Test : Sony Xperia Ion

Annoncé à l’occasion du dernier CES, le Sony Xperia Ion est arrivé dans l’hexagone à la rentrée, et donc le mois dernier. Lors de son annonce officielle, le bougre m’avait pas mal tapé dans l’oeil, notamment grâce à son capteur de 12 mégapixels. Il me tardait donc de l’avoir en main et autant vous dire que je n’ai pas eu besoin de réfléchir longtemps lorsque Sony m’a proposé de m’en prêter un exemplaire pour m’amuser un peu. Un grand merci à eux, d’ailleurs. Et quoi qu’il en soit, j’en ai évidemment profité pour réaliser un petit test afin de vous permettre vous aussi d’en découvrir un peu plus à son sujet.

Mais avant ça, je tiens une fois de plus à préciser que ce test n’est rien d’autre le fruit de mon expérience personnelle et de cette semaine de test. Vous avez donc parfaitement le droit de ne pas être d’accord avec tout ce qui suit. Si vous souhaitez en discuter, vous êtes d’ailleurs les bienvenus, c’est justement à ça que servent les commentaires.

Sony Xperia Ion

Caractéristiques Techniques

On ne change pas une équipe qui gagne et on va donc commencer par évoquer les caractéristiques techniques du Xperia Ion. Si vous les connaissez déjà, vous pouvez toujours passer à la suite mais je pense qu’il est préférable de bien se rafraichir la mémoire avant d’aller plus loin :

  • Ecran TFT de 4.6 pouces offrant une résolution de 1280 x 720.
  • Ecran Reality Display avec moteur mobile Bravia.
  • Processeur double coeur Qualcomm cadencé à 1.5 Ghz.
  • 1 Go de mémoire vive.
  • 16 Go d’espace disque + port pour cartes microSD.
  • Capteur CMOS Exmor R de 12 mégapixels avec rétro-éclairage et autofocus.
  • Réseaux GSM EDGE.
  • Réseaux UMTS HSPA+.
  • Radio FM.
  • Prise jack 3.5 mm.
  • WiFi, Bluetooth, NFC, etc.
  • Dimensions : 133 x 68 x 10.6 mm.
  • Poids : 144 grammes.

On peut tout-de-même préciser que le verre de l’écran est censé être incassable. Manquant de courage, je n’ai pas cherché à faire mentir Sony durant mon test.

Pour le reste et sur le papier, on trouve une configuration plutôt correcte. Certes, le double coeur fait un peu vieillot (surtout à l’heure où les puces quad core sont en train d’envahir le marché) mais on sait très bien que la puissance brute ne fait pas tout. Et au final, la principale caractéristique du Ion, son atout maitre, c’est son capteur de 12 mégapixels dont nous aurons l’occasion de reparler en long, en large et en travers un peu plus loin.

La batterie ? N’étant pas parvenu à ouvrir le capot inférieur arrière, je ne peux pas vous dire ce qu’il en est. J’ai préféré ne pas forcer et, pour tout vous dire, je ne sais même pas si cette partie est réellement amovible. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que l’autonomie du Ion est dans la moyenne. On est donc très loin d’un Note 2 mais il pourra tout-de-même tenir la charge une journée complète sans avoir à le charger.

Sony Xperia Ion

Package, Design & Ergonomie

Maintenant que les présentations sont faites et que vous savez à qui vous avez affaire, on va pouvoir se pencher sur la boite de notre terminal et sur ce qu’elle contient. En dehors du téléphone, on va donc trouver de la documentation (en grande quantité), un câble de synchronisation et de recharge, un chargeur et un kit mains libres accompagné par quelques embouts pour oreilles. Pas de housse, pas de petit chiffon, pas de câble micro HDMI, on doit se contenter de l’essentiel. La boite, en tout cas, est assez jolie à regarder et son format est plutôt original. M’enfin, ça reste une boite, hein.

