Clicky

The Greenbrier, ou l’histoire de l’abri antiatomique conçu pour sauver le gouvernement américain

Dans une série de rapports publiés en 2010, les journalistes du Washington Post Bill Arkin et Dana Priest ont révélé que 33 complexes souterrains pour les services de renseignement top-secrets étaient en construction ou avaient été construits à Washington, DC et dans les environs depuis septembre 2001. Mais bien avant cette révélation, en 1992, le journal avait déjà révélé l’existence d’un autre bunker top-secret qui attendait l’apocalypse, derrière une porte en acier renforcée géante.

Pendant 30 ans, le bunker avait été gardé secret, caché dans le Greenbrier Golf Resort, un hôtel situé à 400 km au sud-ouest de Washington DC, à White Sulphur Spring dans l’État de Virginie.

USA nucléaire

L’immense abri antiatomique rempli de fournitures devait accueillir les membres du Congrès américain en cas de guerre atomique.

La construction d’un bunker top-secret au Greenbrier Golf Resort

Considérée comme une destination récréative dès 1778, la communauté de White Sulphur Springs a construit un hôtel sur ses terres appalachiennes en 1858, avec des parcours de golf ajoutés en 1913. En plus d’être un lieu de vacances pour l’élite de la côte Est, le site a également servi d’hôpital militaire pendant la guerre civile et la Seconde Guerre mondiale. C’est ce service civique qui a jeté les bases de la mission classifiée de la station de Greenbrier.

En pleine guerre froide, le gouvernement des États-Unis a contacté le Greenbrier à la fin des années 1950 avec une idée. Si une frappe militaire étrangère atteignait le sol américain – en particulier un holocauste nucléaire – le pays avait besoin d’un lieu de relocalisation pour héberger les dirigeants et les fonctionnaires, afin de stabiliser et de maintenir le gouvernement.

Sous le nom de code « Project Greek Island » (Projet île grecque), la station a creusé un poste de travail souterrain en 1959. Pour dissimuler les opérations, le Greenbrier a ajouté une aile supplémentaire à l’hôtel et caché certains des éléments de construction par la création d’un nouveau parcours de golf à 9 trous sur le domaine.

Description du bunker de Greenbrier

L’abri antiatomique de Greenbrier pouvait abriter jusqu’à 1 000 personnes. Parmi les fonctionnalités du bunker, il y avait deux auditoriums (un pour les sessions du Sénat, l’autre pour la Chambre des représentants), un centre médical, des cuisines, des logements et une salle de presse/diffusion. Pour des raisons de sécurité, le bunker a été renforcé par des murs en béton.

Une partie du bunker était accessible au public pendant son fonctionnement. Principalement le hall d’exposition, qui a été utilisé par la clientèle de l’hôtel pour des réunions et des rassemblements. Cela a été fait afin de dissimuler les limites réelles de la forteresse cachée. Pour gérer la propriété, une fausse entreprise appelée « Forsythe Associates » a été mise en place, en faisant croire que l’objectif de l’entreprise était de faire fonctionner les téléviseurs et l’électronique de l’hôtel.

Cependant, même pendant les moments critiques de la guerre froide, la fortification n’a jamais été utilisée. (En tout cas pas en la connaissance du public.) En 1992, le Washington Post a dévoilé le secret de Greenbrier. Immédiatement après la sortie de l’article, le bunker a été déclassifié. La structure souterraine est maintenant ouverte au public pour des visites guidées, afin de donner un aperçu des dangers bien trop réels d’une époque pas si lointaine.

Mots-clés histoire