The Meg, le requin géant a vraiment existé

The Meg, le dernier blockbuster hollywoodien a fait couler beaucoup d’encre. Ce film inspiré d’un requin géant de 18 mètres qui a réellement existé. Avec Jason Statham en tête d’affiche, le film promet d’être particulièrement intéressant. L’histoire est basée sur un Mégalodon de 25 mètres de long qui n’hésite pas à s’en prendre aux humains.

Toutefois, les scientifiques réfutent la thèse selon laquelle les requins seraient un danger pour les humains. En réalité, les Mégalodons auraient eu plus peur des hommes. D’après le Dr Catalina Pimiento, les requins géants se sont éteints il y a de cela 2,6 millions d’années.

Sa taille très imposante ne joue pas toujours en sa faveur, les chances de survie de The Meg étaient même très minces.

The Meg : le requin aurait vécu il y a plus de 2 milliards d’années

La spécialiste en Mégalodons, Dr Catalina Pimiento, est formelle : les requins géants existaient réellement il y a plusieurs millions d’années. Toutefois, ils avaient du mal à survivre à cause de leur immense carrure. L’animal devait chasser en permanence afin de satisfaire ses besoins alimentaires.

Il existe encore des requins-baleines immenses de plus de 18 mètres. Néanmoins, ce genre d’animal se nourrit essentiellement de plancton. Aussi, l’extinction de The Meg est sûrement due au manque de nourritures ou à l’évolution du niveau de la mer. Ce phénomène touche également les autres espèces marines comme les tortues et les baleines.

Une réelle menace pour les espèces marines

Si les films hollywoodiens décrivent le requin comme une véritable menace pour les humains, il n’en est rien. Ce sont les humains qui sont à l’origine de l’extinction de nombreux poissons et mammifères marins.

À titre d’exemple, le film Les Dents de la Mer qui est sorti en 1975 a été une mauvaise source d’inspiration pour les pêcheurs. Ces derniers avaient entamé une véritable chasse aux requins. D’après le Dr Pimiento, si le requin a de grandes mâchoires, c’est surtout pour pouvoir survivre dans les milieux les plus hostiles. Il faut comprendre que les requins contribuent à l’équilibre de l’écosystème.

Seulement, les producteurs hollywoodiens n’ont pas cessé de dépeindre le requin comme le plus grand prédateur des océans.