ToS;DR, quand quelqu’un d’autre lit les conditions d’utilisation pour vous

« J’ai lu et j’accepte les termes des conditions d’utilisation« , cette simple phrase que l’on connaît par cœur (elle ou une dérivée) constitue le plus gros mensonge du monde : on a tous déjà coché cette case sans avoir réellement fait ce qu’elle demande, et sans aucun remords… Mais désormais, quelle que soit votre excuse pour accepter le contenu de ces pages interminables en moins de 3 secondes, elle n’est plus valable grâce à Terms of Service; Didn’t Read (ou ToS;DR), un projet créé pour lire ces conditions à votre place.

Terms of Service: Didn't Read

ToS;DR est un projet libre dont le but est de répertorier les conditions d’utilisation les plus utilisées. En allant sur le site du projet, vous pourrez donc voir tout ce que les contributeurs ont lu à votre place, mais pas seulement. Car si c’était un simple lien vers les conditions elles-mêmes, il n’y aurait aucun intérêt. Non, ToS;DR vous propose bien plus en vous indiquant les points les plus importants de ces conditions et en marquant ces points comme positifs ou négatifs. Une note est ensuite donnée aux conditions analysées, qui va de la classe A, qui signifie que ces dernières sont très bien, à la classe E, qui, au contraire, veut dire que le service vous prive de pas mal de libertés.

Car il s’agit là du problème que ToS;DR souhaite régler : peu de monde a le courage de lire les conditions d’utilisation en entier et ça, personne n’est dupe, tout le monde le sait et en particulier ceux qui les écrivent, et qui peuvent donc y inclure des clauses qui vous privent de certaines libertés. Le projet vous donne les grandes lignes de ces documents et vous permet donc de voir ce que vous avez ou allez accepter. Pour le moment assez jeune (il n’existe que depuis juin 2012), ToS;DR répertorie cependant déjà quelques conditions comme celles de Facebook, Twitter, Skype, Steam ou encore Delicious.

Il faut donc espérer que le projet va continuer à évoluer et, justement, si vous vous en sentez capable, vous pouvez aider. Le projet étant libre et open-source, vous avez accès aux codes des outils utilisés, code qui vous permettra donc d’améliorer ces outils ou d’en créer de nouveaux. ToS;DR a également besoin de contributeurs prêts à analyser toutes les conditions qui restent à lire.

Via



Jérémy Heleine est l'auteur de cet article

Étudiant en maths, Jérémy est un passionné qui touche un peu à tout, et plus particulièrement au développement web et à l'actualité high-tech qu'il partage avec vous sur Machineo et surtout ici-même.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • Erreur 451 : une erreur contre la censure

    Erreur 451 : une erreur contre la censure

    Sur le web, on trouve des dizaines et des dizaines de codes HTTP comme l’erreur 404, le code 301 ou encore la (très) vilaine erreur 503. Des codes bien connus des blogueurs, des webmestres et finalement de tous ceux qui bossent dans le milieu. Oui, et la bonne nouvelle du jour, c’est qu’un nouveau code pourrait bientôt voir le jour : l’erreur 451, visant tous les sites victimes de censure ou de filtrage. Typiquement le genre d’erreur qui pourrait être très pratique en Chine, ou bien en France post-ACTA par exemple, ce qui revient finalement…

  • YouTube Preview : naviguez plus facilement dans les vidéos de YouTube

    YouTube Preview : naviguez plus facilement dans les vidéos de YouTube

    Ces dernières heures ont été bien chargées question actualité. Entre le lancement de Google Play et la fameuse panne de Facebook qui a touché une bonne partie du monde, on peut dire que nous en avons eu pour notre argent. Ou pas, d’ailleurs. De son côté, YouTube en a également profité pour déployer une nouvelle fonctionnalité bien pratique – Preview – qui va vous permettre de naviguer plus facilement dans les vidéos de la plateforme. Une fonctionnalité vraiment bien pensée et qui va tout simplement afficher des miniatures du clip en cours de lecture afin…

  • Stop ACTA !

    ACTA perd du terrain… mais le combat n’est pas fini !

    La mobilisation, ça a du bon. Alors même que les populations de nombreux pays européens sont descendus dans la rue le 11 février dernier pour signifier leur mécontentement à l’égard du traité ACTA, plusieurs pays de la zone Europe ont décidé de se retirer et de geler ainsi la ratification du traité. Combien ? Neuf, et c’est quand même un bon début. Cela étant dit, il ne faut oublier que ce ne sont pas moins de 22 pays qui avaient signé ce traité au début de l’année. Ce qui veut dire que le combat n’est…


  • Articles Populaires -

  • Les Bons Plans -

  • Articles au hasard -