APN

Test : Sony RX100 II

Toutes les personnes s’intéressant au domaine de la photographie numérique ont forcément entendu parler du RX100 et c’est bien normal puisque ce dernier a pendant longtemps occupé la première place du podium dédié aux compacts. Quelques mois plus tard, Sony a remis le couvert avec un nouvel APN encore plus complet : le RX100 II, aussi désigné comme le RX100 M2. Comme le suggère habilement le titre de mon article, c’est précisément de ce dernier dont il est question aujourd’hui, puisqu’il partage mon quotidien depuis quelques jours maintenant. Et si vous vous demandez ce qu’il a dans le ventre, et bien vous êtes au bon endroit.

De prime abord, le RX100 II ressemble comme deux gouttes d’eau à son grand frère. Un boitier compact, une ergonomie intuitive, il n’aura aucun mal à séduire ceux qui étaient tombés en admiration devant le RX100. Attention cependant à ne pas vous laisser avoir car si le RX100 II a des airs de ressemblances avec ce dernier, il n’en est pas une copie parfaite non plus. En réalité, les nouveautés sont nombreuses et Sony n’a pas vraiment fait dans la dentelle.

Sony RX100 II : image 1

Le Sony RX100 II vu de face, comme un air de famille avec son prédécesseur non ?

Prise en main & Ergonomie

Le principal atout du Sony RX100 II, ce sont ses dimensions compactes. Il tiendra facilement dans une poche ou dans une sacoche, et il pourra donc nous accompagner dans le moindre de nos déplacements. Une bonne chose, surtout quand on sait que le meilleur appareil photo est celui que nous avons toujours avec nous. Bonne nouvelle, parce que le RX100 II tiendra sans problème dans votre poche de pantalon. Ou dans l’autre, d’ailleurs.

L’ergonomie n’est pas en reste pour autant. Sur la tranche supérieure de l’appareil, nous trouverons un flash « popup », le bouton de mise sous tension, le déclencheur encadré d’une molette dévolue au zoom et la molette de sélection des modes. De ce côté là, nous n’aurons que l’embarras du choix avec les habituels modes PSAM, sans oublier les panoramas si chers aux yeux de Sony. Point intéressant, contrairement au RX100, ce nouveau boitier intègre une griffe accessoire. Il sera donc possible de lui coller un flash externe, un microphone et même un viseur numérique si besoin est.

Au dos du boitier, nous aurons droit au bouton permettant de lancer l’enregistrement d’une vidéo, à un bouton Fn personnalisable, au bouton d’accès au menu, au bouton de lecture et à une roue codeuse. L’écran LCD de 3 pouces (1.223.000 points), lui, est inclinable. Exactement comme sur les NEX. Il pourra donc basculer à 90° vers le haut et à 45° vers le vas. Seule ombre au tableau, il n’est pas tactile.

La bague d’objectif est toujours de mise et elle nous permettra toujours de modifier l’ouverture, le zoom ou la vitesse de l’obturateur. Tout dépendra des réglages de l’utilisateur.

Sur le côté droit, nous pourrons mettre la main sur les sorties MULTI / HDMI. La trappe dissimulant l’accès à la carte mémoire se trouve toujours sous l’appareil et c’est finalement là son plus gros défaut puisqu’il faudra impérativement le retirer de son trépied pour en changer. Même punition pour la batterie mais là, cela n’a rien de très surprenant.

La prise en main est intuitive, et agréable. Certes, le boitier est très compact, mais c’est précisément ce qui fait sa force puisqu’il pourra nous accompagner dans le moindre de nos déplacements. Les experts trouveront immédiatement leurs marque, et on sent finalement que le RX100 II a été pensé pour ce public particulièrement exigeant.

Sony RX100 II : image 2

La tranche supérieure du Sony RX100 II.

Nouveau capteur, WiFi et NFC au programme

Premier changement et pas des moindres, le capteur. Un capteur Exmor R 1″ de 20 mégapixels, avec technologie BSI pour améliorer la gestion du bruit. Très concrètement, donc, le capteur du RX100 II est quatre fois plus grand que la plupart des compacts numériques du marché, et il obtiendra de meilleurs résultats que son prédécesseur lorsque la lumière vient à manquer.

Mais ce n’est pas la seule nouveauté dont il profite. En réalité, le RX100 II joue la carte du tout connecté en intégrant à la fois une puce WiFi et une puce NFC. Il sera donc parfaitement possible de transférer le contenu de sa carte mémoire sur un ordinateur ou un terminal nomade. Mieux, en installant PlayMemories, il sera même possible d’en prendre le contrôle depuis un terminal fonctionnant sous iOS ou Android.

