Tricher, c’est mal et c’est aussi dangereux pour les données privées

Les studios de développement de jeux vidéo déploient beaucoup d’efforts dans l’éradication des tricheurs. Si le nombre de ces derniers ne cesse d’augmenter, il semblerait que leurs habitudes se soient récemment retournées contre eux. Depuis février dernier, de nombreux tricheurs sur Counter-Strike: Global Offensive et Apex Legends se sont notamment fait dérober leurs données personnelles après avoir eu recours à un logiciel de triche.

Selon la société de sécurité britannique Sophos, les données des joueurs auraient été saisies par un programme malveillant nommé Baldr.

Crédits Pixabay

Certains joueurs se sont réjouis que les tricheurs aient enfin eu une punition adéquate. Malgré tout, le nombre de tricheurs sur les jeux vidéo Counter-Strike: Global Offensive et Apex Legends n’a pas diminué.

Un malware sous forme de cheat

Selon un récent rapport de Sophos, une société de logiciels et d’applications de sécurité, plusieurs centaines de tricheurs se seraient fait voler leurs données personnelles et financières après avoir eu recours à un logiciel de triche depuis février dernier.

Les joueurs attaqués par le malware auraient notamment installé des fichiers exécutables intitulés « ApexLegends New Cheat 0.2.1 » et « CSGO Aimbot+Wallhack » qui hébergeaient un malware nommé Baldr.

Une fois lancé sur un ordinateur, le logiciel malveillant aurait récupéré les identifiants, les mots de passe pour divers services – dont Amazon, Paypal, Steam, Epic Games et Battle.net – ainsi que diverses informations liées à l’identité du joueur.

Selon Albert Zsigovits – chercheur sur la cybersécurité chez Sophos – le malware Baldr serait capable de prendre toutes ces informations en quelques secondes après le téléchargement. Et une fois les informations récupérées, elles auraient été mises en vente sur le darkweb.

Un cheat très populaire

Les fichiers intitulés « ApexLegends New Cheat 0.2.1 » et « CSGO Aimbot+Wallhack » auraient été partagés dans plusieurs descriptions de vidéos YouTube, dans des émissions en direct de Twitch et sur des serveurs Discord, d’où leur forte popularité.

Selon une carte dévoilée par Sophos avec son rapport, Baldr aurait été particulièrement répandu dans des pays comme l’Indonésie, le Brésil, les États-Unis et la Russie.

Ainsi, beaucoup de tricheurs ont été victimes de ce malware. Malgré tout, leur nombre n’a pas diminué jusqu’à présent.

Mots-clés sécurité