons également que la boite du Galaxy S 2 contient en dehors de l’appareil un chargeur, un câble USB, un kit mains libres et la notice du téléphone.

Test : Samsung Galaxy S 2

Samsung Galaxy S 2 : un mobile fin et léger

Intéressons-nous maintenant au design du Galaxy S 2 et à son ergonomie générale. Très clairement, une fois le mobile extrait de sa boîte, c’est juste la grosse grosse claque. Plutôt sobre, résolument élégant, il surprend par sa finesse et par sa légèreté. Précisons tout de même que ce poids plume de la téléphonie mobile ne pèse que 116 grammes. Pour un peu, on aurait presque peur qu’il se brise entre nos doigts. Dans tous les cas, qu’on le tienne en main ou qu’on le glisse dans notre poche, ce téléphone hors norme a tendance à se faire oublier très rapidement malgré son gigantesque écran.

Pour le reste, le Galaxy S 2 propose des finitions exemplaires. L’ensemble est robuste et on ne manquera pas d’apprécier la texture type nid d’abeille qui placarde le dos de l’appareil. En effet, son intérêt est double : elle évite les traces de doigts et elle assure une prise en main optimale. En haut, on trouve le capteur de l’appareil accompagné du Flash LED. Plus bas, nous avons le haut parleur du mobile protégé par une petite grille. Le seul bémol, finalement, c’est que Samsung a opté pour une coque en plastique au lieu d’une coque métallique. Sur la face avant du mobile, on retrouve bien évidemment un appareil photo numérique dédié à la visio-conférence ainsi que les capteurs de luminosité et de proximité de l’appareil. Ils sont accompagnés du logo de la marque. En dessous de l’écran de 4.3 pouces, on trouve un bouton physique qui n’est pas sans rappeler celui de l’iPhone. Notons cependant que ce dernier est encadré par deux boutons sensitifs qui s’allument durant quelques secondes lorsqu’ils sont accessibles. Le bouton « recherche » est quant à lui totalement absent mais il suffit en réalité d’appuyer quelques secondes sur la touche « options » pour lancer la fonction.

Samsung Galaxy S 2 vs HTC Mozart

Les boutons dédiés au réglage du volume se trouvent sur la tranche gauche du mobile tandis que celui dédié à l’allumage de l’appareil se situe sur celle de droite. Puisqu’on parle de la tranche du Galaxy S 2, on peut noter que cette dernière est en métal noir. Ce n’est peut-être qu’un détail mais il contribue néanmoins à la finition exemplaire de l’ensemble. Ensuite, sur la tranche supérieure, on trouve la prise jack 3.5 mm. Le port MHL se situe quant à lui sur la tranche inférieure de l’appareil. En revanche, on pourra souligner l’absence d’un bouton dédié à l’appareil photo embarqué.

Point très positif, il n’est pas nécessaire de retirer la batterie du Samsung Galaxy S 2 pour insérer ou enlever sa carte SIM. Une bonne chose mais Samsung n’a pas malheureusement pas été assez loin puisqu’il faudra nécessairement ôter cette dernière pour ajouter une carte microSD. Dommage.

Test : Samsung Galaxy S 2

Samsung Galaxy S 2 : Super Amoled Plus et double coeur au programme !

En dehors de son aspect global, les deux gros atouts du Galaxy S 2, c’est bien évidemment son écran Super Amoled Plus ainsi que son processeur double coeur. L’écran, pour commencer, est tout simplement sublime. Voilà, le mot est lâché. Pour la précision, il faut savoir que la technologie Super Amoled Plus permet à l’écran de ce mobile d’être très lumineux et bien mieux contrasté que ce qui est proposé par la concurrence. Genre si tu consultes tes mails en plein soleil, et bien tu pourras les lire sans encombre ce qui n’est pas toujours le cas sur d’autres mobiles. En revanche, le gros défaut de cet écran, c’est sans doute sa résolution qui n’est pas très élevée.