Quelle est l’utilité de cette fonction ? En réalité, tout dépend de vos besoins, mais c’est tout de même très confortable de pouvoir gérer le RX100 II à distance depuis son smartphone. Si besoin est, nous pourrons effectivement nous filmer ou nous photographier, et nous assurer ainsi que notre cadrage soit respecté. Très pratique en interview, par exemple, puisque nous n’aurons pas forcément besoin d’un caméraman (ou d’un ami) pour assurer cette fonction.

Plus de choses, ça veut aussi dire un poids un peu plus élevé. Le RX100 II pèse ainsi 40 grammes de plus que son prédécesseur, une différence peu notable pour les Geeks musclés que nous sommes.

Sony RX100 II : image 3

Le côté droit du RX100 II, avec la sortie HDMI.

Performances, Photos & Vidéos

Disons le clairement, si le Sony RX100 II est un peu lent au démarrage (comptez un peu plus de deux secondes), il s’en sort plutôt bien pour le déclenchement et pour l’autofocus. Le boitier a d’ailleurs droit à son mode rafale, un mode fixé à 10 images par seconde. Attention cependant car tout dépendra du format de vos fichiers. Si le RX100 II gère bien évidemment le JPEG, il est également possible de shooter en RAW (ARW) si besoin est.

L’optique est la même que sur le RX100 et on retrouve donc le Carl Zeiss Vario-Sonnar T* 28-100mm f/1.8-4.9. La qualité est évidemment au rendez-vous, y compris lorsque la lumière vient à manquer. Le capteur BSI offrira des résultats acceptables jusqu’à 12.800 ISO. Rappelons que le RX100 se limitait à une sensibilité de 6.400 ISO. Et il faut bien l’avouer, les performances sont vraiment au rendez-vous. Le RX100 II s’en sort à la perfection dans toutes les conditions possibles, y compris en basse luminosité. C’est d’ailleurs assez étonnant puisque les compacts n’ont jamais été à l’aise sur ce terrain là. Sony prouve une fois de plus tout son savoir-faire en la matière.

Et puis, il y a la vidéo. Le RX100 II accepte deux formats distincts : le AVCHD (1080p, 50 im/s, 38 Mbps) ou le MP4 (1440×1080, 25 im/s, 12 Mbps). L’autofocus est très réactif, le compact obtient des résultats plus que corrects et j’avoue avoir été très surpris par le rendu de certaines séquences. En investissant dans des accessoires supplémentaires, comme un trépied et un microphone externe, il sera parfaitement possible de transformer le RX100 II en un petit studio d’enregistrement nomade. Idéal pour passer presque inaperçu dans les soirées mondaines, ou pour couvrir un salon spécialisé.

L’autonomie, pour sa part, est fixé à 350 photos, en tenant compte des normes CIPA.

Sony RX100 II : image 4

La tranche droite du RX100 II.

Conclusion

Les compacts numériques m’ont toujours laissé très perplexe, surtout quand on voit les innovations apportées à nos smartphones. Sony, de son côté, a choisi de lancer un APN résolument haut de gamme et bien lui en a pris car le RX100 II est capable d’accomplir des merveilles, surtout au grand-angle, y compris en basse lumière. Sa connectivité est également un atout puisqu’il sera possible d’en prendre facilement le contrôle à distance, sans avoir à poser un seul doigt sur son boitier.

Seule ombre au tableau, son prix. Avec un prix moyen tournant autour des 680€, le RX100 II ne conviendra pas forcément à toutes les bourses. Ceci étant, si vous avez les moyens, et si vous cherchez un compact numérique discret à emmener partout avec vous, alors c’est sûr, vous ne pourrez pas trouver mieux.

Plus personnellement, j’ai été très agréablement surpris par les performances du RX100 II, et ce aussi bien en capture de photos qu’en enregistrement de vidéos. Peu importe les conditions de prise de vue, le compact de Sony s’en sort avec tous les honneurs. En toute franchise, j’ai vraiment eu un énorme coup de coeur pour cet appareil, et ce alors même que je n’ai jamais été très fan des compacts numériques. Ah et sachez d’ailleurs que toutes les photos illustrant ma prise en main du Samsung Galaxy Note 3 ont été prises à l’aide du RX100 II. Même chose pour la vidéo, d’ailleurs.

Merci à Pixmania ! Ah et vous avez même droit à un bonus en passant : si vous saisissez le code FREDZONE50PIX sur Pixmania au moment de commander le RX100 II, vous aurez droit à une réduction de 50€. Offre soumise aux 50 plus rapide.