Titan : une molécule complexe a été découverte

Titan fait de nouveau parler de lui. En s’appuyant sur plusieurs instruments terrestres, des chercheurs ont en effet découvert l’existence d’une molécule complexe dans l’atmosphère du satellite de Saturne.

Titan n’est pas une lune comme les autres. Immense, le satellite dépasse en effet la taille de Mercure et il est en plus doté d’une atmosphère dense. Mieux, il est aussi riche en composés organiques et il serait donc potentiellement capable d’abriter une forme de vie.

Espace

Toutefois, le satellite n’est pas non plus des plus accueillants et il se compose ainsi principalement de roches parsemées de nombreux lacs d’hydrocarbure liquides.

Titan, une lune pas comme les autres

L’atmosphère de la lune se compose pour sa part à 98,4 % de diazote et à environ 1,6 % de nuages de méthanes et d’éthane. Elle est également balayée par des vents violents ponctués de pluies de méthane, le tout avec des températures tournant en moyenne autour de -179 °C.

Ce détail est loin d’être anodin, car l’eau ne peut pas exister sous la forme liquide à une telle température.

Titan a donc été longtemps considéré comme un lieu inhospitalier et impropre à la vie. L’eau liquide a en effet une importance capitale dans le processus de formation des microorganismes et elle permet notamment aux membranes de nos cellules de se former.

Toutefois, en 2015, les scientifiques ont revu leurs modèles et ils ont alors réalisé que l’eau n’était pas le seul élément capable de constituer les membranes des cellules.

Selon le modèle mathématique élaboré par leurs soins, le méthane liquide présent à la surface de la lune pourrait favoriser le développement de ces membranes cellules en s’associant avec l’acrylonitrile détecté par la sonde Cassini lors de son survol de la région.

Le méthane et l’acrylonitrile, le cocktail gagnant

Il restait cependant beaucoup d’inconnues dans l’équation. Les instruments de la sonde n’ont effectivement pas été en mesure de fournir des mesures concluantes et les scientifiques ont donc poursuivi leurs investigations en s’appuyant cette fois sur l’observatoire astronomique de l’Atacama.

Contre toute attente, les instruments de l’observatoire ont révélé la présence de cette molécule dans l’atmosphère de Titan. En partant du principe que le méthane circule sur la lune de Saturne comme l’eau sur la Terre, les scientifiques pensent que ce composé doit également se trouver dans les lacs de méthane présents à la surface du satellite.

Dans ce cas, l’association de ces deux éléments pourrait théoriquement déboucher sur le développement de cellules. Il faudra cependant mener des études plus poussées pour s’en assurer.