« The Mask » : l’auteur du comic-book original aimerait un « reboot » porté par une femme

L’échec du dernier Ghostbusters ne semblant pas avoir découragé l’industrie du cinéma de mettre en avant des figures féminines, le créateur de The Mask a récemment déclaré qu’il imaginait une femme pour faire revivre la franchise. Encore faut-il qu’elle soit d’accord.

En 1994, Jim Carrey se révélait au monde entier via The Mask, une comédie américaine où le personnage principal, un employé de banque un peu gauche, trouvait un étrange masque ancien qui allait faire de lui un être totalement déjanté.

Ce fameux monde entier se souvient en revanche bien moins du Fils du Mask, une suite sortie en 2005 dont la réception a été telle qu’une sortie directe en VHS/DVD aurait, a posteriori, été préférable. Entre-temps, une série animée notamment diffusée sur M6 en France avait bien plus marqué les esprits.

Un « reboot » de The Mask envisagé, une actrice à convaincre

Le pouvoir de la franchise n’ayant possiblement pas encore été épuisé, un retour de celle-ci a récemment été évoqué par Mike Richardson, le créateur du comic-book original, auprès de Forbes. Si jamais un troisième film venait à voir le jour, celui qui a également été producteur sur le premier long-métrage a une idée bien précise sur l’incarnation du Mask :

« J’aimerais voir une comédienne à l’humour physique [dans le rôle]. J’ai un nom en tête, mais je le ne dirai pas. Nous allons devoir être très convaincants pour la persuader, mais nous verrons bien… On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. Nous avons quelques idées. »

Quant au thème qu’il aimerait voir principalement abordé, Mike Richardson pense finalement à ce qui avait été fait avec le premier film :

« J’aimerais que ce soit un autre film de personnage sur quelqu’un qui a le pouvoir absolu. Tout le thème de The Mask reposait sur ce que nous ferions si nous avions le pouvoir absolu, tout comme Stanley Ipkiss. Lorsque nous obtenons le pouvoir absolu, nous ne faisons souvent que très peu d’efforts pour surmonter notre nature humaine et utiliser le pouvoir pour le bien. Stan Lee disait qu »un grand pouvoir implique une grande responsabilité’, mais mon axiome serait plutôt ‘le pouvoir absolu corrompt de manière absolue.' »

Mots-clés the mask