The Verge très peu impressionné par les débits 5G en démonstration chez Qualcomm

Mardi, Qualcomm donnait le coup d’envoi de son Snapdragon Technology Summit à Hawaï, sur l’île de Maui. Un événement annuel au cours duquel le fondeur a d’ores et déjà présenté son Snapdragon 855 (dont nous avons parlé ici), et qui devait être l’occasion pour Qualcomm de faire démonstration des capacités de ses nouveaux modems 5G. D’après Sean Hollister de The Verge, présent sur place, c’est loupé… la faute à des débits qui peinent pour l’instant à décoller.

Promesse avait pourtant été faite à la presse que l’événement serait une opportunité de découvrir ce que donnera la 5G une fois déployée à grande échelle. L’idée était en théorie de faire la démonstration de débits « multi-gigas » dans des conditions réelles, et avec des prototypes d’appareils destinés à terme au grand public. Dans les faits, l’île de Maui n’a malheureusement pas été le théâtre du grand bouleversement attendu.

Qualcomm tenait mardi un événement durant lequel le fondeur a fait démonstration, avec ses partenaires, des capacités de ses nouveaux modems 5G. The Verge, présent sur place, n’a toutefois pas été époustouflé…

Pour l’occasion, une salle de démonstration a été mise à disposition des journalistes. Équipé en relais 5G installés par Ericsson pour le compte des deux opérateurs américains présents (Verizon et AT&T), l’espace est agrémenté de zones où il est possible de tester différents terminaux compatibles 5G, dont un prototype de smartphone estampillé Samsung (doté d’une étrange encoche sur le coin supérieur droit de l’écran), un Motorola Z3 Play embarquant un (gros) Mod permettant la réception des fréquences 5G, ou encore un HotSpot 5G de chez NetGear.

Des débits 5G, pour l’heure, plus lents qu’une connexion 4G LTE « classique » aux États-Unis

« Ici, les réseaux sont loin d’être au niveau de ce que la 5G est censée être« , estime notamment le reporter du site spécialisé. « Ils sont plus lents que la connexion Comcast [un opérateur américain, NDR] que j’ai à la maison« . « Alors que le Snapdragon 855 est censé pouvoir gérer des débits multi-gigas, et qu’à l’heure actuelle le gros du réseau LTE peut dépasser le seuil des 400Mbps dans certaines zones, le réseau 5G 39 GHz à ondes millimétriques installé ici à Maui émet des débits minables de 130 à 140 Mbps« , a-t-il poursuivi en avançant des débits confirmés, sûrement à contrecœur, par un représentant d’Ericsson présent dans la salle de démonstration.

La raison de ces débits faiblards ? Un manque d’optimisation qui devrait être comblé d’ici au déploiement de la 5G à grande échelle, nous dit le journaliste. À Maui, Ericsson aurait été contraint de limiter son relais à un spectre de 100MHz et n’aurait pas pu régler et optimiser son réseau correctement faute de temps. Lors du déploiement de la 5G sur le marché, ces fréquences devraient atteindre un spectre de 400 à 800MHz, a indiqué le représentant d’Ericsson à The Verge.

D’ailleurs, les différents représentants d’opérateurs et équipementiers interrogés par le média pointent vers une réponse plus ou moins commune. Ils ne sont pas encore tout à fait prêts.

« Je vais vous le dire franchement, les débits ne sont pas aussi sidérants que l’on aimerait« , a notamment confessé un porte-parole d’AT&T à The Verge, avant que le directeur d’architecture de Verizon pour la 5G n’admette, toujours auprès de Sean Hollister, que la 5G « ne sera multi-gigas que lorsqu’elle sera déployée, réglée et optimisée« … sous-entendu dans plusieurs mois.

Un représentant de NetGear a toutefois ajouté qu’il ne faudrait pas s’attendre à des débits multi-gigas partout dès les débuts du réseau 5G à l’internationale. « Cela variera d’un marché à l’autre« , a-t-il confié. « Certains marchés n’auront peut-être accès qu’à une bande passante de quelques centaines de mégabits avec le 39 GHZ tandis que d’autres pourront profiter de débits allant jusqu’à 5 Gbps« . En attendant, au Snapdragon Technology Summit, la démonstration de force de la 5G semble très peu probante, comme en témoigne le tweet ci-dessous.

Crédit illustration : Sean Hollister pour The Verge

Mots-clés 5Gqualcomm