Tout sur le Nikon D5 et sur le Nikon D500

Nikon n’est pas arrivé à Las Vegas les mains vides. Loin de là même car la marque a profité de l’occasion pour lever le voile sur une nouvelle caméra d’action capable de filmer à 360° et sur deux nouveaux boitiers très prometteurs : le Nikon D5 et le Nikon D500. Ils ne visent évidemment pas le même public mais ils ne manquent pas d’arguments pour convaincre et ils devraient ainsi séduire pas mal de monde.

La présentation de ces deux boitiers n’a pas vraiment surpris l’assemblée et c’est assez logique car ils ont tous les deux fait l’objet de nombreuses rumeurs au fil de ces dernières semaines.

Nikon D5

Le Nikon D5 s’adresse aux professionnels les plus exigeants.

La fiche technique du premier a même été publiée sur la toile plusieurs heures avant le début de la conférence de presse de Nikon, c’est pour dire.

Nikon D5 : la force tranquille

Le Nikon D5 se destine avant tout aux professionnels et ce n’est pas vraiment une surprise puisqu’il succède au D4.

Le boitier est assez massif et il regroupe de nombreux contrôles permettant de prendre la main sur les réglages habituels sans avoir besoin de passer par les menus du firmware.

Inutile de le préciser mais tous les boutons et toutes les molettes sont personnalisables. Si vous êtes un habitué des boitiers Nikon, alors vous devriez vous sentir comme chez vous.

Le capteur plein format atteint une définition de 20,8 millions de pixels et il est épaulé par un processeur Expeed 5. Il offre une sensibilité comprise entre 100 et 102 400 ISO en natif mais il peut monter à 3 280 000 ISO en mode étendu.

Et non, ce n’est pas une coquille. Il dépasse bien la barre des trois millions.

Le mode rafale n’est pas en reste puisqu’il tape dans les 12 images par seconde en AE/AF avec suivi du sujet ou dans les 14 images par seconde avec le miroir relevé. La mémoire tampon ne vous laissera pas tomber puisqu’elle pourra accueillir 200 RAW sans broncher.

Alors bien sûr, si vous montez aussi haut, vous vous retrouverez avec des images extrêmement bruitées et inexploitables d’un point de vue artistique, mais ça vous permettra toujours de jouer aux détectives privées et de shooter dans le noir le plus complet.

Le D5 est aussi équipé d’un nouveau système autofocus AF Multi-cam 20K doté de 153 points dont 99 en croix. S’ajoute à la liste un capteur de lumière reposant sur 180 000 photosites pour améliorer la détection des sujets et la reconnaissance des scènes.

La connectique n’est pas en reste et on trouve ainsi un port USB 3.0, deux ports XQD, une sortie HDMI, une prise casque, une entrée micro et toutes les bricoles habituelles.

Mais le Nikon D5 a une autre particularité intéressante : il pourra filmer en 4K (3 840 x 2 160) en 30, 25 ou 24p. En Full HD, il montera à 60p. C’est vraiment pas mal, d’autant qu’il est aussi équipé d’un écran tactile non orientable.

Attendu pour mars 2016, le Nikon D5 sera proposé à 6 999 €.

Nikon D500

Le Nikon D500 dans toute sa splendeur.

Nikon D500 : un boitier résolument connecté

Le Nikon D500 est évidemment moins impressionnant que le D5 mais il devrait tout de même séduire les professionnels car il dispose de nombreux atouts dans sa manche.

Le boitier est plus compact mais ses nombreux contrôles vous permettront tout de même de prendre la main sur la plupart des réglages habituels. Il sera aussi personnalisable à loisir, comme tous les réflex de la marque.

Sur le plan technique, il est équipé d’un capteur APS-C de 20 millions de pixels associé à un processeur Expeed 5. Il hérite aussi du capteur RVB et du système autofocus du D5.

C’est plutôt prometteur, d’autant qu’il offrira une couverture plus large en raison du format de son capteur. Il devrait par conséquent exceller dans le suivi de sujets en mouvement.

La sensibilité est comprise entre 100 et 51 200 ISO mais il sera possible de l’étendre jusqu’à 1 640 000 ISO si besoin. Inutile de le préciser mais les clichés générés à cette sensibilité ne seront pas franchement exploitables.

Le mode rafale n’est pas en reste non plus puisqu’il atteint les 10 images par seconde et le buffer sera en mesure d’encaisser 200 photos en RAW.

Le D500 devrait beaucoup plaire aux vidéastes et c’est assez logique car il pourra filmer en 4K (30p) et il est en plus équipé d’un écran tactile inclinable vers le haut ou vers le bas. J’aurais préféré qu’il soit monté sur une rotule mais c’est toujours mieux que rien. Le Full HD est aussi de la partie, en 60p et on trouve toute la connectique habituelle avec un port USB 2.0, une sortie HDMI, une entrée micro et une prise casque.

En marge, l’appareil sera aussi compatible avec le SnapBridge et il sera ainsi possible de le connecter à un smartphone ou à une tablette tactile en Bluetooth. Grâce à ce système, nous pourrons récupérer nos photos en quelques instants et nous pourrons aussi contrôler le déclencheur ou récupérer les données de localisation du téléphone pour enrichir le profil des photos.

En plus du Bluetooth, le boitier est aussi équipé d’une puce WiFi. Sinon, eh bien on aura droit au NFC et à un double logement mémoire SD et XQD.

Attendu pour mars 2016, le boitier sera proposé à 2 299 € nu.