Passons maintenant au processeur double coeur. Pour beaucoup, il ne s’agit que d’un simple argument marketing de plus mais ce n’est vraiment pas le cas. De tous les mobiles sur lesquels j’ai pu mettre la main, le Samsung Galaxy S 2 est sans aucun doute le plus rapide d’entre tous. Peu importe l’application, il assurera sur tous les fronts. Le plus bluffant, sans doute, c’est lorsqu’on regarde des vidéos en Full HD sur le web en 3G. Là où la plupart des téléphones portables auront du mal à donner le change, le Galaxy S 2 ne frémit pas d’un poil. Même chose lorsqu’on lance Chrome Mobile et qu’on ouvre simultanément plusieurs onglets. Peu importe que le site soit optimisé ou non pour nos appareils nomades, il s’affichera de toute manière en une poignée de secondes.

Test Galaxy S 2

En revanche, pour l’autonomie, ce n’est pas la même chose. En utilisation poussée (jeux, vidéos, 3G, WiFi), le Samsung Galaxy S 2 tient moins de 9 heures. Si on se montre un peu plus économe et qu’on n’utilise le mobile que pour prendre / passer des appels ou relever ses mails tout en se promenant de temps à autre sur Twitter, Facebook ou Google+, alors il parvient à tenir une petite journée. Quoi qu’il arrive, il faudra donc vous assurer d’avoir toujours votre chargeur à proximité. Comme pour la plupart des smartphones du marché, nous sommes bien d’accord. C’est d’ailleurs ce qui a poussé Samsung à intégrer une application dédiée à l’optimisation de l’énergie. Une application plutôt complète et qui vous permettra de modifier les réglages de l’appareil lorsque sa batterie atteindra un seuil précis (seuil paramétrable par vos soins). Grâce à cet utilitaire, le S 2 pourra espérer tenir un jour et demi, ce qui est un score plus qu’honorable.

Test Galaxy S 2

Samsung Galaxy S 2 : l’interface TouchWizz 4.0

Il faut bien l’avouer, l’interface TouchWizz 4.0 se rapproche énormément de ce que l’on trouve du côté de la Pomme Croquée. On retrouve ainsi un dock contenant quatre icônes et couronné soit par d’autres icônes, soit par des widgets, soit par les deux. Des éléments que l’on peut répartir sur pas moins de sept bureaux virtuels. En appuyant sur l’icône dédiée, on peut également faire apparaître en quelques secondes les icônes de toutes les applications et de tous les outils présents sur le terminal. Là encore, ces derniers se répartissent sur plusieurs écrans défilant de gauche à droite. En terme d’ergonomie, on retrouve très rapidement ses petits et il faut avouer que TouchWizz 4.0 m’a fait une forte impression. J’ai plus particulièrement apprécié l’écran de veille qui fait apparaître plusieurs raccourcis en cas d’appels manqués ou de SMS reçus.

Cette interface, on la retrouve bien évidemment dans tous les menus de l’appareil. Certains aimeront, d’autres moins, mais c’est vraiment agréable d’avoir sous les yeux et sous les doigts une interface à la fois intuitive et homogène. Un grand soin a d’ailleurs été apporté aux applications dédiées à la téléphonie, au calendrier ou encore aux contacts et aux messages. Concernant ces derniers, on appréciera d’ailleurs de pouvoir accéder sur un onglet dédié à tous les flux d’activité Facebook de nos amis.

Test : Samsung Galaxy S 2

Bien évidemment, Samsung en a profité pour implémenter un bon nombre d’applications dites « maison ». On parlait tout à l’heure de celle dédiée à l’optimisation de l’autonomie mais il y en a beaucoup d’autres comme Samsung Apps (la boutique d’applications du constructeur), Polaris (pour lire des documents Office), Mi (sorte de Trillian), Mini Journal (pour raconter sa vie en photos), SamsungDive (sorte de BlackBerry Protect) et ainsi de suite. Notons également l’intégration de gestes multi-touch supplémentaires comme celui qui permet de zoomer sur une page en posant deux doigts sur l’écran du téléphone et en l’inclinant légèrement.

