Trappist-1 : la plus grosse planète du système serait bien dotée d’une atmosphère

La plus grosse planète du système TRAPPIST-1 aurait une atmosphère qui évoluait au fil des siècles. Des observations effectuées avec Hubble, le télescope spatial de la NASA, ont révélé qu’elle était autrefois caractérisée par un environnement différent. En étudiant spécialement cette sixième planète, nommée « TRAPPIST-1 g » ou « G », les astronomes ont pu comprendre l’évolution de sa température.

Les planètes du système sont identifiées par les lettres b à h.

Trappist-1

Les précédentes études ont déjà révélé que les cinq premières planètes ne possèdent pas des atmosphères d’hydrogène, ce qui laisse à penser qu’elles sont rocheuses. « G était le dernier point d’interrogation à cet égard », a déclaré Hannah Wakeford, chercheuse à l’Institut des sciences du télescope spatial à Baltimore, dans le Maryland.

Wakeford a présenté les résultats de l’étude en début d’année, lors de la réunion de l’American Astronomical Society à Seattle. Les détails ont été publiés vers la fin de l’année dernière dans un article publié dans le journal Astronomical Journal.

Une histoire similaire à celle de la Terre

Les astronomes avaient découvert les sept planètes du système TRAPPIST-1 en 2016. Elles se trouvent dans une zone habitable située seulement quarante années-lumière de la Terre. Les chercheurs pensent qu’il est probable qu’elles ont de l’eau à la surface.

« Tout comme ses paires, elle ne contient pas son atmosphère primordiale. Elle a une atmosphère évoluée », a déclaré Wakeford.

G a une masse d’environ 1,1 fois celle de la Terre. Sa densité est un tout petit peu supérieure à celle de notre planète.

Les géantes gazeuses conservent toujours leur atmosphère originale, riche en hydrogène. Par contre, les planètes rocheuses peuvent changer d’atmosphère. Le mouvement du carbone joue un rôle clé dans l’atmosphère en évolution. Il est d’abord emprisonné dans le magma du manteau en fusion. Quand le magma se déplace vers la surface, la pression réduite permet au carbone de s’échapper sous forme de gaz.

L’énorme atmosphère d’hydrogène autour de la planète G fait croire que c’est une géante gazeuse. Cependant, il s’agit d’une planète rocheuse modifiée par les processus géologiques et atmosphériques. « Cela ressemble vraiment à la nature de la planète terre », a déclaré Wakeford.

Focus sur la septième et dernière planète

Cette année, les astronomes veulent porter leur attention sur la septième et dernière planète : H. « Ce sera vraiment excitant d’appliquer à nouveau cette méthode, non seulement pour voir de quoi la planète est faite, mais aussi pour voir comment l’étoile change et affecte cette planète », a annoncé Wakeford.