Le Xperia Ion, quant à lui, est assez joli à regarder. De face, il ressemble à n’importe quel Xperia et on retrouve donc le logo de la marque et de la gamme, la capteur frontal ainsi qu’une série de quatre boutons sensitifs. Tout se passe donc du côté de sa coque arrière, une coque entièrement recouverte d’une surface d’aluminium mais encadrée par deux languettes de plastique qui serviront à faire passer les différents signaux du terminal (WiFi, Bluetooth, etc). A la base, le rendu est assez sympa mais, perso, je n’ai pas trop accroché. Notez cependant que c’est un avis totalement subjectif. En outre, c’est le modèle bordeaux qui m’a été prêté, et pas le noir.

Sony Xperia Ion

L’ergonomie du terminal est plutôt complète. Sur la tranche droite, on va ainsi trouver quatre boutons : un pour mettre le smartphone en veille, deux autres pour contrôler son volume et un dernier qui sera entièrement dédié à l’appareil photo. De l’autre côté, nous aurons simplement une trappe donnant accès à la prise USB et à la sortie HDMI du Ion. Au dessus, nous avons la prise jack. Pour accéder aux deux ports (SIM + microSD), il faudra enlever la partie supérieure de la coque arrière de l’appareil en la faisant glisser vers le haut. Point très positif, on va trouver dans le port pour la carte SIM une fiche en plastique dans laquelle on pourra caser notre Nano SIM.

Au final, donc, le Xperia est plutôt séduisant. Mais la vraie question, c’est évidemment de savoir ce qu’il vaut sur le terrain…


Performances & Capture Photo / Vidéo

Pour évaluer les performances brutes du Xperia Ion, je me suis comme à chaque fois appuyé sur quatre outils de benchmarking : BenchmarkPi, Quadrant, Linpack et An3DBench. Ces outils sont certes perfectibles, mais ils permettent au moins de comparer le terminal avec ceux proposés par la concurrence :

  • BenchmarkPi : 566.
  • Quadrant : 3.100.
  • Linpack : 69.697.
  • An3DBench : 7.246.

Sans surprise, le processeur double coeur du Xperia Ion ne lui permet pas de tenir tête face à un Tegra 3. Les résultats obtenus par le mobile accusent un net retard face à la Xperia Tablet S, au Galaxy S3 ou au Galaxy Note 2.

C’est triste, évidemment, mais il ne faut pas perdre de vue que les performances brutes d’un terminal ne sont pas toujours représentatives du ressenti de l’utilisateur. En la matière, le Xperia Ion s’en tire plutôt bien. Quelques latences sont évidemment à prévoir sur les jeux les plus gourmands mais il s’en sort honorablement pour tout autre type d’utilisation. Que vous fassiez du web, du réseautage ou quelques petits jeux comme Angry Birds ou Bad Piggies, il vous donnera entièrement satisfaction. Après, la question qu’on peut se poser, c’est évidemment de savoir si le Ion tiendra la route dans six mois ou même dans un an, et lorsque les éditeurs proposeront des titres encore plus gourmands.

Sony Xperia Ion

On en vient maintenant à la photo. Avec un capteur de 12 mégapixels, on pouvait s’attendre à pas mal de bonnes choses de ce côté là et il faut avouer que le Ion ne déçoit pas. Certes, lorsque la luminosité vient à manquer, son focus semble comme paralysé et les clichés délivrés souffrent d’un bruit important, mais c’est de toute façon l’apanage de tous les mobiles du marché. A l’exception, peut-être du PureView de Nokia ou encore du photophone de Samsung, mais ça reste à prouver. Pour le reste, et bien on obtient de très bons résultats avec des images plutôt intéressante et un jeu de couleur assez juste.

De même pour la vidéo. Alors bien sûr, un smartphone reste un smartphone et il ne faut pas non plus vous attendre à des miracles, mais j’avoue avoir été agréablement surpris par les résultats obtenus. Vous trouverez d’ailleurs un peu plus bas une vidéo et quelques photos prises avec l’appareil dans des conditions variées.