Test : Samsung Galaxy S 2

Samsung Galaxy S 2 : les fonctions photo / vidéo

Le Samsung Galaxy S 2 embarque un capteur de 8 mégapixels ainsi qu’un Flash LED. Même si un mobile ne pourra jamais concurrencer un reflex ou un camescope, le S 2 s’en sort plutôt bien comme l’attestent les clichés et les vidéos que vous pourrez trouver un peu plus bas. Notons en outre que l’outil dédié à la prise de photos ou à l’enregistrement de vidéos est particulièrement complet : on peut ainsi activer un guide, appliquer un effet aux photos, jouer avec la balance des blancs, modifier la sensibilité ISO du capteur, changer de mesure, activer ou désactiver le stabilisateur embarqué, activer ou désactiver l’autofocus et bien d’autres choses encore.

Vraiment pas mal, donc, même si ce qui fait cruellement défaut au Galaxy S 2, c’est encore et toujours un vrai stabilisateur. Mais ça, c’est un problème malheureusement commun à tous les téléphones portables du marché. A moins d’avoir un pied avec soi, les vidéos enregistrées sont difficilement exploitables. En gros, vous pourrez toujours immortaliser les premiers pas de vos gamins, mais si vous souhaitez filmer une interview il vaudra mieux vous orienter vers une autre solution. Même chose, il faut savoir que le capteur du S 2 est vraiment très sensible à la lumière. Il suffit d’ailleurs de regarder le second cliché pris avec le mobile pour s’en rendre compte.

Test : Samsung Galaxy S 2

Test : Samsung Galaxy S 2




Et alors, bien ou bien ?

Le Samsung Galaxy S 2 n’est pas parfait. Parmi les défauts qu’on peut lui reprocher, il y a la coque en plastique, l’absence d’un bouton dédié à la prise de clichés ou de vidéos, l’absence d’une sortie mini HDMI, l’obligation de retirer la batterie pour insérer ou retirer une carte micro SD, son autonomie un peu juste, l’absence d’un vrai stabilisateur pour l’enregistrement de vidéos ou encore la sensibilité de son capteur à la lumière. Oui, le Galaxy S 2 n’est pas sans défaut mais il n’en reste pas moins un mobile d’exception.

A mon sens, le dernier né du constructeur coréen peut même prétendre au titre de meilleur androphone du marché. Son écran exceptionnel, son processeur ultra rapide et son interface intuitive et bien pensée en font même l’un des meilleurs mobiles du marché tout court. De tous les smartphones testés à ce jour par mes soins, le S 2 remporte sans nul doute la palme. Pour tout vous dire, c’est avec une certaine tristesse que je vais le voir repartir dans les bureaux de NRJ Mobile. En un peu plus d’une dizaine de jours, il s’est effectivement ancré dans mon quotidien de mobinaute et il me sera sans doute très difficile de m’en passer.

Test : Samsung Galaxy S 2

Alors bien sûr, il est difficile de parler du Samsung Galaxy S 2 sans évoquer l’iPhone 4. Car en effet, si vous vous intéressez un peu au secteur de la téléphonie mobile, vous n’êtes sans doute pas sans savoir que les relations entre Samsung et Apple ne sont pas au beau fixe puisque la Pomme Croquée accuse en effet le constructeur coréen de trop s’inspirer de ses propres créations. De mon point de vue et après avoir passé 15 jours avec le S 2, les attaques de la firme de Cupertino ne sont pas justifiées. Certes, TouchWizz ressemble un peu à iOS (il suffit de lorgner du côté de l’application dédiée aux livres numériques), mais je pense sincèrement que ces deux plateformes ne peuvent pas être comparées. Même chose d’ailleurs pour l’allure générale du mobile de Samsung qui n’a finalement pas grand chose à voir avec celle du dernier iPhone.

Après, bien sûr, côté prix, le Samsung Galaxy S 2 n’est pas donné. C’est un fait, puisqu’il coûte entre 500 € et 600 € nu. En revanche, avec un forfait, il peut déjà être beaucoup plus accessible, notamment avec les offres de remboursement.

Et si vous voulez voir d’autres photos, vous pouvez toujours vous rendre sur la page Facebook de la Fredzone ou sur mon Picasa.

Test : Samsung Galaxy S 2

Test : Samsung Galaxy S 2

Test : Samsung Galaxy S 2