Clicky

Trois salariées licenciées à cause de Facebook

Ou plus exactement à cause des propos qu’elles ont tenus sur le célèbre réseau social. Employées de l’antenne SOS Femme de Dordogne, elles ont en effet été licenciées par leur employeur qui les accuse d’avoir tenu des propos insultants. Du côté du banc des accusées, bien sûr, le discours n’est pas le même et l’affaire n’a sans doute pas fini de faire parler d’elle.

Car l’affaire se trouve actuellement en cours de jugement, les Prud’hommes rendront ainsi leur verdict le 14 mars 2011. Du côté employeur, on parle de faute lourdes, et même de « menaces de mort et d’incitation à la haine ». En face, le discours des accusées n’est évidemment pas le même, les trois employées de l’association prétendent n’avoir fait qu’échanger quelques mots au sujet des nombreux dysfonctionnements de l’antenne de Dordogne de SOS Femmes.

Notons toutefois que ces propos n’étaient pas si privés que cela puisque les messages en question auraient été publiés par murs interposés (si l’on en croit France Soir). Ce point est important à souligner puisque la plupart des sites d’actualités (comme 01Net) ne le précisent pas. Si cette information s’avère exacte, alors l’issue du procès sera très incertaine pour les trois employées.

N’oublions pas qu’un autre procès de ce type est actuellement en cours de jugement, un procès mettant en scène trois employés du groupe Alten qui sont plus ou moins accusés de la même chose.

Ce qui est certain, en tout cas, c’est qu’il serait peut-être temps pour les internautes de comprendre que personne n’est anonyme sur le web.

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.