Et le processeur, dans tout ça ? Parce que bon, un capteur de 12 mégapixels, c’est bien, mais si la puce ne suit pas derrière, ça ne sert à rien. Sur ce point, j’avais quelques craintes mais je n’ai noté aucune latence particulière.


Plateforme & Surcouche

On passe maintenant à la plateforme et à la surcouche. Première chose à signaler, le Xperia Ion est livré avec Ice Cream Sandwich. Ce qui veut aussi dire que le mobile est extrêmement fluide et réactif. En outre, on retrouve bien évidemment toutes les fonctionnalités propres à l’avant dernière mise à jour d’Android.

Et puis, il y a la surcouche de Sony. Une surcouche plutôt agréable à l’oeil et qui reprend l’identité visuelle de la firme. Ambiance moderne, donc. Mais attention car cette dernière ne se contente pas d’apporter quelques changements cosmétiques, elle nous permet également de profiter d’un bon nombre de fonctionnalités supplémentaires. Parmi ces dernières, on va par exemple trouver l’économiseur d’énergie, un utilitaire complet, ludique et qui va vous offrir la possibilité de définir des actions en fonction de plusieurs critères (état de la batterie, heure…). Très pratique pour grappiller quelques minutes, ou même quelques heures, supplémentaires.

Pour le multimédia, on peut également profiter d’une galerie d’image minimaliste mais très agréable à utiliser. Outre le fait de présenter toutes les images et toutes les vidéos stockées sur votre terminal, l’application vous permettra également de les visualiser sur une carte ou encore de parcourir vos galeries en ligne (Picasa, Facebook, etc…). Les mélomanes ne sont pas oubliés pour autant et ils pourront profiter de la Radio FM, bien sûr, mais aussi d’une application dédiée qui leur permettra de jouer la musique stockée dans l’appareil et de mettre la main sur plusieurs outils comme l’égaliseur de son. L’interface est plutôt propre et soignée. Plus loin, il y a aussi le lecteur vidéo qui ne lit que des formats de base, certes, mais qui permet également d’accéder à des informations sur les films ou encore sur les acteurs qui jouent dedans.

Sony Xperia Ion

Et ainsi de suite, la liste est évidemment très longue. En dehors des applications, Sony a également apporté quelques modifications à la plateforme elle-même. La firme a ainsi mis en place un gestionnaire de thèmes qui vous permettra de modifier rapidement l’apparence de votre environnement. Pas mal, mais notez qu’il ne s’agit pas d’un système ouvert, on ne peut donc pas ajouter de nouveaux thèmes et c’est quand même bien dommage. En outre, elle a également mis au point un clavier virtuel intéressant et qui supporte pas mal de fonctions comme le swype ou encore le changement de thème. Je l’ai d’ailleurs trouvé très agréable à utiliser.

Au final, la surcouche développée par Sony est assez intéressante mais elle manque malheureusement de fantaisie. J’aurais bien aimé pouvoir retrouver sur le Xperia Ion certaines des fonctionnalités de la Xperia Tablet S, par exemple. Quoi qu’il en soit, pour vous montrer le smartphone en fonctionnement, je vous ai préparé une petite vidéo…


Conclusion

Ce test touche à présent à sa fin. Je n’ai pas évoqué toutes les particularités du Xperia Ion, c’est vrai, mais je pense que vous aurez quand même de quoi faire entre mon article et mes vidéos. Comme à chaque fois, si vous avez des questions, des observations ou même des suggestions, vous savez que les commentaires sont là pour ça et qu’il ne faut pas hésiter à les utiliser.

