Trappist-1 : les planètes pas en mesure d’accueillir la vie ?

Trappist-1 fascine les astronomes depuis plusieurs mois maintenant et l’étoile et ses planètes ont ainsi fait l’objet de nombreuses études. La dernière en date indique que les planètes du système ont très peu de chance d’abriter une vie extraterrestre.

Trappist-1 est un système un peu particulier. Il se trouve en effet à trente-neuf années-lumière de notre système et il repose en outre sur une naine ultra-froide venant se classer entre les naines rouges et les naines brunes.

Trappist-1

Trappist-1 ne serait finalement pas le paradis extraterrestre qu’on nous a vendu.

Ce n’est cependant pas le plus intéressant. D’après nos observations, l’étoile serait accompagnée par environ sept planètes rocheuses d’une taille similaire à celle de notre propre planète.

Trappist-1, un système pas très accueillant

En conséquence, de nombreux experts n’ont pas pu s’empêcher d’établir un parallèle entre notre propre système et celui de Trappist-1.

Plusieurs études ont été menées au fil de ces derniers mois et elles nous ont notamment permis d’en apprendre plus sur l’étoile animant le système. Comme indiqué plus haut, cette dernière vient se ranger dans la catégorie des naines ultra-froide et elle est dotée d’un rayon et d’une masse équivalents à environ 11,5 % et 8 % de ceux de notre étoile.

Le Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics a mené deux études portant sur le système.

Manasvi Lingam, le responsable de la première étude, s’est intéressé pour sa part aux radiations ultraviolettes émises par Trappist-1 et il a pu déterminer avec son équipe que les taux de radiation atteignant les planètes du système étaient bien supérieurs à ceux émis par le Soleil.

D’après lui, ces puissantes radiations risquent de porter atteinte aux atmosphères des planètes situées dans l’orbite du système. À terme, elles pourraient même disparaître totalement et il pense du coup que ces fameuses planètes ne sont pas en mesure d’accueillir la vie.

Un problème de radiations et de vents solaires

La seconde étude porte pour sa part sur la pression provoquée par les vents solaires et ses conclusions ont loin d’être optimistes. Les astrophysiciens en charge de ce second dossier ont en effet calculé que la pression provoquée par les vents solaires émanant de Trappist-1 était entre mille et cent mille fois supérieures que celle touchant la Terre.

En conséquence, le phénomène risque d’avoir un impact direct sur la magnétosphère de ces sept planètes. Leur atmosphère serait ainsi condamnée à disparaître.

Si ces deux études disent vrai, alors il y a peu de chances qu’une vie extraterrestre puisse se développer sur les planètes du système. Et si une forme de vie existe à l’heure actuelle, alors elle est de toute façon condamnée à disparaître. Du coup, le SETI n’a aucun intérêt à étudier ces planètes.

Les études sont disponibles dans l’International Journal of Astrobiology et dans The Astrophysical Journal Letters.

Mots-clés astronomieespace