Tiangong-1 s’est désintégrée au-dessus du Pacifique

Tiangong-1 ne sera finalement pas tombé dans mon jardin, ni même dans le vôtre visiblement. La station spatiale chinoise s’est en effet désintégrée cette nuit au-dessus du Pacifique après deux années passées à dériver dans l’orbite terrestre.

Tiangong-1 était la toute première station spatiale conçue et développée par la CNSA et donc par l’agence spatiale chinoise.

Tiangong-1

Relativement compacte, elle mesurait tout de même dix mètres de long et trois mètres de diamètre, pour une masse totale de huit tonnes.

Tiangong-1 s’est désintégrée cette nuit

En 2016, la CNSA a déclaré avoir perdu le contrôle de la station suite à un dysfonctionnement technique. Les différentes tentatives de l’agence pour reprendre le contrôle de l’appareil se sont toutes soldées par de cuisants échecs et Tiangong-1 a ainsi commencé à retomber vers notre planète, attirée par la gravité terrestre.

D’après les calculs et les simulations réalisés par l’ESA, la station devait atteindre notre atmosphère durant le week-end.

L’agence spatiale européenne ne s’est pas trompée. Tiangong-1 s’est en effet abîmée dans l’atmosphère terrestre durant la nuit de dimanche à lundi et la station s’est ainsi désintégrée au-dessus du Pacifique.

D’après le bureau chinois chargé de la conception des vols spatiaux habités, la plupart des équipements embarqués à bord de la station ont été détruits lorsque Tiangong-1 est venue frapper notre atmosphère et aucun débris n’a encore été retrouvé.

Aucun débris recensé

Selon le rapport publié par les autorités chinoises, l’entrée dans notre atmosphère a eu lieu cette nuit autour de minuit quinze. La chaleur et la friction provoquée par le franchissement de la barrière invisible entourant notre monde a entraîné la combustion des différents éléments composant la station et cette dernière a fini par se désintégrer dans le ciel.

Il faut tout de même noter que ce n’est pas la première fois qu’un appareil conçu de la main de l’homme connaît un destin aussi tragique. Durant ces soixante dernières années, les agences spatiales mondiales ont recensé environ six mille rentrées non contrôlées.

Toutefois, Tiangong-1 était assez massif et c’est précisément pour cette raison que l’incertitude régnait.

Pour rappel, le CNSA a procédé au lancement de Tiangong-2 en 2016. Relativement proche du premier modèle, la station mesure 10,4 mètres de long et 3,35 mètres de diamètre. Cette fois, elle est censée avoir une durée de vie de deux ans.

Mots-clés espacetiangong-1