Vient le moment du verdict. En toute franchise, le Xperia Ion m’a plu, c’est vrai, mais ce ne sera sans doute pas mon coup de coeur de l’année. C’est un mobile robuste, véloce, réactif, soigné, mais il peine malheureusement à se détacher du lot. Au niveau de son design, déjà, on appréciera bien évidemment le choix de l’aluminium là où la plupart des constructeurs se contentent encore de plastique. En revanche, Sony aurait pu aller plus loin et peut-être même opter pour des lignes un peu plus originales. Et là, je pense bien évidemment à la Xperia Tablet S qui est sans nul doute l’une des meilleures surprises de la rentrée.

La surcouche, quant à elle, brille par son efficacité. Jolie, minimaliste, ergonomique, elle devrait plaire aux mobinautes acharnés comme au grand public. Surtout avec ses fonctions de connectivité. Je n’ai pas vraiment abordé ce point plus haut mais on sent bien que Sony raisonne désormais en terme d’écosystème et c’est évidemment une stratégie très porteuse puisque c’est justement ce que recherchent les consommateurs. Avoir un terminal ultra puissant, c’est bien, mais ce n’est plus suffisant aujourd’hui et le constructeur nippon semble l’avoir bien compris.

Pour finir, si vous avez envie de voir plus de photos de la bête, sachez que vous trouverez tout ce qu’il vous faut sur mon Google+ ou sur mon Facebook. En outre, sachez que tous mes tests vidéos sont disponiblessur ma chaine YouTube.



Frédéric Pereira est l'auteur de cet article

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • Sony SmartWatch, une montre pour votre Xperia

    Sony SmartWatch, une montre pour votre Xperia

    Le concept des « montres connectées », vous connaissez ? Non ? Vraiment pas ? Pour faire simple, ces dernières se présentent comme des montres mais elles sont capables de se connecter à un mobile afin de vous permettre de lire vos messages, de consulter vos appels ou même parfois d’envoyer vos mails sans avoir à sortir votre smartphone de votre poche. Plutôt pratique, surtout si on prend le RER tard le soir. Et bien figurez-vous c’est à l’occasion du CES 2012 que Sony a présenté sa SmartWatch, une chouette montre qui devrait vous simplifier grandement la…

  • Se connecter au SEN avec une PlayStation 3 crackée, c'est maintenant possible !

    Se connecter au SEN avec une PlayStation 3 crackée, c’est maintenant possible !

    Comme vous le savez sans doute déjà, la PlayStation 3 est plutôt bien protégée. Certes, des bidouilleurs sont parvenus à trouver une méthode pour la cracker, donnant ainsi vie au PS Jailbreak et au PS Jailbreak 2, mais Sony a très vite pris les devants en fermant l’accès au SEN à toutes les PlayStation 3 crackées. Une décision que l’on comprend aisément. Toutefois, si vous ne vivez que pour le jailbreak, sachez qu’une team de hackers est parvenue à mettre au point un tweak pour profiter du SEN et donc du jeu en réseau sans…

  • Sony NEX-5R et Sony NEX-6 : vers une puce WiFi intégrée ?

    Sony NEX-5R et Sony NEX-6 : vers une puce WiFi intégrée ?

    Sony fait de très bons hybrides (et pas seulement), il suffit effectivement de jeter un oeil vers un Nex-7 ou même vers l’un des derniers Nex-5 pour apprécier tout le savoir-faire de la firme. Dans ce contexte, on comprend évidemment pourquoi certains curieux passent leurs journées à fureter sur le web pour tenter de débusquer des informations sur les prochaines gammes. Oui, et c’est ainsi que les cas de Sony Alpha Rumors sont parvenu à dénicher des références faisant allusion à un Sony NEX-5R ainsi qu’à un Sony NEX-6. Des hybrides dont on ne sait…


  • Zafou

    Sony fait de beaux terminaux, mais malheureusement, il n’y a aucun suivi ni mise à jour.

  • sonykeur

    dans la boite normalement il y a un cable HDMI et USB + quelque smartags et la station d’acceuil ? pourquoi tu n’as pas tout sa dans la boite ?

  • Articles Populaires -

  • Les Bons Plans -

  • Articles au hasard -